S'abonner par :
 rss
 email
culte à l'Oratoire du Louvre, Paris

culte

Question d’un visiteur :

Bonjour,
Je suis un ”ancien-nouveau Chrétien”, je m’explique j’ai la trentaine et cela fait plusieurs années déjà que je ne pratique plus. Etant de famille catholique, j’ai été baptisé, fait ma 1ère communion… mais cela fait depuis plusieurs années que je ressens le besoin, l’envie et le désir de m(e)’(r)approcher de ma Foi. Malgré cela je ne suis pas réellement en accord avec le catholicisme et certains de ses aspects, certains de ses “rites”, certains “faits”, et son église “monotone”, sans une réelle liberté de pensée… bref…cela ne me convient plus vraiment et je me suis tourné vers le “protestantisme”. J’ai eu l’occasion lors d’une visite professionnelle sur New York d’assister à 2 services du pasteur Carl Lentz de l’église Hillsong. Ce que j’ai apprécié était le côté “familial” et amical de cette église, le service assez “novateur” et “chaleureux” ainsi que les “sermons”, enfin pour ma part je n’avais jamais assisté à un culte comme ceux-ci. Malgré tout je me pose quelques questions concernant cette église car n’étant pas “baigné” dans le “protestantisme”, je ne connais pas pour le moment la différence entre la “vision” de cette église Hillsong et les autres “visions” des autres églises et je ne souhaiterais pas adhérer à une “église sectaire” ou “fondamentaliste” bien au contraire. Connaissez-vous la “vision” de Hillsong et la différence entre cette église et l’oratoire du Louvre?

Merci.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Martin

Bravo pour votre démarche de foi, je suis persuadé que cela vous apportera énormément, à vous et à votre entourage.
Je ne peux me prononcer sur cette église, il y a « beaucoup de demeures dans la maison de mon Père », dit Jésus. Et dans le domaine de la religion, il convient à mon avis d’être pragmatique. La bonne église pour telle personne à tel moment de sa vie, est une église qui lui permet le plus de cheminer positivement, dans sa prière intime, dans le secret de sa chambre (comme le propose Jésus), dans sa réflexion personnelle, dans l’épanouissement de sa propre créativité au service des autres, et dans sa paix intérieure.

Une bonne église pour une personne à un moment donné de sa vie n’est donc pas, en général, celle où l’on se sent le mieux, mais une église où l’on se sent bien, par certains côtés, mais aussi qui nous dérange dans nos certitudes et dans notre routine, une église qui nous stimule pour nous mettre en route, comme Abraham loin de son pays, comme les hébreux en marche dans le désert et qui regrettent la tranquillité de leur esclavage en Egypte, comme les apôtres qui se plaigne que Jésus passe son temps à les troubler avec des paraboles et ses actes surprenants.

Et donc si quelqu’un expérimente un bon cheminement par telle ou telle église, c’est génial. Chacune à son style, ses pratiques, sa façon de vivre la recherche de Dieu en Christ.

Pour reconnaître une église sectaire, il suffit de poser quelques questions toutes simples, par exemple :

  • demander s’il est acceptable d’épouser une personne d’une religion différente pour un fidèle de cette église ?
  • demander si l’on peut appartenir à deux églises à la foi, par exemple être un dimanche sur deux à la messe et un dimanche sur deux au culte ?
  • demander s’il est possible d’être un fidèle de cette église et de remettre en cause à sa guise certaines croyances dans la compréhension de Dieu, du Christ, de l’interprétation de la Bible, ou de la manière dont nous avons le salut en Christ ?

Pour reconnaître une église fondamentaliste, c’est plus délicat, cela se manifeste souvent, mais pas toujours, par une sacralisation du texte de la Bible (ou du Coran). Je dirais plutôt que le trait fondamental du fondamentalisme est de sacraliser son propre point de vue, qui fait que c’est plus une lecture traditionnelle de la Bible (ou du Coran) qui est considérée comme la seule fidèle à Dieu. La prédication présente souvent une réalité très contrastée, fonctionnant sous des menaces ultimes, avec un monde « extérieur » qui n’est que ténèbres, et les personnes ayant adopté la seule « vraie foi » étant dans la lumière éternelle.

