S'abonner par :
 rss
 email
http://www.erf-saint-esprit.org/article_print.php3?id_article=1067

Marianne Carbonnier-Burkard,
Membre du Comité Consultatif National d’Ethique

L’Élysée vient de procéder au renouvellement prévu de la moitié des membres du  Comité consultatif national d’éthique (CCNE),  cette semaine. Surprise : le pasteur Louis Schweitzer, le candidat choisi par la Fédération Protestante, est remplacé par  Marianne Carbonnier-Burkard, bien connue pour son enseignement à la Faculté de Théologie Protestante de Paris, et pour ses engagements au sein du protestantisme. En parallèle, le rabbin de service a été remplacé par un juif érudit.

Apparemment, les « religieux » ne décolèrent pas. Quel affront ! Des « laïcs » ont été nommés à ce qu’ils pensent être « leurs » places au Comité consultatif national d’éthique (CCNE) ?

Petite revue de presse de leurs réactions :

Selon fait-religieux.com , le pasteur Claude Baty, président de la Fédération Protestante de France, aurait déclaré :

  • « Ecarter les religieux du comité d’éthique, une brutalité dommageable pour la société. « 
  • « C’est absurde : quel est l’intérêt d’avoir des comités »oui oui » aux ordres ? Ils n’ont de sens que grâce au dialogue qu’ils provoquent, et parce que tout le monde n’est pas forcément d’accord. «  

Selon La Vie, le pasteur Louis Schweitzer, aurait déclaré :

  • « Le gouvernement fait comme si les chrétiens liés à une institution religieuse n’étaient pas libres de penser et dignes d’avoir leur mot à dire sur les questions de société. Je vois là un refus d’accepter la présence des religions dans le champ du débat public. Mais il serait fou de penser que les religions n’auraient rien à dire sur les sujets de société ! « 
  • « Ce qui me paraît étrange c’est que le président François Hollande a choisi à ma place une spécialiste de l’histoire de la Réforme aux 16e et 17e siècles. »

Franchement, je trouve cela très étonnant. Un des piliers de la pensée protestante est le sacerdoce universel. Il n’y a pas de séparation de nature entre un « religieux » et un « laïc » dans le protestantisme, chaque fidèle est un « religieux ». Certes, il y a des fonctions particulières dans notre église, un si tous sont des religieux, tous ne sont pas pasteurs, mais c’est une fonction, celle d’avoir en charge de s’occuper d’une communauté, et ayant été formé pour cela, reconnu pour cela par l’église. En quoi est-ce qu’un « pasteur » serait nécessairement plus « religieux », plus compétent, plus libre vis à vis du pouvoir politique qu’un « laïc » ? Franchement, je pense que ce genre d’idée n’a pas de sens dans le protestantisme.

En plus, et c’est ce qui me peine le plus, je trouve que c’est particulièrement injurieux pour Marianne Carbonnier-Burkard.

  • Comment peut-on une seconde la soupçonner de ne pas être compétente ? Elle est théologienne, historienne, philosophe, ne manque pas de notions en droit… Le soupçon distillé que le fait qu’elle est une spécialiste de l’histoire de la Réforme la rendrait incapable de recul par rapport à cette époque est absolument odieux.
  • Le soupçon qu’elle a été nommée au CCNE par l’Élysée parce qu’elle serait une « oui-oui » à la botte du pouvoir est une injure qui ne déshonore que celui qui la porte. Je rêve, qui peut entendre Marianne Carbonnier être traitée de valet du pouvoir sans en rire ?

Tout cela n’a pas de sens, ni théologique, ni humain. Mais pourquoi une telle attitude ? Parce que le gouvernement français a commis, avec cette nomination, un blasphème contre l’institution des églises ? contre une caste de prêtres ? Oui, et c’est très bien ainsi. Le gouvernement n’en a pas moins reconnu les religions comme une composante importante. Les protestants se sont toujours battu pour cette laïcité là, un pouvoir politique qui reconnaît les églises et qui ne se soumet pas aux églises. Les protestants se sont toujours battu contre le cléricalisme, pour la liberté de la conscience personnelle.

