S'abonner par :
 rss
 email

Communion protestante

Question d’un visiteur :

Bonjour,

J’étais au culte dimanche dans une église reformée, j’ai assisté à des « confirmations », je suis un peu étonné de retrouver « les confirmations » comme dans les églises catholiques. Je pensais qu’il existait uniquement deux sacrements dans les « églises protestantes ».

Ce qui me surprend c’est le fait d’avoir entendu lors de ces confirmations, que la venue de l’esprit saint l’était d’une part par la confirmation et le geste de l’imposition des mains.

Je pensais pour ma part que le baptême sufisait, et qu’il n’y avait pas besoin de « confimer sa foi » .

Quant à l’esprit saint, ne vient-il pas au moment ou on s’y attend le moins ?

La confirmation n’est elle pas tout simplement qu’un geste de plus, une façon de se « rassurer », de dire à Dieu « eh, regarde moi, je suis chrétien, j’ai la foi », tout cela me semble bien Humain. Tout cela me laisse perplexe.

Salutations

Réponse d’un pasteur :

Bonjour, merci pour votre confiance et pour cette question importante.

Vous avez tout à fait raison, ce n’est certainement pas la « confirmation » ou le geste d’imposition des mains qui conférait l’Esprit Saint à la personne. Dieu donne l’Esprit par grâce et aucun geste, ni le baptême, ni la communion, ni le culte, ni aucun autre geste ne provoque le don de l’Esprit par Dieu.

A quoi servent alors les gestes religieux: le baptême, la Cène, la bénédiction, la profession de foi (ou confirmation), la bénédiction de mariage… ?

C’est que Dieu espère passionnément nous donner son Esprit, il espère nous créer ainsi de jour en jour un petit peu plus pour nous rendre meilleur, plus libre et plus aimant, plus joyeux et en paix. Nous sommes d’accord, c’est le point de départ, le socle de l’Evangile tel que Jésus nous l’a manifesté par ses paroles et par sa vie tout entière.

C’est important de savoir cela, de le savoir intellectuellement. Mais ça ne suffit pas. Nous ne sommes pas de purs esprits, et chacun des pas que nous faisons est pour nous un miracle, tellement il est difficile de changer. Ces gestes religieux sont comme une pédagogie pour nous ouvrir à l’Esprit de Dieu, pour nous aider à faire de la place en nous pour son action.

Par exemple le baptême. Dieu bénit bien entendu la personne avant même le geste, et Dieu n’a évidemment pas besoin du geste pour nous aimer plus. Mis c’est nous que le geste aide, il nous aide à inscrire cette réalité spirituelle invisible, à la rendre plus visible, plus tangible, à compter dessus.

Si nous baptisons volontiers toute personne, qu’elle soit adulte, jeune, ou bébé, c’estpour insister sur cette dimension de la grâce de Dieu, qui est donnée à chaque personne, même si elle ne comprenait (encore) rien à rien. Mais l’ouverture de l’homme à cette grâce de Dieu a aussi son importance, car Dieu ne peut pas nous faire aimer de force, ni être libre de force… comment le pourrait-il. Dans le cas d’une personne baptisée bébé, quand elle a grandi, elle sait qu’elle a été baptisée, que ce signe lui a été donné avant même qu’elle ait la foi. Cela rend bien le fait essentiel que « rien ne nous séparera de l’amour de Dieu ». Mais il est bon que la personne s’ouvre à l’Esprit par la foi, et prenne le temps d’inscrire cela dans sa vie par un geste, ou des gestes. La profession de foi (ou confirmation du baptême) est un de ces gestes, souvent important pour la personne.

Ce ne sont pas les gestes de la confirmation ou de la profession de foi qui provoquent le don de l’Esprit. Mais la personne qui a le courage de dire devant tout le monde : je reconnais en Dieu la source de ma vie et de mon avenir, cette personne ouvre son être à Dieu, et le côté public, solennel et rare dans une vie lui donne une importance dans notre vie, cela nous ouvre un petit peu plus, un petit peu plus durablement. Et comme Dieu ne demande pas mieux que de nous donner son Esprit, il le donne certainement. Les mots de bénédiction que prononce le pasteur, le geste d’imposition des mains n’est pas un acte magique, mais un signe de cette bénédiction que Dieu a promise et qu’il donne donc certainement. La personne savait déjà que Dieu l’aime et la bénit, c’est même probablement pour ça que cette personne est là pour répondre à cette grâce de Dieu en professant sa foi. Mais ce geste et cette parole donnée par l’église rend cette notion plus concrète, plus objective.

Mais si une personne ne ressent pas le besoin de ces gestes, nous ne faisons pas du tout de pression.

Avec mes amitiés et mes vœux de bénédiction pour vous-mêmes et ceux qui vous sont chers.

pasteur Gaspard de Coligny

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

Une Réponse à “La « confirmation » n’est elle pas tout simplement qu’un geste de plus, une façon de se rassurer ?”

  1. Olivier C dit :

    Bonjour,

    J’ai déjà posé une autre question sur un autre article de votre blog (je suis catholique). Voici ma question pour celui-ci : Comment comprenez-vous ces versets de l’Écriture qui pour nous sont une description du sacrement de confirmation ? :

    « Apprenant que la Samarie avait accueilli la parole de Dieu, les apôtres qui étaient à Jérusalem y envoyèrent Pierre et Jean. Ceux‐ci descendirent donc chez les Samaritains et prièrent pour eux, afin que l’Esprit Saint leur fût donné. Car il n’était encore tombé sur aucun d’eux ; ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus. Alors Pierre et Jean se mirent à leur imposer les mains, et ils recevaient l’Esprit Saint » (Actes 8, 14-17).

    Bien à vous

Laisser un commentaire