S'abonner par :
 rss
 email

Baptême Photo P. Deliss © GODONG

Question d’un visiteur :

Bonjour,
Je crois que j’ai fait une énorme bêtise sans m’en rendre compte ! De religion catholique de naissance, je me suis retrouvé dans la religion protestante et me suis marié au temple, pensant bien faire, je me suis fait débaptiser de la religion catholique, moi, mon épouse et mes filles… pour après me faire rebaptiser dans la religion protestante.

J’en ai parlé à mon père qui connaît bien les religions et il m’a dit que le baptême catholique était reconnu par la religion protestante et que pour me faire rebaptiser ça risquait peut être de poser un problème théologique car j’avais renié mon baptême, donc Dieu, et qu’il fallait que j’en parle à mon pasteur.

Je pensais pas me retrouver dans cet embarras, et avant d’aller voir mon pasteur j’aimerais avoir votre avis,
merci

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Monsieur,

C’est vrai que notre église reconnaît le baptême catholique, en fait, nous reconnaissons tout baptême chrétien quelle que soit l’église. Et comme le baptême est pour nous un signe de la grâce de Dieu, nous ne rebaptisons pas. Cette grâce de Dieu dépassant les limites des églises et du temps. Une personne qui désire marquer un nouveau départ dans la foi peut faire une « profession de foi« , si elle le désire (ou autrement dit, une confirmation de son baptême, ou une nouvelle confirmation).

D’ailleurs, je ne sais pas ce même pas ce que cela peut signifier de débaptiser quelqu’un ??? Comment peut-on faire qu’un acte qui a été fait ne le soit plus ? On peut dire que l’on regrette d’avoir été baptisé, peut-être qu’il est parfois possible d’ajouter une mention sur le registre de baptême une mention signalant que la personne concernée regrette d’avoir été baptisée… mais je ne vois pas comment on pourrait débaptiser quelqu’un.

Ce que je vous proposerais, c’est tout simplement de faire vous-mêmes maintenant une profession de foi protestante, et que les autres personnes de votre famille qui le désirent en fassent une de leur côté si cela correspond à leur choix personnel (si vos filles sont assez grandes pour cela). Vous avez reçu le baptême, ce signe de la grâce de Dieu, cette grâce que rien n’efface, et qui s’arrête pas à tel ou tel registre de baptême.

Mais pas de panique. Dans votre cœur, apparemment, votre démarche n’était pas contre Dieu, mais au contraire dans l’optique d’une plus grande confiance en lui. Le passage d’une confession à une autre n’est qu’un détail, finalement, l’essentiel est de choisir la confession où l’on se sent le mieux pour cheminer avec Dieu et par Dieu. Je dirais la même chose à une personne qui désirerais quitter le protestantisme pour devenir catholique. Chacun son style.

Toutefois, un détail encore. Si vraiment l’église catholique a rayé vos noms dans leurs registres de baptême, c’est peut-être un peu ennuyeux pour vos filles plus tard, car elles pourraient avoir besoin d’un extrait de registre de baptême d’une église chrétienne, par exemple pour que leur éventuel futur mariage avec un catholique soit reconnu par l’église catholique, ou pour entrer dans une école catholique… Afin de ne pas être dans l’embarras, vous pourriez donc malgré tout demander que vous soyez rebaptisés, peu importe, encore une fois, l’essentiel est dans le cœur, pas dans le registre, pas même dans le geste, mais dans le sens.

Bonne route à vous et à chacun dans votre famille.

Gaspard de Coligny

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

28 Réponses à “débaptisé et rebaptisé ?”

  1. benoite dit :

    C’est la première fois que j’entends cette expression « débaptisé », d’autant que comme vous le soulignez Pasteur Pernot, à priori cela ne semble pas avoir une signification tellement précise, le baptême étant chrétien.
    Puisque vous arrivez à l’hypothèse du mariage avec un non protestant et d’utilité d’avoir un certificat de baptême, je me demande s’il ne serait pas possible de faire un petit détour par le mariage oecuménique, sachant – tout au moins à ma connaissance – qu’il n’y a pas de religion oecuménique ni de baptême du même nom.
    est-ce qu’il y a des grandes lignes, comment se fait le choix de l’éducation religieuse ? serait-ce aux enfants de faire un choix qui n’aurait pas été précisé au départ ? et d’une manière anecdotique (mais pas biblique) de faire le choix entre papa et maman ?
    il fut une époque où en cas de mariage mixte, les filles prenaient je crois la religion du père, et les garçons celle de la mère à moins que ce ne soit l’inverse, qu’en est-il de la pratique aujourd’hui, et est-ce que cela entre dans ce sujet ?
    j’aimerais bien vous lire à ce sujet.