Bien entendu, il n’y a pas que du mauvais dans une église un peu étroite, un peu contrastée du point de vue du message. Cela peut sécuriser, rassurer certains, cela peut permettre de découvrir une vraie relation à Dieu, quitte à découvrir ensuite d’autres horizons théologiques et spirituels, d’autres façons d’entretenir sa foi et sa réflexion.

Vous découvrirez facilement ce que c’est que l’Oratoire du Louvre en visitant le site internet (car nous offrons bien volontiers à tous ceux qui le désirent bien des éléments).

La sensibilité est plutôt progressive ou libérale, ce qui est une façon de vivre sa religion qui existe aussi bien dans le christianisme, le judaïsme que l’Islam, mais aussi dans tous les courants de pensée, il y a sans doute des écologistes intégristes et des libéraux, des freudiens fondamentalistes et des progressistes…

  • C’est à dire que l’objectif est clairement de servir la relation personnelle de chacun avec Dieu, et donc la réflexion personnelle libre de chacun sur les plans de la théologie et de l’éthique. Les activités de l’église (cultes, études bibliques, groupes théologiques) sont plus considérées comme une salle de musculation pour la foi et la réflexion de chacun. Dans cet objectif, la prédication cherche plus à éveiller un questionnement, sans que les participants au culte (ou les visiteurs du site internet) ne partage nécessairement l’avis du pasteur.
  • Dans cet objectif de libérer le cheminement de chacun, nous évitons d’utiliser des leviers comme l’émotion du groupe. L’accent n’est pas tellement mis non plus sur la communauté. Certes il est agréable d’avoir des connaissances et même des amis dans la paroisse, l’essentiel de la vie n’a pas à être là mais dans le monde, c’est avec ses proches, avec ses collègues et les personnes que l’on rencontre par hasard que nous devons vivre nos amitiés, nos engagements, notre service et notre témoignage. L’Eglise est plus comprise comme une salle de musculation pour cela. Ce n’est donc pas non plus à l’église que nous aimerions que les fidèles vivent le plus intense de leur foi, mais que ce ui est vécu à l’église les aide à vivre leur foi de façon plus intense dans l’intimité de leur cœur, de leur chambre, de leur lecture et de leur prière personnelles.
  • Si la démarche se veut donc progressiste (en vue de susciter un cheminement positif de chacune et chacun), la forme du culte est délibérément « vintage » avec des musiques du XVIe siècle, beaucoup de textes bibliques comme invitation à la prière, avec des vieux recueils de chants, et un culte qui se veut un temps pacifiant dans la forme et stimulant dans le fond. Ce côté « vintage » est une volonté de prendre en compte ce qu’ont pensé les générations passées avec respect, puis de chercher ce que nous en ferons, comment nous penserons, formulerons, agirons dans le contexte de notre propre vie, dans le contexte, dans le temps et la sensibilité qui sont la nôtre

Bref, l’Oratoire du Louvre est l’église la plus géniale qui soit dans la galaxie 🙂 en tout cas pour celles et ceux à qui elle convient.

Amitiés fraternelles
& tous mes vœux de bénédiction pour vous et ceux qui vous sont chers

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

Une Réponse à “Question : la “vision” de Hillsong et la différence avec l’Oratoire du Louvre?”

  1. Evelyne dit :

    Bonjour,

    Je me sens aussi concernée par cette question. Moi je vais dans une église évangélique depuis 15 ans et le discourt et le côté familial m’a aidé à vivre toutes ces années. Mais depuis 2 ans environ, je ne supporte plus cette manière d’aborder Dieu et de le mettre à toutes les sauces. Je fais une overdose qui me culpabilise beaucoup, justement à cause du discourt. J’ai l’impression d’être une mauvaise chrétienne. J’étais dans le camp des vièrges sages et maintenant je suis folle. Mais je n’arrive pas à revenir en arrière. C’est une grande souffrance pour moi. J’aimerai tellement que Dieu me rassure. Qu’il me dise que ce que je suis lui suffit. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire