S'abonner par :
 rss
 email

dessin représentant Dieu avec un compas

Question d’un visiteur :

Bonjour,

Qu’il est rafraichissant de naviguer sur votre site: une église moderne, des sujets abordés sans tabous, et un vocabulaire simple et compréhensible pour les laïcs.

Je suis un jeune, dans la mi-vingtaine, et j’ai la foi (ce qui est là aussi rafraichissant…)

Je voulais cependant savoir s’il y a avait une incompatibilité entre l’initiation maçonnique et la doctrine protestante.

Les Franc-Maçons appartenant à des loges dites régulières, donc déistes, doivent être croyants et doivent affirmer leur foi avant d’être initiés. Cependant, l’Église Catholique maintient l’incompatibilité entre la foi et la démarche initiatique.

Qu’en est-il de l’église protestante et de l’ERF?

Merci!!!

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Et merci pour les chaleureux encouragements, ça me va droit au cœur, et aux chevilles.

Dans notre forme de protestantisme, nous sommes plutôt dans l’idée de laisser les gens libres de se décider eux-mêmes…

Je connais plusieurs paroissiens de l’Oratoire qui disent publiquement qu’ils appartiennent à une loge, et je n’y ai bien évidemment rien à redire à cela, et cela passe bien auprès des autres paroissiens. Certaines personnes appartiennent à des loges et le cachent, c’est leur droit (même si je trouve ça un peu trouble comme attitude).

Je dirais que tout dépend ce que la personne cherche dans la maçonnerie, et comment elle la pratique. Pour certains, ce sera effectivement un complément à leur recherche intellectuelle, éthique, philosophique, théologique, voire spirituelle, dans un autre cercle que l’église et cela est très bien, pourquoi pas. Mais si c’est pour le réseau de relations pour avancer soi-même dans sa carrière et faire avancer d’autres personnes sous prétexte qu’ils sont maçons… c’est franchement plus discutable du point de vue de l’éthique chrétienne, à mon avis.

Amitiés

pasteur Gaspard de Coligny

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

12 Réponses à “Protestantisme et Franc-Maçonnerie”

  1. jean dit :

    bonjour,

    « Mais si c’est pour le réseau de relations pour avancer soi-même dans sa carrière et faire avancer d’autres personnes sous prétexte qu’ils sont maçons… c’est franchement plus discutable du point de vue de l’éthique chrétienne, à mon avis.  »

    Il faut se méfier des idées reçues: il y a sans doute des maçons foireux qui se servent de la franc maçonnerie dans un but intéressé. Mais , je peux en témoigner , la plupart des francs -maçons sont en loge uniquement pour participer à ce travail d’introspection sur eux même avec l’aide des outils symboliques des rituels. De nos jours , l’appartenance à la maçonnerie jouerait plutôt comme un frein dans une carrière que comme un accélérateur: c’est d’ailleurs pour celà que la plupart des maçons restent discrêts sur leur appartenance.
    L’antimaçonnisme du 19° siècle laisse encore des traces aujourd’hui: la plupart de nos compatriotes les considère comme des comploteurs ce que la presse relaie avec une certaine complaisance à chaque fois qu’une affaire éclate!

    En tout cas , je salue votre ouverture et votre tolérance puisque les protestants ne condamnent pas l’appartenance maçonnique;d’ailleurs les fondateurs de la maçonnerie moderne dite spéculative étaient protestants : James Anderson(pasteur presbytérien)et Théolphile Désagulier (huguenot français réfugié à Lodnres).C’est sans doute une des raisons inavouées qui explique l’antimaçonnisme de l’Eglise catholique. Jusqu’en 1983 , d’ailleurs un catholique devenu maçon était excommunié c’est à dire ne faisait plus partie de l’Eglise : le code de droit canonique de 1917 était explicite la dessus.Actuellement , nous ne sommes plus qu’en situation de péché grave ( au même titre que les divorcés remarriés).!
    Ainsi en tant que maçon catholique je ne peux ( selon le droit cannonique ), plus communier bien que je reste membre de l’Eglise .

    bien à vous et merci pour cette leçon de tolérance que les Eglises ( et non les communautés ecclésiales, n’en déplaise à B XVI ) de la Réforme portent encore .

