S'abonner par :
 rss
 email

http://www.flickr.com/photos/22288108@N00/2408535634 Found on flickrcc.netIl est souvent dit, dans le protestantisme, que le mariage est un acte civil, qu’il se fait à la mairie, et que les époux entrent mariés dans le temple.

Cela me semble un petit peu simpliste de vouloir ainsi réduire le mariage au seul acte civil. Et d’ailleurs cela ne correspond pas à ce que vivent deux personnes sincères qui s’épousent. Et cela ne correspond pas non plus à ce que dit le déroulement d’une cérémonie protestante de mariage qui comprend toujours un temps d’engagements mutuels montrant bien que dans cette cérémonie également le mariage se constitue.

Ce ne sont ni le maire, ni l’église, et encore moins le pasteur qui marient les époux, mais ce sont eux qui se marient ensemble. Ce sont les époux qui sont les ministres de cette alliance. Et le mariage comprend en réalité plusieurs dimensions qui se complètent, et qui se complètement très bien : 

  • Il est d’abord un engagement qui se fait dans le secret des cœurs,
  • il a également une dimension sociale à la Mairie avec un contrat formalisant cet engagement,
  • et il a enfin une dimension spirituelle dans l’église, où les époux demandent à Dieu sa bénédiction sur leur couple.
Le contrat civil à la mairie est une dimension essentielle, mais il n’est pas tout. Quel sens aurait-il s’il n’y avait d’abord et avant tout un engagement des deux personnes dans leurs cœurs, dans leurs têtes, dans leurs gestes d’engagement concret pour l’autre, dans un projet ensemble ? Quel sens est-ce que cela aurait de dire lors de cette cérémonie « Que l’humain ne sépare pas ce que Dieu unit » si Dieu n’était pas en partie acteur de cette union ? Et si vraiment nous pensions qu’une chose aussi essentielle pour la personne humaine que la constitution de son couple pouvait se faire sans l’aide de Dieu, ne serait-ce pas une conception de la vie humaine par trop athée ?
Mais comprendre le mariage selon cette triple dimension reprend la conception de la vie humaine que nous propose Jésus Christ quand il nous dit que l’essentiel se résume dans un triple amour, en aimant Dieu, en aimant son prochain sans oublier de s’aimer aussi soi-même.

Au contraire, la cérémonie de mariage est un temps essentiel du mariage lui-même.

Quand un couple demande la bénédiction de Dieu

Demander la bénédiction de Dieu sur son couple, et sur ses engagements pour la vie tout entière à la fidélité, est une humilité, une foi, une confiance et un témoignage.
  • Une humilité, sachant les forces humaines limitées,
  • Une foi de demander de l’aide à Dieu, avant tout, pour qu’il donne force, lumière et paix, foi, espérance et amour mutuel à chacune des deux personnes, mais aussi au couple.
  • Une confiance aussi dans les proches qui sont invités, leur demandant officiellement de travailler aussi à rapprocher les époux.
  • Et un témoignage de foi du couple vis à vis de leurs proches, confesser leur louange à Dieu pour leur amour, pour la personne de leur conjoint, pour ce que leur ont apporté leurs parents, confesser leur espérance en Dieu.
  • Une disponibilité à l’appel de Dieu, pour entendre la vocation non seulement de chacun des époux mais aussi du couple, pour travailler au service des autres avec fécondité, porter des fruits de justice et de grâce.

La bénédiction de Dieu précède et accompagne cette demande :

  • Elle suscite l’amour qui a fait se reconnaître mutuellement les époux comme étant l’âme sœur. Elle accompagne l’évolution de chacun des conjoints et leur couple. Oui, Dieu participe à l’union du couple. Et il est bon de faire place à cette dynamique lors du mariage afin d’en rendre grâce et de la vivre au jour le jour.
  • La bénédiction de Dieu élabore avec les deux époux leurs vocations, la vocation particulière à chacun des deux et la vocation de leur couple.
  • La bénédiction est également donnée à la fin de la cérémonie sur l’assemblée, que les personnes qui sont témoins des engagements, les proches et les représentants de l’église. Et cela n’est pas neutre non plus car pour ces témoins, assister à la cérémonie est également un engagement et c’est une réponse à leur vocation d’accompagner ce couple, et ce service aussi demande à être béni.
  • La bénédiction de Dieu travaille aussi en profondeur sur l’articulation entre les époux et le reste du monde, soignant ce qu’ils reçoivent des autres comme amour mais aussi comme difficultés et comme défi.
C’est pourquoi la bénédiction du couple ne peut être seulement reçue en privé, car c’est une bénédiction que le couple et leurs proches sont amenés à demander et recevoir collectivement et publiquement.

