S'abonner par :
 rss
 email

texte laissant apparaître un point levé Gabin avait cette belle formule: « Salauds de pauvres! » Crions tous aujourd’hui « Salauds d’immigrés! »; crions-le avec la majorité (on me dit que 60% des Français estiment qu’il y a trop d’immigrés en France), puisque la majorité est -on le sait et dans tous les cas- le critère de la vérité d’une opinion!

Crions-le puisque, après avoir développé en bien trop de lignes ce que le Front National synthétise magnifiquement depuis des décennies en deux mots: la préférence nationale, on m’invite à écouter radio-courtoisie (radio d’extrême-droite!)!

Crions-le, maintenant, sans attendre, maintenant et sans délai puisque les immigrés ne « servent à rien » et qu’ils islamisent nos quartiers! Salauds d’immigrés, oui! salauds d’immigrés qui appauvrissent la France et sont responsables de tous les maux de ce cher pays!

Crions-le pour être bien davantage et bien mieux chrétiens! Œuvrons tous à ce christianisme de demain, ce christianisme salutaire car xénophobe! Œuvrons-y tous car il est urgent que nous nous occupions enfin de nous, de nous et de nous seuls, nous bons Français chrétiens!

Et si… Et si nous nous ouvrions à l’évangile ?

Il ne s’agirait pas de remplacer un christianisme politisé d’extrême-droite par un christianisme politisé même de la gauche molle en faveur des immigrés; non, il s’agirait plutôt de prôner et d’activer un christianisme subversif qui nous ferait oublier tous les particularismes de groupes!

Un christianisme subversif qui pousserait à bien mieux que de montrer les crocs devant un gouvernement de droite ou devant une meute d’immigrés: un christianisme qui serait subversif en tant qu’il nous aiderait à triompher avant tout de nous-mêmes; un christianisme subversif en ce sens qu’il nous libérerait de notre égoïsme, de notre inhumanité, de nos mesquines et dangereuses revendications nationalistes autant que de nos futiles envolées socialistes! Un christianisme qui nous empêcherait de justifier notre inertie par l’étude de sondages débiles et de « problèmes de société » et par l’écoute attentive d’une radio fachiste, tout comme il nous empêcherait de sombrer dans l’activisme bien-pensant forcené!

Un christianisme qui nous mobiliserait concrètement pour tout homme qui souffre, qu’il soit français ou non, chrétien ou musulman et qui nous demande de rendre un peu moins insupportable sa souffrance!

Oui! Salauds de pseudo-chrétiens que nous sommes, nous qui nous prétendons chrétiens; nous qui, quand nous ne politisons pas d’un côté ou de l’autre le christianisme, feignons de croire que l’on peut être chrétien sans s’engager pour les autres! Humanisons ce christianisme de façade qui nous colle tant à la peau ou mettons-le en lambeaux: mais surtout, humanisons-nous pour humaniser les autres!

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

22 Réponses à “Salauds d’immigrés! En réponse à certains bons chrétiens qui ont commenté mon appel à la manifestation”

  1. Tigreek dit :

    Paille, poutre, tout ça… Jolie actualisation de la parabole, merci de nous secouer un peu ! 🙂

  2. Gaspard dit :

    BRAVO!!!

    Article à diffuser à tous les chrétiens du monde occidental!!

  3. eric dit :

    Je n’écoute jamais cette radio… mais comme il s’est trouvé que cette interview de Jean Raspail se faisait dessus !
    L’avez vous écouté au moins ???
    Et puis votre poste est très reducteur ! Je demandais simplement si, au lieu de vouloir aider tout le monde (ce qui est utopique), nous ne devrions pas d’abord aider ceux qui sont ici… rien à voir avec du racisme, ca c’est la pensée boboisant de nos politiques, qui dès que nous disons quelque chose qui dérange, nous voit comme d’horribles raciste (voir le dictionnaire d’ailleurs, je pense que vous ne savez pas ce que cela veut dire, ce mot est devenu trop galvaudé) !

    Au lieu de s’occuper d’abord de ceux qui souffrent ici, ceux ci sont relégué au 14eme plan pour aider d’abord ceux qui arrivent ! Ce qui est tout a fait absurde… le monde à l’envers !
    jean raspail était aussi l’invité sur la 3 chez Taddei: http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/jean-raspail-chez-taddei-qui-29161 !
    La aussi très interessant, il parle a un moment donné justement du christianisme qui fait que nous devons être humaniste etc… il explique pas mal de choses… à moins que vous ne soyez trop obtu ! Ce mec à prevu 40 ans avant tout ce qui se passe aujourd’hui et il montre à quel point nous allons droit à la catastrophe !

