S'abonner par :
 rss
 email

Hubert Bost en chaire

prédication du professeur Hubert Bost
pour le dimanche 10 février 2013
Sur ces textes de la Bible : Matthieu 6:25-34
(avec Matthieu 10:28-33 et Matthieu 21:18-22)

Sur les abribus de Paris fleurissent ces derniers jours les affiches publicitaires d’un établissement bancaire – vous savez, celui qui a pris pour symbole un rongeur grimpeur à queue en panache et amateur de noisettes. Des affiches où nous l’on propose la définition de mots simples par des synonymes. L’une d’elles indique : « Prévoyance (n. f.) : Tranquillité d’esprit ». Elle a peut-être retenu mon attention à cause de la question qu’un étudiant m’avait posée quelques jours plus tôt au sujet de la providence. Dans ma réponse, j’avais rappelé que, d’un point de vue étymologique, providence et prévoyance signifiaient la même chose. Pro-videre, pré-voir.

Le rapprochement était amusant, entre l’affiche « Prévoyance (n. f.) : Tranquillité d’esprit » et la question sur la providence. Amusant, mais pas évident ; qu’en pensez-vous ?

Que donnerait un petit détournement théologique, si l’on substituait un mot à l’autre dans cette définition ?

Pourrions-nous dire : « Providence (n. f.) : Tranquillité d’esprit » ? Ce n’est pas vraiment la définition qui nous vient spontanément à l’esprit !… Or c’est pourtant bien ce que Matthieu semble affirmer, et même marteler, dans ce passage du Sermon sur la Montagne : « Ne vous inquiétez pas. Ne vous inquiétez ni de ce que vous mangerez ou boirez, ne vous préoccupez pas de savoir comment vous vous habillerez. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain. » Ne vous en inquiétez pas : Dieu s’en occupe, Dieu a tout prévu. S’il s’occupe de nourrir les oiseaux et de rendre belles les fleurs des champs, à combien plus forte raison prendra-t-il soin de vous.

Providence divine. Oui, mais alors si c’est vrai c’est exactement le contraire de la publicité ! La « prévoyance » qu’aimerait me vendre l’écureuil n’est-elle pas le contraire de la « providence » qui protège les oiseaux insouciants ? L’un amasse frénétiquement des noisettes et s’inquiète aujourd’hui pour être tranquille demain. Les autres picorent au petit bonheur, confiants, sans penser à demain. Confiants ou inconscients ? Le message du texte, la sagesse qu’il propose, est-ce de vivre au jour le jour ? Un carpe diem évangélique, en quelque sorte ? Après tout pourquoi pas : le vœu de pauvreté des moines, pendant des siècles, ne consistait-il pas à renoncer aux biens matériels pour cultiver la liberté spirituelle ? Oui, mais peut-on vraiment habiter ce monde, s’en reconnaître responsable sans assumer, pour nous et pour nos proches, pour la communauté humaine à laquelle nous appartenons, les charges qui nous incombent ? Vraiment, chers moines ou chers moineaux, est-ce cela dont il s’agit ici ?

… suite du texte ici

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

2 Réponses à “L’écureuil et les petits oiseaux – providence et prévoyance (Matthieu 6:25-34)”

  1. Nicole DEHEUNYNCK dit :

    J’ai eu la chance ce dimanche d’être présente à l’Oratoire. J’attendais ce moment. Depuis 6 mois l’Oratoire semble bien devenir clairement ma maison d’adoption. Le blog, les partages audios de conférences et d’études bibliques, et bien sur les enregistrements vidéos (merci à Soo-Hyun Pernot) m’ont permis au cours des mois de me familiariser avec ces lieux , ces visages, ces paroles. Dimanche j’ai eu l’émotion d’y être et c’était bien, je reviendrai. La prédication d’Hubert Bost était forte et juste , j’y repense régulièrement.
    Encore merci à vous tous pour ce travail, cet engagement, cette vérité, cette présence. Nous devons être nombreux à en profiter et nous en nourrir!

  2. Ah que c’est sympa
    Je transmets à Soo Hyun, ça l’encouragera aussi à tenir ce service bénévole (53 prédications en 2012 ) !
    Et ravi d’avoir pu vous voir un peu mieux que sur la vignette facebook, parmi nous dimanche dernier.
    Amitiés fraternelles

Laisser un commentaire