S'abonner par :
 rss
 email

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Kecharis,_Two_Churches.JPG

Question d’un visiteur :

Monsieur le pasteur,

Je fréquente régulièrement, depuis maintenant plusieurs années, deux paroisses de mon quartier : une paroisse catholique et une paroisse réformée, qui se trouvent à quelques rues de distance. J’aime prier avec ces deux communautés et me sens bien et à ma place dans chacune d’elles, sans avoir l’impression de faire « de l’œcuménisme ». Étonnamment, ces deux paroisses de confession différente me paraissent très proches : chaleureuses, toutes deux très engagées socialement, avec une liturgie sobre, une même sensibilité politique et un même esprit d’ouverture et de tolérance.

La décision du choix ou du non-choix entre ces deux confessions me pose question.

Il est certain qu’il est beaucoup plus commode et confortable, quand on est chrétien – a fortiori pratiquant – de pouvoir identifier la confession à laquelle on se rattache. Je suis convaincue que chacune d’elles (et même chaque religion, tout comme un athéisme éclairé…) peut conduire à une forme de sagesse et de connaissance de Dieu : ainsi, se résigner à choisir n’est-il pas une lâcheté, une solution de facilité, une volonté d’aller vers un plus grand confort, une position rassurante et reposante, en bref, une manière de chercher « pantoufle à son pied » alors que le Christ nous dit qu’il n’a pas d’endroit où reposer la tête ? Ne faut-il pas au contraire accepter la marginalité et l’inconfort afin de ne pas être en incohérence avec ce que nous dit notre foi ? Ou, au contraire, la lâcheté est-elle de ne pas vouloir choisir ? Ou encore, n’est-il pas gravement incohérent de rester catholique, alors que les idées sociales affichées par l’institution (homosexualité, contraception, droit à l’avortement, statut de la femme…) entrent de toute part en conflit avec nos propres idées ?… En bref, vaudrait-il mieux, dans mon cas, choisir entre ces deux confessions, ou ne pas choisir et continuer simplement d’aller, de dimanche en dimanche, soit dans une paroisse, soit dans une autre ?

Je vous remercie sincèrement pour la richesse de votre site Web et l’esprit d’ouverture qui y règne. Avec tous mes vœux de bonne année, je vous présente, Monsieur le pasteur, l’expression de mes salutations respectueuses.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Merci pour vos encouragements, c’est très précieux.

Franchement, je ne vois pas où serait le scandale d’appartenir à la fois aux deux paroisses. Dans le domaine de la religion, Jésus nous invite à être pragmatique quand il dit « le Sabbat est fait pour l’homme et non l’homme pour le Sabbat » (Marc 2:27), on peut élargir cela à « la religion est faite pour l’homme », cela replace la religion à sa place, comme un simple moyen au service du développement, de la genèse de l’humain. Et Jésus est tout à fait du genre à prendre en compte le cas particulier de chaque personne individuelle. La bonne pratique religieuse pour une personne donnée est ce qui qui développe sa qualité d’humanité, sa foi, son espérance, son amour… cela ne veut pas dire que ce sera nécessairement l’idéal pour une autre personne, mais que c’est bon pour cette personne là à un moment donné de sa vie. Or, manifestement, vous vous épanouissez dans votre double appartenance, c’est donc une bonne chose, une bonne façon de pratiquer pour vous.

Dans le même sens, l’apôtre Paul dit « tout est permis mais tout n’est pas utile, tout est permis mais tout ne construit pas, et je ne me laisserai devenir esclave de rien« (1 Corinthiens 6:12, 10:23). Nous avons là de bonnes questions : qu’est-ce qui est plutôt constructif pour votre foi, votre confiance en Dieu, votre engagement, est-ce que ça vous libère, vous rend autonome dans votre cheminement ? Et bien oui, manifestement. Cette double appartenance maintient pour vous une ouverture qui est féconde.

Je ne crois pas que ce soit de votre part une solution de facilité. Comme vous le dites, il est plus confortable d’être dans une communauté où règne un large consensus, et de s’y enfermer, c’est chaleureux, on se sent conforté, encouragé dans ce que l’on pense… mais l’Évangile du Christ n’est pas fait pour être confortable, il est fait pour nous ressusciter, il est un « Talitha koumi, ce qui signifie: Jeune fille, lève-toi » de Jésus (Marc 5:41) alors que nous dormons bien tranquillement. Les Écritures, la prière, notre religion doit nous déranger dans nos préjugés, nos trop confortables crédos, notre morale bien sage pour nous libérer, nous mettre debout et en route.

Alors oui, il y aura des personnes qui vous diront « il faut choisir »… pour ces personnes, votre liberté peut vraiment être un souffle d’air, un geste prophétique,une interrogation qui les évangélise. On a si vite fait de prendre sa propre paroisse pour le royaume, sa théologie pour la Vérité de Dieu. Et puis nous avons besoin de personnes passerelles entre nos communautés, comme vous. Mais vous n’êtes pas seule, à être sur deux paroisses. Bien des couples, bien des familles, des jeunes sont entre les deux et vivent ainsi leur foi, faisant leur propre synthèse, prenant ce qui est le meilleur de chaque côté pour leur propre cheminement.

