S'abonner par :
 rss
 email

baptême d'un bébé à l'Oeratoire du Louvre

Question d’un visiteur :

Bonjour
j’aurais voulu savoir si je suis vraiment obligée d’inscrire mon fils de 8 ans au catéchisme pour baptiser mon fils de 11 mois ?

L’église que j’ai contactée ne veut pas le faire si mon grand n’y va pas !
je suis très embêtée …

Dans l’attente de vous lire,veuillez agréer mes salutations.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour madame,

Il peut y avoir des différences de pratique d’une paroisse à l’autre et d’une église à l’autre… A l’Oratoire, il est hors de question de refuser de baptiser votre fils de 11 mois parce que votre fils de 8 ans ne va pas au catéchisme.

En effet le baptême est pour nous un sacrement, c’est donc à dire un signe de l’amour gratuit de Dieu donné sur une personne individuelle.

Par conséquent :

  1. comme l’amour de Dieu est sans condition, le baptême est donné sans condition. Et comme l’amour vrai ne fait pas de chantage, il ne peut être fait de chantage pour accorder un baptême.
  2. Mais de toute façon, Il est hors de question de sanctionner le petit de 11 mois pour la faute des parents. Il n’y est pour rien ! Et de toute façon Dieu bénit même son ennemi, nous dit Jésus dans l’Evangile.
  3. Au contraire, si ce bébé était un pauvre enfant affligé de parents négligents sur la dimension religieuse de l’éducation qu’ils donnent à leurs enfants, il faudrait baptiser l’enfant deux fois plus, pour compenser son handicap, comme le Christ s’est approché des pécheurs, des handicapés et des pauvres de toutes sortes.

Avec mes amitiés et l’assurance que la bénédiction de Dieu repose sur votre famille.

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

18 Réponses à “Baptême refusé ?”

  1. Jetro dit :

    Bonjour,

    A la lecture de la question visiteur sur le refus de baptême cela me laisse perplexe, je ne peux pas rester sans réagir.

    Si ma mémoire est bonne, un prêtre catholique m’avais dis à une époque lointaine, les parents qui ne vont pas a la messe, qui n’éduque pas chrétiennement leurs enfants et que les parents qui vivent en ménage à droite et à gauche ne se verront pas baptiser leurs enfants.

    Telle est la règle dans l’église catholique.

    Mais moi personnellement, j’aurais préféré que le candidat au baptême, demande lui même son baptême, car à mon sens le baptême est un engagement personnellement avec Dieu, ce n’est pas à l’autre de décider que je devienne enfant de Dieu, mais à moi avec ma foi.

    Si vous voulez mieux comprendre la mentalité du baptême Catholique, voici lien d’un site que j’ai relevé dont je ne suis pas d’accord avec la logique catholique:

    http://www.justforcatholics.org/fr22.htm

    Merci.

  2. Estelle dit :

    Certes, le baptême ne devrait être refusé à personne. Néanmoins, il est intéressant de savoir quelles sont les motivations des parents qui demandent le baptême pour leur enfant de 11 mois (trop petit pour le demander lui-même) si c’est ensuite, pour laisser l’enfant à l’abandon en matière d’éducation religieuse.

    Pour lui laisser le choix ? Mais dans ce cas, pourquoi le baptiser ?

    Et puis comment peut on faire un choix sans avoir un minimum de connaissances ?

    En tout cas, bravo, Marc pour la réponse donnée à cette personne qui lui permettra sans doute de murir son choix de manière RESPONSABLE !

  3. jean claude dit :

    réponse à Jetro

    Bonjour,
    voici la position juridique ( canonique ) de l’Eglise Catholique par rapport au baptême des enfants. Le baptême peut, exceptionnellement être différé dans le cas prévu à l’alinéa 2 du canon 868 mais pas refusé de manière définitive. Le fait que les parents ne soient pas mariés, qu’ils vivent comme vous dites à droite, à gauche ne constitue pas un motif pour refuser le baptême. Le curé en question est dans l’excès de pouvoir!!!

    Can. 868 – § 1. Pour qu’un enfant soit baptisé licitement, il faut:
    1 que les parents y consentent, ou au moins l’un d’eux, ou ceux qui tiennent légitimement leur place;
    2 qu’il y ait un espoir fondé que l’enfant sera éduqué dans la religion catholique; si cet espoir fait totalement défaut, le baptême sera différé, selon les dispositions du droit particulier, et les parents informés du motif.

