S'abonner par :
 rss
 email

Père Arthur Le père Arthur, prêtre lillois engagé dans la défense des Roms, fait la une de la presse ce dimanche, avec sa prière contre Nicolas Sarkosy. Par exemple dans Le Monde :

« Je prie, je vous demande pardon, pour que M. Sarkozy ait une crise cardiaque », a déclaré le prêtre, qui a acheté des tentes, de la nourriture et des vêtements aux Roms de l’agglomération lilloise. « Je ne sais plus quoi faire », a-t-il dit. « J’en suis là, je sais que je n’ai pas le droit de le faire, mais je dis ‘Seigneur, il n’y a plus que toi qui peux arrêter quelque chose’ », a ajouté le prêtre, à propos de sa déclaration sur le chef de l’Etat. « C’est pas bien, j’en suis là, mais priez pour moi », a-t-il ajouté après ses propos.

Effectivement, cette prière est problématique. Ce pieux abbé le sait bien et il a raison de réagir en demandant pardon à Dieu et en demandant une aide spirituelle à ses frères et sœurs.

Il peut arriver que notre cœur soit plein de colère et de haine, pour de bonnes ou pour de mauvaises raisons. C’est d’abord à nous que cette haine fait du mal, cette colère et cette haine peuvent polluer même la conscience et l’expérience que nous avons de la bonté infinie de Dieu. C’est ce que sent bien, apparemment le Père Arthur, lui qui par ailleurs est apparemment si généreux pour ses frères et sœurs. Il sait qu’il a besoin de l’aide de Dieu pour qu’il puisse reprendre pied, retrouver une force, une bienveillance et une paix qui sont dignes de l’Évangile qu’il aime. Mais il n’a même plus la force de demander directement de l’aide à Dieu pour cela, il n’a plus que la force de balbutier un appel pour que l’on prie pour lui.

C’est bien volontiers que nous le faisons. Qu’il puisse, grâce à l’aide de Dieu, retrouver cette certitude que Dieu ne se trouve jamais derrière aucune maladie que ce soit, que Dieu ne tue pas ses enfants, qu’il espère encore et toujours que chacun puisse recevoir sa bénédiction, puisse progresser ainsi, et qu’il puisse devenir source de bénédiction pour d’autres et non source de peine.

C’est bien volontiers que nous prions donc aussi POUR Nicolas Sarkozy, bien entendu, afin que les meilleurs arbitrages possibles puissent être trouvés dans une situation que la mondialisation rend de plus en plus complexe.

Articles similaires :

Suivez-nous sur : facebooktwittergoogle_plusrssyoutubefacebooktwittergoogle_plusrssyoutube - Partagez cette page sur : facebooktwittergoogle_plusmailfacebooktwittergoogle_plusmail + Merci :-)

9 Réponses à “Triste, triste prière”

  1. Johann dit :

    « Priez aussi pour vos ennemis… car c’est totalement passif-aggressif et que ça va les énerver au plus haut point ! »

    Ne me demandez surtout pas où j’ai trouvé la citation ci-dessus.

  2. Vous avez raison, c’est souvent une assez bonne idée de dire aux gens quand on prie pour eux. Mais plutôt que la prière comme arme pour énerver les gens, j’avais plus en tête, vous l’avez tous compris, de réellement prier avec bienveillance (ou avec foi, espérance et amour, comme le dit l’apôtre Paul)

  3. Tout à fait d’accord avec le texte et le final de Marc
    « C’est bien volontiers que nous prions donc aussi POUR Nicolas Sarkozy, bien entendu, afin que les meilleurs arbitrages possibles puissent être trouvés dans une situation que la mondialisation rend de plus en plus complexe. « .
    maurice

  4. Francisco dit :

    « Je prie, je vous demande pardon, pour que M. Sarkozy ait une crise cardiaque »,
    Le père Arthur a commis une faute grave en faisant cette déclaration publique. Sans une vie spirituelle profonde un prêtre oublie que son rôle est de fournir moins une aide matérielle que spirituelle à ses ouailles et aux malheureux. Il se situe dans une autre domaine que l’assistanat, celui de l’annonce de l’évangile, celui de l’Amour.

  5. Charles Ham dit :

    Si ce brave curé a de telles intentions de prières c’est qu’il doit être très très désespéré de la situation de ceux à qui il consacre beaucoup de temps, de soins et d’amour.

  6. Vous avez certainement raison.

    Quelle leçon en tirer ? Peut-être c’est qu’il faut un équilibre dans sa vie. C’est important de s’engager dans le monde, oui, mais aussi de prendre du temps pour recharger ses batteries, en se nourrissant spirituellement et théologiquement, mais aussi en prenant le temps de se reposer, des temps de gourmandise, de farniente, de bavardages, de rêverie, de créativité… Un trop plein d’activités, même caritatives (et peut-être surtout quand elles sont caritatives) peut rendre désespéré ou méchant même le meilleur des hommes… non ?

  7. Qu’un prêtre souhaite une crise cardiaque à qui que ce soit, ennemi ou non, est théologiquement et humainement inacceptable. Mais, une fois de plus, la presse transmet une déclaration sans nécessairement l’inscrire dans son contexte: rien ne laisse entrevoir si le clerc en question est encore en pleine possession de son pouvoir de discernement.

  8. Claude-Arthur DANLOY dit :

    Triste prière ou prière triste?
    Lorsque l’espérance est rance (… errance) l’homme se débat avec ses questionnements angoissés. Prière triste d’un homme angoissé. Rien de plus que les invectives de certains psaumes, c’est aussi cela être un homme à bout, non?

  9. benoite dit :

    « Un trop plein d’activités, même caritatives (et peut-être surtout quand elles sont caritatives) peut rendre désespéré ou méchant même le meilleur des hommes… non ? »

    cela n’est pas très explicite à mon sens et mériterait un peu de développement.

    cela étant, il y a des personnes qui s’occupent d’elles-mêmes, prennent soin d’elles-même, via le caritatif : c’est en soignant qu’elles se soignent elles-mêmes, se valorisent etc..
    j’ignore si on peut utiliser la même balance pour tout le monde.

    je crois qu’un homme qui toute sa vie s’est consacré au service de dieu, peut avoir des moments de doute, cela me paraît même normal.
    est-ce que cela lui laisse la latitude d’exprimer son désespoir, ou son impuissance devant un monde qu’il considère injuste : il me semble que la question est là, tout au moins une partie de sa réponse.

    le pb est qu’un homme d’église lorsqu’il s’exprime ne le fait pas seulement à titre individuel, quelle que soit sa volonté : enfin, c’est ainsi que je le comprends, sans remettre en cause pour autant les capacités de discernement de cet homme.

Laisser un commentaire