S'abonner par :
 rss
 email

prédication du pasteur Gaspard de Coligny
pour le dimanche 3 juin 2012

Les théologiens traditionalistes accusent Jésus :
« Toi, qui es un homme, tu te fais Dieu »

Jésus répond qu’il ne s’est jamais dit « Dieu » mais « fils de Dieu », ce qui n’est pas du tout la même chose. Mais Jésus dit aussi quelque chose d’important, il dit qu’il aurait très bien pu se présenter comme « dieu » sans blasphémer puisque la Bible elle-même nous dit que nous sommes des dieux, chacun de nous sans distinction ni condition, et donc lui aussi.

Jésus tenait donc là un argument imparable pour se présenter comme Dieu s’il l’avait voulu. Mais il ne le fait pas. Il ne le fait même pas du tout, il insiste une demi-douzaine de fois dans ce texte pour rendre à Dieu ce qui est à Dieu et bien faire la distinction avec lui, Jésus. Cela commence par le nom qu’il utilise ici pour parler de Dieu, il l’appelle systématiquement « mon Père » et non « Dieu » comme le font ses contradicteurs. Jésus montre ainsi clairement que oui, Dieu n’est pas sans rapport avec ce qu’il est, un fils et son père ont tant en commun mais que Dieu est la source, et que lui, Jésus, est un fruit de cette source. Jésus insiste : c’est le Père qui lui donne la vie, c’est lui qui le sanctifie c’est-à-dire qu’il lui donne une place, une dignité et un rôle en ce monde. C’est Dieu, nous dit Jésus, qui lui donne la force de parler et d’agir… et ce qu’il y a de meilleur dans ses actes ne vient pas de lui-même, cela ne vient pas de l’homme mais de son Père.

Alors, est-ce que Jésus serait Dieu quand même ?

Dans un certain sens, ce n’est pas faux de dire que Jésus est à la fois Dieu et homme, dans un certain sens, et que nous sommes tous à la fois dieux et hommes. Enfin, tout dépend comment on comprend et ce que l’on fait de ce concept. Il est à manier avec grande précaution, à mon avis.

[…]

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

16 Réponses à “Jésus est-il Dieu ? Et nous, sommes nous des dieux ?”

  1. Mattdu13 dit :

    Salut !

    Signe du destin peut être, j’ai eu une conversation avec mon beau frère (catholique) à ce sujet il y a trois jours… les enfants me posaientt des question sur la trinité (franchement simple a définir ce dogme lol) et j’ai donc dit que Jésus etait à le fois fils de Dieu et Dieu en même temps … en insistant sur le lien d’amour entre Dieu le Père et Dieu le fils…
    Mais le beau frère en question n’était pas d’accord pour dire que Jésus est Dieu (ou une partie de Dieu) … bref pas de théologien dans la famille donc ça s’est terminé en gros « boxon » et on est tous resté dans notre ignorance lol

    Personnellement je crois que Dieu est Dieu (facile), que Jésus est fils de Dieu donc Dieu aussi et que l’esprit (saint) est le lien d’amour entre Dieu et son (ses) fils donc entre Jésus d’une part et nous tous d’autres part… Pas étonnant que les cathos parlent de mystere pour cette fameuse trinité c’est un enfer à comprendre …

    Et vous, Monsieur le Pasteur, comment definiriez vous, avec votre expérience et vos etudes, cette fameuse trinité et ce fait que Jésus serait à la fois le fils de Dieu et Dieu lui même ??!!!
    Et puis puisqu’on y est, comme percevons nous la Trinité chez les Protestants ? Depuis que je ne vais plus à ‘l’église catholique (des années) je ne me suis jamais plus posé la question lors des cultes, puisque j’en entends plus parler !