    Bon , c’est quand même un peu bureaucratique toute cela,

    cordialement

  4. Pourquoi vouloir un baptême pour un tout petit si vous ne lui donnez pas l’occasion d’aller à l’éveil de la foi puis à l’école biblique? Dans le baptême des enfants, il y a l’engagement des parents d’éveiller leurs enfants à la foi. Pourquoi l’aîné de 8 ans ne fréquente-t-il pas l’école biblique (sauf empêchement majeur, maladie, autre confession, etc…)? Le baptême des enfants est un sacrement généralement voulu par les parents mais n’est pas un acte magique. Pourquoi vouloir baptiser sans envoyer ses enfants au « catéchisme »? Autant attendre et laisser le choix à l’enfant quand il est plus grand, non?

  5. On est d’accord, mais cela ne justifie pas le fait de refuser de baptiser le petit. Ce refus me semble mauvais théologiquement, et de plus, il me semble une erreur pédagogiquement. En effet ce genre de chantage ne me donnerait vraiment envie de ne plus jamais remettre les pieds dans cette église.

  6. @ Jetro
    Vous dites « ce n’est pas à l’autre de décider que je devienne enfant de Dieu, mais à moi avec ma foi ». Je dirais au contraire : ce n’est pas à moi de décider si je suis enfant de Dieu, mais à Dieu seul. C’est pourquoi je considère que le baptême d’un bébé est une belle et bonne chose, il manifeste que Dieu nous reconnaît comme son enfant de toute façon, sans chantage d’aucune sorte. De la même façon, un bébé qui naît dans une bonne famille est aimé par ses parents et ses frères et sœurs qu’il le veuille ou non. Sa liberté à lui, c’est de savoir ce qu’il fera de cet amour, s’il le rendra meilleur, s’il répondra à cet amour ou le piétinera, ou l’oubliera…

    Le baptême dit cette grâce de Dieu. Il dit effectivement la liberté de Dieu de reconnaître la personne, qu’elle le sache ou non, qu’elle l’accepte ou non, comme un enfant de Dieu. C’est une adoption, basée sur le seul amour de Dieu, et que la personne ressemble à Dieu ou non. Mais ce baptême ne fait pas de la personne un(e) disciple du Christ. Pour cela, effectivement, il faut la foi de la personne, un engagement personnel à travers des paroles et des actes.

    Alors, certes, on pourrait comme le font certaines églises réserver le geste du baptême quand il y a la foi de la personne elle-même. Mais cela insiste trop, à mon goût, sur ce que fait l’homme et pas assez sur ce que fait Dieu. C’est pourquoi je trouve bien que tous puissent être baptisés, enfants confiés par leurs parents, jeunes, adultes qui le demandent. Et qu’ensuite ceux qui le désirent fassent une profession publique de leur foi, reconnaissant personnellement que « Jésus-Christ est le Seigneur ». Alors l’alliance est complète, mutuelle, entre Dieu et la personne. Mais Dieu est prêt à aimer même unilatéralement, le pauvre.

  7. Tigreek dit :

    @Marc : je vous rejoins, mais la situation de l’Eglise réformée en France n’est pas celle de l’Eglise catholique… Le catholicisme reste pour certains une histoire de traditions… Et même si pour plein de raisons, le chantage ne se justifie pas, le point de vue du prêtre, comme celui d’Estelle ou Georges ci-dessus, se comprend, non ?

    Dans tous les cas, ce genre de sujet, qui revient périodiquement, est toujours sensible, révélateur et/ou source de souffrances, difficultés, remises en cause…

  8. J’ai remarqué que les personnes ressentent très douloureusement quand il leur est refusé un baptême, un mariage ou des obsèques. Ils se sentent apparemment atteints dans le sentiment de leur propre dignité, et leurs réactions sont en conséquence.

    Mais peut-être est-ce bien là, au fond le sens même des sacrements: dire la dignité de la personne humaine, aux yeux de Dieu comme elle devrait l’être aux yeux des hommes, aux yeux des églises. Et là est l’efficacité du sacrement, une réelle efficacité.

    Malheureusement, si je puis dire, le genre de refus évoqué par cette mère de famille ne se rencontre pas seulement dans l’église catholique mais je connais des familles qui ont été dans ce genre de situation dans l’église réformée. Et le pasteur croyait bien faire, sincèrement.

    Personnellement, j’essaye d’expliquer, d’exhorter, d’évangéliser la demande des personnes (si je puis dire), mais je n’ai encore jamais refusé ni de baptiser, ni de bénir un mariage, ni d’organiser des obsèques.

  9. Jetro dit :

    Beaucoup de responsables religieux s’imaginent qu’ils sont parfait en jugeant les autres.
    A mon sens c’est Dieu seul qui juge si tel ou tel personne est apte à recevoir sa grace de devenir enfant de Dieu et faire partie de l’ensemble du peuple de Dieu.

