S'abonner par :
 rss
 email

James Woody

prédication du pasteur James Woody
pour le dimanche 10 juin 2012

Les anges ne sont pas vraiment en odeur de sainteté chez nous. Il faut dire que la Réforme a fait le ménage chez les anges pour rendre la foi chrétienne un peu plus crédible. En 1937, le théologien Gerhard Spinner écrivait : « la réalité des anges est problématique, leur influence est nulle, quant à des révélations de leur existence, nous n’en voyons aucune ». Pourtant, les anges sont une constante dans les religions, notamment monothéistes : les auteurs bibliques ne rechignent pas à mettre en scène des anges, depuis la Genèse jusqu’à l’Apocalypse.

Mais, de nos jours, les anges posent de sérieux problèmes de crédibilité à la foi chrétienne. C’est que les petits joufflus ou les êtres ailés, on n’en rencontre jamais au coin de la rue. Ceci étant, ce n’est peut être pas si grave, parce que dans la Bible non plus.
[…]

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

6 Réponses à “Voilà les anges…”

  1. Line dit :

    Bonjour,
    je me connecte depuis peu sur le site de l’Oratoire du Louvre que j’ai découvert par hasard en faisant des recherches personnelles sur le web.
    J’apprécie le contenu et la richesse de ce site, et suis assez régulièrement les prédications des pasteurs.
    Je voulais remercier le pasteur Woody pour nous avoir lancé ce « voilà les anges….ne s’arrêtent pas », c’est en effet le refrain de la chanson et aussi la conclusion de votre prédication pasteur Woody.
    C’est un bel espoir que de nous parler de nos anges gardiens qui, ni ne se vampirisent ni ne deviennent nos « démons ».
    Bonne continuation et à bientôt sur le blog de l’Oratoire.
    Amicalement

  2. Merci pour votre message et soyez un bon ange autour de vous.

    Cordialement,
    JW

  3. Line dit :

    Qu’est-ce qu’être un ange autour de soi?
    Cordialement.
    CL

  4. Les modèles bibliques d’ange ne manquent pas et je pense que vous trouverez des passages qui vous éclaireront. Mais il y a déjà de quoi faire avec les 5 récits utilisés dans la prédication, non ?

  5. Line dit :

    En effet, il y de quoi faire, cependant ressembler à l’un de ces modèles reste très ambitieux !
    Savoir se construire son propre modèle adapté à son environnement devrait être plus simple et tout aussi honorable.
    Par ailleurs je ne suis pas une grande connaisseuse des textes bibliques. Peut être devrais-je envisager de me cultiver d’avantage ? Cependant je crains de ne pas en faire une juste interprétation.
    CL

  6. Eloïse M. dit :

    J’aimerais partager , l’émotion que j’ai ressentie lors de la prédication « Voilà les anges » du 10 juin. Au travers des mots, j’ai perçu un signe de Dieu dirigé vers moi, dirigé vers ceux présents.
    Comment ne pas être bouleversé par la réponse du Seigneur à une de nos prières ? Qui n’a pas souhaité voir la venue dans sa vie d’un messager ? Ou d’être ce messager ?

    J’ai été un de ces aveugles assis à côté du chemin de la parabole de Mathieu (20, 29-34), isolée dans la certitude de n’avoir aucune réponse. Pourtant dans cet isolement, dans cette solitude, mes prières demandaient de voir, d’entendre. Jésus « voit » la non-vie des aveugles le long du chemin.

    La rencontre providentielle, le messager peuvent être cet Autre, être humain fragile et questionnant comme moi. Dire « oui » à la vie c’est avant tout une décision spirituelle qui nous permet d’accueillir l’Autre comme une providence mise sur la route de notre existence. Encore faut-il croire à ce signe, accepter que ce frère ou cette sœur dans la foi soit une réponse que Dieu nous offre. D’ailleurs Dieu ne nous impose pas d’y croire, il ne nous force pas à voir, il nous donne le choix du doute, du refus ou de l’accueil.

    J’ai rencontré cet être « angélique » qui transforme l’acte de foi en sentiment réel. Il est apparut sur mon chemin, alors que je faiblissais dans ma foi, que je renonçais à sentir la vie. En mêlant mes larmes aux siennes, en accueillant ses peines pour accepter les miennes, au contact de cet Autre, j’ai repris conscience du souffle divin en moi et de la grâce de revenir à la vie en roulant la pierre de mon tombeau.

    Cet « ange / messager » l’a été « parce c’était moi parce que c’était lui » . Par cette rencontre qui a fait naître cette joie « de vivre » à nouveau, l’amour de Dieu, sauveur, créateur, est revenu en moi mais pour prendre une place plus centrale et plus totale. Je crois maintenant qu’aucune vicissitude humaine ne pourra me couper désormais de la foi que je porte en notre Seigneur.

    Votre messager, vous l’avez peut être croisé, ou bien sans le savoir êtes -vous celui de quelqu’un ?

    « Nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons les frères. Celui qui n’aime pas demeure dans la mort » Jean (3,14). Mon ange à moi, n’était pas ailé et auréolé de lumière, mais par son amour, il m’a rappelé que Dieu nous aime, qu’il nous aime vivants et qu’il ne nous abandonne jamais.

Laisser un commentaire