S'abonner par :
 rss
 email
Coupes et plats de communion

Coupes et plats de communion

Question d’un visiteur :

La Sainte-Scène pour un alcoolique abstinent.

Bonjour Marc,

Catholique de naissance, je me suis récemment décidé à participer au culte protestant de ma paroisse et j’y ai trouvé bon accueil. Notre pasteur m’a « invité » à participer à la Sainte-Cène dans 15 jours (Le culte n’ayant lieu que 2 fois par mois) et je me pose une question.

Je suis alcoolique (abstinent depuis 9 ans) et je ne sais pas comment réagir quand on va me tendre la coupe de vin… La refuser serait à juste titre mal interprété et boire le vin serait contraire aux règles de vie auxquelles je me raccroche depuis presque une décennie.

Que faire? Expliquer mon histoire au pasteur? Boire le vin malgré tout en sachant que ce n’est pas « simplement' » de l’alcool mais un symbole qui transcende cet état de fait?

Merci pour vos conseils.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour monsieur

Nous sommes habitués à une pratique très souple et personnalisée de la religion. Certaines personnes ne boivent jamais dans la coupe pour diverses raisons : certaines parce qu’elles trouvent cela dégoûtant, d’autres parce qu’elles n’aiment pas le vin, certains ne boivent pas dans la coupe parce qu’ils sont abstinents (comme vous, comme les personnes « croix bleues, encore bien connues dans notre église, même si ce mouvement a un peu perdu son âme depuis quelques décennies), d’autres personnes enfin ne boivent pas dans la coupe parce qu’elles sont hésitantes sur le sens que cela pourrait avoir pour elles-mêmes… Certains ne participent jamais à la Cène et partent avant, ou restent à leur place, ou prennent place dans le cercle en passant simplement le plat et la coupe à leur voisin.

Vous n’avez donc pas à avoir honte de ne prendre que le pain et pas le vin. Ce n’est pas une honte (et si quelqu’un osait faire une remarque, on n’est nulle part à l’abri des jugeurs et des imbéciles), vous pouvez tranquillement répondre que chacun a son propre style, sans vous justifier, de toute façon.

Ce que font souvent des personnes qui ne boivent pas dans la coupe, et je trouve ça très bien, c’est de prendre la coupe, à deux mains, puis de la lever un peu en geste d’hommage, comme une louange à ce que le Christ nous a donné en parlant et en agissant en ce monde, puis de se tourner vers son voisin et de la lui remettre.

Pour ce qui est du fond, le pain et le vin sont effectivement des signes de la vie que Dieu nous offre en Christ, ce plat de pain et cette coupe de vin sont ainsi des signes de la grâce de Dieu, et prendre le pain et/ou le vin est signe de notre désir de vivre de cette grâce, de nous en nourrir. Il est certes possible de pinailler en disant que le pain est plus signe de ceci et le vin plus signe de cela, mais qu’importe, l’un comme l’autre sont des signes de la grâce de Dieu et dans le fait qu’il y a deux signes de cette grâce et non un seul, je vois un signe de diversité possible d’appropriation de cette grâce.

Donc, sentez vous tout à fait libre de faire comme vous l’entendez. Mais cela dit oui, vous pouvez en parler à votre pasteur si vous le désiriez, mais vous n’avez pas à vous justifier de votre façon de pratiquer la religion (ni devant les paroissiens ni devant le pasteur).

Avec mes amitiés fraternelles

pasteur Gaspard de Coligny

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

7 Réponses à “Est-ce que je suis vraiment obligé de boire dans la coupe pendant la Cène ?”

  1. Cécile dit :

    bonjour,
    je confirme n’avoir eu aucune remarque à l’Oratoire, même si je ne bois jamais d’alcool, y compris pendant la Cène, donc.
    amitiées

  2. Vuarnet dit :

    Moi catholique, je ne bois jamais à la coupe : trop dangereux tous ces microbes qui viennent se déposer sur le bord de celle-ci, rien que de penser à l’herpès qui reste à vie dans le corps une fois qu’on l’a attrapé. On ne guérit jamais d’un herpès.

    Une fois à la télévision, j’ai vu un reportage qui se passait dans une église d’Orient, je ne me souviens plus d’où. Dans cette Eglise sur un plateau était disposé de minuscules verres qui ne pouvaient contenir qu’une ou deux gorgées de vin grand maximum. Le plateau passait de rang en rang, chacun prenait un verre, buvait le vin et le reposait ; c’était vraiment très hygiénique.

    Ma question est : » Pourquoi nos églises ne se mettent pas en règles avec les règles très sérieuses d’hygiènes et continuent de nous imposer un acte dangereux pour la santé ? » Dehors on ne boit pas dans le verre de tout le monde.

  3. Arthur dit :

    Bonjour,
    Venez communier au sang précieux du Rédempteur « avec joie et simplicité de cœur » (Ac 2,46).
    Cordialement.

  4. Matthieu BDR dit :

    Ce n’est pas ce qui entre dans le corps qui est impur mais ce qui en sort !!

    Bon, oui, on peut ne pas aimer le vin, craindre de boire dans la meme coupe que son voisin, etreallergique au gluten …. il faut faire comme on le ressent, on est libre, c’est aussi (et surtout) ça etre protestant !!

  5. benoite dit :

    Merci à tous de vous être si bien exprimés et d’avoir dit ce que je ne dis pas, mais que je pense !
    @ Vuarnet : il existe des paroisses à Paris où on distribue la Cène avec de petits gobelets..je n’aime pas trop, mais si je dois communier, je le fais là, même si quelque part j’ai l’impression de prendre l’apéritif..mais même en ces termes (les petits gobelets), cela reste un partage, et pourquoi pas une commémoration, dans tous les cas un symbole.

  6. Personnellement, les petits gobelets, je trouve ça limite comme symbole de communion, en fait. Mais bon, chacun son truc.

  7. Sylvaine dit :

    Je viens partager avec vous ce qui se fait dans ma paroisse. Des petits gobelets remplis de jus de raisin circulent pour ceux qui ne boivent pas de vin. Comme le souligne le pasteur Gaspard de Coligny, le symbole de partage et de communion n’y trouve peut-être pas tout à fait son compte, mais cela permet quand même de boire ensemble.
    Personnellement, je bois le vin dans la coupe. Toute nouvelle dans l’Eglise Réformée, j’ai toujours eu un peu honte d’éprouver le sentiment que ce n’était pas très propre ! Je n’en avais jamais parlé à quiconque. Cela m’a soulagée de lire que d’autres avaient cette réticence. Grâce à vos témoignages, je vais pouvoir redéfinir, sans culpabilité, ma façon de participer à la Sainte Cène.
    Encore merci pour ce merveilleux espace ouvert qui nous permet à tous d’avancer.

Laisser un commentaire