    Qui sont ces pretres ou certains de ces pasteurs pour juger l’autre pour refuser un bapteme sous pretexte que…. radier des gens sous pretexte que… refuser la communion sous pretexte que… etc etc.
    c’est pourquoi moi je ne fait confiance à aucune religion, c’est plus de la politique que la charité fraternel.
    Moi ma lecture de la bible, la prière à Dieu me suffit largement.

  10. visiteur dit :

    Euh, on n’est pas forcé non plus de jeter le bébé avec l’eau du bain, ni de refuser de voter parce qu’il y a des politiciens véreux.

  11. Hervé A. dit :

    Bonjour,

    Je découvre votre blog et je le trouve trés bien, même si je ne fais pas du tout partie de cette église, et que je ne suis plus protestant.

    Pour ce billet, par contre, je le trouve un peu juste : je pense que beaucoup de catholiques n’auraient pas été d’accord avec ce curé, et que de toutes façons il ne semble pas avoir respecté les réglements du catholicisisme, en supposant que vous ayez fidèlement retranscrit sa position. Et les démonstrations que vous faites sur l’amour de dieu pourraient être faites par un catholique. Et quand bien même, un type qui fait des erreurs, cela existe partout.

    Il me semble qu’il eut été plus intéressant de valoriser la communauté de baptême entre les chrétiens. Un baptême protestant est un baptême reconnu par l’église catholique, et vice versa. Que vous défendiez la particularité d’un baptême qui serait inconditionnel, par rapport aux catholiques qui voudraient qu’il y ait un « suivi », n’empêche pas que « votre » baptême sera reconnu par l’église catholique, de façon toute aussi inconditionnelle que celui de Dieu.

    Et que vous devriez, tout de même, répondre au problème de ce fameux « suivi » : que le baptême soit « signe » de l’amour de dieu ne signifie pas que le baptême est l’amour de dieu ; n’est « signe » que ce qui se fait dans le cadre d’une convention, d’une éducation ; dans le code de la route, le panneau « stop » n’est compris comme stop que pour ceux qui ont le permis de conduire. (malheureusement).

    Dans le cadre d’une absence d’éducation religieuse, le baptême n’est signe de rien du tout.

    Voilà ce qui pourrait faire l’unité catholique/protestant sur la baptême : l’un n’a pas tout à fait raison, l’autre n’a pas tout à fait tord, et du coup le baptême a quand même lieu, et il est reconnu par tous. Ouf.

    Cordialement.

  12. Bonjour Hervé A.
    Mon intention n’était certainement pas d’opposer ici un baptême catholique et un baptême protestant, nous considérons ensemble qu’il y a en réalité un baptême chrétien qu’il soit fait dans l’une ou l’autre église. Et je ne crois vraiment pas avoir dit bouh les horribles curés sont rigides regardez comme les pasteurs sont ouverts. Au contraire, j’ai dit explicitement qu’une telle attitude rigoriste se trouvait aussi bien dans des paroisses protestantes que dans des paroisses catholiques en ce domaine, ça dépend des hommes, du curé ou prêtre et de l’usage dans la paroisse qui « accueilleront » cette famille.

    Par contre, je suis bien d’accord avec ce que vous dites pour le reste. Il me semble effectivement inconséquent de ne pas faire suivre un baptême demandé pour son enfant par une éducation chrétienne. C’est pourquoi nous invitons, nous appelons, nous exhortons fraternellement les familles à le faire. Mais personnellement je ne refuserais pas de baptiser un enfant sous prétexte que les parents n’ont pas eu cette démarche pour les plus grands. Nous sommes dans l’appel et l’espérance, en ce domaine. Et si à cette occasion la famille sent que malgré ce manquement de leur part nous continuons à accompagner leur famille avec bienveillance, peut être qu’ils sentirons encore mieux qu’auparavant que le baptême est le signe d’une grâce ? Et que pour vivre de cette grâce il faut en avoir entendu parler ?

  13. nogueira dit :

    le refus d un baptême est un péché.