    Merci par avance !
    bonne soirée.
    Matthieu de Marseille

  2. Bonsoir Monsieur
    Bravo pour vos discussions hautement théologiques en famille. Et merci pour ce récit très sympa.
    Concernant la trinité, à vrai dire je ne suis vraiment pas du tout amateur de cette expression de la foi. Non parce que ce serait débile, mais ça me semble :

    – lourd (il suffit de voir les définitions officielles des conciles œcuméniques sur ce point, Heidegger, à côté, c’est un roman de gare),
    – dangereux (mal compris on tombe dans du n’importe quoi, et comme ce n’est pas facile à comprendre…),
    – arrogant (du style : je vais coucher Dieu sur un divan et je vais vous donne une cartographie de sa manière de fonctionner)…

    Mais je dirais que 80 % des protestants sont habitués à trouver ce concept normal, même s’ils n’en n’ont qu’une idée assez vague, ou assez déformée de ce qu’elle était dans la tête des théologiens qui ont sculpté ce dogme aux 3e, 4e et 5e siècle…

    Mais bon, j’ai mis quand même dans le « petit dico de théologie » que j’ai mis en ligne un article là dessus : https://oratoiredulouvre.fr/dictionnaire/trinite.html

    Sinon, d’accord pour Dieu est Dieu. Oui. Facile, mais c’est assez utile à rappeler comme base, et si l’on y regarde de près c’est plsu évident à dire qu’à vivre vraiment.

    D’accord pour Jésus est fils de Dieu. Mais je suis moins d’accord avec votre « donc Dieu aussi ». Au contraire, je dirais « donc pas Dieu quand même, mais pas loin ». Mais d’ailleurs, la 2e personne de la trinité serait plsu précisément la Parole éternelle de Dieu, qui se fait chair en Christ, mais ce n’est quand même pas Jésus avec ses sandales qui est la 2e de la trinité : « Dieu de Dieu, lumière de lumière, vrai Dieu de vrai Dieu ; engendré et non fait, consubstantiel au Père, par qui tout a été fait… » comme le dit cette incroyable tirade du symbole de Nicée ! ! !

    Pour l’Esprit, euh, à vrai dire c’est Dieu aussi, il est dans la liste sur tout parce qu’il fallait un troisième pour avoir ce chiffre spécial qui est le 3, l’Esprit est Dieu mais en tant que proposition de sens et d’évolution ?

    Bonne soirée à Marseille

  3. François dit :

    Bonjour Monsieur le Pasteur,

    Bien d’accord avec vous : le coup de l’Esprit-Saint, troisième Personne de la Trinité, c’est un peu gros. Comme si Dieu n’était pas Esprit (ou pire : come si Dieu n’avait pas d’Esprit)… Là-dessus, je ne suis pas loin des Témoins de Jéovah qui nous expliquent que la Trinité est un concept pré-chrétien remasterisé.

    Et Jésus, Dieu ou pas Dieu ? Votre réponse est claire et je la reconnais pleinement. De même, quand vous dites que vous ne priez pas Jésus (là, en fait, je suis un peu moins enthousiaste…)
    Le catholique Péguy a écrit, je crois, « Depuis l’Ascension, il y a de la poussière dans la Trinité ». Cette image me plaît assez dans ce qu’elle révèle de la proximité que Dieu veut entretenir avec l’homme. D’un autre côté, je ne crois pas que nos bassesses puissent entacher Dieu.

    Catholique moi-même, employé au sein d’un service pastoral de l’Eglise, je devrais être un peu embêté :
    – ça la fout mal de passer (presque) autant de temps sur le blog du lab’oratoire qu’à la messe et surtout que sur les sites de théologie catho
    – ce n’est pas très ecclésialement correct d’être « trinitairement tendancieux ».

    Mais bon, si comme vous dites, tout cela n’est qu’une façon d’éclairer les modes de relation Dieu-homme, Dieu s’en fiche un peu et moi aussi.

    Merci encore pour votre site et toutes vos belles et éclairantes réponses.

  4. Bonsoir François

    Merci pour ce message sympa, et pour votre engagement dans votre église. J’en sais quelque chose, et je suis hyper reconnaissant pour l’engagement des laïcs dans l’église.

    A mon humble avis, il n’y a pas de honte à ouvrir des fenêtres. Sinon, notre humble demeure va progressivement sentir comme un terrier de marmottes à la fin de l’hiver. Avec votre ouverture et votre engagement dans votre église, vous ouvrez des fenêtres. Cette ouverture n’est pas du « relativisme » (ce qui consisterait à dire que tout se faut plus ou moins), puisqu’au contraire vous cherchez, vous réfléchissez, vous discerner ce qui peut enrichir votre foi, votre théologie, et votre idée de ce qui est juste… ce faisant vous vous forgez des convictions personnelles sincères et fortes, vous musclez aussi votre intelligence de la foi, de la théologie et de la vie pratique. Tout cela est au bénéfice (à mon avis encore) de vous-mêmes, de vos proches et de votre église, donc de la galaxie et de Dieu.