    Si la France à pour vocation d’aider toute l’humanité, alors que ceux qui sont ici souffrent deja de plus en plus et sont de moins en moins aidé… vous nous amenez droit à la ruine (economique et identitaire) !!!!!

    Je suis realiste, pas raciste surtout que j’ai des ancetres venant de tout le bassin méditérannéen… voir mon nom…
    Quand a ceux qui sont étrangers et qui vivent ici depuis plus de 20 ou 30 ans et qui trouvent qu’il y a aujourd’hui trop d’immigration vous dites quoi ? Ils sont racistes eux aussi ??? Et l’abbé pierre ? Il etait raciste aussi quand il disait que les étrangers indésirables doivent etre renvoyé ?!J’ai une amie métis qui était au NPA, et bien ces soi disant démocrate du NPA, parce qu’elle a osé dire que nous ne pouvons pas aider tout le monde, s’est fait traité de raciste (LE COMBLE) !!! Ca montre la bétise et l’absurdité de notre société et surement de votre mentalité en meme temps !

    Vous preferez insulter les autres de raciste comme ca: aucun débat, aucune démocratie des qu’il s’agit d’aller contre la pensée « dominante » soi disant…
    Comme ci ceux qui nous gouvernent étaient démocrates de toute facon quand on voit notre politique ET LA REPRESENTATIVITE DE NOTRE ASSEMBLE NATIONALE ici en France !

    Avant de parler faut un peu réfléchir !!! Quand je vois que des mamies de 90 ans qui sont seuls ici et que personne aide… en effet… je me dit qu’il y a des gens qui sont d’abord prioritaires avant de penser à ceux qui arrivent ou qui vont arriver ! Et la on rentre en plein dans le christianisme social… malheureusement dans la vie faut faire des choix !

  4. eric dit :

    Je me demande qui vous aideriez d’abord entre un de vos proche en grande difficulté et un inconnu…
    La France c’est pareil, c’est comme une grande famille ! Je vois mal en quoi c’est mal d’aider d’abord nos compatriotes avant d’aider ceux qui arrivent ici ! Cela se fait dans de nombreux pas, et les gens ne crient pas au racisme à tord et à travers !
    Mais bon, au lieu de reflechir a cette question on va sortir le racisme… comme ca le debat est clos et la démocratie enterrée !

  5. Tigreek dit :

    Eric : certains se sentent concernés par la situation de personnes en grande détresse, qu’elles soient « d’ici » ou « d’ailleurs », mamies de 90 ans ou pères devenus célibataires forcés après torture et ayant dû fuir pour sauver leur vie…

    Ce que veut dire Jack et ce que je veux dire aussi, c’est que c’est facile de critiquer des gens qui veulent aider leur prochain, et peuvent commettre des erreurs. Et un argument parmi les plus faciles, quand on veut critiquer l’aide aux immigrés, c’est de dire « occupons-nous plutôt des gens bien-de-chez-nous ». L’un n’empêche pas l’autre.

    Occupons-nous de nos anciens (et aussi de nos SDF, de nos enfants maltraités, de nos femmes battues, de nos malades isolés, etc), mais ne devenons pas pour autant inhumains avec ceux qui viennent chercher refuge « chez nous » ! Engagez-vous dans les restos du coeur, dans les visites aux personnes âgées ou aux malades, n’interdisez pas pour autant à d’autres de s’engager en faveur des droits humains…

  6. Bertrand Marchand dit :

    Mes prochains sont ceux que je croise sur ma route (cf. la parabole du bon Samaritain ; Luc 10:30-37) indépendemment de ma volonté de rencontre. Et ce sont beaucoup d’immigrés récents, d’anciens immigrés, de personnes émigrées de leur province française, de quelques rares parisiens de toujours… Mes prochains sont tous ceux-là sans distinction aucune.

    Ils me sont donnés à aimer. « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu […] et tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Luc 10:27 ; Jésus ne peut guère être plus clair…

    Mon souci se porte sur ceux qui souffrent quels qu’ils soient. Il ne s’agit pas de toute l’humanité, il s’agit simplement de mes prochains. Et aimer n’est pas simplement un concept.