  2. Vous avez raison, il n’existe pas de religion œcuménique, si l’on peut dire. Ce n’est pas nécessaire, puisque catholiques et protestants, nous sommes de la même religion : le christianisme, et nous pouvons faire des célébrations œcuméniques chaque fois que nous en avons envie. C’est le cas pour la dimension religieuse du mariage quand un des conjoints est protestant et l’autre catholique, et qu’ils sont tous les deux très attachés dans leur propre confession. Et cela se passe très bien, avec un prêtre et un pasteur. Mais même s’il n’y a que le pasteur, les catholiques ne sont pas choqués par ce que nous organisons comme célébration pour un mariage, c’est assez proche du mariage catholique, en plus sobre, si je puis dire, un peu plus théologique, et cela leur plait souvent assez.

    Pour les baptême, cela m’est arrivé également de baptiser un enfant lors d’une célébration œcuménique, mais c’est plus rare. Peut-être parce que c’est un peu plus compliqué à organiser, ou bien parce que les familles mettent moins de pression et que les parents se sentent plus libres de faire ce qu’ils veulent et finalement c’est celui des deux parents qui est le plus attaché à la foi qui prend l’initiative ? C’est vrai aussi que le baptême étant complètement reconnu entre les églises protestantes et l’église catholique, le baptême n’est finalement pas un baptême protestant ou un baptême catholique mais c’est un baptême chrétien de toute façon. Ce baptême n’impose pas à l’enfant d’être catholique ou protestant plus tard, ni même chrétien, d’ailleurs. C’est l’enfant qui pourra choisir ce qu’il désire être plus tard, quand il sera grand, en faisant ou en ne faisant pas une profession de foi (confirmation) catholique, protestante ou en n’en faisant pas.

    Pour le catéchisme, à l’Oratoire, l’objectif est de permettre aux enfants de connaître un peu la bible et de savoir réfléchir dessus, de se poser des questions, de connaître un peu l’état des débats à propos des principales notions théologiques, à éveiller leur propre questionnement, leur sens critique, leur capacité à argumenter. 9/10 des enfants ont au moins un de leurs parents qui est catholique, parfois les deux (il arrive que des catholiques mettent leurs enfants au caté protestant s’ils sont des cathos de sensibilité plutôt libérale). Plusieurs des enfants suivent en plus un catéchisme dans leur école privée. Certains des enfants que nous connaissons ne vont pas au catéchisme ici parce que leurs parents trouvent que l’enseignement religieux dans leur école suffit. C’est vrai que c’est souvent bien fait et assez ouvert.

  3. emmanuelle dit :

    bonjour marc prenot je suis chretien evangélique et ma question et est que ont peut etre baptiser sang etre marier merçi a vous

  4. Bonjour Emmanuelle

    Je ne sais pas ce qui se pratique dans votre église particulière, mais en tout cas, dans notre église, nous n’avons aucune condition imposée pour qu’une personne puisse être baptisée. Ce n’est pas par manque de respect pour le baptême, au contraire. C’est parce que le baptême est pour nous le signe de la grâce de Dieu, de l’amour gratuit de Dieu pour une personne en particulier. Si Dieu aime ainsi sans condition, nous acceptons de baptiser sans conditions toute personne qui n’a pas encore été baptisée.
    De même, nous acceptons de bénir le mariage de tout couple qui le demande, même si l’une ou l’autre des personnes, voire les deux, ne sont pas baptisées. Chacun peut ensuite à son rythme, dans la sincérité et non sous la pression, non sous la peur d’un Dieu terrible, mais avec un cœur qui s’ouvre à Dieu, en confiance, puisqu’il aime, bénit, et cherche à faire du bien même à celui qui est son ennemi (nous dit Jésus).
    Amitiés & mes vœux de bénédiction de Dieu pour vous et pour cequx qui vous sont chers