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

20 Réponses à “Le Comité National d’Ethique préfère des « laïcs », les protestants devraient s’en réjouir.”

  1. Picon dit :

    Bravo pour ce texte que j’attendais ! Merci !

  2. Eric George dit :

    Il me semble qu’en tant qu’enseignante à l’IPT, Marianne Carbonnier-Burkard est ministre de l’Eglise, non ? (du coup, pas un « laïc » au sens de « non-ministre » que lui donne généralement notre Eglise)
    Mais en fait, la question que je me pose malgré tout, alors même que je suis partisan du Mariage pour tous, est moins la question de la nomination que celle de l’éviction de personnalités qui ont émis une opinion en désaccord avec la position du gouvernement. C’est plutôt cela, qui, en tant que protestant, m’empêche de me réjouir simplement de la nomination de « non-religieux »

  3. Cher Eric, il est bon de se poser cette question, c’est vrai. Mais il ne faudrait pas faire un procès d’intention à l’Elysée, et je ne suis pas du tout certain que Marianne Carbonnier ait été choisie par l’Elysée pour sa docilité dans la main du pouvoir politique… Ce n’est pas du tout du tout le genre. Quant au fait que la Fédération Protestante se soit prononcée contre le mariage pour tous, alors même que tout le monde savait que les opinions étaient largement partagées dans le protestantisme, ce n’est pas un geste qui brille particulièrement par son respect des membres de l’église.

  4. O.Abel dit :

    Merci Marc
    Je crois que ce n’est pas la première fois qu’il y a des divergences autour de ces « nominations », qui sont du ressort du Président, et non de corps constitués, et il est bon qu’il y ait ces divergences.
    En tous cas je suis heureux que le protestantisme soit à nouveau « représenté » ou plutôt figuré (mais c’est plutôt encore une question de voix, de timbre de voix), par une femme, une grande dame, même, dirai-je.

  5. André dit :

    Si j’ai bien compris, Marianne Carbonnier-Burkard, a été nommée sans que la fédération protestante de France ai été consultée. Je ne met bien sur pas en doute son intégrité, ni ses compétences, d’autant que je n’ai pas le plaisir de la connaitre. Je crois surtout comprendre que ce sont les institutions religieuses qui ont été court-circuité. C’est ce qui me dérange vraiment. En effet, les institutions religieuses en tant que telle, sont porteuses d’une approche, qui certes ne saurait exprimer la pensée unique et universelle de leurs adhérents pris individuellement, mais qui reste quand même une vision des choses partagée par de nombreuses personnes en l’occurrence dans le protestantisme mais je dirait la même chose pour n’importe quelle autre religion. Je pense donc qu’il serait légitime que ces institutions, es qualité, disposent d’un siège dans un comité national d’éthique, non pas parce qu’elles seraient supposée détenir une vérité absolue, mais parce qu’elles ont aussi quelque chose a dire et a porter un message qui ne peut qu’enrichir la réflexion sur des sujets parfois bien délicats. Maintenant, comme je l’ai entendu ici ou là, que le titulaire du siège en question soit un « ecclésiastique » ou une personne de la société civile, que ce soit un homme ou une femme, cela ne me semble pas les points les plus importants de cette affaire. En tout cas félicitation a Madame Carbonnier-Burkard et beaucoup de courage pour cette tâche qui doit probablement s’avérer bien lourde par moments.

