S'abonner par :
 rss
 email

L'arche et le temple de Jérusalem selon "Les très riches heures du Duc de Berry"

Question d’un visiteur :

Bonjour,
les protestants ont ils une « ville sainte » ?

Merci !

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Selon la théologie protestante, tous les lieux sont saints, à égalité. Et que toute personne est sainte.

En effet, dans la Bible, être saint veut dire avoir une vocation, un appel venant de Dieu. Or nous pensons que toute personne est regardée par Dieu avec un amour, avec un respect et une espérance égale, mais une vocation particulière. C’est donc Dieu qui sanctifie, selon la Bible.

Dans le judaïsme, il existait des lieux saints, en particulier le « saint des saints » qui était le cœur du temple de Jérusalem. Mais en Christ, nous pensons que le monde entier est devenu le saint des saints, de même que toute personne est appelée à être prêtre, prophète et roi, d’une façon particulière. Cette ouverture du saint des saints est bien exprimée dans ce récit des évangiles qui dit que le voile du temple se déchira du haut jusqu’en bas à la mort du Christ. Il ne s’agit pas d’une profanation du saint des saints du Temple, mais il s’agit d’une sanctification de la terre entière.

Cela dit, il y a des lieux porteurs d’histoire, des lieux marqués par le souvenir d’événements bons ou mauvais. Par exemple, Jérusalem est à ce titre un lieux extrêmement chargé d’histoire mais aussi de souvenirs extrêmement importants (et de mauvais souvenirs aussi, malheureusement). Est-ce que ce serait une raison pour considérer ce lieu comme plus saint qu’un autre ? A mon avis non, à cause de la raison évoquée ci-dessus, Dieu regarde comme également saint toute personne et toute terre sous les pieds de toute personne.

Est-ce que Jérusalem ou le centre de notre magnifique église de l’Oratoire du Louvre serait un lieu saint, voire un lieu sacré ? A mon avis encore moins, car ce qui est sacré c’est Dieu seul, et donc la vie qui vient de lui. Dieu est plus présent au-milieu de nous et au dedans de chacun que dans n’importe quel autre endroit ou objet de ce monde… Il ne me semble pas juste de sacraliser un endroit ou un objet, mais en plus, cela me semble plutôt néfaste. À trop précipiter ainsi des réalités spirituelles dans la dimension matérielle de la réalité, on prend le risque de « chosifier » Dieu. Ce n’est pas que ça le vexe particulièrement (ce n’est pas son genre), mais cela a des conséquences fâcheuses sur le plan spirituel (cela nous décentre de l’essentiel) et sur le plan humain (combien de guerres sont basées sur cela !).

Amitiés fraternelles.

pasteur Gaspard de Coligny

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

Laisser un commentaire