S'abonner par :
 rss
 email

Saint Augustin

Saint Augustin

D’Augustin d’Hippone :

Quand il s’agit de Dieu,
la pensée est plus exacte que le discours
et la réalité plus exacte que la pensée.

Saint Augustin, De Trin. VII, 4, 7

Ça c’est envoyé, non ?

Prenons en de la graine pour soigner nos intégrismes, sans cesser pour autant de prier, de penser, et d’élaborer un discours sur Dieu…

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

3 Réponses à “L’humilité, la sagesse du théologien”

  1. Arthur dit :

    C’est pourquoi nous accorderons plus d’autorité à ce que Dieu pense qu’à la parole de l’homme, et plus d’importance encore à sa réalité même, la très sainte Trinité qui surpasse toute intelligence.

  2. On peut dire les choses comme ça… bien que l’exemple soit osé : la trinité est précisément un pur développement théologique, extrêmement raffiné du point de vue de l’intelligence et de la foi, mais pas bien loin de l’arrogance qui consisterait à entrer dans les profondeurs du fonctionnement même de Dieu, de ses relations avec son propre Fils et avec son propre Esprit !

    Ce passage de St Augustin le ferait plutôt pencher vers des mystiques comme Angélus Silésius ou Eckhart, plus que vers les théologiens des Conciles Œcuméniques (il faut les deux).

  3. Philippe-Jacques dit :

    Avant tout, je tiens à vous féliciter pour votre site car depuis sa découverte il y a quelques jours, c’est pour moi une grande richesse d’enseignements, de questionnements (douter c’est croire), un puits de réflexions d’une présentation très vivifiante qui nourrit mon nouvel élan vers une foi chrétienne épurée, simple, totale, directe, que je souhaite concrétiser prochainement…
    « Quand il s’agit de Dieu, la pensée est plus exacte que le discours et la réalité plus exacte que la pensée ». Effectivement c’est bien envoyé pour surmonter et dépasser nos peurs d’autres religions ! Saint-Augustin m’inspire la libre-conscience de chacun, qui renvoie à des questions universelles sur les rituels religieux, le sacré, la tolérance. Respecter toutes les croyances, toutes les opinions : oui. Dès lors où elles nourrissent des pensées humanistes et pacifistes, ce n’est pas simplement une idée, c’est une manière de vivre.
    La tolérance est un exercice et une conquête sur soi. Je cite Voltaire :
    « Je n’aime pas vos idées, mais je me battrai pour que vous puissiez les exprimer ».
    Je me suis donc demandé si le bonheur devait être religieux pour être sacré ? N’étant ni prêtre ni pasteur, c’est une petite histoire qui m’a donné la réponse. Il s’agit de Saint Augustin, qui face au mystère de la sainte Trinité, choisit d’aller réfléchir sur une plage. Il y trouve un enfant qui creuse un trou dans le sable et le remplit d’eau de mer avec un coquillage.
    « Que fais-tu donc ? » demande Saint Augustin.
    « Je vais vider la mer » répond l’enfant.
    « Avec ton coquillage ? Mais tu n’y arriveras jamais ! »
    L’enfant se contente de sourire puis disparaît. Alors saint Augustin repense à la sainte Trinité et comprend : pas plus qu’on ne peut vider la mer avec un coquillage, pas plus on ne peut comprendre les mystères de la foi avec son intelligence.

    Moralité : les vérités essentielles – telles que l’amour – s’atteignent non par le raisonnement, mais par la foi que nous éprouvons pour celui ou celle qui nous est précieux, que nous considérons sacré, et sans lequel notre existence individuelle nous semblerait vide de sens.

Laisser un commentaire