S'abonner par :
 rss
 email

Dieu guide l'invention de l'Airbus ?

Question d’un visiteur :

Bjr pasteur,

– Selon Berkeley, notre esprit serait incapable de créer par lui seul les idées et qu’il n’en fait pas ce qu’il veut. Il faut admettre que c’est un autre esprit plus puissant qui en est le créateur. Ce serait donc D.ieu qui crée notre esprit et nous impose toutes les idées du monde. Pensez vous que toutes les connaissances humaines y compris les inventions (missiles nucléaires, portes-avions…) nous viennent de l’esprit de D.ieu ?

– D.ieu EST toujours , il ne peut pas ne pas ETRE. Il ne peut pas passe de non-être a l’être, il est toujours identique a lui-même, il ne peut pas changer, il est toujours dieu. Est il donc condamne d’être toujours et toujours lui-même ? Sa liberté n’est elle pas mise en cause ?

– D.ieu s’est-il fait lui même? Dieu est-il immuable et immobile? Peut-on distinguer la parole éternelle(bible) et la parole historique de D.ieu?

– Et enfin : Dieu se voit il lui-même ? Dieu voit-il autre choses que lui-même avant de créer ?

merci d’avance pour vos réponses

Réponse d’un pasteur :

Bonjour et désolé pour le délai de réponse mais je suis un peu débordé en ce moment, je ne sais pas pourquoi mais il y a pas mal de gens qui désirent se marier en ce moment, ce qui est plutôt une bonne chose pour eux.

Bravo de vous intéresser à Dieu, ça aussi, c’est une bonne chose, une très bonne chose.

Concernant les inventions humaines

Je ne pense pas que l’Esprit de Dieu nous a poussé à inventer les missiles nucléaires. L’Esprit de Dieu rend l’homme capable d’inventer, de créer des choses de son propre génie. Dieu donne à l’homme son Esprit et l’homme est ainsi un peu créateur comme Dieu est le créateur par excellence. Ces choses nouvelles qu’inventent l’homme peuvent parfois être inspirées par Dieu, parfois elles sont le propre génie de la personne , mais en harmonie avec Dieu. Parfois enfin, l’homme se prend lui-même pour Dieu, ou plutôt prend son propre désir pour dieu, et il invente des choses qui ne sont pas bonnes, et même qui peuvent être terriblement mauvaises.

On peut donc dire que Dieu a pris un risque terrible en donnant à l’être humain son Esprit. Mais c’est un bon projet et j’ai confiance que finalement ça prenne le bon sens.

Dieu est donc Dieu serait immuable ?

Oui, je pense que Dieu est. Mais pour la suite, si, je pense que Dieu change, évolue. Car Dieu est le Vivant et que la vie est mouvement. Il change d’abord pour s’adapter aux choix des humains, pour assumer la liberté qu’il a donnée. Mais Dieu change même également par lui-même. C’est dans l’imagination de l’homme que Dieu serait comme une pierre immuable. Cela rassure l’homme de s’imaginer Dieu ainsi. Mais non, Dieu change. C’est le principe même de cette dynamique de création qu’est Dieu de faire aujourd’hui quelque chose qu’il n’a jamais fait auparavant, il est donc aujourd’hui un petit peu différent de ce qu’il était hier. Mais les grands attributs de Dieu restent éternellement : sa bonté, sa liberté…

J’ai proposé l’été dernier une série de prédications sur ce thème du changement en Dieu :

 

Dieu s’est-il fait lui-même ?

A mon avis, dans ce sens, Dieu se fait lui-même car il est le seul auteur de son propre changement. Mais dans un autre sens, Dieu existe (si je puis dire) de toute éternité, il n’a donc pas eu de commencement au sens où le reste de ce qui existe a nécessairement connu un commencement.

La Parole ?

A mon avis, oui, il est essentiel de distinguer la Parole de Dieu et les écrits. C’est un peu une image de parler de « parole » pou Dieu, car il n’a pas de bouche pour parler, il communique autrement, au plus profond de l’être humain par son Esprit. Mais appeler cette communication de Dieu « Parole » signifie qu’il laisse la liberté à l’homme, que l’on peut ne pas écouter, ne pas entendre, ne pas recevoir, ne pas comprendre et même refuser ce qu’il nous propose. Et cela veut dire que Dieu nous invite aussi à lui parler, à dire notre avis. C’est ainsi que Dieu crée par sa Parole, suggérant au monde une évolution positive et pleine de sens.

La Bible est un recueil de témoignages humains sur la relation de grands croyants sur Dieu. Dans ces témoignages il y a donc quelque chose de Dieu et quelque chose des témoins et de quelque chose des circonstances particulières. De génération en génération nous avons remarqué qu’en lisant ces textes dans un esprit de prière, les êtres humains s’ouvraient à la parole vivante de Dieu, parole que Dieu désire donner individuellement à chaque personne, de tout niveau d’éducation et de toute culture.

