S'abonner par :
 rss
 email
aveugle sourd et muet (se ferment les yeux, les oreilles, la bouche)

aveugle sourd et muet

Question d’un visiteur :

Mr Le Pasteur,

Aujourd’hui ce lundi 04 Octobre 2010 c’est la journée mondiale des aveugles et des malvoyants.
Moi même je suis malvoyant.

Je voudrais vous poser une question concernant l’aveugle de naissance dans Jn 9, 1-41  » Jésus vit, en passant, un homme aveugle de naissance. Ses disciples lui firent cette question : Rabbi, qui a péché, cet homme ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle ? »

Mais depuis enfant cette réponse suivante de Jesus m’a toujours hanté, puisque étant né aveugle, j’ai pu récupérer la vue a la suite d’une opération très très réussie.

Voici la réponse de Jésus qui me hante depuis enfant:  » Ce n’est pas que lui ou ses parents aient péché ; mais c’est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. »

Que pensez en premier lieu de la question des disciples, et en deuxième lieu la réponse de Jésus.

Ce qui me froisse c’est le fait de dire que c’est afin que les œuvres de Dieu se manifestent en lui. Donc je cherche a comprendre le sens de ce texte . Un prêtre m’avait dit que c’est un miroir pour montrer l’état du péché dans lequel nous nous trouvons. Un pasteur évangélique m’avait dis que c’est pour symboliser la gloire de Dieu.

Donc j’attend avec impatience votre analyse de ce texte . et merci beaucoup par avance.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir cher monsieur

Et merci pour cette question très intéressante, merci pour votre sincérité, votre témoignage vécu. Quelel expérience extraordinaire cela doit être de découvrir la vue après une opération. Nous -mêmes qui avons toujours vu ne prenons probablement pas assez conscience du miracle que c’est !

Dans ce texte de l’évangile selon Jean (chapitre 9), vous relevez d’abord ce débat pour savoir qui est responsable du fait que cet homme soit aveugle. C’est vrai qu’à l’époque certaines personnes pensaient que la maladie était une punition envoyée par Dieu, ou une épreuve. Aujourd’hui, nous savons bien que Dieu ne prive personne de la vue, pas plus que le Christ serait du genre à crever les yeux de quelqu’un. Dieu est source de création, pas de handicaps. C’est vrai qu’il arrive qu’une maladie soit la conséquence de nos fautes, mais même ces maladies-là, Dieu ne les veut pas.

Cette question de notre responsabilité dans les malheurs n’est pas très importante pour Jésus, apparemment, car il écarte cette question des disciples. Cette question n’est pas tout à fait inutile dans le cas général, car elle peut nous éviter de commettre d’autres erreurs, et de faire, peut-être, de la prévention. Mais dans le cas particulier cette question importe peu. Un homme souffre, qu’importe si c’est de sa faute ou non, il souffre, il mérite donc qu’on l’aide. C’est d’ailleurs ainsi que l’hôpital fonctionne (heureusement), le médecin soigne tous blessés qui arrivent aux urgences, même s’ils sont pour quelque chose dans leur accident.

Jésus balaye cette question des disciples et dit cette curieuse phrase qui vous trouble : « Ce n’est pas que lui ou ses parents aient péché; mais c’est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. »

Jésus propose donc un changement de perspective à ses disciples. Plutôt que de s’interroger sur la culpabilité de X ou de Y, plutôt que ce regard vers l’arrière, Jésus nous oriente vers l’avant. Cette maladie est “pour que les œuvres de Dieu soient manifestées ”. Il est inimaginable de penser que Dieu aurait rendu exprès cet homme aveugle pour que Jésus ensuite brille en le guérissant, c’est aussi impossible d’imaginer ça que d’imaginer Jésus crever les yeux de quelqu’un. Au contraire Jésus nous montre que l’œuvre de Dieu c’est de donner la vue. Et ce que Jésus nous propose, c’est de voir la réalité du monde, et de nous poser la question : qu’est-ce que Dieu voudrait dans l’avenir. Et de s’y atteler, de saisir que la communauté humaine est collectivement chargée d’arranger ce qui ne va pas.

Et Jésus, dans la suite, nous associe à ce travail : « Il faut que NOUS fassions les œuvres de celui qui m’a envoyé” (certaines traductions changent un peu cette phrase, malheureusement).

Et donc bravo pour les opérations qui améliorent la vue, c’est tout à fait l’idée de la Bible et de Jésus, nous sommes appelés à participer à la création du monde. Cette tâche est évidemment immense. À chacun de voir quelle pourrait être sa; part à un moment donné. Et si nous ne voyons pas ce que nous pouvons faire, comptons sur Dieu pour qu’il nous ouvre les yeux.

A la fin de cet épisode sur la guérison de l’aveugle, on voit l’homme aller auprès de Jésus pour une autre guérison de la vue, non plus celle des yeux, mais celle de la foi. Et d’autres hommes sont si sûrs d’eux, si sûrs d’avoir raison, qu’ils sont aveuglés par leur propre arrogance. Cela nous arrive aussi.

Bonne route à vous

& amitiés

pasteur Gaspard de Coligny

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

Laisser un commentaire