L’église est ouverte à tous, mais pas à n’importe quoi

C’est vrai que l’Eglise est ouverte à tous, mais qu’elle ne doit pas pour autant être ouverte sur n’importe quel projet. Par exemple si un couple qui a établi un contrat de mariage à la mairie demande une cérémonie en disant que leur conception du mariage est celle d’un contrat temporaire, et que la cérémonie est une occasion de faire la fête… personnellement, je dirais que nous n’avons pas la même la même conception du mariage.
La question essentielle est celle du sens que l’on donne à l’alliance entre les époux. Quelle que soit l’histoire des deux personnes en couple, quelles que soient leurs origines, leur appartenance ou non à une église, leur préférence sexuelle…  ce n’est jamais n’importe quoi quand deux personnes  s’engagent mutuellement, à vie dans la fidélité,
  • quand ce couple s’est d’abord engagé librement l’un vis à vis de l’autre pour la vie tout entière dans la fidélité et ont une visée commune,
  • quand ce couple s’est engagé par contrat devant la société, quand ce couple y investit sa foi et qui demande la bénédiction de Dieu sur lui et sur leurs proche,
  • et quand ce couple demande le service de l’Eglise qu’est la prédication et la prière de l’assemblée.
Et ce n’est pas seulement un geste d’ouverture de la part de l’église que d’accepter d’organiser une cérémonie religieuse d’un mariage de ces deux personnes, mais cela fait partie de la vocation de l’église, et le minimum de ce que l’on peut attendre de l’église est qu’elle réponde joyeusement à sa vocation.

Concernant l’ouverture du mariage aux couples de deux personnes du même sexe

L’homosexualité étant certes minoritaire, mais n’étant pas un péché (ni d’ailleurs une maladie, ni contagieuse, ni plus criminelle). Personnellement, cela me semble notre devoir non seulement de les accepter, mais encore de les accepter joyeusement, et plus encore de les encourager. Exactement comme il me semble juste et bon d’encourager les couples d’un homme et d’une femme à s’engager mutuellement, et de le faire en comptant sur Dieu et demandant à l’église pour les accompagner.

Gaspard de Coligny

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

6 Réponses à “Mariage qu’est-ce que c’est ? Bénédiction de mariage : à quoi ça sert ?”

  1. Francis GIRARD CHAMPDEGAULT dit :

    Demander la bénédiction sur son couple ou bien… tout simplement la célébrer, la reconnaître, l’accueillir, cette bénédiction ?…
    La célébration du mariage au temple comme le temps d’un serment intime aux yeux du monde, dans la puissance performative de l’engagement et du parler-vrai de deux personnes libres !

  2. Geneviève dit :

    mariée 2 fois : la première à 19 ans car l’église évangélique que je fréquentais à l’époque(j’ai 52 ans et je suis protestante réformée) nous a prouvé que dans la bible nous vivions dans le péché depuis trop longtemps et qu’il fallait passer à autre chose, officialiser notre union au nom de Dieu et pour être bien spirituellement..Mon compagnon à l’époque et moi même n’étions pas contre le mariage, mais étant jeunes nous nous voulions attendre, nous nous disions un jour…mais nous ne voulions pas le faire pour Dieu mais pour donner une autre dimension à notre couple. Quand ce pasteur est venu nous parler, moi personnellement étant beaucoup sensible aux questions religieuses et voyant à l’époque, d’avantage que maintenant Dieu comme étant « méchant », j’ai supplié mon compagnon de nos marier car j’avais peur, et pour moi il a accepté Cependant le pasteur a refusé de bénir notre union car nous avions vécu dans le péché, mais était présent avec son suppléant à la mairie..nous étions malheureux tous les 2 mais comment pouvions nous aller contre leur vérité puisque pour nous et principalement pour moi ils la détenait, donc nous nous sommes mariés pour faire la volonté de Dieu, du moins c’est ce que je croyais.
    Union qui a duré le temps de faire un enfant, et quand ce bébé a eu 1 ans nous nous séparions.

    Des années plus tard, je rencontre un homme dans l’église protestant dont nous faisions partie, la pasteur et je dis bien la pasteur, ne nous jugeait pas, nous laissait libre, mais moi ayant été marquée par tout mon passé c’est moi qui ai demandé à mon compagnon de nous marier, même si mon discours n’était pas le même à savoir faisons le pour Dieu mais c’est moi qui ait pris l’initiative, lui n’a pas refusé, mais avant le mariage un drame s’est produit, il a fallu que je prie et j’ai eu vraiment l’impression que Dieu me demandait de me marier, qu’il me demandait de pas abandonner cet homme, je croyais même entendre sa voix en moi dans ma tête malgré que la raison me poussait à ne pas le faire, mais qui j’étais moi pour refuser l’appel de Dieu? Donc pas spécialement par amour j’ai décidé de dire oui à cet homme tout en sachant la vie difficile que nous allions avoir mais puisque Dieu me demandait de le faire il allait m’aider supporter la situation… Nous nous sommes mariés aussi à l’église cette fois ci donc tout allait bien..Non mais pas du tout, nous étions heureux et malheureux, et avions décidé d’avoir un enfant malgré tout alors que j’avais 42 ans, je souffrais mais pour moi je souffrais pour Dieu, jusqu’au jour où le climat entre nous devenait tendu, pas de cris, rien de tout cela mais juste que je voyais notre avenir basé sur ce drame, l’indifférence s’installant entre nous j’ai décidé de mettre un terme avec l’accord de mon mari à notre mariage. Loin d’être libérée j’ai pensé que Dieu m’en voulait d’avoir rompu ms voeux, d’être aux côtés de mon époux pour le meilleur mais surtout là c’était beaucoup plus pour le pire, je n’ai pas pu aller jusqu’au bout car mon époux refusait d’admettre certaines choses donc il fallait que ça s’arrête avec culpabilité bien sûr…