  5. Beatrice dit :

    Pour « benoite », qui le 3 avril 2010 à 18:12 écrit:
    C’est la première fois que j’entends cette expression « débaptisé »,

    Étant donne que l’état italien n’est pas top laïc et il donne un valeur civil à l’appartenance à l’église catholique le « débaptême » ou l’enregistrement de ne plus vouloir faire partie de l’eglise catholique est la moyen de faire cesser ces effets civils.
    Il n’y a pas de sens de faire de la polemique en France ou l’état est plus laïc que en Italie, et sourtout avec les réformés (voir la reponse à la question « Etre reconnue protestante sans être baptisée ? » sur ce site web).
    Bien à vous
    Beatrice

  6. Matthieu BDR dit :

    Oulala moi aussi j’ai les cheveux qui se dressent sur la tête quand on me parle de « Débaptiser »… l’amour de Dieu pour nous est là, il est symbolisé par le baptême. A mon sens cet amour du Père est LA quoi que l’on fasse, pauvres humains, et même SANS baptême.
    D’où mon desespoir et aussi mon agacement…
    Aussi, l’humour étant la politesse des désespérés ( L.F. Celine) je me permettrais, étant donné que l’amour de Dieu est inconditionnel et « inamovible », du moins il ne nous appartient pas de décider a qui il revient ou non, de suggerer à tous les Pasteurs une méthode afin de « supprimer » l’aspect physique du bapteme : c’est à dire les quelques gouttes d’eau déposées sur le front… Il faut tout d’abord être equipé de papier buvard, faire faire le tour du temple en courant à celui qui veut etre « débaptisé » au moins 10 fois jusqu’a ce qu’il transpire bien … ensuite appliquer le papier buvard sur le front… voila les gouttes d’eau du bapteme ont été reprises … le bapteme ou tout du moins le signe visible de celui ci n’est plus et tout le monde est content et peut rayer ses registres !!!! 🙂 rires.

  7. Bravo, très rigolo votre idée.

  8. Emilie dit :

    Bonjour, J’aurais une petite question je suis marraine d’une petite fille de 4ans elle a était baptiser le 7fevrier 2009,maintenant sais parent est moi même nous somme plus en bon terme,la maman de la petite fille a décider de rebaptiser la petite fille le 9avril 2011,ma question est a t-elle le droit de debaptiser la petite est le rebaptiser sans mon accord et ma signature car sais moi même qui est signer a l église la première fois.merci cordialement

  9. Je ne sais pas quelle est la foi de ces parents, mais pour nous, ce n’est pas envisageable de rebaptiser qui que ce soit.

    Cela dit, franchement, le rôle de marraine ou de parrain est aujourd’hui, à mon avis, purement amical, il est parfois important qu’un enfant trouve ainsi un complément à l’écoute et l’affection que portent les parents à leur enfant. Je comprends votre déception qui est à la hauteur de tout le cœur que vous avez mis dans cette responsabilité. Mais franchement, si vous n’êtes plus en bons termes avec les parents de votre filleul, de toute façon votre tâche de marraine devient impossible. Ce n’est pas la question de savoir à qui incombe la responsabilité de cette fracture… de toute façon la fillette n’y est pour rien et l’essentiel dans la question qui nous occupe,c’est de savoir qui pourrait maintenant remplir ce rôle de marraine au mieux pour elle. Et donc je comprends les parents, s’ils tiennent tant à la mission de marraine, d’en trouver une nouvelle. Cela dit il ne faudrait pas qu’ils changent ainsi encore et encore… Et si c’est pour cela qu’il ferait rebaptiser leur fille, c’est un peu, à mon sens, prendre à la légère le sens de ce geste important pour un détail qui pourrait être réglé autrement.

  10. Bonjour,
    Être « débaptisé ». sur de nombreux forums des gens disaient s’être fait « débaptisés et étaient convaincu de l’être. Alors je suis allée poser la question au prêtre de ma paroisse qui m’a expliqué que quand une personne demande par écrit à être « débaptisé » sa lettre sera reçue et conservée en étant simplement mise dans son dossier de baptême, sans plus, car on ne peut annuler un sacrement qui est donné et reçu, ce qui fait que la personne reste baptisée pour la vie.
    Amicalement
    Éliane

  11. Ce prêtre a raison, on ne peut être vraiment « débaptisé », sauf que ce n’est pas particulier aux sacrements. C’est pour tout événements vécu. On ne peut changer le passé avec une simple lettre, même si elle est envoyée en recommandé !

