S'abonner par :
 rss
 email

extrait du "jugement dernier" de Fra angelico

Question d’un visiteur :

Bonjour,
je vous écris pour avoir quelques éclairages sur le culte protestant. Issu de parents athées, eux-même issus de famille musulmanes, ils m’ont toujours laissé libre cours à ma réflexion et mes opinions religieuses. Je vis dans la culture catholique depuis mes 5 ans, mais je me retrouve davantage dans le culte protestant, par sa piété, sa simplicité, la relation directe (et non intermédiée) qu’elle crée entre Dieu et le croyant, et la liberté de pensé qui n’est pas emprisonnée, mais au contraire, incitée.

Seulement, il y a un point que je ne comprends pas, car j’ai fait plusieurs recherches et je me suis adressé à plusieurs protestants:
D’après ce que j’ai compris, notre sort est décidé le jour de notre naissance par Dieu, qui nous sauve ou ou nous puni ? (c’est ce que m’a dit un ami calviniste)
Dans ce cas, qu’importe ce que fait le croyant, étant donné que son sort est déjà tracé ? C’est là le paradoxe qui me fait douter, je ne comprends pas en quoi cela incite le croyant à utiliser son intelligence et sa liberté de conscience étant donné que son destin est scellé ?

Un autre ami m’a affirmé que le protestant peut demander pardon de ses péchés quotidiennement (à condition d’être sincère) et que seul Dieu nous jugera en fonction de la sincérité de notre pitié et de nos actes.

Que penser ? Quel est le véritable précepte protestant ?

Pour ma part, je pense que le protestant, guidé par l’Esprit Saint, exerce son sens critique, sa liberté de conscience et son intelligence pour diriger leur vie et sera jugé par Dieu selon ses actes, son honnêteté, sa foi.

Merci de répondre à toutes mes questions, qui j’espère, ne vous paraitront pas absurdes.

Cordialement

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Monsieur

Merci pour cette belle réflexion théologique et existentielle.

Vous avez bien saisi l’esprit du protestantisme quand vous évoquez une relation simple, sincère, dynamique et libre avec Dieu. C’est vrai sur le plan religieux (le cœur même de notre foi n’est pas l’église mais la relation personnelle, intime avec Dieu, dans sa chambre, porte fermée). Mais c’est vrai également sur le plan théologique. Les protestants que vous avez interrogés sur la question du « jugement dernier » avaient une position que je suis loin de partager, et je pense que nous sommes nombreux parmi les pasteurs et théologiens protestants d’aujourd’hui à ne pas être d’accord avec cette façon de voir les choses, même si votre ami a probablement un peu raison en disant que c’est ce que pensait Calvin. Mais ce brave homme (et cet homme brave) disait aussi que l’église et la théologie étaient sans cesse à réformer. Bien peu de protestants et encore moins de théologiens soutiennent encore cette idée qui me semble épouvantable de la « double prédestination », envoyant par décret divin avant même la naissance les uns au salut, les autres dans les poubelles éternelles, voire dans d’éternelles chambres de tortures. Grande idée.

D’abord, il n’existe pas de « véritables précepte protestant », il y aurait plutôt une démarche protestante, et elle consiste justement à dire que c’est à chacun de se forger ses propres convictions, ses propres préceptes, sur la base d’une foi, d’une prière, d’une lecture de la Bible, d’une réflexion personnelles et d’un débat avec d’autres… Ce que vous dites très bien.

Mais je peu vous dire mon avis, qui n’engage que moi, sur la question du salut individuel de la personne humaine.

Je suis convaincu que Dieu sauve absolument chaque personne, mais pas tout dans la personne humaine. Son amour, comme tout amour, en réalité, fonctionne comme un filtre purificateur qui garde le meilleur, espère le meilleur sans cesse, et passe par dessus ce qui ne va pas en nous pour nous aimer, et essaye sans cesse de nous débarrasser ce que qui nous tourmente et nous empêche d’avancer…

Voir par exemple ces prédications sur le site de l’Oratoire :

Avec mes amitiés fraternelles

pasteur Gaspard de Coligny

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

7 Réponses à “Quelques questions concernant le jugement dernier”

  1. Marianna dit :

    Je vous remercie pour cet éclairage sur le protestantisme. Mais finalement, vos explications me compliquent les choses: je n’arrive plus vraiment à voir quelles sont les différences essentielles entre le protestantisme et le catholicisme? Je me prépare au baptême catholique et j’avoue que la « démarche » protestante, comme vous dites, me paraît tout à fait possible dans le catholicisme… (du moins, j’espère). Car on peut aussi vivre une relation intime avec Dieu, dans sa chambre, porte fermée en étant catho ou protestant…
    Je continue à consulter votre site très intéressant car sans doute y trouverai-je une réponse. Merci beaucoup.

  2. Bonsoir Marianna

    Et heureusement, que protestantisme et catholicisme se ressemblent puisque c’est la même religion, juste deux façons assez proches d’être chrétien.

    Par exemple nous avons des rites religieux et nous pratiquons tous la prière personnelle. La question c’est de savoir qu’est ce qui est considéré comme le sommet de la foi : est-ce que la pratique du rite ou est-ce la prière dans sa chambre ?

    Ce n’est pas qu’une question abstraite : Est-ce le rite et l’église ont pour objectif de favoriser l’autonomie, ou est-ce que la prière personnelle doit permettre de se préparer à vivre plus intensément ce qu’apporte l’église, considéré comme le sommet de la foi de l’homme ?

    + Merci pour les encouragements, c’est précieux !

  3. Eric78 dit :

    D’après ce que j’ai compris, notre sort est décidé le jour de notre naissance par Dieu, qui nous sauve ou ou nous puni ? (c’est ce que m’a dit un ami calviniste)

    Bonjours
    Je ne sais pas si votre amis Calviniste a raison, mais pour moi comme pour quasiment l’ensemble de la Théologie Chrétienne c’est faux!
    Et si le Calvinisme dit cela ça serai en contradiction avec le message Évangélique.Mais bien sur ce sont des pensées humaines donc avec des erreurs.

    Sinon a quoi cela aurai servi que Jésus vienne pour nous montrer le chemin puisque tout « serai » écris!

    Rien n’est écris et la grâce est toujours en mouvement et, comme la pluie, tombe sur tous les hommes et femmes,c’est nous qui ouvrons trop de parapluies!

    L’important n’est pas, je pense faire partie de telle ou telle congrégation, mais bien de renouer avec notre source qui est Dieu, selon notre mesure qui évolue dans le temps aussi.

  4. La plupart des calvinistes que je connais ne croient pas une seconde à la prédestination. Et ils n’ont pas peur de l’enfer, persuadés que nous sommes de l’amour puissant de Dieu. Et ce n’est pas un petit parapluie de rien du tout qui sera indéfiniment plus fort que son amour.

  5. gold price dit :

    Si cette analyse est juste, elle mène à une interprétation très plausible de la démarche de Judas. C’est, pour faire triompher la cause du Messie, un plan machiavélique qui germe, comme une inspiration, dans l’esprit de Judas : « Mettre le Sei­gneur au pied du mur, l’amener dans une impasse où il sera contraint d’employer les grands moyens pour sauver sa mission en se sauvant lui-même ». Un indice vient soutenir cette hypothèse, c’est le surnom d’Iscariote attribué à Judas. Le sens en est discuté, mais on peut vala­blement y voir la transcription ap­proximative du mot grec désignant les « sicaires », les résistants armés usant du terrorisme. Si Judas était l’un d’eux, il aura suivi Jésus en voyant en lui le Libérateur espéré. Or, depuis la prometteuse entrée à Jérusalem, Jésus n’a rien fait pour s’emparer du pouvoir. Pourquoi ne pas tenter de lui forcer la main ?

  6. marie dit :

    Est-ce vrai, l’histoire du « jugement dernier » ?

  7. Nous verrons bien.

    De toute façon, faisons confiance en Dieu, comme nous faisons confiance en Christ.

    Et pour l’instant, la question est celle de vivre notre vie ici bas de la plus belle et bonne façon possible.

    Amitiés

Laisser un commentaire