    D’autant plus que rien ne vous oblige à être d’accord avec ce qui est sur le site internet ou le blog de l’Oratoire. Je ne suis pas non plus d’accord avec tout. Et nous ne disons que très très très rarement du mal de l’église catholique (probablement pas plus que de l’église protestante !)…

    Il semble que considérer la trinité comme des modes de relation Dieu-homme n’est pas tout a fait casher pour les très saints conciles (qui appellent cela du modalisme), mais il me semble que bien des théologiens cathos n’en sont pas très loin de cette façon de relire la trinité au XXIe siècle car la notion de personne (dans la trinité) est évidemment bien loin d’être considéré maintenant littéralement. Mais bon nombre s’abstiennent simplement plus ou moins de cette expression de la foi, sans en faire une maladie quand même, mais en choisissant des expressions plus simples et plus bibliques.

    Dieu est plutôt heureux, je pense, qu’on essaye de le comprendre, qu’on explore ce qu’il est ou tout au moins, comme vous le dites, ses modes d’être en relation avec notre univers. Il est même très heureux, je pense, quand c’est dans une démarche sincère et libre. En effet, ce qui nous est commandé par Jésus c’est d’aimer Dieu, ce qui suppose une profonde sincérité plus qu’une soumission. Ce qui nous est proposé c’est de nous tourner vers lui, pas d’être aplati comme une fourmi sous une botte. Ce qui nous est proposé est d’entrer dans un cheminement confiant. C’est cela que suppose cette expression « croire en Jésus-Christ », ce verbe « croire » est celui de la foi, de la recherche de Dieu, pas un verbe qui exprimerait la connaissance d’un dogme, ni la soumission à une autorité.

    Donc bref, bravo & merci.

  5. Mattdu13 dit :

    Cher Marc,

    Merci pour votre réponse, je suis aller voir votre petit dico et la définition de la trinité qui me plait bien, au point que je l’ai imprimé et que je la donnerai à mes petites nièces.

    Ca m’a fait drôle au travers de mes lectures sur ce blog de voir que vous aussi vous ne priez pas Jésus. C’est pareil pour moi en fait. Je ne ‘prie’ que Dieu. Pour ce qui est de Jésus, je pense souvent à lui, il m’arrive de lui parler « interieurement » (non non je ne suis pas schizo !!), comme je parle à mon grand père décedé bien trop tôt… En disant cela je m’aperçois que c’est un peu bébête parce que prier Dieu pour moi reviens à lui parler (je ne sais pas pour vous) un peu de la même manière que pour Jésus et ledit grand-père donc cela me fait me poser la question de la difference entre dialogue sincère et prière ?? j’en perds une fois de plus mon latin !
    Ce qui est sûr c’est que l’idée de Dieu n’est jamais très loin de moi depuis que je suis ado, j’ai parfois l’impression de le sentir tout proche et cela me donne une grande joie et donne un sens à cette vie terrestre !

    Autre chose, ce qui m’etonne toujours c’est que malgré mon manque de connaissances théologiques, ma foi est là, j’aime en parler autour de moi, je me pose beaucoup de questions, rarement d’une grande hauteur mais bon on fait avec ce que l’on a. Au fond de moi, je suis triste quand j’entends quelqu’un qui dit qu’il n’a pas la foi, même si je me garde bien de faire des commentaires… peut etre parce que ma vie à un peu basculé quand j’ai éprouvé ma foi.

    Allez encore un grand merci sous le soleil marseillais et le bonjour à James ! 😉

    Bien à vous.

  6. Baert dit :

    J’aimerais bien que quelqu’un m’explique la trinité à travers la Bible et non de dogme platonicien !
    Qui voudra bien m’expliquer ce mystère et surtout avec la Parole de Dieu ?
    Christian Baert
    baert.c@gmail.com

  7. Bonjour

    Le problème, c’est que cette histoire de trinité n’est pas tout ce qu’il y a de plus biblique… ce concept ayant été inventé des générations après la fin de la rédaction des textes composant le Nouveau Testament !

    Mais effectivement cette pensée trouve ses racines dans le Nouveau Testament et les « fans » de la pensée trinitaire s’appuient bien évidemment sur ces textes.

