S'abonner par :
 rss
 email
Obsèques à l'Oratoire du Louvre © photo Godong

Obsèques à l’Oratoire du Louvre © photo Godong

Question d’un visiteur :

Bonjour monsieur le Pasteur,
Je suis catholique et je dois assister à des funérailles au Temple de ma commune ; je sais que dans l’Eglise Réformée on ne prie pas pour le défunt, mais pourriez-vous me préciser les différences entre le culte et la messe dans de telles circonstances, et surtout quels gestes ou attitudes typiquement « catho » je dois éviter, afin de ne pas choquer l’assemblée ?

Je vous remercie d’avance,

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Monsieur

Et bravo pour le respect et l’intelligence que montre votre démarche.

Normalement, les protestants sont ouverts et ne seraient pas choqués par votre façon de faire catholique, par exemple si vous faisiez un signe de croix en entrant, ce qui n’est pas l’habitude chez nous, mais ce n’est pas choquant pour autant.

Sinon, oui, vous avez raison, par principe, nous ne prions pas pour les morts comme si l’amour de Dieu n’était pas suffisant et qu’il fallait le pousser à aimer plus, privilégiant ainsi ceux qui sont bien entourés sur terre. Si cela marchait comme ça, le pauvre clochard abandonné de tous sur terre serait, en plus, en manque d’appui au ciel !

La seconde différence est que nous ne bénissons pas le corps du défunt. Lors de son vivant, une personne est à la fois un corps, une personnalité, une vie, une foi, un amour et une mémoire… mais après la mort du corps, le corps n’est plus la personne, il n’est plus qu’un souvenir de la personne, une poussière appelée à retourner à la poussière; Alors nous comprenons le geste catholique, avec cette aspersion qui rappelle le baptême, mais nous préférons ne pas le faire, pour cette raison, et aussi parce que ça risquerait de passer pour un rite qui aiderait Dieu à aimer et accueillir mieux la personne que nous aimons.

Sinon, pour le reste, les obsèques protestantes ressemblent aux obsèques catholiques, avec peut-être un ton un peu plus simple, plus personnalisé, une homélie (que nous appelons prédication) plus théologique.

Il y a enfin une chose que j’éviterais c’est de parler au mort. Mais je pense que les catholiques ne le font pas non plus car cela appartient plus à une façon de voir animiste ou shamanique, peut-être, que chrétienne.

Amitiés fraternelles
Et merci d’entourer cette famille de votre affection, c’est précieux

pasteur Gaspard de Coligny

Des centaines d’autres questions & réponses sur le site

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

Laisser un commentaire