  7. eric dit :

    Bon nous ne serons pas d’accord, si on avait les moyens d’aider tout le monde pourquoi pas… mais ce n’est pas le cas… la France ne peut pas à elle toute seule s’occuper de tout le monde !
    Je suis désolé il faut certaines priorités ! Peu importe la couleur de peau, les origines etc… quelqu’un qui vit depuis 50 ou 30 ans ici devraient d’abord recevoir l’aide du pays dans lequel il a été accueilli…
    Imaginez cette personne si elle savait qu’entre temps, au lieu de l’aider elle (pour diverses raisons), on aidait d’abord la personne venant d’arriver…
    Mettez vous maintenant à la place de la personne qui souffre, imaginez que vous ayez des gosses, de graves difficultés financières (chomage, credit…) et que vous ayez besoin d’être relogé au plus vite dans un hlm avant de vous retrouvez à la rue !
    Que diriez vous si une famille d’immigrés venant d’arriver il y a quelques mois se retrouve être relogé en priorité avant vous (alors que vous aussi il en va de votre survie) ???
    C’est ce qui se passe trop souvent malheureusement (d’ou le resultat de ce sondage, c’est un exemple parmis tant d’autres) ! Certes, on doit aussi aider ces immigrés et je ne suis pas inhumain (contrairement à ce que certains veulent faire croire) !
    Le problème, comment les aider si nous n’en avons pas les moyens ???
    Si on pouvait pas de probleme, mais ce n’est pas le cas !
    A un moment quand le pays ne peut plus, il faut savoir dire tres clairement et envoyer un signal a ceux qui voudraient venir: dsl nous n’avons plus les moyens d’accueillir 200 000 personnes par an, nous ne pouvons plus faire face à tout cela…
    Ceci n’est pas du racisme c’est du bon sens… sinon il va se retrouver qu’il n’y aura plus assez d’argent pour aider tout le monde… et que va t-il se passer??? C’est simple, une baisse considerable des aides sociales, des acquis sociaux qui disparaitront etc etc (et c’est ce qui commence a se passer)… et après faudra pas se plaindre !
    Oui dans certains pays, la preference nationale est une priorité, et je ne pense pas que cela soit mal saint ! Si ma mère et un étranger me demande de l’aide, mais que j’ai juste assez pour aider une seule personne, je choisi ma mere… c’est triste mais c’est comme ca !
    Si j’avais les moyens d’aider les 2, soit… je le ferais… la France c’est pareil !
    Ce n’est pas une honte que d’aider d’abord nos compatriotes qui sont de plus en plus de difficultés !
    Et même si je suis d’accord avec la Bible, sur bien des points, malheureusement, dans la réalité, les choses diffèrent (pas pour rien aussi qu’il y a differentes interpretations de la Bible)…

    Alors avant de dire la Bible dit ceci ou cela…si nous devrions suivre la Bible à 100%; nous devrions tous être comme mère thérésa ou soeur emmanuelle… CHICHE !!!!!!!!!!!!!

  8. benoite dit :

    « Que diriez vous si une famille d’immigrés venant d’arriver il y a quelques mois se retrouve être relogé en priorité avant vous (alors que vous aussi il en va de votre survie) ???
    C’est ce qui se passe trop souvent malheureusement (d’ou le resultat de ce sondage, c’est un exemple parmis tant d’autres) ! Certes, on doit aussi aider ces immigrés et je ne suis pas inhumain (contrairement à ce que certains veulent faire croire) ! »

    serait-ce devenu ici un annexe du site de marine lepen ?
    je pensais que certains propos n’avaient pas leur place sur ce forum, et je les retrouve sur google, sur la première page du site de l’oratoire : est-ce une nouvelle carte de visite ?

  9. laurent dit :

    La thèse de la « préférence nationale » du Front National se retrouve non seulement citée mais aussi illustrée par Eric.
    Les bornes sont donc franchies, je pense qu’elles l’ont été il y a longtemps. Malheureusement, plus la discussion se poursuit, plus les arguments d’Eric sont inentendables. La discussion doit donc être arrêtée.

  10. Et pourquoi ne pas en profiter pour répondre de façon intelligente, avec des arguments, plutôt que des anathèmes ?

  11. benoite dit :

    parce que l’expression du racisme n’est pas autorisé sur le net..comme le sit tout webmavous le savez très bien..

    maintenant, si c’est ce que l’oratoire souhaite montrer, donner à voir, dont acte.