    Ensuite, la Parole de Dieu est une Parole vivante que l’on écoute dans la méditation et dans la Prière. Vous avez raison de chercher ainsi qui est Dieu.

    Amitiés

  8. Fabien Girard dit :

    Superbe prédication Marc !

    J’adhère à tout ce que vous dites.

    On se connais déjà un peu grâce à Facebook (puisque nous y sommes amis) mais je ne suis pas sûr que vous vous souviendrez de moi du premier coup.

    Pas le temps aujourd’hui d’en faire trop long mais je saurai me rattraper.

    A bientôt !

    Fabien Girard
    Témoin de Jéhovah à Chinon (mes amis unitariens et ERF me disent « TdeJ libéral », ça existe ça vous croyez ?)

  9. Christophe dit :

    Article intéressant.
    J ’ai retrouvé sur le net un autre article traitant du même sujet: Jésus est-il dieu?
    Je crois vous le trouverez aussi intéressant, quoique sur un ton un peu tranché.

    http://lespolemiques.blogspot.com/2012/06/jesus-est-il-dieu.html

  10. Nicole DEHEUNYNCK dit :

    Bonjour Gaspard de Coligny
    Juste envie de vous dire un grand merci pour cette très belle prédication que je viens d’écouter ce matin de Novembre. Je remonte dans le temps doucement à partir de ma découverte du site (en octobre) et donc serais amenée à vous faire des commentaires décalés dans le temps.
    Votre commentaire de ces textes m’aide vraiment à clarifier cette question si compliquée mais si essentielle de la définition de dieu avec laquelle je suis en réflexion depuis plus de 20 ans…époque à laquelle je me suis vraiment collée à cette recherche de la nature de la foi et de la place que je voulais lui donner dans ma vie. Merci encore pour ce site , pour tout ce travail, pour toute cette richesse, pour cette médiathèque d’études.
    C’est pour moi la suite de ma catéchèse dans l’esprit que je cherchais depuis bien longtemps
    Nicole D

  11. Merci pour ces encouragements hyper encourageants, effectivement.

  12. Gérard BEBE dit :

    Beaucoup pensent faire plaisir au Père en niant la divinité de son Fils, mais c’est pas du tout ( à mon humble avis) cohérent. N’est-il pas normal que le Fils soit de même nature que le Père? Beaucoup de passages bibliques tels que: « Il est l’image visible du Dieu invisble » ou  » En Lui (Jésus) habite corporellement la plénitude de la divinité » ou « Qui m’a vu a vu le Père » ou encore « Le Père et moi sommes un » ou encore « Tout a été créé par Lui et pour Lui » ou encore Jésus qui s’attribue le nom de Dieu « Je suis » (dans l’Apocalypse) , devraient suffir à commprendre l’unité de substance qui unit le Père au Fils. C’est vrai que le mystère de la Trinité n’est pas digeste, et rien de plus normal, car Dieu est pour nous un mystère; nous le comprenons avec la petitesse de notre intelligence, car il est le Tout-Autre! Si Jésus n’est pas Dieu, alors il est impossible qu’il ait pu nous sauver, car c’est d’abord par la vertu de sa divinité qu’il nous sauve; si c’était par la vertu de son humanité seule, alors un autre homme saint aurait pu nous sauver; seul Dieu peut combler l’abîme infini créé par par le péché et qui sépare l’homme de son Créateur; Dire que Jésus est Dieu, quoi de plus logique!

  13. Quoi de plus logique ? De dire que Jésus est fils de Dieu, comme le disent les 4 évangiles unanimes sur ce point.

    Car oui, il y a plein de passages qui montrent l’immense proximité de Jésus avec Dieu. Mais il y en a autant qui montrent qu’il n’y a pas d’identité entre les deux. Vous connaissez très bien ces nombreux textes, à commencer par Jésus qui dit à Dieu « que ta volonté soit faite et non la mienne », et « mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné », ou ce passage où il dit que nul ne connaît l’heure, pas même le Fils, mais Dieu seul…

    Il ne faut donc ni exagérer d’un côté, ni de l’autre.

    Et non, un autre homme saint n’aurait pu nous sauver comme Jésus le fait, tout simplement parce que Jésus est Christ, c’est une vocation, une fonction particulière, unique donnée par Dieu et acceptée par l’homme Jésus. Il est Le Christ avec un CH, alors que nous sommes des christs avec un ch.

