S'abonner par :
 rss
 email

Gaspard de Coligny

prédication du pasteur Gaspard de Coligny
pour le dimanche 15 avril 2012

Il existe tant de mauvaise, de méchante solitude, tant de personnes seules, isolées, malgré nos 7 milliards de voisins de palier.

Il y a bien trop de mauvaise solitude mais en même temps, nous n’avons pas assez de cette bonne solitude choisie qui nous permettrait d’être plus en forme et d’avoir de meilleures relations avec les autres, avec notre propre existence et avec Dieu. Jésus nous apporte un éclairage intéressant sur la juste solitude, dans quelques paroles mais surtout dans sa manière d’être.

1) Contre la mauvaise solitude, une solidarité pleine de délicatesse et de force

L’Évangile est plein de ces situations de personnes qui se retrouvent en marge, pour diverses raisons.
Jésus fait preuve d’une vraie solidarité, sans s’arrêter pour savoir si la personne a une part de responsabilité dans le pétrin dans lequel elle se trouve.

2) Reconnaître la bonne solitude

À côté des accidents qui nous ensevelissent plus ou moins dans une mauvaise solitude, il est normal de ressentir une solitude qui est saine et qui est utile et bonne, elle. En effet. Chaque personne humaine est unique, et c’est donc à juste titre que nous nous sentons plus ou moins incompris, seul de notre espèce.

3) Se retirer dans sa chambre avec le Père

Jésus pratique lui-même une certaine solitude volontaire, en particulier dans chacune des grandes étapes de son ministère de Christ, et il exerce ses disciples à cet exercice, et il nous dit « Quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret… ».

4) Il y a parfois le temps du : courage, fuyons !

Nous ne sommes pas à l’usine. Avec Jésus et comme lui, faisons selon nos propres forces, comme nous le sentons, comptant sur l’aide fidèle de Dieu.
[…]

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

3 Réponses à “Une solitude à combattre et une solitude à cultiver”

  1. Marie-Alicia dit :

    Bonjour.

    J’étais loin de Paris ce dimanche, mais je viens de regarder et écouter cette dernière vidéo et culte.

    Je souhaiterais simplement vous remercier et vous dire ma reconnaissance pour ce message que j’ai vraiment apprécié.

    Professionnellement, j’interviens très souvent auprès de personnes confrontées à ces situations d’isolement ; ce n’est pas toujours évident de les aider à avoir une vision plus large de leurs difficultés, souvent « Je » est perdu dans un grand monde, au milieu de l’indifférence.
    S’il est vrai que la solitude rend mal à l’aise, est difficile à vivre, rejoindre l’autre à cet endroit, même avec compassion et solidarité, n’est pas acquis. Comme vous l’exprimez, « nous n’avons pas le même paysage » de ce vécu.
    Se tenir près de l’autre quand le besoin est dans sa vie, une présence humaine qui dit à autrui que son existence a du prix, avoir besoin de lui, et je crois aussi beaucoup au fait de « lui être fidèle même si son évolution n’est pas conforme à ce que nous souhaitons, mais l’aider à prendre forme, sa forme à lui ».
    « L’aider à se réconcilier avec la bonne solitude » me paraît être la démarche tout à fait adéquate pour « remettre en route » celui, celle qui est enfermé dans cette solitude dont il, elle ne sait plus toujours comment elle s’est installée et surtout pas comment commencer à en sortir.
    J’ai bien apprécié comment vous expliquez les attitudes de Jésus, en ce qui le concerne Lui, pour lui-même et pour ceux qui l’entourent, son humanité, sa solidarité, sa connaissance de la solitude, mais aussi son « utilisation » de ces moments particuliers inscrits dans le temps, que chacun peut « mettre à profit » pour mieux structurer sa vie.

    Bien des leçons de vie.
    Merci pour ces trois façons d’envisager la solitude : la mauvaise, la bonne, celle de Jésus. Un équilibre permettant une remise sur pied pour qui sait en saisir l’instant.

    C’est très rare, un enseignement comme celui-là.
    Merci à vous.

    Bien fraternellement.
    Marie-Alicia

  2. Merci merci, Marie-Alicia, de nous avoir fait part de ce témoignage vécu, et merci pour les prolongements que vous proposez.

    Marc

    PS. Vos encouragements m’encouragent beaucoup 🙂

  3. Marie-Alicia dit :

    Cet enseignement que vous avez donné propose une vraie dynamique.
    C’est très intéressant et… pragmatique.

    Je vous souhaite une bonne journée.
    Marie-Alicia

Laisser un commentaire