  2. zeghni dit :

    L’Eglise Catholique condamne l’appartenance à la franc maçonnerie depuis le 18ème siècle. Cette condamnation ne fût jamais appliquée en France du fait même que le Parlement de Paris ne l’enregistra pas. Nombreux furent les catholiques à appartenir à la franc-maçonnerie à commencer par Jacques II Stuart ou le chevalier de Ramsay (protestant d’origine converti au catholicisme et secrétaire de Fénelon). Si ‘Eglise romaine condamna la franc-maçonnerie, c’est qu’elle y voyait au 18ème siècle une possibilité de réconciliation entre chrétiens, une menace oecuménique en quelque sorte. De plus les pères fondateurs de la maçonnerie moderne étaient assez largement protestants ce qui avait de quoi inquiéter Rome.
    La question plus englobante qui est posée est celle de la compatibilité entre franc maçonnerie et foi (pas seulement chrétienne). La franc maçonnerie en tant que voie de recherche ne s’appuie pas sur une foi particulière, c’est une recherche adogmatique et en ce sens elle peut inquiéter les églises en tant qu’institutions protectrices de dogmes. En même temps, rien n’interdit, partant d’une foi particulière, de s’élever vers une compréhension mutuelle et de rechercher ce qui est commun à beaucoup de chercheurs… De nombreux chemins mènent au sommet de la montagne. Au-delà de nos appartenances particulières, soyons des croyants libres, des cherchants, et non des trouvants d’une vérité à jamais établie et à jamais irréconciliable avec celle du voisin. La montagne est haute, les chemins escarpés, mais après tout, à chacun sa (ses) voie(s).

  3. Franciscatho dit :

    Si nous sommes croyants la charité a sa source et son objet en Dieu. Elle concerne Dieu et les hommes, elle est donc verticale et horizontale et c’est un don gratuir, elle est universelle.
    La solidarité relie les hommes, elle est horizontale, elle comporte échange et réciprocité donc attente en retour. Elle est sélective puisque plus grande encore entre « frères » qui se doivent assistance en toute occasion. Le franc-maçon n’a pas à rendre compte à personne sinon à sa hiérarchie. Il ne connait ni le péché ni le salut.
    La franc-maçonnerie est une société savante au service des initiés que l’on rencontre dans tous les partis politiques et les grandes entreprises même s’ils n’ont plus la majorité au Parlement .
    On, peut comprendre que Rome s’en soit émue dès sa création la recherche de la liberté totale dans les moeurs pouvant conduire à l’hédonisme païen.

  4. Franchement, je ne sais pas d’où vous tirez ce genre d’informations manifestement haineuses. C’est comme si l’on disait que tous les chrétiens sont des inquisiteurs torturant et brûlant vif des hommes et des femmes.
    Aucun franc-maçon que je connais ne ressemble à ce que vous dites, en aucun point. Ils sont croyants, prient Dieu, m’ont l’air d’avoir leur liberté de pensée, mais ne vivent vraiment pas, comme vous les accusez de rechercher une liberté des mœurs pouvant conduire à l’hédonisme païen.

    Ces accusations son si manifestement fausses qu’elles ne font aucun tort à la Franc-Maçonnerie, et j’ai de sérieux doute sur le fait que l’église de Rome tienne ce genre de discours. Ils sont bien moins haineux que cela, et bien mieux informés.

