S'abonner par :
 rss
 email

Google NgramHier vendredi, Google a encore réussi à nous épater.

Nous savons que cette compagnie a entrepris de numériser tous les livres du monde, dans la mesure du possible. Déjà 361 milliards de livres en anglais sont numérisés, des milliards aussi dans d’autres langues, dont 45 milliards de livres en français. C’est un travail immense, et dont nous ne nous privons pas de profiter, c’est comme se promener dans une immense bibliothèque et de feuilleter ce que l’on veut, d’accéder à des livres et des merveilles inconnues au hasard des recherches… Mais comme vous connaissez certainement déjà Google-livres, ce n’est pas la peine d’insister plus lourdement encore.

Je ne sais par quel prodige d’informatique et de mathématiques réunis, mais Google vient de nous offrir un outil étonnant « ngrams.googlelabs.com », encore une fois en accès libre. Ils ont indexé les 5 milliards de mots numérisés, année par année, dans les livres déjà numérisés. Un outil très simple permet de connaître la fréquence d’un mot au cours du temps dans les 200 dernières années, et même dans les 500 dernières années !

Par quel mot essayer cet outil ? Par le mot « Dieu », bien entendu, pour voir si l’on parle encore un peu de lui ? Il y a bien un bon creux dans les années 1900 (le triomphe du scientisme), un petit creux dans les années 1968, mais quand même, il n’est pas tout à fait oublié :

graphique représentant la fréquence du mot Dieu dans les livres numérisés par Google

graphique représentant la fréquence du mot Dieu dans les livres numérisés par Google

J’ai ensuite essayé de comparer les deux théologiens protestants du XXe siècle que sont Paul Tillich (que j’aime beaucoup) et Karl Barth (que j’aime moins). Je m’attendais à me féliciter d’une notoriété croissante du premier, et je pensais que le second était maintenant complètement passé de mode. Et bien non, ils semblent passer tous les deux de mode et Karl Barth reste loin, très loin devant !

notoriété de Tillich et de Barth

notoriété de Tillich (en bleu) et de Barth (en rouge)

J’ai essayé avec Paul Ricœur et avec Wilfred Monod, non pour les comparer, mais pour voir comment s’oriente la courbe de leur notoriété avec les années. Celle de Paul Ricœur ressemble à une fusée qui s’élève en accélérant. Mais la notoriété de Wilfred Monod n’est pas du tout ridicule, avec une étonnante stabilité au cours du siècle dernier. « Notre » Wilfred serait-il inoxydable ?

notoriété de Paul Ricœur et Wilfred Monod

notoriété de Paul Ricœur (en bleu) et Wilfred Monod (en rouge)

Quant à l’influence du Coran dans la francophonie par rapport à la Bible, visiblement l’intérêt pour ces deux livres est croissant mais le rapport semble stable :

Notoriété de le Bible (en bleu) et du Coran (en rouge)

Notoriété de le Bible et du Coran

Enfin, last but not least : le CHOCOLAT ! Vous voulez savoir ? Et bien il se porte bien. Joyeux Noël !

notoriété du chocolat

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

8 Réponses à “45 milliards de mots, dont le mot « Dieu »”

  1. Tigreek dit :

    La courbe du mot « amour » est également intéressante, avec un gros pic juste avant 1700… Parlait-on davantage d’amour ?

    l’évangile, quant à lui, voit un pic avant 1800, un méchant creux entre 1930 et 1960, mais il remonte doucement la pente… Evangélisons !

    Joyeux Noël !

  2. benoite dit :

    c’est très amusant.
    que dit ce bavard pour levinas et maemonide ?

  3. benoite dit :

    effectivement la courbe de lévinas présente un pic assez aigu..mais celle de maemonide est en constante progression aussi, plus « lentement mais surement ».. ils sont très intéressants tous les deux et aussi nécessaire dans un cheminement, tout au moins de mon point de vue.
    merci pour la recherche et pour le lien.

  4. Estelle dit :

    C’est vraiment très savoureux et assez instructif !
    Parfois source de déception quand son théologien favoris est distancé 😉
    En tout cas, merci pour cette petite étude !

  5. NLM dit :

    oups !!!!… ( fallait pas me tenter ! ) période de festivités oblige, j’ai placé en comparatif Dieu et le chocolat… et Dieu n’a pas fait le poids… digérons ! 😉

  6. visiteur dit :

    Ben non, il y a erreur, ou bien est-ce moi qui suis pris d’allucination digestive ?
    En 2010 :
    – le mot « chocolat » est à 0,0003% des mots,
    – le mot « Dieu » est à plus de 0,03% des mots, ce qui fait près de 100 fois plus. Et encore, il faudrait ajouter « le Seigneur » 0,0008%, « Allah » 0,0005%, « Adonaï » 0,000014%…

Laisser un commentaire