    C’est comme si une personne avait été en Amérique pour un voyage, et que plus tard elle envoie un courrier à l’ambassade des États Unis pour demander officiellement que ce voyage n’ait jamais eu lieu. Malgré toute la bonne volonté du personnel de cette ambassade, je ne pense pas qu’ils puissent faire cela ! C’est la même chose pour le baptême. S’il a été donné, rien ni personne ne peut faire qu’il n’ait pas eu lieu. Et de toute façon ce baptême est le signe d’un amour et d’une liberté, l’amour de Dieu et la liberté de Dieu d’aimer la personne humaine, il l’aime que la personne le sache ou non, que la personne le veuille ou non, bien sûr. L’amour vrai est ainsi.

    Il est donc impossible d’être débaptisé, cela n’a évidemment pas de sens, mais par contre, rejeter son baptême peut avoir un sens. Par exemple, cela peut vouloir dire que l’on ne croit pas en Dieu, ou que l’on croit en lui mais que l’on refuse son amour, que l’on refuse d’avoir des relations avec lui, ou cela peut vouloir dire que l’on reconnaît l’amour de Dieu et que l’on veut en vivre mais que l’on refuse le signe donné par l’église de cet amour…

  12. « rejeter son baptême peut avoir un sens » exactement et c’est ce qui est retenu. Merci de m’avoir répondu.

  13. marie laure Noé dit :

    Bonjour,
    Notre fils de 7 ans a été baptisé en octobre 2003 à l’église catholique de notre village. Ce jour parrain et marraine ont souhaités l’accompagner dans le chemin de Dieu. Malheureusement le parrain est tombé dans l’alcoolisme et la drogue. Pour nous parents ce n’est pas un exemple à donner à notre enfant en plus il a regné son filleul… Ce que notre fils vit très mal. Il est malheureux et cette situation le fait souffrir. Nous avons trouvés un nouveau parrain qui l’accompagnera dans le bon chemin. Pouvez vous nous expliquer comment faire pour officialiser le nouveau parrain à l’église catholique. Nous souhaitons le rebaptisé avec nos convictions religieuses et celle du parrain.
    Nous vous remercions d’apporter une lumière à nos questions et un bonheur pour mon fils.
    Cordialement

  14. Bonjour

    Pour savoir comment officialiser un nouveau parrain à l’église catholique, je vous suggère de vous adresser… à la chancellerie de l’évêché de l’église catholique, dans votre diocèse.

    Cela dit, je pense que le mieux est de faire un joli goûter avec votre fils et le parrain, vous invitez éventuellement (mais pas obligatoirement) le curé ou le pasteur du coin, vous lui demandez de faire une petite méditation de louange et de bénédiction au cours de laquelle un nouveau parrain, supplémentaire, sera désigné, tout simplement.

    En effet, le baptême étant le signe de l’amour de Dieu, amour éternel est sans condition, le baptême n’est jamais refait, il peut seulement être rappelé.

    Bien cordialement

  15. marie laure Noé dit :

    Bonsoir,

    Nous tenons à vous remercier pour vos reponses apporter ce jour.
    Nous allons prendre contact avec Mr le Curé de la paroisse et voir pour votre solution avec un petit gouter et une bénédiction.
    Cela nous met du baume au coeur en sachant qu’il y a une solution pour notre fils et qui le conduira vers le chemin de Dieu.
    Nous souhaitons que notre fils soit heureux et combler, comme tous parents.
    Bien cordialement

  16. J’espère que ça marchera, ce devrait être le cas si le curé vous connaît comme des personnes pour qui la foi compte.

    Mais c’est un pasteur protestant qui vous donne un conseil d’ami, qui n’engage que moi, pas le curé de votre paroisse.

