S'abonner par :
 rss
 email
un berger porte une brebis et fait paître d'autres

illustration du IIIe siècle

Bonjour et félicitation pour le contenu de votre blog auquel je suis fidèle. Vous n’ignorez pas que les catholiques vous trouvent les protestants assez sévères et même austères. Catho je suis persuadé du contraire depuis longtemps et c’est pour cette raison que je vous transmet un texte du blog d’un ami prêtre vendéen.
Bien cordialement et en union de prières.

Dominique de Beaupré

Bonjour Dominique
Vraiment merci pour ce message fraternel & œcuménique.
Oui, nous aimons vraiment bien rigoler chez les protestants, c’est vrai, et nous sommes aidé par notre tendance à désacraliser la religion, les églises, les dogmes… Notre tradition d’austérité s’est heureusement dissipée, c’est un peu dommage que ce travers se soit estompé avec d’autres bonnes choses comme notre traditionnelle connaissance de la Bible, le culte familial, l’honnêteté scrupuleuse… O tempora o mores
Amitiés fraternelles

Marc

Les enseignants comprendront ! Les autres…
Les autres devraient assister à des cours et nul doute qu’ils comprendraient ce qu’est enseigner en 2013 après Jésus-Christ !

En voyant la foule des gens, Jésus alla sur la montagne. Lorsqu’il fut assis, les douze vinrent à lui.
Il leva les yeux sur ses disciples et dit : « Bienheureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux leur appartient. Bienheureux ceux qui souffrent, car ils seront consolés. Bienheureux les doux, car ils posséderont la terre… »

Quand Jésus eut terminé, Simon-Pierre dit : « Il fallait écrire ? »

Puis, André demanda : « Est-ce qu’on doit apprendre tout ça ?

Et Jacques : « Il faut le savoir par coeur ? »

Philippe ajouta : « C’est trop dur ! »

Jean dit : « Je n’ai pas de feuille. »

Et Thomas ajouta : ‘ »Moi, je n’ai plus d’encre dans mon stylo. »

Inquiet, Barthélémy demanda : « Y aura-t-il interro ? »

Et Marc interrogea : « Comment ça s’écrit, « bienheureux » ?

Matthieu se leva et quitta la montagne sans attendre en disant : « Je peux aller aux toilettes ? »

Simon précisa : « Ca va sonner ! »

Et Judas dit enfin : « Vous avez dit quoi, après « pauvres » ? »

Alors, un Grand Prêtre du Temple s’approcha de Jésus et dit : « Quelle était ta problématique de départ ? Quels étaient tes objectifs transversaux ? A quelle compétence faisais-tu appel ? Pourquoi ne pas avoir mis les apôtres en activité de groupe ? Pourquoi cette pédagogie frontale ? Etait-elle la plus appropriée ? »

Alors, Jésus pleura !

Publié par Père Gaignet

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

Une Réponse à “Jésus enseignant”

  1. Marie-Alicia dit :

    !! Super. J’ai bien ri.

Laisser un commentaire