  12. benoite dit :

    parce que l’expression du racisme n’est pas autorisé sur le net..comme le sait tout webmaster digne de ce nom, et comme vous le savez très bien..

    maintenant, si c’est ce que l’oratoire souhaite montrer, donner à voir, dont acte.

  13. eric dit :

    La préférence nationale n’a rien à voir avec du racisme !
    J’ai une belle mère africaine (que j’adore), deux petits frères métis (que j’adore), et des ancètres italiens et maghrebins dont mon grand père (que j’adore) alors vous repasserez pour le racisme !!!!! OK ?
    Si vous voulez tuer votre chien, dites qu’il a la rage… c’est ce que vous faites…
    Quand vous aurez compris cela ce sera un grand pas !
    Effacez donc ce post, faites ce que vous voulez, mais si vous n’êtes pas capable de réfléchir par vous mêmes j’en suis désolé pour vous ! Vous n’avez donc aucun argument à part crier au racisme pour faire taire le débat ??? NO COMMENT !

  14. eric dit :

    Dsl Pasteur Pernot… mais je ne pense à aucun moment avoir dit quelque chose de mal !!!
    Mes arguments ne sont en rien condamnables (sauf ceux qui voudraient le faire croire)…
    Je me demande pourquoi l’on me reproche d’être raciste quand je dis que nous devrions d’abord aider ceux qui souffrent ici avant de penser à la terre entière ????!

  15. eric dit :

    Bref, pour finir, je vois que benoite a repris un de mes arguments, mais n’a pas repondu si cela lui arrivait !
    Que ressentirait elle ??? Elle serait la première à dire qu’il est normal qu’elle soit aidé en première !

  16. Puisque personne ne prend la peine de répondre, il va falloir quand même que je le fasse.

    Eric, je crois que votre question est mal posée. Comme le dit Jack, et si nous ouvrions l’Evangile. Et si nous nous ouvrions nous-mêmes à l’Evangile ? « Il ne s’agirait pas de remplacer un christianisme politisé d’extrême-droite par un christianisme politisé même de la gauche molle en faveur des immigrés; non, il s’agirait plutôt de prôner et d’activer un christianisme subversif qui nous ferait oublier tous les particularismes de groupes! »

    D’abord, si nous rejetions ce qui est immigré, si nous nous repliions sur nous-mêmes, nous devrions retourner à la culture gauloise, adorer Toutatis et Bélénos, oublier cette foi immigrée qu’est celle du Christ. Nous serions les premiers à être perdants, ô combien !

    Ensuite, oui, ouvrons l’évangile. Comme base hyper fondamentale, il y a l’amour de Dieu de tout son être, y compris par son intelligence. Cela suppose une élévation, à voir les choses de haut, bien plus haut, avec le point de vue de Dieu sur ce petit point bleu pâle qu’est notre planète,le point de vue de Dieu sur notre humanité. Elle apparaît alors comme un seul peuple, une seule famille puisque Dieu choisit d’être père et mère de chacun. Comme le dit Jack, nos particularisme de papiers d’identité, d’idéologies de gauche ou de droite, d’origines, de forme ou de couleur du visage, de niveau social… n’entrent absolument pas en ligne de compte. Ce ne sont pas que des idées abstraites, mais c’est vrai que cela ne nous est pas naturel, l’animal en nous ressent cet appel profond qu’est l’instinct de meute. Il y a donc, comme le dit Jack une nécessité, après avoir l’Evangile, de nous ouvrir nous-mêmes à l’Evangile qui nous annonce le don par Dieu d’un supplément d’être, d’un cœur qui puise aimer, de mais qui puisse servir, de jambes qui nosu aident à avancer, et de yeux pour voir clairs, au delà du visible, au delà des frontières humaines, des catégories. Les idées de « préférence nationales » ne sont pas sales, elles sont primaires, elles sont mêmes plutôt primales, elles viennent de notre profond et naturel instinct de meute, elles n’appellent pas des anathèmes, pas besoin de sortir de l’ail et des crucifix… mais un travail sur soi, par l’intelligence et la prière pour voir les choses du point de vue de Dieu.

    Ensuite, Jésus nous propose comme 2e point hyper fondamental, d’aimer son prochain comme soi-même. Le mot « prochain » rend mal cette notion biblique de « réa », en hébreu, ce mot est une déclinaison du mot « berger », ce qui fait que nous sommes le prochain l’un de l’autre, c’est que nous avons le même berger. Même s’il venait un extraterrestre sur terre, il n’aurait pas de papiers français, pour une fois, oui, il serait d’une race différente de la mienne, il serait mon prochain puis qu’il n’y a qu’un seul Dieu dans l’univers, et qui serais-je pour dire à Dieu qu’il a tort de considérer cet être comme son enfant au même titre que moi ?