  14. Gérard BEBE dit :

    Il existe en Jésus ce que les théologiens appellent « L’union hypostatique » entre la nature humaine et la nature divine (les deux natures subsistent en une personne, sans que l’une ne dénature l’autre, 100% homme, 100% Dieu) ; quand le Christ appelle son Père mon Dieu, c’est parce qu’il est pleinement homme, et lorsque Thomas, après avoir mis son doigt dans le côté du Christ, l’appelle « Mon Seigneur et mon Dieu », c’est parce qu’au-delà de cette humanité, se cachait sa divinité qui a été dévoilée au disciple incrédule. Lorsque le Christ dit : « Le Père est plus grand que moi », c’est parce qu’il est un homme comme nous, et quand St Paul dit : « Il n’a pas considéré comme une proie à arracher son égalité avec Dieu, mais prenant la condition humaine, il s’est abaissé… », cela traduit parfaitement ce que j’affirmais plus haut…Jésus est vrai homme et vrai Dieu !

  15. visiteur dit :

    Peut-on confondre étroitement Christ et l’homme Jésus au delà de la vie temporelle de celui-ci ?
    Christ n’est-il pas Jésus mais également bien plus ?
    Vous parlez de la Parole de Dieu comme initialement la deuxième personne.
    Peut-on considérer Parole et Christ (oint de Dieu, si je ne me trompe pas) comme un seul concept ?
    Cette Parole, engendrée par le Père et qui s’incarne en Jésus, l’être humain me semble également bien plus que l’être humain fini.

    J’espère avoir pu exprimer mon interrogation suffisamment clairement.

    Je me fais l’effet, ces derniers temps, d’un homme qui découvre l’océan et essaye de se faire mentalement l’image la plus exacte du dessin intégral de ses côtes …
    C’est, en un sens, d’une grande vanité, mais c’est plus fort que moi.

    Quoi qu’il en soit, je vous remercie encore pour le rôle fondamental que vous avez joué, par vos mots, qu’ils soient à mon intention ou en réponse à d’autres, dans ma réconciliation avec Dieu ainsi que dans cette relation intime retrouvée avec lui.

    Avec mon amitié fraternelle,

  16. Bonjour, et bravo de vous poser ainsi des questions.

    Vous avez raison, Il ne faut pas confondre « Jésus » et « Christ ». En effet, « Jésus » désigne un être humain qui a vécu historiquement, et « Christ » désigne une fonction. Par conséquent, quand on dit « le Christ Jésus », c’est comme quand on dit « le général de Gaulle », dans cette expression les mots n’ont pas le même statut.

    Quand on dit « Jésus Christ », c’est donc une confession de foi reconnaissant que Jésus est « le Christ ». La majuscule à Christ est le signe de l’article défini, pas n’importe quel christ, c’est à dire ayant reçu une onction pour être fait serviteur de Dieu pour une mission donnée, mais Le Serviteur de Dieu chargé d’apporter quelque chose d’aussi décisif pour l’avenir de l’humanité entière que la création de ce monde. Et oui, les bénéfices du service qu’il a rendu se déploient bien au-delà du ministère terrestre de Jésus, et bien après.

    La question que vous posez sur Christ qui est plus que Jésus a été très discutée au cours des siècles, et en particulier entre les réformateurs. Voir cet exposé de André Gounelle
    http://andregounelle.fr/vocabulaire-theologique/extra-calvinisticum.php
    J’ai donné une prédication qui a un petit rapport avec cette question de Christ : https://oratoiredulouvre.fr/predications/le-christ-et-tout-un-peuple-de-christs.php

    Je n’identifierais pas non plus Christ et Parole de Dieu. Mais il me semble que « Parole de Dieu » est plus large, il désigne, si je puis dire, toute action de création proposée par Dieu à l’univers matériel. Christ est un de ces projets divins, mais la dynamique d’évolution que connaît la matière en est un autre, qui va dans le même sens, mais qui se déploie autrement.

    L’être humain n’est pas fini, il est en marche, en évolution, et effectivement l’homme Jésus en est un bon exemple, à sa façon unique (comme sa vocation est unique, comme toute vocation).

    Amitiés fraternelles
    & ma reconnaissance pour vos encouragements.

Laisser un commentaire