Comment Dieu se voit ?

Pour ce qui est de la manière dont Dieu se voit et voit ce qu’il crée, il est le Voyant par excellence, sans doute, mais je pense qu’il serait un peu fou d’essayer d’imaginer et encore plus de dire comment il voit.Dieu est de toute façon un être unique en son genre.

Avec mes respects et mon amitié.

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

2 Réponses à “Mais qui donc est D.ieu en fait ? Peut-être n’est-il pas celui que nous pensions.”

  1. Baert dit :

    DIEU dans la Bible
    • Elohim, l’Être des Êtres
    • Le Tétragramme (le Nom divin)
    • L’ange de Dieu (qui se manifeste sous l’autorité de Dieu)
    • Le fils de Dieu

    Elohim, l’Être des Êtres
    Genèse 1:1 déclare : « Au commencement Dieu créa le ciel et la terre ».
    Le premier verset de la Genèse mentionne immédiatement l’existence de Dieu. Le mot traduit ici de manière générique par « DIEU » est le mot hébreu : אלהים- Elohim.
    Elohim est employé plus de 2500 fois dans la Bible. Le mot Elohim dérive de la racineאל (El) qui signifie « Lui ». Elohim est le pluriel d’Eloha (אלֹזה). Eloha signifie littéralement « Ce Lui qui est ». On peut donc se demander pourquoi l’auteur utilise le pluriel pour désigner la divinité. En réalité, le mot Elohim revêt un sens beaucoup plus profond. Le mot Elohim désigne dans la Bible tantôt des divinités (Exode 18:11; Lévitiques 19 :4 ; Nombres 33 :4), tantôt des êtres surnaturels à l’origine inconnue (Genèse 3:5 – Daniel 4:5-6), ou encore des hommes (Psaumes 82:6).
    Aussi, nous pourrions traduire le premier verset de la Genèse de la manière suivante :
    Au commencement, il créa (ברא) Elohim (אלהים), Lui qui est eux (les dieux) à travers l’existence du ciel et de la terre.
    Il n’est pas difficile d’admettre que des divinités président aux grands principes de la création, « le ciel » symbolisant le domaine spirituel et « la terre » symbolisant le domaine matériel.
    Les Elohim sont donc des émanations ou des forces actives et passives, et ils constituent l’origine même de la création. Les Elohim vont participer à la création des grands archétypes tels qu’ils sont proposés dans le récit de la création (Genèse 1 : 3 – Genèse 2 : 4).
    Mais attention, même si les Elohim sont des émanations de Dieu, ils ne sont pas Dieu.

    Le Tétragramme (YHWH)
    Le nom de Dieu, tel que Dieu le révèle à Moïse (Exode 3 : 14 et 15), apparaît pour la première fois en Genèse 2 :4. Ce nom s’écrit en hébreu de la manière suivante : יהוה et forme ce que l’on appelle le tétragramme (les 4 lettres). Fabre d’Olivet (1767-1825) déclare dans son ouvrage La langue hébraïque restituée, que le nom de Dieu se prononcerait : IHÔAH, ce qui nous amène au XXI° siècle à le prononcer YeHoWaH.
    Le mot hébreu : יהוה signifie littéralement, quant à sa forme grammaticale, « l’Être qui est, qui a été et qui sera ». La formule qu’Elohim déclare à Moïse est la suivante : אֶהְיֶה אֲשֶׁר אֶהְיֶה (Je suis celui qui suis – ou encore je suis celui qui existe). Les hébreux utiliseront donc יהוה qui signifie « Il est ».

    L’ange de Dieu
    Dans l’Ancien Testament il est souvent fait mention de l’ange de Dieu qui agit pour Dieu. Cet ange porte le même nom que Dieu. De là, viennent de grandes confusions dans de nombreuses traductions.
    Voici l’explication que nous lisons dans le livre de l’Exode 23 : 20-21 : « Voici, j’envoie un ange devant toi, pour te protéger en chemin, et pour te faire arriver au lieu que j’ai préparé. Tiens-toi sur tes gardes en sa présence, et écoute sa voix; ne lui résiste point, parce qu’il ne pardonnera pas vos péchés, car mon nom est en lui ».
    Ce verset biblique est très paradoxal. C’est ici que nous comprenons bien la différence entre Dieu et entre l’ange de Dieu. Sinon, pourquoi devait-on se tenir « sur ses gardes » en présence de cet ange ? Pourquoi recevoir l’ordre d’ « écouter sa voix » et de ne point lui résister. Cet ange de la rigueur, et qui porte le nom de Dieu, ne pouvait pardonner les péchés car il n’y avait alors réellement que Dieu qui puisse le faire.
    Enfin, nous lisons encore en Exode 24 :1 : « Dieu dit à Moïse : Monte vers l’Éternel ». Pourquoi n’est-il pas écrit : « Monte vers Moi » ? Cela nous prouve qu’il y avait bien deux entités distinctes et qu’il ne faut donc pas les confondre. L’apôtre Paul, qui avait été élevé dans la pure tradition juive déclare à plusieurs reprises que la Loi que Moïse reçut au Mont Sinaï avait été promulguée par des anges et non par Dieu (Galates 3 : 19 ; Hébreux 2 : 2-3) – Au cours de son procès, Etienne qui mourra en martyr mentionnera également ce fait (Actes des Apôtres 7 : 53). Ainsi dans l’Ancien Testament, c’est l’Ange de Dieu qui marche au devant d’Israël. Il ne faut donc pas se méprendre. Cela vient d’ailleurs expliquer bien des contradictions.

