S'abonner par :
 rss
 email
Baptême d'enfant pendant le culte à l'Oratoire du Louvre

Baptême d'enfant pendant le culte

Question d’un visiteur :

Bonjour

Je suis catholique mais non pratiquante. Quand je dis non pratiquante cela veut dire que je ne vais pas à la messe, mais je pense à Dieu et je fais en sorte de pratiquer ma foi à ma manière.

Nous voulions faire baptiser notre fille en juillet prochain dans la commune de mes parents. Nous avons donc commencé la préparation au baptême dans notre région.

En contactant le curé de la paroisse de mes parents celui ci ma dit, catégoriquement et de manière très froide, qu’il refusait de baptiser ma fille car son frère baptisé n’allait pas au catéchisme et que ses 2 grandes sœurs n’étaient pas baptisées. (Nous avons beaucoup voyagé et avons travaillé à l’étranger pendant plusieurs années). Je me suis pris, excusez-moi du terme, une grande claque. Je ne pensais pas que l’on pouvait refuser l’entrée d’un enfant dans la maison du seigneur. Je me suis souvent demandé si la religion catholique me convenait. J’avoue qu’aujourd’hui je suis très déçue.

Comment puis je faire pour me convertir ? La religion protestante accepterait elle ma fille pour le baptême ? Vers qui puis je me tourner ?

Merci de votre réponse

Michèle

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Michèle

C’est vrai que dans l’église réformée, le baptême est le signe de la grâce de Dieu, et donc, par définition, il n’y a aucune condition au baptême d’un enfant. Comme vous le dites très bien : comment pourrait-on refuser à un enfant dans l’église, alors que Dieu lui-même l’a déjà accepté comme son enfant bien aimé !

A mon avis, la presque totalité des pasteurs et des paroisses de l’église réformée vous accueilleront bien et accepteront avec joie d’accompagner votre famille dans le baptême du petit dernier. Cela dit, je dois reconnaître que, même dans l’église réformée, nous ne sommes pas à l’abri d’un pasteur qui aurait une conception plus étroite… Peut-être qu’il ne faut donc pas en vouloir à l’église catholique tout entière pour un curé qui s’était levé du mauvais pied ce matin-là, ou qui se lève du mauvais pied tous les matins ?

Le protestantisme, il est vrai, est une façon d’être chrétien où l’on désire laisser une grande place à la liberté de chacun, et à la responsabilité personnelle. Cela est certes un peu plus exigeant que d’autres confessions chrétienne où l’on est plus guidé dans une doctrine, une morale, et une pratique religieuse considérée comme la meilleure et valable pour tous. Le protestantisme est plus exigeant car chacun est amené à se faire sa propre opinion, en fonction des circonstances particulières de sa vie à ce moment particulier. Pour faire face à cette responsabilité, cela demande de réfléchir par soi-même, de lire la Bible, de prier Dieu, de réfléchir et de se décider librement soi-même.

Le baptême, qu’il soit fait dans l’église protestante ou catholique est pleinement reconnu par les deux églises, ce n’est donc pas un baptême protestant ou catholique, mais dans les deux cas c’est un baptême chrétien. Votre enfant pourra choisir ensuite s’il désire être protestant, catholique, ou autre chose par une profession de foi personnelle (confirmation de son baptême).

Pour devenir protestant, ce n’est pas très difficile, vous pouvez faire une profession de foi dans la paroisse de votre choix. Ce n’est même pas formellement indispensable, c’est juste une possibilité qui vous est offerte, de marquer ce nouveau départ dans votre foi par ce geste, et c’est un cadeau que vous feriez à la paroisse qui vous recevrait ainsi, bénéficiant de votre témoignage.

Avec mes amitiés fraternelles et mes vœux de bénédiction à vous et à toute votre magnifique famille.

pasteur Gaspard de Coligny

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

9 Réponses à “L’église catholique refuse de baptiser ma fille de 2 ans 1/2 !”

  1. marion rouillard dit :

    bonjour,
    merci pour cette réponse que je n’aurais pu rédiger mieux 🙂
    je crois que, par ces temps troublés de tant de façons, il est important de garder une porte ouverte à celles et ceux qui demandent à entrer sans trop savoir où ils vont…
    le savons-nous nous-mêmes toujours très bien ?
    je viendrai de temps en temps relire ce qui s’écrit sur ce blog !
    marion

  2. Merci pour ce message qui m’encourage bien. Amitiés.

  3. Francisco dit :

    La tradition catholique est que quand on fait baptiser un petit enfant on s’engage à lui enseigner le catéchisme, le parrain et la marraine s’engagent à y veiller à la place des parents en cas de nécessité. Si parents, parrain, marraine refusent de s’y engager pourquoi ne pas laisser l’enfant libre de choisir ou de refuser le baptême quand il arrivera à l’âge de faire ce choix ?
    Ces curés qui refusent de voir dévaloriser le baptême devrait faire preuve de psychologie, expliquer à la mère éplorée que puisqu’elle ne s’engage pas à élever chrétiennement son enfant, celui-ci décidera par lui-même ce qui respecte sa liberté de conscience.
    C’est à mon avis une question de bon sens.
    Il ne sera pas réclamé de certificat de baptême à l’entrée du paradis…

  4. Evelyne dit :

    Bien que j’ai été baptisée dans l’Église catholique romaine, je me considère plus comme chrétienne que toute autre chose, car je n’aime pas toutes ces dénominations et divisions, qui sont l’oeuvre du Diable. Orthodoxe, protestant, anglican, Jésus ne nous demandera pas ça mais si on est chrétien, si on adhère à ses principes.