  6. Luc Serrano dit :

    Tout à fait d’accord avec André !
    Je crois que l’actuel pouvoir a délibérément voulu court-circuiter les Institutions représentatives des cultes en France. Le choix de X ou de Y, est là secondaire. D’ailleurs la FPF se serait honorée à choisir une femme pour la représenter au CCNE, mais là elle est mise devant le « fait du Prince », qui en dit long de la défiance de ce gouvernement pour des Institutions religieuses qui majoritairement se sont opposées au « mariage pour tous », et continueront de s’opposer aux projets de « PMA pour toutes » et « Euthanasie pour tous ». Je crois que c’est la raison première du non renouvellement du Pr Louis Schweitzer.
    Pour Madame Carbonnier-Burkard, que je ne connais que par quelques lectures, l’avenir dira si elle a été choisi parce qu’elle pourrait se montrer plus ouverte et libérale sur ces questions sociétales controversées que Louis Schweitzer, si c’est le cas, alors cela donnera raison à ce qui pense que cet Etat socialiste essaye par tous les moyens de contrôler tous les organismes consultatifs (CSA, CNIL, CCNE, divers organismes culturels…) pour y maîtriser la parole et s’assurer demain de réponses positives à ses choix.

  7. O.Abel dit :

    Chers Amis
    n’oubliez pas que le président précédent avait gentiment débarqué, parce qu’il avait osé lui tenir tête sur la loi Hortefeux sur l’immigration (test ADN pour le regroupement familial), non le « représentant » du protestantisme que j’étais alors auprès du CCNE, mais carrément le président du CCNE, Didier Sicard, protestant d’entre les protestants si je puis dire, d’une intelligence morale des situations parfaitement admirable. Il n’y avait alors pas eu l’ombre d’une protestation protestante. Les institutions réservent cela pour leur « clercs », les mêmes d’ailleurs qui comme moi sont partout depuis trente ans. Merci à des voix nouvelles d’entrer dans l’arène, qui donneront du fil à retordre à tout le monde.

  8. Voir par exemple la magnifique conférence de Didier Sicard au Forum de Regardsprotestants :
    « Critique protestante du mythe de la médecine»
    http://www.youtube.com/watch?v=Cw9hXBfrzoc
    http://www.leforumderegardsprotestants.fr/

  9. Michel Jas dit :

    J’aime bien l’article de Parc Pernot qui nous fait réfléchir.
    Je ne crois pas qu’il soit d’abord question de cléricalisme ou de sacerdoce universel.
    Le cléricalisme n’est pas toujours là où on le croit ! Nous le savons bien en protestantisme !
    Ici le CCNE a quand même court-circuité, avec raison peut être (sans doute), les délégations proposées par les institutions religieuses.. et pas seulement protestantes semble-t-il.
    Cela m’ennuie un peu.
    Cela me fait penser au municipalités de Nîmes et de Montpellier qui quelquefois préféraient écouter le ou les huguenots de leur conseil municipal respectif (souvent protestants-non-pratiquants, ce n’est pas une critique mais cela explique qu’ils ne connaissaient pas les évolutions des églises locales) que les délégués élus et représentatifs des églises…
    Mais « inshAllah » .. La foi c’est quand même un lâcher prise ! 🙂

  10. Sternberger Jean-Pierre dit :

    merci à Marc d’avoir élargi ce débat qui jusqu’à présent me semblait plutôt restreint à la protestation un peu frileuse des représentants de l’institution. Deux remarques toutefois et d’abord sur le titre : le comité national préfère des « laïcs ». Si nous n’avons pas affaire à une cooptation mais à une nomination, le comité national n’a, me semble-t-il, rien à voir la-dedans. Marc a tout fait raison d’interroger la réaction de C. Baty parlant de la mise à l’écart des « religieux », arguant avec raison qu’en régime protestant Marianne n’était pas moins religieuse que Louis même si ce dernier a exercé la fonction de pasteur. Reste à savoir dans quelle mesure la personne qui a préféré la nomination de l’une au maintien de l’autre n’a pas écarté ce dernier parce que considéré comme un clerc. Auquel cas, on aurait effectivement une nomination qui entérine, avec un préjugé négatif pour les « clercs », la distinction clerc/ laïc, ce qui est, venant des plus hautes sphères de l’état est toujours un peu inquiétant pour les protestants. L’éviction du rabbin pourrait aller dans le même sens. Ceci dit, je suis persuadé que Marianne saura de manière fine et informée apporter sa pierre protestante à l’édifice commun.