    Sous le point de vue de Dieu, le fait qu’une personne ait telle nationalité, telle origine, soit de telle religion ou de telle idéologie… n’entre absolument pas en ligne de compte, toute personne est mon prochain. Et cette diversité humaine est une chance, pour moi aussi. Et en aimant Dieu, en aimant mon prochain, je me fais aussi, en passant un bien fou à moi-même.

    Mais bon, effectivement, mes petites épaules et mon petit porte-monnaie sont trop petits pour sauver chaque personne de la terre, voire de l’univers entier. Je ne suis pas Dieu, je ne suis pas même Jésus-Christ. Même une communauté comme notre église (pourtant géniale et vivante), même un pays comme la France (tout petit pays et bien pauvre), ne peut servir chaque enfant qui meurt de faim dans le monde, qui manque de soin, d’éducation… Qui aider ? C’est une question de vocation personnelle. Quelques personnes me sont confiées personnellement, elles me sont confiées par les circonstances, elles me sont confiées par Dieu.

    Comme le dit Bertrand, en citant la parabole du bon samaritain, le hasard d’une rencontre peut faire que telle personne étrangère, telle personne qui avait même tout pour être mon ennemie jurée, devient aujourd’hui la personne qui m’est confiée en particulier. Et à ce moment là, il ne faut surtout pas que mon cœur soit verrouillé de catégories, de classes et de castes, car je passerais à côté, car Dieu comptais sur moi, et que la mission est ratée.

    Et oui, bien sûr, si une personne immigrée est à ma porte, blessée, laissée à demi morte sur le bord du chemin, même si j’ai promis à mon frère de sang d’aller l’aider à dépanner son ordinateur… et bien ils attendront deux minutes tous les deux, le temps que je fasse ce que l’intelligence de la foi me dit qu’il est juste que je fasse.

    Théodore Monod disait que nous ne sommes, aujourd’hui, que des pré-hominiens, et qu’il serait temps d’essayer de devenir humain en nous ouvrant à l’évangile. C’est tout à fait ça. Reconnaître en nous cet instinct de bête, cet instinct de meute, et cet instinct de domination sur les autres dans la meute. Reconnaître cette bête que nous sommes et laisser Dieu créer en nous enfin l’être humain.

  17. eric dit :

    Il est clair Pasteur Pernot, que si je rencontre quelqu’un dans la rue et qui a besoin d’aide de toute urgence, je ne vais pas lui dire: tu n’es pas francais je ne t’aide pas !
    Je ne suis pas comme cela et je n’ai jamais dit cela ! Je parle du point de vue de l’Etat, pas de notre petite personne (nous n’en avons pas les moyens) !
    Enfin… quoiqu’il en soit, non je ne suis pas l’ogre horrible que vous pensez…
    Je suis chrétien aussi, et j’ai toujours appliqué la charité, l’aide chrétienne, et l’amour pour mon prochain quel qu’il soit dans ma vie personnelle !
    D’ailleurs cela ne m’a pas empéché de devenir le parrain d’une petite fille au Mali qui s’appelle Fatoumata et qui lui permet d’aller à l’école et de voir son village se développer !
    Qui a dit que j’étais raciste déjà ???

  18. Et bien alors ? Si telle est notre éthique pour notre vie individuelle, est-ce que ça pourrait ne pas s’étendre à la société dont nous rêvons, au comportement de la république dont nous sommes co-responsables ? Cela ne peut se faire totalement, mais d’une certaine façon qui reste à déterminer, certes, mais avec exactement les mêmes enjeux, les mêmes (regrettables) limites à notre budget, le même tragique devant des choix à faire que dans notre environnement personnel.

  19. Jenny dit :

    Pasteur Pernod, votre argumentation est remarquable.Merci, nous en avions besoin. Il reste que le « d’une certaine façon » pèse lourd !

  20. Merci ! Et oui, vous avez mis le doigt dessus. Il y a un effort à faire pour imaginer et défricher des routes nouvelles, il y a une part de tragique dans les choix à prendre, et aussi, hélas, il y a ensuite une part de deuil pour assumer une réalité complexe mêlant une part de mal au bien…

Laisser un commentaire