  5. Franciscatho dit :

    Mes sources ? un médecin qui se définit ainsi « rationaliste et scientiste jusqu’à 35 ans, Franc-maçon du grand Orient de France (GODF) pendant une quinzaine d’années et maintenant chrétien depuis une vingtaine d’années », il s’agit de Maurice Caillet.
    Voici un extrait d’un texte publié en 2001 « Vous allez me dire que je semble être loin de l’hédonisme ? Eh bien, moi, le n’en suis pas tellement sûr. En effet comme l’égalité sociale ne s’est jamais réalisée en fait et la solidarité constamment soumise à l’égocentrisme voire à l’égoïsme, le combat de la franc-maçonnerie s’est concentré sur la liberté, liberté qui est devenue une fin en soi ». Plus loin il ajoutait : « C’est là que j’ai passé une grande partie de ma vie, avec la conscience d’agir notamment pour le bien des femmes. Mais cette liberté insatiable, sans référence à Dieu est vite détournée par notre concupiscence vers l’assouvissement de tous nos désirs, de nos plaisirs, de l’hédonisme inhérent à notre nature pécheresse. »
    J’arrête là ma citation puisque vous pourrez retrouver cet extrait du livre de Maurice Caillet : « Hédonisme ou Chritianisme » page 44 et 45 et d’autres textes bien argumentés dans ses autres livres tels que « Le secret des Loges, à la lumière du Christ » publié en 1998.
    Bonne lecture !

  6. Ah, je comprends mieux.

    A mon avis, pour comprendre le catholicisme, il faudrait prendre avec un bon gros recul ce qu’en dirait un ancien catho devenu protestant, ou même devenu athée militant. De même, à mon avis, sur ce que ce monsieur Caillet dit de la franc-maçonnerie, ce n’est sans doute pas inintéressant mais il faut le prendre comme le témoignage d’un homme déçu, voir blessé et aigri. C’est comme si l’on se renseignait sur la foi chrétienne en lisant Michel Onfray ! Ce n’est pas inintéressant, mais largement pas suffisant, et trompeur si l’on prend ce témoignage pour seule vérité.

    Le mieux, à mon avis, c’est d’entendre parler du Bouddhisme par un bouddhiste, voire même différents bouddhistes enthousiastes, il vaut mieux, à mon avis, rechercher un avis sur la compatibilité entre la foi chrétienne et la franc-maçonnerie en discutant avec un ou plutôt des franc-maçons chrétiens… et ensuite de penser ce que l’on veut soi-même, mais en s’étant informé de façon bienveillante. Ne pensez-vous pas qu’en soi, cette démarche est plus respectueuses, donc plus fidèle à l’Evangile ?

  7. Franciscatho dit :

    Il est vrai que celui qui n’entend qu’une cloche n’entend qu’un son et et que nous avons le devoir d’écouter tous ceux qui prétendent faire évoluer la société. Que Rome ne soit pas « l’unique objet de votre ressentiment » car toutes les forces spirituelles ont leur utiité et aucune évolution ne serait possible sans leurs concours. Le Protestantisme me parait se situer à la charnière entre les conservateurs romains et la franc-maçonnerie qui semblent peu soucieuse dans sa majorité de toute transcendance.
    Restons équitables dans la mesure où l’évolution matérialiste s’amplifie. C’est une tâche difficile. Il faut rester vigilants, le mal prend parfois les apparences du bien.
    N’est-ce pas évangélique ?

  8. benoite dit :

    « Il est vrai que celui qui n’entend qu’une cloche n’entend qu’un son et et que nous avons le devoir d’écouter tous ceux qui prétendent faire évoluer la société.  »

    et ils sont nombreux ceux qui prétendent faire évoluer la, chacun étant dans son bon droit, convaincu de ce qu’il defend : n’est-ce pas normal ?