    La personne qui a posé la question est catholique ou chrétienne par atavisme, comme beaucoup de gens dans le monde qui pratiquent une religion. On ne se pose pas la question de savoir pourquoi on croit, pourquoi on a et que l’on doit maintenir cette relation avec Dieu (sens de « religion »), non: on se contente d’en parler comme si c’était une autre caractérisque de notre personnalité comme la couleur de nos yeux.

    Franchement, où est la cohérence dans baptiser 2 enfants sur 4, et peu importe le groupe chrétien (baptiste, évangélique, méthodiste, catholique, orthodoxe…) dans lequel on va baptiser son enfant? Et les 2 autres, elle ne veut pas les faire rentrer dans la famille de Dieu ou veut-elle seulement le certificat de baptême? C’est comme les gens qui veulent se marier ou se faire enterrer à l’église, quand toute leur vie, la religion a été mise de côté?

    Et je ne parle pas de religion avec les rites: aller à la messe, servir à l’église et tout le reste. Je parle de vivre une certaine relation avec Dieu, si profonde que naturellement, on comprend à un moment donné, pourquoi on veut faire baptiser son enfant et qu’à ce moment-là, peu importe que ce baptême soit fait chez les catholiques ou les protestants, on sait au fond de nous, que nous rentrons dans la grande famille des chrétiens et non dans celle d’une dénomination.

  5. Matthieu BDR dit :

    C’est toujours, a mon sens, très fâcheux de faire de la peine aux gens pour, au final, bien peu de choses. personnellement, en tant que protestant, je suis de plus en plus favorable aux baptêmes a l âge adulte… Histoire de faire un choix libre et heureux. Mais ce n’est pas une raison pour refuser un baptême, peu importe ce que les gens y mette derrière. il me semble que ce dernier symbolise l’amour de Dieu (et non celui du cure ou d’ une église !!) donc je pense qu’ils ne devraient pas s’y opposer. Monsieur le Pasteur svp arrêtez de les défendre!!! 😉 (rires)

  6. Oui, un baptême d’adulte est un grand grand moment pour une personne et pour les personnes qui sont au culte et qui bénéficient de ce témoignage.

    Mais le baptême d’enfant a un grand intérêt aussi: il insiste visiblement sur la grâce de Dieu. En effet, la personne baptisée n’a pas encore la foi, elle ne sait même pas que Dieu existe, et pourtant elle reçoit le signe de l’amour de Dieu et de la vie éternelle qu’il donne. Cela chasse toute idée de chantage ou de crainte de Dieu. La personne peut perdre la foi, blasphémer… Rien ne la séparera de cet amour (comme écrit en Rom. 8). Du coup, même la personne qui est baptisée adulte est au bénéfice de ce sens du baptême. Un signe de la pure grâce de Dieu. La personne peut alors professer sa foi tranquilement, sans crainte.

  7. Janine dit :

    Regrettant nos péchés, seront nous vraiment pardonnés ?

    Et, est il besoin de nous refaire batiser ?

  8. Oui, nos péchés sont pardonnés par Dieu, et la seule cause de ce pardon est son amour pour nous, même pécheurs.

    Cela dit, regretter ses péchés est une bonne occasion d’essayer de tenter de réparer les dégâts que nous avons commis, ce qui est une bonne chose. Et c’est une chance de pouvoir progresser, avec l’aide de Dieu, ce qui est une autre très bonne chose.

    Le baptême n’est jamais refait, parce qu’il est le signe, précisément, de l’amour éternel et sans condition de Dieu pour nous, amour que rien ne peut remettre en cause. Mais c’est une bonne idée, éventuellement, de refaire une profession de foi, afin de marquer un nouveau départ dans la foi. Et de dire devant la communauté son désir de prendre un nouvel élan de foi. Il n’est pas utile de parler publiquement de ses propres péchés, qui ne regardent que Dieu et nous, éventuellement les personnes à qui nous avons fait du tort.

    Bonne route et Que Dieu vous bénisse

  9. Benoît LEGENDRE dit :

    Bonjour à tous, et bonjour à vous Monsieur le Pasteur !
    L’expérience vécue par cette jeune maman est bien triste… Ce curé a singulièrement manqué de charité chrétienne, et, comme vous le dites, s’est levé du mauvais pied ! Mais je rejoins ce que dit Francisco : il est normal qu’un prêtre (catholique) pose des questions sur la Foi des parents, du parrain et de la marraine… parce je crois que cela a un sens ! Mais il arrive malheureusement que certains de nos prêtres (je suis catho) manque singulièrement de psychologie de base, l’accueil et le respect du parcours de chacun devraient être primordial… Je suis frappé par l’idée de « l’exigence » demandée au croyant protestant (quel est le terme le plus juste, protestant ou réformé ?) ; la responsabilité personnelle et la liberté accordée sont des notions « révolutionnaires » pour moi, élevé dans la Foi catholique où rites et dogmes sont (trop) nombreux…

Laisser un commentaire