S'abonner par :
 rss
 email

La Bible dans l'Oratoire du LouvreQuestion d’un visiteur :

Bonjour Marc,
Puissiez vous éclaircir mes pensées de bon matin ! Plus je réfléchis a la question plus je m’y perds… qu’il est difficile d’être novice !
Si je comprends toutes les Solae protestantes et si Sola Scriputura est pourtant simple a priori mon cerveau bugge complètement sur le « pourquoi seulement la Bible »… bien sûr, je fais confiance à l’Esprit Saint qui a dicté le Canon en des temps anciens (je comprends que les apocryphes n’aient pas le même statut par exemple) mais pourquoi si on considère que l’Esprit Saint inspire des êtres humains à l’écriture d’autres textes ne pourraient avoir une importance ? Certes on peut les considérer comme inspirants (au hasard Gandhi ou soeur Emmanuelle) mais ils n’ont aucune autorité particulière et là je bloque 🙂 dans mon cerveau a peine réveillé (ou éveillé) je me mets a penser que l’esprit saint n’inspire plus personne ?? Depuis tous ces siècles ?! En quoi la Bible se distingue d’autres écrits (je mérite le bûcher avec une question pareille !) Désolée de vous déranger j’ai fait pourtant des recherches sur le net mais je vous laisse imaginer les débats que j’ai lu et qui m’ont encore plus embrouillée et si le thème a été abordé sur le laboratoire donnez moi juste la référence 🙂
Bonne journée a vous
Cecilia

Réponse d’un pasteur :

Chère Cécilia

Grand merci pour cette intéressante question, sur les traditionnels principes du protestantisme, mais ils ne sontpas sacrés, ils peuvent être discutés, débattus sans que l’on mérite bien évidemment d’être exclu de quoi que ce soit, et encore moins brûlé (on n’est plus à l’époque de Luther, Calvin, et Bernardo Gui, et il n’y a pas dans notre église de tribunal de sauvegarde de la sainte doctrine de la foi de l’église…)

Je suis bien d’accord, l’expression « L’Ecriture seule » est assez maladroite car elle prête à confusion. Pour plusieurs raisons :

  • D’abord, ce n’est pas « l’écriture », mais « les écritures » qu’il faudrait dire, car la Bible n’est pas un livre mais une bibliothèque, c’est une sélection de textes communs à toutes les églises (et communs avec les synagogues en ce qui concerne la première partie).
  • Non, nous ne lisons pas seulement la Bible, comme vous le dites très bien. Et bien des personnes sont inspirées au travers des siècles. Et même, par définition, en reconnaissant Jésus comme Christ, nous affirmons que toute personne individuelle est appelée à devenir prophète, capable de recevoir directement un capacité à porter un point de vue juste, prophétique, inspiré, original. Ce n’est donc pas « Les Ecritures seules » mais plutôt « Les Ecritures au centre » qu’il faudrait dire. Chacun se confrontant à ces textes pour interroger ce qu’il est, ce qu’il vit, ce qu’il pense et discerne dans la prière. Notre pensée s’enrichit aussi de tout ce qu’il y a comme outils et comme sources possibles, selon les occasions. Car la foi chrétienne est une foi qui est incarnée dans le monde. la Bible est ainsi mise en débat avec les autres domaines, dans un dialogue entre Bible et histoire, Bible et psychanalyse, Bible et Bouddhisme, Bible et musique, Bible et science…
  • Ce n’est pas non plus la Bible faisant autorité en toute chose. Parce que fondamentalement, c’est la Bible lue et interprétée grâce au « témoignage intérieur du Saint-Esprit », disait-on alors, et ce témoignage intérieur du Saint Esprit passe par la cœur, la foi mais aussi l’intelligence. L’intelligence personnelle car c’est chacun qui est amené à lire personnellement la Bible pour l’interpréter en relation aux circonstances particulières de sa vie, selon un point de vue personnel. Aujourd’hui, nous faisons une interprétation personnelle, priante, mais qui a une première approche qui consiste à analyser sérieusement le texte, à le replacer dans le contexte de son époque, afin d’essayer de ne pas lui faire dire n’importe quoi dans le contexte qui est le nôtre, en partie différent.

Pourquoi la Bible et pas autre chose ?

Il me semble intéressant d’avoir un corpus de textes de référence stable, commun au travers des pays et des générations. Cela fait une communauté de débat très enrichissante avec cette double extension. La Bible reprend les textes préférés des juifs et/ou des chrétiens dans les débuts de l’ère chrétienne, on pourrait trouver parfois mieux que certains textes, mais en tout cas ce corpus n’est pas médiocre. Ensuite, ce corpus est ni trop vaste ni étriqué, il présente une certaine unité mais avec un pluralisme riche de sensibilité théologique, spirituelle et religieuse. Dans le cadre même de ce recueil, bien des questions théologiques, spirituelles et morales sont débattues, les textes se renvoyant les uns aux autres, présentant souvent plusieurs réponses possibles. De sortes qu’effectivement, cette bibliothèque a permis le développement d’une communauté de débats particulièrement riches.

Donc oui, la Bible est inspirante. De fait. Elle est, selon l’avis de beaucoup, composée de livres inspirés, pas au sens où Dieu l’aurait écrit avec son doigt sur une table de pierre, mais que les hommes et femmes qui ont composé ces textes avaient une expérience de relation à Dieu dont ils cherchent à témoigner ainsi. Et de fait, la lecture de ces témoignages les lisant par l’intelligence et la foi réunies sont favorables à l’ouverture de son lecteur à quelque chose qui lui vient directement de Dieu.

Avec mes amitiés fraternelles

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

Laisser un commentaire