S'abonner par :
 rss
 email

extrait du filmLe CASP (Centre d’Action Sociale Protestant) nous invite à une rencontre, ou plutôt à une expérience intéressante :

La 1ère projection d’un Film-Photographique « Je cherche un lieu pour ma vie », réalisé par Sophie Reille – Photographe, avec des résidentes et résidents des 3 Centres d’Hébergement de Stabilisation du CASP (Maison-Blanche, Pantin et Vaugirard). Ce film photographique montre ce qu’apporte l’Hébergement de Stabilisation aux femmes et aux hommes qui « sortent » de la rue !

Cette première projection aura lieu le Vendredi 10 décembre de 18 à 20h30 au Comptoir Général – PARIS 10ème.
Elle sera suivie d’un débat, d’une exposition de photos et collages relatifs au séjour de vacances collectives à Sète du Pôle de stabilisation et d’un apéritif (voir programme ci dessous).

Votre présence serait pour les résident-e-s et les équipes un honneur, une joie et un encouragement.

film 'je cherche un lieu pour ma vie'

Renseignements au 01 53 33 87 58
Veronique.bernardo @ casp.asso.fr

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

4 Réponses à “Je cherche un lieu pour ma vie”

  1. benoite dit :

    et pour ceux qui hésiteraient, c’est à une bonne heure, 18 à 20h30
    à l’adresse suivante : Le Comptoir Général 80, quai de Jemmapes, 75010 Paris tél : 01 44 88 20 45.
    Métro : République …
    Le lieu est fort agréable et accueillant ( http://www.lecomptoirgeneral.com )

  2. benoite dit :

    ‎J’espère que la représentation protestante sera visible/lisible lors de cette rencontre : porter un tel projet en se faisant oublier n’a pas de sens apparent.
    à force de vouloir être discret, on devient transparent, à l’heure où au contraire, il faudrait faire savoir que nous existons.
    un peu d’histoire n’a jamais fait de mal à personne, et ça aide chacun à comprendre la société dans laquelle nous évoluons.

Laisser un commentaire