  11. Tigreek dit :

    Comme Jean-Pierre, je pense que le hic dans ces nominations est ce que les « nominants » pensent faire, à savoir évincer des clercs par pur préjugé.
    Espérons que la manoeuvre, peut-être maladroite, s’avèrera profitable pour notre société ! Que les débats à venir soient fructueux, respectueux des personnes, en particulier des plus petits, des plus faibles (que nous sommes tous amenés à être un jour ou l’autre !)…

  12. Sicard dit :

    Bravo pour les interventions de Gaspard de Coligny et Olivier Abel.
    Le souvenir de France Quéré est encore très vif au sein du Comité.
    Marianne est une femme remarquable , c’est une chance pour les protestants de la compter parmi les membres du nouveau CCNE.
    Didier et Marie-Noële Sicard

  13. Coulon dit :

    Bon. Je vais faire entendre une voix différente de tout ce gentil concert d’approbations que je trouve irresponsables ou naïves.. Comme si les questions étaient balayées par le fait même du protestantisme. Comme si les catholiques ( dont je suis) et les juifs n’avaient pas de raison de s’inquiéter. Comme si les protestants, les évangéliques par exemple, n’étaient pas très inquiets.

    Sacerdoce universel ou pas, les rabbins, prêtres, pasteurs…rencontrent des situations que des laïcs ne rencontrent pas, ou pas de la même façon! Etant donné qu’il y a une très grande majorité de laïcs au CCNE, je regrette qu’il n’y ait pas la possibilité de faire entendre des voix différentes ou qui se situent, pastoralement, différemment. Voir les choses à partir de points de vue différents me paraissait une nécessité.
    Je ne remets pas en question la compétence de Marianne bien sûr….
    Pour finir, je ne peux m’empêcher de sentir une approbation globale du PS actuel, derrière cet article. Or ce qui est actuel n’est pas forcément nécessaire, ni bénéfique. Vous savez que cette modification intervient au moment où le loi sur l’euthanasie va être encore une fois remise sur le tapis. C’est fou d’ailleurs que si peu d’années après la loi Léonetti et si peu de mois après le rapport Sicard, il faille encore remettre en chantier une proposition de loi, alors que les questions n’ont pas été débattues réellement suffisamment, de façon publique et que les mentalités sont très fragiles sur ces questions, très vite retournées….
    … Ce qui se passe en Belgique actuellement, où l’on euthanasie malades mentaux, vieillards, dépressifs et bientôt mineurs au nom de la souffrance psychique par exemple, me fait frémir.
    Car la souffrance psychique est humaine. L’éradiquer, c’est déshumaniser. Seule l’accompagner, la soulager, est de l’ordre de l’humain et du digne. Or, qui connaît le fonctionnement des hôpitaux connaît le poids que l’ADMD y gagne tous les jours. Bien sûr, chacun est libre, me direz-vous. Mais une loi comme celle sur l’euthanasie ne rend pas les gens libres: j’ai trop vécu de situations où des gens me disaient qu’ils étaient des « fardeaux, des légumes, indignes » et demandaient « la piqûre », « celle qu’on donne aux bêtes et qu’on refuse aux hommes » ( je cite des propos entendus mille fois) et j’ai chaque fois constaté qu’une médication correcte et une véritable écoute , respectueuse et solidaire, une solidarité sociale, familiale, religieuse, spirituelle, amicale… faisaient disparaître la demande.
    Je ne prétends pas que toutes les situations soient ainsi réglées. Mais l’extension sans fin de l’euthanasie et sa banalisation en Belgique (plus de 74 pour 00 des gens approuvant l’extension aux malades mentaux) prouve que la loi autorisant l’euthanasie dans des limites dites strictes est vouée à toujours s’étendre . Car moins nous serons proches des gens qui souffrent, moins nous serons capables de considérer que la mort et la souffrance font partie de la vie humaine ( ce qui ne veut pas dire s’en réjouir de façon doloriste, mais au contraire, l’accompagner et la parler), et plus les situations jugées insupportables se multiplieront. Jusqu’au jour où, face au chagrin d’amour de notre enfant, au chagrin d’amitié de notre amie, au chagrin professionnel de notre collègue, à l’échec scolaire de nos élèves, nous n’aurons plus rien à proposer que notre terrible conclusion: « vous avez raison, c’est trop dur, suicidez-vous ».
    une loi renverra ainsi les gens à eux-mêmes et contribuera à tuer cette solidarité humaine dont nous avons tant besoin pour, simplement, arriver à faire face au quotidien difficile….
    Marie