    Le fils de Dieu
    Enfin, dans le Nouveau Testament, Jésus ne présente pas comme étant Dieu mais comme le fils de Dieu. « Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis ? Simon Pierre répondit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant » – Matthieu 15 : 16
    L’apôtre Paul ira encore plus loin en déclarant : « Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création. Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui. Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui » (Colossiens 1 :16 et 17). Cette notion de la préexistence du Christ avant sa venue sur terre est également défendue par Jésus lui-même face aux Juifs de l’époque (Jean 8 : 56 à 58). Jésus était donc le fils de Dieu.
    Enfin, dans le récit de Marc 5 : 2 à 8 nous lisons : « Aussitôt que Jésus fut hors de la barque, il vint au-devant de lui un homme, sortant des sépulcres, et possédé d’un esprit impur. Cet homme avait sa demeure dans les sépulcres, et personne ne pouvait plus le lier, même avec une chaîne. Car souvent il avait eu les fers aux pieds et avait été lié de chaînes, mais il avait rompu les chaînes et brisé les fers, et personne n’avait la force de le dompter. Il était sans cesse, nuit et jour, dans les sépulcres et sur les montagnes, criant, et se meurtrissant avec des pierres. Ayant vu Jésus de loin, il accourut, se prosterna devant lui, et s’écria d’une voix forte: Qu’y a-t-il entre moi et toi, Jésus, Fils du Dieu Très Haut? Je t’en conjure au nom de Dieu, ne me tourmente pas. Car Jésus lui disait : Sors de cet homme, esprit impur !  »

    Un Dieu pour tous
    Nous partons donc du principe que Dieu existe et qu’il est le créateur de tout ce qui existe. Nous ne souhaitons pas entrer dans des débats métaphysiques, mais nous soutenons le fait que Dieu aime chacune de ses créatures de la même manière. La religion doit nous conduire à l’acte d’adoration. Nous entrevoyons la vérité dans l’acte même d’adoration. Jésus lui-même va en ce sens et nous montre la voie en déclarant : « l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent en esprit et en vérité » (Jean 4 : 23-24). Aussi, il n’appartient pas aux hommes d’indiquer si leurs semblables ont ou non l’approbation de Dieu (Luc 6:37).
    Nous ne souhaitons pas rentrer dans des débats métaphysiques complexes. Le livre du Siracide (Ecclésiastique) déclare : “Ce qui est trop difficile pour toi, ne le cherche pas, et ce qui est trop fort pour toi, ne le scrute pas. Ce qui t’est commandé, sur cela réfléchis; car tu n’as pas besoin des choses cachées. Dans ce qui te dépasse ne va pas t’immiscer car ce qu’on t’a montré est déjà trop pour l’intelligence humaine” (Ecclésiastique 3 : 21 à 23).
    Par conséquent, la création matérielle toute entière est là pour attester de l’existence de Dieu. Nous devons juste retenir que Dieu est la cause de tout ce qui existe et que nous devons honorer son Nom, YeHoWaH, voire de le sanctifier comme l’a dit Jésus lui-même en parlant de son Père : « Voici donc comment vous devez prier: Notre Père qui es aux cieux! Que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel). (Matthieu 6 :9,10)

  2. Bonjour,

    Votre étymologie du mot Elohim (Dieu ou dieux) est très très discutable. La racine אל (El) peut effectivement signifier le pronom démonstratif, mais cette racine sert aussi plein d’autres choses, il signifie également « ne pas », mais encore « bélier », « grand arbre ou pilier », « en direction de » … Et il signifie tout simplement le mot « dieu » dans l’ensemble des langues sémitiques (égyptien, cananéen, arabe, hébreu…). Je ne ferais donc pas d’étymologie du mot dieu en hébreu pour comprendre ce que désigne ce mot car il me semble que c’est une racine primaire. C’est plutôt l’observation du sens de ce mot El (dieu) dans ces différentes langues qui permet d’approfondir le sens de ce mot, cette observation montre qu’il sert à désigner dieu en tant que puissance, force.

Laisser un commentaire