  17. ltrobat dit :

    Bonjour,

    Je suis né de père protestant et de mère catholique.
    J’ai été baptisé (et élevé) dans le catholicisme avant de devenir protestant à l’âge adulte. Pour ma part, je considère que le choix de mes parents de me faire baptiser dans une confession est quelque chose de purement formel dans la mesure où je n’étais pas en mesure de donner mon avis. Donc, même si j’ai remis en cause le choix de mes parents, je n’ai pas jugé bon d’entamer une procédure « administrative » pour le remettre en cause, jugeant en outre que cela revenait à donner beaucoup d’importance au choix d’une étiquette confessionnelle. En outre, je reconnais que même si je suis opposé au pédobatême le choix de mes parents m’a dispensé devoir, sur le tard, effectuer des démarches en vue de suivre une cathéchèse et de me faire baptiser.
    Pour ce qui est d’effectuer une profession de foi, mon pasteur et moi-même, sommes tombés d’accord pour considérer qu’après des années de fréquentation de ma paroisse réformée, cela n’était pas nécessaire, mais je reconnais que cela puisse faciliter l’intégration de nouveaux arrivants dans une paroisse (car pour certains paroissiens, un néo-protestants venu du papisme, ça reste toujours un peu suspect)…
    Pour ce qui est de l’importance du baptême catholique pour épouser un catholique ou rentrer dans une école confessionnelle, ceci est à relativiser… Je connais des couples mariés dans des églises catholiques alors que l’un des deux époux n’est même pas baptisé. Et j’ai connu il y a quelques années une étudiante non-baptisée qui a passé et obtenu… le concours de recrutement dans l’enseignement catholique!

  18. Sophie dit :

    Bonjour,

    Je souhaite juste rebondir sur la fin du dernier commentaire : le fait d’être baptisé ou chrétien n’a aucune importance dans le recrutement des professeurs de l’enseignement catholique. En plus du concours, il faut simplement passer un entretien avec des chefs d’établissements catholiques qui vérifient l’accord entre les candidats à l’enseignement catholique et les valeurs de l’évangile (valeurs humanistes qui débordent largement le cadre de la chrétienté). Une proportion importante des professeurs n’est donc pas chrétienne, et peut « l’avouer » à l’entretien sans conséquence néfaste (je l’ai fait). J’ai même des collègues qui sont musulmans !
    Par contre, il est évident que les professeurs non chrétiens ne peuvent pas devenir chefs d’établissement… puisque ces derniers acceptent leur mission de l’Église.

    Pour revenir au sujet initial, je ne vois pas particulièrement l’intérêt de se faire « débaptiser ». Si on a été baptisé enfant et qu’on ne se considère pas comme chrétien, ce qui est mon cas, pourquoi voir dans l’acte du baptême un geste sacré, et lui donner toute cette importance en voulant l’annuler ? Quel mal cela peut-il nous faire qu’on nous ait ainsi « signifié » l’amour de Dieu ?
    (Et quand bien même on serait athée, y a-t-il un intérêt autre que celui de la controverse —que certains apprécient trop, malheureusement — à rejeter haut et fort son baptême ?)

  19. ltrobat dit :

    Quand un athée demande à se faire débaptiser c’est qu’il se fait une haute idée du baptême…

  20. Christelle dit :

    Non, d’après mon expérience, ce ne sont pas des gens qui se font une « haute idée du baptême », réponse qui les offenserait, ce sont des gens qui ne veulent plus avoir aucun lien avec l’église catholique et ne supportent plus de savoir que leur nom figure dans ses registres. Raisons diverses que j’ai pu entendre dans ma patientèle (même si peu font finalement la démarche) : dénonciation par de « bons » catholiques, avec approbation du curé, de résistants (déportés en conséquence) pendant la dernière guerre, refus de messe d’enterrement pour une proche mariée à un divorcé (femme très pieuse et qui bien que pauvre, fleurissait chaque semaine l’église et faisait la soupe pour les enfants à une époque où il n’y avait pas de cantine scolaire – le curé n’y voyait alors pas d’objection), évidemment les nombreux cas de maltraitance psychologique et/ou physique ou d’abus sexuels par des membres du clergé, dans l’indifférence générale et trop souvent l’assentiment tacite de l’entourage… Bref, chaque fois une douleur personnelle qu’il faudrait entendre plutôt que de feindre de s’en étonner et « d’ajouter l’insulte à la souffrance » comme disent les anglais.

