S'abonner par :
 rss
 email

Image: 'tus pies, nuestras manos'  http://www.flickr.com/photos/9291349@N05/9290253721 Found on flickrcc.net

Question d’un visiteur :

Bonjour,
J’ai envie de vous poser une question qui m’est venue soudainement… Un koan zen dit « Quel était ton visage avant la naissance de tes parents ? »

Que dit la Bible et que disent les Chrétiens de la vie avant la vie ? Lavoisier nous a appris que « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Ainsi, pourrions-nous pré-exister à la vie terrestre, puis nous incarner puis mourir à cette vie pour une autre. Merci beaucoup pour votre réponse.
Ludivine

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Ludivine

Certes, sur le plan matériel, les atomes sont recyclés. Mais sur le plan de l’information, de l’organisation de cette matière, le penchant naturel de l’univers va dans le sens de la perte de l’information, de sa dégradation pure et simple. C’est ce que l’on appelle le 2e principe de la thermodynamique. Par exemple, si l’on prend un verre en cristal et qu’on je jette par terre, il va naturellement se briser en morceaux. Si l’on prend ensuite ces morceaux et qu’on les jette ensemble par terre, on aura beau répéter cette opération un million de fois de fois, les morceaux ne vont jamais se recoller pour former un verre, ni en autre chose de construit, mais évolueront encore et encore vers plus de morceaux, plus de désorganisation. Cela n’infirme pas totalement l’idée de Lavoisier que vous citez « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » en ce qui concerne la quantité d’information. Si, il y a de la perte, et c’est même une réalité universelle. Et il y a de la création. Même si Bach a été inspiré par des prédécesseurs, il n’en demeure pas moins que l’œuvre de Bach est une réelle création, pas seulement une reprise. Il y a de l’information nouvelle, inédite, inouïe.

Il en est de même, à mon avis, en ce qui concerne la personne humaine. C’est vrai que la matière qui la constitue n’est pas neuve, elle n’a pas été créée pour cette personne, mais a été transformée. Un homme, c’est des steaks, des frites, et trois feuilles de salade digérés. Mais en ce qui concerne l’information, chaque être humain est un être tout neuf. C’est une œuvre d’art, en partie constituée par une somme de hasards formant une combinaison unique de rencontres et d’événements vécus, mais pas seulement, il y a aussi dans la création de la personne humaine une somme de créativité délibérée, celle des parents ayant un projet pour cet enfant, avant même qu’il soit conçu, souvent, mais aussi d’enseignants, d’amis, et la créativité de la personne sur son propre devenir… Et à mon avis aussi, la créativité de Dieu qui a de l’espérance concernant cette personne en particulier.

Contrairement à certaines pensées, en particulier de la Grèce antique ou des philosophies & spiritualités orientales, la personne humaine est unique, une œuvre originale nouvellement créée, infiniment précieuse en elle même et pour elle même, et non seulement un forme passagère de quelque chose de plus grand qui se transforme. Non seulement, cela me semble vrai, mais ensuite cela me semble important de le penser car cela valorise non seulement chaque personne individuelle mais aussi chaque journée qui s’ouvre devant nous. Donc même si cette idée de multiples réincarnation était vraie, il faudrait vite l’oublier pour vivre cette vie présente en non en relativiser l’importance comme un épisode seulement dans une longue chaîne. Cette idée de réincarnation est à mon avis une projection de ce que l’on observe dans la transformation de la matière, mais voilà, l’information n’a pas les mêmes propriétés que la matière.

Dans la Bible, il y a souvent une pluralité de points de vue, et c’est bien ainsi. En ce qui concerne la création il y a plutôt unanimité, pour une fois, affirmant que si, il y a du neuf, il y a de la création, il y a de l’inattendu. Le temps n’est pas seulement vue comme tournant en rond, comme pour les saisons, comme pour le cycle de l’eau, comme pour la matière, mais le temps a un sens en ce qui concerne l’histoire, en particulier l’histoire de la création, celle du salut mais aussi l’histoire de chaque individu personnel. Genèse 1 raconte d’une façon imagée que Dieu apporte de l’information par son souffle, par sa Parole à du chaos pour faire progressivement émerger quelque chose de plus construit. Et que sans cesse il injecte du neuf, pour créer du bon, du juste et du vivant, et même une œuvre capable elle même d’aimer et de créer elle aussi du neuf, du jamais vu.

Et chaque personne humaine est tissée en particulier, connue, aimée, nommée individuellement.

Éternel… C’est toi qui as formé mes reins, Qui m’as tissé dans le sein de ma mère. Je te célèbre de ce que je suis une créature si merveilleuse. Tes oeuvres sont admirables, Et mon âme le reconnaît bien. Mon corps n’était point caché devant toi, Lorsque j’ai été fait dans un lieu secret, Tissé dans les profondeurs de la terre. (Psaumes 139)

Chacun de nous est ainsi un être unique, créé, tout neuf et non une âme d’occasion recyclée comme l’est notre corps. Pour ce qui est de la suite de notre parcours, oui, il y a aussi du créé en nous tout au long de notre vie sur terre. Pour la suite, bien des auteurs de la Bible hébraïque font délibérément l’impasse sur la suite du parcours. Soit qu’ils en doutent, soit qu’ils aient choisis de mettre délibérément l’accent, précisément sur le parcours de la personne sur terre comme étant la seule chose qui importe aujourd’hui. A la suite de Jésus, la personne humaine a une vie éternelle. Pas seulement dans un recyclage qui diluerait la personnalité, l’histoire de chacun dans un flot. Mais la personne dans sa foi, c’est à dire dans ses attachements, et même ce sont ces attachements qui ont une dimension d’éternité.

Ce en quoi nous verrons bien… mais pour l’instant, effectivement, cette façon de voir me semble porteuse d’une façon de concevoir l’humain qui est féconde et vraie, qui donne une dignité à chaque personne et chaque vie, même peu performante. Qui donne un souffle, appelle à une dynamique, à un cheminement, à de la créativité, à de l’espérance dans et par l’amour. Bref, cette conception de l’être humain me semble plutôt pas mal.

Amitiés

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

Laisser un commentaire