S'abonner par :
 rss
 email

James Woody

James Woody

Si vous avez été louveteau, vous vous souvenez certainement du rite d’intégration des nouveaux venus. Au cours du premier week-end, la meute se réunissait en Rocher du Conseil et le chef de meute appelait au centre tous les nouveaux. Alors, s’adressant à la meute, il demandait : « qui parle pour untel ? ». Et il fallait que deux louveteaux prennent la parole en faveur de ce petit d’homme pour dire qu’il avait sa place dans la meute, au sein du peuple libre comme l’appelait Rudyard Kipling. Il fallait que deux louveteaux parlent en sa faveur comme Baloo et Bagheera l’avaient fait en faveur de Mowgli, pour le racheter, pour accueillir ce petit d’homme étranger à la meute, insignifiant, sans apparence, sans éclat, dont l’aspect chétif n’avait rien pour séduire …

En Eglise, nous ne devrions pas vivre autrement que dans une meute ; nous ne devrions pas nous réunir autrement qu’en racontant les merveilles que nous découvrons chez les uns et chez les autres [… ]

Articles similaires :

Suivez-nous sur : FacebooktwitterpinterestlinkedinyoutubetumblrinstagramflickrFacebooktwitterpinterestlinkedinyoutubetumblrinstagramflickr + Merci 🙂

Les commentaires sont fermés