  14. nogueira dit :

    je shouaite fair baptiser mais enfant de 4ans et 2ans le curré refuse car le papa ne singne pas les papier c un scandale le pere ne donne plus de nouvelles comment faires?? il refuse egalement de baptiser les enfant de ma soeur de 14 et 7ans car il ne veulent pas fair de caté alors quil connaise lhisthoir de dieux ns leurs expliquon depuit tout petit nous somme une famille cretienne mais pas pratiquante ou et le probleme en plus il me menasse de freiner le batheme comment peut ont menacer alors quon et curee c un scandale ducout je ne veux plus batiser mais enfants

  15. severine dit :

    mon histoire et je suis mariée nous avons trois enfants 13,11et 28 mois. Il y a deux ans, je me suis présenté après de ma paroisse pour le baptême du petit dernier, le curé ma refus le baptême pour cause les deux aînés ne sont inscrit au caté .Pour toute la famille sa nous ça choqué et( il se dit homme de dieu) nous avons fini part faire un baptême civil .Nous n’en sommes pas rester là,nous avons pris contacte avec est publicain qui nous a faire un belle article puis nous somme aussi passer sur la radio et à la télé et fini par reflet comtois religieux,pour dit en 2012 un curé à refus le baptême de notre fils, l église devrait évolué on est plus au moyen-âge .Il faudrait plus compréhension et de tolérance . Dieu a pardonné au les voleurs avant de les baptisés, il baptise même les animaux. L’église tolère le mariage blanc même si les parents ont des enfants et même des remariages mais on refus un enfant à rentrer dans la maison de Dieu . Aujourd hui combien d’enfants baptisée suive le caté . L’évêque dit qu’il ne cherche pas a faire nombres, pour moi je comprends qu’il ne cherche pas à remplir la maison de Dieu,mon mari le moi nous irons plus dans une église nous avons plus le foi cretienne Je trouve inamissible que l’église refusé un baptême. Je voit que nous ne sommes par les seuls et que dans 2ans il y en aura encore plus . Que penserait DIEU de l’église.

  16. Vous avez tout à fait raison, le baptême est pour nous un « sacrement », c’est donc ou cela devrait être un signe de la « grâce de Dieu », c’est à dire de son amour gratuit et sans condition pour tout être. Et cela semble donc bien contradictoire de le refuser à un pécheur (Christ, comme vous le dites très bien s’est approché de tous sans discrimination, il a même donné la Communion à Judas). C’est même d’autant plus contradictoire que l’enfant n’est pas responsable pour les incohérences des parents !

    Mais cela dit, je ne comprends pas tout à fait. Si vous ne croyez pas, si vous ne croyez plus, pourquoi demander le baptême ? Si vous n’avez aucune intention de donner à vos enfants la possibilité de connaître l’évangile, et donc d’avoir la liberté de choisir en connaissance de cause, pourquoi les baptisez-vous ?

    Mais si c’est seulement parce que vous êtes fâchés contre l’église, c’est autre chose. Et c’est bien moins grave. L’église, les églises sont des institutions humaines, elles sont donc pécheresses comme chacun de nous, elle sont besoin de progresser, de se convertir, d’être pardonnées. Je comprends que l’on quitte l’église, il y a d’autres moyens de s’intéresser à l’évangile et de prier Dieu (même si c’est pas trop facile de chercher tout seul par soi-même dans les livres et sur internet, avec des amis et en famille… c’est possible). Mais ce serait dommage de perdre la foi pour autant.

  17. Maryse Hermet dit :

    Je lis tous ces témoignages avec beaucoup d’intérêt et toutes vos réponses, avec beaucoup de bonheur.

    Vous avez écrit sur le site: « Mais c’est vrai que, même dans l’église, on n’est jamais tout à fait à l’abri des cons et des méchants.

    Mais bon, ce n’est pas une excuse. Normalement il y a quand même un Conseil Presbytéral qui veille sur le travail de son pasteur, il y a une administration régionale qui est chargée d’avoir un œil aussi… ce qui n’est pas toujours facile. »

    Mon expérience toute récente m’a éloigné de ma paroisse, car ceux que vous désignez comme des cons était non pas du côté du pasteur, mais du côté de certains membres du C.P. Et toutes ces questions et réponses (notamment sur la présence au culte dans une autre question) m’aide beaucoup. Pour affirmer mon désaccord, j’ai fermé (je l’espère) temporairement) la porte de l’église. Et vous comprenez donc que vous lire me fait du bien. Merci donc à tous: personnes qui posent les questions et pasteurs qui répondent. C’est bien comme vous la montrez que j’aime mon Eglise.

  18. llorca suzanne dit :

    eh bien ca mecontrarie qu’il y ait un chantage ! combien de gens et j’en connais vraiment beaucoup ont fait baptise leurs enfants en jurant de leur donner une education religieuse qui n’a jamais eu lieu alors je me demande s’il ne faut pas mentir en fait pour faire baptiser son enfant je suis degoutee! on n’est quand meme pas dans une secte on pourrait faire baptiser son enfant sans compromis!

Laisser un commentaire