  14. Vous dites plein de choses intéressantes. Mais pas pour ce qui est de ma supposée approbation globale du PS. Cela ne regarde personne mais je n’ai pas voté pour le PS. Et pour ce qui est du suicide assisté, je ne suis absolument pas d’accord, je serai alors dans l’opposition, si je puis dire, sur ce dossier. Je suis favorable à l’ouverture du mariage aux homos qui le désireraient, et j’étais sur ce dossier avec les personnes favorables, quelles soient du PS ou de l’UMP, peu importe en l’occurrence.

    Dans un sens, je suis un « religieux », comme on dit, puisque je suis pasteur. C’est vrai que nous rencontrons beaucoup de monde, de tous les milieux, dans bien des circonstances tragiques ou magnifiques de la vie, mais aussi dans la vie quotidienne. C’est une riche expérience qui nourrit aussi la réflexion. Mais il y a bien d’autres « professions » où l’on vit des choses importantes avec les personnes. Il faudrait aussi un quota de médecin, d’infirmières, de psychanalystes, de notaires, d’enseignants, de chauffeurs de taxi, d’éducateurs, et d’employé de Pôle emploi…

    Mais je crains franchement que les « religieux » soient un peu comme ces politiciens, ces syndicalistes, ou ces représentants en médicaments voulant absolument replacer le produit de leur firme. Je préférerais un théologien qu’un homme de l’appareil ecclésial. Et j’éviterais en tout cas le religieux nommé par l’appareil ecclésial.

  15. Luc Serrano dit :

    100% d’accord avec Marie !
    Pasteur réformé, avec d’autres réformés et évangéliques membres de la Fédération Protestante de France, avec les pasteurs Baty et Schweitzer… je considère que ces choix de remplacer 2 deux quatre représentants de cultes par des « laïcs » est une mauvaise chose, d’abord motivé par l’anticléricalisme de l’actuel pouvoir.
    Demain, quand cela sera au tour des musulmans et des catholiques, ils feront de même !
    Il y a, je crois 40 membres dans ce CCNE, et il n’y avait que 4 « religieux », soit 10%… et donc 90% de laïcs dont déjà des catholiques, des juifs, des bouddhistes… avec des politiques, des médecins, des psy, etc…
    C’est délibérément que le pouvoir socialiste a voulu mettre de côté Louis Schweitzer, et quelques autres, pour avoir les coudées franches lors des prochains débats sur la PMA ouverte à toutes les femmes, même celles qui ne sont pas stériles et bien sûr l’euthanasie.
    Notre gouvernement ne pouvant ni juguler le chômage ni vraiment relancer l’économie, se jette à corps perdu dans ces débats de sociétés pour au moins laissé cela à la postérité et dire : voyez, grâce à nous les personnes LGBT peuvent se marier (et donc divorcer), adopter, procréer artificiellement, et pour tous, plus de longue agonie, de vie de « légumes »… une bonne mort pour tous, via une petite piqure bien légale.
    Maintenant, les choses étant faites, il faut au moins que la FPF s’assure que la déléguée protestante ne se positionne pas contre ses positions sur ces questions, qui sont un refus de toute évolution de la Loi Léonetti, et donc de l’euthanasie. Car, ce ne serait qu’une porte ouverte vers une mort à la carte, une sorte d’eugénisme qui nous ramènerait aux périodes les plus sombres de l’histoire européenne.

