S'abonner par :
 rss
 email

'Dendorah Temple' http://www.flickr.com/photos/20290998@N08/5385208405

Question d’un visiteur :

Bonjour Monsieur le Pasteur,

Voilà en lisant des résumés sur l’histoire de l’Egypte, des Pharaons et des pyramides, beaucoup disent que l’histoire des esclaves en Egypte n’a pas existé, que des preuves ont été trouvées comme quoi il n’y a pas eu d’esclaves, et que ce sont des ouvriers Egyptiens qui ont travaillé et qui étaient payés. Pourtant la Bible dit qu’il y a bien eu l’esclavage en Egypte.

Que pensez vous de tout cela ? Merci d’avance pour votre réponse.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Bravo de lire la Bible… et de vous poser des questions

Cette question de la cohérence entre le texte biblique et l’histoire se pose pour bien des textes de la Bible. Jésus a-t-il marché sur l’eau au sens physique du terme ? Comment a-t-il ressuscité Lazare ? Mathusalem a-t-il vécu des centaines d’années ? Adam et Ève, Abraham, Moïse, David, voire même Jésus sont-ils des personnages historiques (oui / non / en partie) ? Est-ce qu’il existe des serpents qui parlent… ?

Ces questions en sont pas inintéressantes, mais elles ne sont pas essentielles car ce qui importe le plus c’est pourquoi est-ce que cette histoire a été racontée ou rapportée, pourquoi les générations passées ont trouvé ces histoires si intéressantes qu’elles méritent d’être méditées par les générations futures ?

Donc, bref, ce qui nous intéresse c’est le sens théologique et spirituel des textes Bibliques.

Pour ce qui est du caractère historique de tel ou tel détail, il vaut mieux demander à un archéologue ce qu’il en pense. Le théologien ne peut répondre avec compétence que sur le plan de la théologie, du sens théologique, du sens pirituel, existentiel, moral… de ces textes.

Par exemple, les historiens (même s’ils ne sont pas toujours d’accord à 100% entre eux, bien entendu, et que leurs hypothèses se fanent parfois plus vite qu’un coquelicot)… les historiens nous disent qu’il existe une ou deux traces archéologiques de l’existence historique de David et d’un bon nombre de rois nommés dans les textes bibliques, ils nous disent que l’existence de Jésus est une certitude historique ainsi que son exécution par les romains… ils nous disent que, par contre, l’archéologie de la ville de Jéricho ne correspond pas à l’histoire racontée dans le livre de Josué qui serait donc purement théologique et spirituel. Pour ce qui est de l’histoire, il y a un spécialiste assez reconnu, puisqu’il a été même nommé au collège de France : Thomas Roemer, dont les cours sont en ligne sur leur site.

Les théologiens, par contre s’intéressent au sens de ces textes. Par exemple, depuis 2500 ou 3000 ans, l’histoire de la libération des hébreux hors d’Egypte a été comprise comme nous parlant de la force de salut et de libération que Dieu a pour chacun de nous. C’est pour cela que la Pâque est célébrée. Ce qui importe c’est de comprendre en quoi l’histoire de Moïse n’est pas du passé (ou pas seulement du passé, qu’importe) mais nous parle de notre futur, et peut-être même du présent si nous nous laissons libérer par Dieu.

Donc, si, il y a des esclaves en Egypte, si je puis dire : il y nous, dans un certain sens. Mais quelle est notre Égypte personnelle, si je puis dire ? C’est une première question essentielle à nous poser et personne ne peut y répondre à notre place. C’est pourquoi vous faites bien de lire la Bible, car personne ne peut la lire et l’interpréter à votre place et interpréter ainsi non seulement la Bible mais la Bible & votre propre existence afin de saisir quelque chose que Dieu désire vous apporter pour vous aider. Ensuite, la question est la même que dans ce récit de la Bible, voulons-nous être libéré ou, comme les hébreux à certains moments, préférerions nous rester bien tranquillement dans notre Egypte ? Et comment nous y prenons-nous pour avancer ? Avec quelles forces, quelle sagesse, quelle espérance ? Avec quel Dieu ? Avec celui que Jésus appelle « mon Père qui est dans les cieux » ou avec le premier veau d’or venu ? Avec les autres ou contre les autres ? De quels miracles avons-nous besoin pour être libéré et pour avancer ? Et mil autres questions essentielle au fil de la lecture de ces textes…