  21. ltrobat dit :

    Effectivement, je crois que dans le cas de changement de confession comme celui du visiteur auteur de la question, ce que les gens demandent ce n’est pas tant d’être débaptisés ou d' »effacer » leur baptême, que d’être rayé des registres de l’église catholique.
    Moi-même, quand je suis devenu protestant il y a 14 ans, ça m’a fait une drôle d’impression de penser que je serai ad vitam inscrit sur les registres de l’église catholique. Ensuite, et au fur et à mesure que je me suis intégré à ma nouvelle paroisse, cette question a fini par me paraître purement formelle et de peu d’intérêt.
    Il est vrai que je n’ai pas vécu une expérience « douloureuse » avec le catholicisme (comme celles que vous racontez). Dans mon cas il s’agirait plutôt d’un divorce à l’amiable d’avec l’église catholique…

  22. laure dit :

    Voilà comme bon nombres de personnes j’ai été baptisée catholique à à peine quelques mois !!! je ne me sens pas bien par rapport à cette religion ( que je n’ai pas choisi personnellement et que l’on m’a imposée !!! erreur que je n’ai pas commise avec mes enfants !!!) je désires plus que tout etre débaptisée , que dois je faire pour ne plus etre catholique ??? à qui dois je m’adresser ??? merci pour vos réponses Laure

  23. Bonjour Laure
    Votre baptême ne fait pas de vous une catholique. De même le baptême fait dans une église protestante ne fait pas nécessairement de vous un ou une protestante.

    Le baptême est un signe de « la grâce de Dieu », c’est à dire de l’amour de Dieu pour vous en particulier. Cela ne vous impose rien, au contraire ce geste dit que vous êtes libres de partir ou de rester dans l’église, que vous serez de toute façon considérée par Dieu comme une personne digne de vivre et d’être heureuse.

    Ce qui fait de vous une chrétienne ou un chrétien, c’est la « confirmation », autrement dit une profession de foi, éventuellement après un baptême d’adulte.

    Donc, si vous ne voulez pas être catholique, c’est très facile, considérez-vous tout simplement comme non catholique, et déclarez-vous comme telle.

    Amitiés & bonen route

  24. boy dit :

    Bonjour j aimerai savoir si je peut rebaptiser mon fils de nouveau a la mairie ou a l église je ne fait pas sa contre dieu car grâce a dieu je guéri bien c est juste parce que j ai mis deux parrain et il s en doute de mon fils jevlesxai par mi parrain pour les cadeau je les avait choisi en personne de confiance au cas ou si il marriverai quelque chose car dan ma famille si par exemple mon fils na plu de famille c est le parrain ou la marraine qui le prenne et moi j aimerai changer pour sa qu’il est un parrain de confiance et sur qui je pour ai compter si je ne suis plus la j espère que oui merci de vos réponse cordialement

  25. pascual dit :

    je voudrais savoir si je peux changer de parain et maraine comment faire si je peux la rebastisée car c’est parents qui tous fait ma place que j’étais contre comment faire rebastisée mon enfants et changer de parrain et maraine pour ma fille je voudrais mettre autre personne de confiance et car mon frére et ex mielleur amie de son plus là pour moi car je vie dans situation compliquée avec la famille et je voudrais savoir si peut rebatisée ma fille
    et changer parain et maraine ????

  26. pascual dit :

    DESOLE SE SONT MES PARENTS QUI ONT TOUS FAIS MA PLACE COMMENT FAIRE POUR LE REFAIRE ET QUE J ETAIS PAS D ACCORT JE PEUX REBASTISEE MON ENFANT ET CHANGER DE PARAIN ET MARAINE

  27. Ce baptême vient dire la liberté de Dieu de vous aimer. Et c’est cela qui vous donne à vous, maintenant d’aimer Dieu ou non.
    Les parrains et marraine, c’est une autre question. C’est plus culturel, c’est plus pour entourer l’enfant, et donc vous pouvez choisir, et éventuellement lui donner en plus de nouveaux parrains et marraines si les premiers ne font pas leur job.

  28. chrysostome dit :

    Symbole de Nicée-Constantinople :

    « Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés. »

Laisser un commentaire