  16. Marie-Alicia dit :

    Bonjour.

    « Je préférerais un théologien (plutôt) qu’un homme de l’appareil ecclésial » M. Pernot.

    Tout à fait.
    Je suis contente de lire cela (J’ai eu Mr Ameisen comme professeur et je travaille presque tous les jours dans le champ de l’éthique).

    Les théologiens ont une façon de dire la vie très différente, apportant une cohérence particulière quant aux éclairages à donner en vue de décisions à prendre, que ce que diverses professions, même mises ensemble peuvent proposer, en ce sens que la manière de concevoir le vivre ensemble est différente. On pourrait presque parlé d’une « méthodologie différente » pour dire la vie. Avec son influence dans la mise en pratique.

    C’est très intéressant ce que vous écrivez, Mr Pernot. Merci.

  17. Je ne sais pas ce que je crains le plus, l’anticléricalisme, ou le cléricalisme. Le pire pour la société mais surtout pour l’église, est sans doute le cléricalisme.

  18. Marie-Alicia dit :

    J’ai presque envie de vous poser ces questions :
    en quoi diffère : un théologien, un religieux, un a-religieux, un anti-religieux … ?
    Et, après analyse et expertise : qu’est-ce qui serait le moins dangereux ?
    Non ?

  19. Un théologien : c’est quelqu’un qui a validé un doctorat, ou au moins un master en théologie

    Un religieux : la définition est variable et c’est un des points de cet article. Pour certains un religieux est un professionnel de l’église, ayant fait le vœux de se consacrer à cette cause. Une des bases de la théologie protestante étant le « sacerdoce universel », tout croyant est un religieux.
    De toute façon, religieux ou non, on peut choisir de l’être de façon intégriste, ou de façon respectueuse de la foi et de la pensée des autres. Le religieux intégriste fait à on avis plus de tort à sa religion que mille anti-religieux militants.

    a-religieux : je n’utilise pas ce terme, mais selon la définition précédente, ce serait soit un « laïc » c’est à dire un chrétien qui n’est pas un pro de l’église (selon la première définition précédente), soit un athée (selon la seconde), soit un croyant sans religion (mais est-ce possible d’être croyant sans avoir au moins une pratique personnelle de relation à Dieu ? Ce serait comme d’être sportif non pratiquant).
    C’est une option.

    Un anti-religieux : un anticlérical ? Un athée intégriste ?
    De toute façon, on ne lutte bien qu’en proposant autre chose. Donc il me semble que si les anti-religieux se concentraient plus pour développer leur propre pensée, leur éthique, leur idéal… plutôt que de taper sur celui des autres, cela me semblerait plus utile et plus sympathique.

    Bref, ce n’est donc pas d’être religieux qui est en soi potentiellement dangereux. Mais d’être infiniment certain d’être dans le vrai, et que ceux qui pensent différemment ont tout faux. Et des gens comme ça, des communautés comme ça, il y en a dans toutes les religions, partis, syndicats, clubs, courants de pensée…Et sur internet, il y a le petit peuple des trolls.

    A ce propos un très intéressant article de « passeur de science » sur Le Monde :
    http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2013/09/26/peut-on-censurer-au-nom-de-la-science/

  20. Marie-Alicia dit :

    Bonjour.

    Monsieur Pernot.
    Pour le moment, je viens juste vous remercier pour votre réponse + avec le lien.
    C’est très intéressant. MERCI.
    Je reviendrai un peu plus tard.

    Bonne journée.
    A bientôt.

Laisser un commentaire