Avec mes amitiés fraternelles

pasteur Gaspard de Coligny

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

6 Réponses à “Les esclaves hébreux en Egypte n’ont pas existé ?”

  1. Cécile dit :

    Si je puis apporter ma pierre à l’édifice, cette fois plus sur un plan plus historique que théologique, il y a une confusion temporelle : les pyramides ont été construites une douzaine de siècles avant la date supposée (règne de Ramsès II) de l’action de Moïse. Les pyramides ont pu être construites par des hommes libres (pauvres désoeuvrés pendant les crues du Nil, …) sans que cela exclue la présence d’esclaves dans le pays, surtout 1000 ans plus tard.
    De plus, il faut prendre le texte biblique dans son contexte de rédaction lors de l’exil à Babylone. Il est tentant d’imaginer une contamination entre les deux événements et la construction d’une dramaturgie (« si Dieu a pu nous faire sortir d’Egypte où nous étions esclaves, il pourra nous assurer un retour en Terre promise »).
    Comme le dit Gaspard de Coligny, la Bible possède plusieurs (voire une infinité) de niveaux de lecture, ce qui en fait justement le caractère intemporel.

  2. Fabien Girard dit :

    J’avais trouvé quelques arguments en faveur de l’exactitude du récit de l’Exode.

    Voici mon humble article, il vaut ce qu’il vaut…

    http://alephetomega.blogspot.fr/2012/05/commentaire-critique-des-secrets-de.html

    Amitiés. Fabien

  3. Nodrac J.P dit :

    La Bible est un livre sacré donc tous ce qui est écrit est vérité , comment nous simples mortels pourrions -nous avoir la prétention d’interpréter la parole de l’Éternel
    Pâques, Aid , Pessah est la commémoration de l’exode des Hébreux d’Egypte
    Après avoir lu l’exode dans la Bible Je déduit que c’est la fête d’une bande de voleur qui s’enfuit avec un butin ;c’est aussi la fête d’un génocide d’innocents orchestré par un psychopathe
    Bien venue dans l’amour et la fraternité de l’Éternel miséricordieuse

  4. Justin Bile dit :

    Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui: Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; 32vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. 33Ils lui répondirent: Nous sommes la postérité d’Abraham, et nous ne fûmes jamais esclaves de personne; comment dis-tu: Vous deviendrez libres?
    Ces verset du chapitre 8 du livre de jean jette un doute sur l’histoire de l’exode.

  5. Picsou dit :

    Selon moi l’exode c’est comme il est dit le choix entre l’esclavage en Égypte
    Et le paradis si l’on suit dieu en terre promise (après 40 ans de traversée du désert… Impossible même sans GPS)

    Et justement le pharaon incarne dans ce récit le souverain le plus puissant sur terre
    Dieu explique alors qu’il est plus puissant que n’importe quel homme et qu’il donne la force à ceux qui le suivent, mais que ce chemin est semé d’embûches
    (Pareil avec job, Dieu donne dieu reprends)

    Bref un récit bien plus qu’un fait réel oui

  6. sophie Chalet dit :

    Bonjour,
    Les égyptiens ne pratiquaient pas l’esclavage pour la simple raison que seuls les hauts dignitaires ( clergé, armée, administration) avaient droit de s’enrichir et d’être propriétaires. Le reste du peuple, la grande majorité, n’était propriétaire que de son pagne…et encore, quand ils n’allaient pas nus. En effet il n’y avait pas de monnaie circulant, pas de salaire en numéraire, pas de possibilité de s’enrichir ou de thésauriser. Pharaon veillait à nourrir, vêtir et loger le peuple qui était ainsi rémunéré en « nature ». Le peuple travaillait au champs après la crue et aux monuments pendant la crue du Nil qui les laissait sans activité. Ainsi planté, le mode de vie de l’homme du peuple ressemblait bien au statut d’un esclave. Mais alors, on peut considérer que tout le peuple était esclave? Pas tout à fait, car s’il avait la condition d’un serf, l’homme du peuple avait des droits, ce que n’ont pas les esclaves. Ce qui revient à dire que si les hébreux se sont sentis esclaves, c’est peut être parce qu’ils ont d’abord bénéficié d’un statut privilégié qui les épargnait pour être intégrés « égyptiens » à part entière et donc être soumis à cette existence peu enviable, mais générale.
    Ces conditions de vie ne correspondant pas à leur culture, ils ont voulu quitter le pays…Mais, les travaux « pénibles » auxquels ils étaient soumis étaient le lot quotidien de tout égyptien du peuple. Ni plus, ni moins.

Laisser un commentaire