S'abonner par :
 rss
 email

Gaspard de Coligny À une certaine époque, notre société était comme un village isolé où tout le monde était chrétien, il était alors possible de penser que le seuls seraient sauvés ceux qui confessent Jésus-Christ bien comme il faut. Mais aujourd’hui, nous avons de vraies relations de travail, d’amitié et de famille avec des personnes de convictions et de culture différentes. Si l’on ouvre les yeux, si l’on ouvre son cœur et son intelligence, si l’on pense dans la prière aux personnes que l’on a rencontrées, il me semble difficile de se dire que les milliards de non-chrétiens méritent la mort éternelle. Que Dieu leur dit, avec un petit sourire désolé : pour vous, ça ne sera pas possible, je ne peux pas faire autrement que de vous jeter à la poubelle, ou de vous laisser dans votre poubelle car c’est bien là votre place !

C’est choquant car nous avons souvent senti que ces personnes non-chrétiennes sont comme nous, qu’elles essayent de souvent vivre en y mettant leur cœur et leur foi ou leur idéal, en faisant preuve de solidarité, de bienveillance et de compassion pour leur voisin qui souffre…

Cette question du salut ou non des non-chrétiens est une des grandes questions qui est posée au chrétien aujourd’hui. Les implications sont considérables pour notre propre vie, dans notre relation avec les autres, mais aussi dans notre façon de témoigner de notre foi dans ce monde laïc. Les implications sont également importantes dans le domaine politique et sociologique.

Nous avons de la chance parce que cette question est présente dans la Bible. Le monde à l’époque de la Bible était au moins aussi mondialisé que notre monde du XXIe siècle. L’époque d’une société plutôt homogène et isolée est comme une parenthèse dans l’histoire.
Ouverture ?

Il y a dans ce passage de la 1ère lettre de Jean une affirmation qui est d’une ouverture extrême pour toute personne de bonne volonté, sans critère de foi :

« Quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu,
car Dieu est amour » (1 Jean 4 :7, 16)

Jean dit cela dans le contexte d’une église chrétienne extrêmement minoritaire dans un monde qui est au carrefour de toutes les civilisations. Ce passage nous dit que toute personne qui aime est profondément en communion avec Dieu, quelles que soient ses idées, sa religion, sa théologie, sa philosophie.
[…]

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

Laisser un commentaire