Et puis si un jour vous désiriez vous concentrer sur une seule paroisse, il sera toujours temps de le faire quand vous sentirez que c’est alors pour vous le meilleur chemin.

Avec mes amitiés & tous mes vœux de bénédiction pour vous et ceux qui vous sont chers.

Marc

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

11 Réponses à “Question sur le catholicisme et le protestantisme :
le non-choix est-il possible ?”

  1. Arthur dit :

    Bonjour,
    « Ou encore, n’est-il pas gravement incohérent de rester catholique, alors que les idées sociales affichées par l’institution (homosexualité, contraception, droit à l’avortement, statut de la femme…) entrent de toute part en conflit avec nos propres idées ?…  »
    Essayez en premier lieu de vous délivrer de vos forteresses psychiques et spirituelles pour choisir la vie et devenir chrétien. C’est une question bien plus urgente au fond.
    « Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice » (Mt 6,33).
    Bien à vous en Christ,
    Arthur

  2. Martial dit :

    Je ne suis pas sûr de comprendre… vous voudriez devenir chrétien ?

  3. Elle est chrétienne, bien sûr. Et désire rester actuellement dans deux églises chrétiennes différentes.

    Concernant « cherchez d’abord le Royaume de Dieu et sa justice », il y a deux choses dans cette invitation de Jésus : chercher le Royaume de Dieu, c’est à dire chercher faire place à l’action de Dieu dans son existence. Il y a aussi chercher la justice de Dieu, c’est à dire ce qui est juste à ses yeux, et cela a certainement des implications philosophiques, éthiques, existentielles très concrètes.

  4. ROUSSELET dit :

    Bonsoir Pasteur, Lorsque deux paroisses sont proches, les responsables se connaissent et se mettent d’accord en toute collégialité. Chacun partage et annonce la Parole. Les rencontres sont certainement annuelles. N’oublions pas la semaine de prières pour l’unité des chrétiens. Tout doit être fait pour la PAIX. Il y a suffisamment de souffrance dans le monde. Lisons les journaux, Réforme…Il me semble que Jésus annonçait des divisions des guerres ; C’est à nous de faire la Paix et c’est toujours à recommencer C’est très très bien lorsque deux paroisses proches et différentes s’entendent C EST MAGNIFIQUE ! AMEN

  5. Rosalye dit :

    waouh, j’aurais pu poser exactement la même question !
    merci Seigneur de me montrer la voie
    et merci au lab’oratoire pour cette réponse d’ouverture et de bienveillance

  6. Tigreek dit :

    Ah ah ah 😀
    Voici 30 ans que je pratique deux paroisses à la fois, il se trouve que j’ai plongé dans la marmite alors que j’étais enfant, famille multiconfessionnelle oblige… Père catholique, mère protestante, ayant choisi de donner une double culture à leurs enfants… J’ai toujours beaucoup apprécié de pouvoir vivre ma foi sous ces deux aspects !
    Oh, bien sûr, il y a toujours ceux qui ne comprennent pas et qui me disent régulièrement « tu ne peux pas rester comme ça, tu dois choisir »… Je me définis comme ayant une foi profondément chrétienne, et ma façon de la vivre m’est propre et me donne une compréhension particulièrement large…

  7. Martine de Roche dit :

    Si vous vous sentez bien , restez comme vous êtes, Ce n’est pas Dieu qui vous jugera. La différence n’est-elle pas une chance?J’apprécie beaucoup les cultes œcuméniques et l’ai souhaité pour des moments importants ( mariage, décès). C’était toujours splendide.
    Martine

  8. Andreas dit :

    Glaner à droite et à gauche, se ressourcer ici et là, fréquenter deux communautés (ou plus), être avant « d’être comme » ou « d’être un », entendre différents messages et y trouver son chemin, pourquoi pas? A mon avis, faites ce qui vous plait tant que vous ne dérangez personne. Le sectarisme et la division n’ont jamais donné rien de bon, surtout en un temps où Catholiques et Protestants tendent à se rapprocher sur certains sujets.

  9. Chamard dit :

    Je constate que les commentaires viennent ,malheureusement , du même horizon,c’est dire qu’ils sont « relatifs  » et non concluants .Dommage !

  10. @ Chamard, ce qui serait surtout dommage, c’est que si vous aviez une opinion personnelle qui n’est pas encore exprimée ici vous ne l’exprimiez pas.

  11. ali daoud dit :

    l’Évangile du Christ n’est pas fait pour être confortable, il est fait pour nous ressusciter, il est un « Talitha koumi, ce qui signifie: Jeune fille, lève-toi » de Jésus (Marc 5:41) alors que nous dormons bien tranquillement. Les Écritures, la prière, notre religion doit nous déranger dans nos préjugés, nos trop confortables crédos, notre morale bien sage pour nous libérer, nous mettre debout et en route. effectivement spiritualité et la profession de foi ; la croyance à l’unicité de Dieu met en évidence l’Homme de la cité sur beaucoup de chose mais toutefois il appartient à chacun de nous ; qu’il soit chrétien; protestant et musulman de mettre à coté nos différence et de devenir tous le « Talitha koumi »

Laisser un commentaire