    Aujourd’hui je suis seule avec ma fille qui a 9 ans, je sus blessée, à terre, je pense que j’aimerais avoir un homme dans ma vie, mais comment faire, que dire, je ne sais pas je ne sais plus et je pense que je n’ai jamais rien su, mais malgré mes amis, mes enfants la solitude et aussi je le dis j’aimerais rattraper quelque chose que je n’ai jamais eu, mais mariage je n’y pense pas, ça viendra si ça doit venir, concubinage je ne sais pas, mais avoir un compagnon et être « mariée  » à lui comme ça tout simplement…je ne sais pas.

    En fait je suis perdue car je me dis toujours et dieu il veut quoi et moi?

    Pour moi je ne suis digne d’aucun homme et dans ce monde je ne rencontre que des hommes venant ravir et pas aimer…je me sens en fait quelque peu déprimée par mon parcours de vie..

    merci pour votre réponse.

    Excusez moi d’avoir été si longue.

  3. Havah dit :

    @Geneviève

    Dieu veut que nous soyons heureux. Dieu ne nous demandera jamais de faire quelque chose à notre corps défendant, sans nous accorder sa grâce pour nous soutenir. Et quand on a sa grâce dans ce genre de situation, on a la paix du coeur, SA paix.

    J’ai entendu et lu beaucoup de témoignages de femmes s’étant embarquées dans des unions désastreuses, qui disaient qu’elles avaient prié Dieu avant de se marier et qu’elles étaient persuadées que Dieu leur avait dit de s’engager avec leurs partenaires. Avec les années, je crois surtout que l’on prend nos désirs profonds pour ceux de Dieu. Il y a toujours des petits signes, des petites choses que l’on choisit d’ignorer avant le mariage, à coups de « Dieu est grand, Dieu va m’aider à dépasser ça. » Et si c’était Dieu qui nous révèlait que l’on est sur le point de commettre une erreur?

    Quand je vous lis, je ne peux pas m’empêcher de songer à la rencontre entre Jésus et la Samaritaine. À vous lire, vous semblez être dans des situations similaires: des mariages qui ont lieu pour des convenances sociales, religieuses. On ne se marie pas pour Dieu. Je vous écris ceci tout en me le disant à moi même; il ne faut pas essayer de « plaire », « d’acheter » l’amour de Dieu: il est gratuit. Je suis comme vous: j’ai grandi avec l’image d’un Dieu, père fouettard et jusqu’à ce jour, nombre de mes actions et décisions sont dirigées par la peur du feu de l’enfer. Mais je me soigne, j’essaye petit à petit de réformer mon esprit, mes schémas de pensée. Je reste fidèle à mes principes , mes valeurs et choix de vie influencés par la religion, sauf que je les vis désormais car ils ME représentent et non pas parce que je le fais pour Dieu. Dieu ne me demande pas ça: il me demande d’être heureuse, d’être vraie avec lui, d’être en relation avec lui.

    Peut-être que vous devriez faire vôtre, le verset 14 du Psaume 130 où David dit qu’il est une créature merveilleuse du Seigneur! Une fois que l’on est convaincu de l’Amour que Dieu a pour l’individu que l’on est, non seulement on s’aime de ce même amour, mais surtout on ne va plus chercher l’amour, n’importe quand, n’importe où, n’importe comment et auprès de n’importe qui. Chose paradoxale: on attire l’amour mais un amour sain (« plus de personnes ne sachant pas aimer mais seulement ravir », pour vous citer). Laissez-vous aimer par Dieu, laissez-le vous montrer ce qu’est l’Amour et vous saurez à votre tour, mieux le reconnaître.

  4. osias josias dit :

    le mariage est un nom sacré un engagement aprouvé. comme Dieu a dit il n’est pas bon que l’homme soit seul donc il doit avoir un alier un conjoint pour mener une vie sur terre .Donc je vous conseille tous de se marié puisse que Dieu a bénit ce dernier et aussi le sabbat de ce fait vivons tous ensemble!!!!!!!!!!!!!!!!! toute une vie

  5. En même temps, comme Jésus n’était apparemment pas marié, ni l’apôtre Paul. Ce n’est pas obligatoire non plus, et je ne pense pas que l’on puisse dire qu’ils étaient seuls !

  6. Françoise dit :

    … et moi non plus je ne me suis jamais mariée, et je ne pense pas être « seule » non plus …. ni pécher en ne me mariant pas ….

Laisser un commentaire