  9. benoite dit :

    « Il est vrai que celui qui n’entend qu’une cloche n’entend qu’un son et et que nous avons le devoir d’écouter tous ceux qui prétendent faire évoluer la société. »

    et ils sont nombreux ceux qui prétendent faire évoluer la société, chacun étant dans son bon droit, convaincu de ce qu’il défend : n’est-ce pas normal Franciscatho ?

    il reste que effectivement nous avons le devoir d’écouter, d’écouter encore et encore, même si parfois nous avons l’impression que ceux qui nous parlent sont perdus et/ou désorientés eux-mêmes, et qu’au lieu de nous guider ils nous questionnent ou nous inquiètent encore. c’est ainsi que parfois les rôles s’inversent, et que tous les membres d’un corps justifient de leur utilité. tout au moins, c’est ainsi que je le comprends.

  10. Franciscatho dit :

    Il faut rester à l’écoute, Benoite, mais ne pas hésiter à dire à temps et à contre-temps que le corps humain est sacré, qu’il doit être respecté, qu’aucun amour durable de se construit sur un érotisme exclusif et que  » l’ Agapè » qui donne est à l’opposé d’Éros qui prend.

  11. benoite dit :

    « ne pas hésiter à dire à temps et à contre-temps que le corps humain est sacré, »
    je ne sais pas si je le dirais en ces termes franciscatho..mais si on veut que ce corps soit respectable, il faut le respecter.
    ce n’est pas plus compliqué.

    mais « dire » n’est pas toujours si facile, de par le fait que nous ne voulons pas nous couper de nos parents, de nos amis..et dire est plus facile lorsque l’on n’est pas impliqué sur le plan affectif ou personnel. c’est ce qu’il me semble.

    co-existence de la franc-maçonnerie et du christianisme ?
    co-existence du bouddhisme et du christianisme comme certains religieux le soutiennent ?
    les quelques bouddhistes Xtiens que je connais vivent cette co-existence sans pb, sont-ils tous ainsi ?
    comment pouvoir le dire avec précision ?
    chacun est responsable devant dieu et devant lui-même de ses actes.
    si pour certains, on peut se demander qu’ils sont francs-maçons et protestants, rien ne permet de l’assurer non plus car pour ceux auxquels je pense, ils ne l’affichent pas clairement.
    l’essentiel étant que cela ne leur pose pas plus de pb que ne voudrait résoudre, et qu’il n’y ait pas de « dégât co-latéraux » comme on dit si élégamment !

  12. Joséphine Creptis dit :

    L’appartenance à la franc maçonnerie n’est pas un problème si elle ne nous affectait pas.
    Or, au niveau de la justice déjà, l’appartenance à la franc maçonnerie « devie » le droit, pour rendre service à un frère, au détriment d’un non frère. De plus, c’est elle qui bientôt va fixer les lois qui nous gouvernent tous, vu l’avancé de cette institution qui recherche absolument le pouvoir et l’argent. Bientôt, elle va rendre le religion d’état « franc maçon », si les chrétiens ne se bougent pas, car non habitué au style « manipulatoire » de cette institution. L’appartenance à la franc maçonnerie n’est pas un frein en carrière, bien au contraire. Elle recherche justement ceux qui sont « hauts » dans la société, afin de mieux s’assoir sur ceux qui sont « bas » socialement parlant. J’ai été obligé de démissionner, car je n’avais plus d’énergie pour lutter contre un directeur qui utilisait toutes les artifices « spirituels » pour manipuler ceux qui étaient sous lui. Car tout le problème est là, cette institution est ésotérique, même si elle le nie, il n’y a qu’à regarder la signification des symboles qui font allusions à l’âme et à sa modification. Et ceux qui y rentrent, sont probablement pleins de bonne volonté, mais ne connaissent pas l’entité spirituelle qu’ils prient. La secte Moon fonctionne de la même manière, ils font croire, qu’ils sont chrétiens, afin de rassurer, et lorsqu’on est bien avancé et mentalement « lavé » on apprend que le messie est Moon. Qu’y a t il de mieux pour manipuler la rétissence d’un futur prospect, que de dire que cette institution est honorable et « chrétienne »… Mensonge! Et le culte du secret: très pratique…

Laisser un commentaire