S'abonner par :
 rss
 email

petite fille et son image dessinée par terre. Image: 'r☼sita'  http://www.flickr.com/photos/75484454@N00/346073

Question d’un visiteur :

Bonjour Marc,
Je ne sais pas comment commencer. Pourquoi nous les hommes, vivons-nous bien sur terre quand Dieu nous perfectionnera au Ciel après notre mort et qu’on aura « une vie abondante »? La plupart des site sur Internet parle de cette histoire du péché originel mais je ne peux pas absolument imaginer que notre vie sur terre serrait une sorte de punition. C’est une très grand consolation pour moi de savoir que Dieu m’a voulu et qu’il garantit la réussit de ma vie. Que ce n’est pas moi qui devrait avoir la force pour tous toute seule ou que tous dépendrait de mes efforts.

Beaucoup remerciements d’ Allemagne,
Anja

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Anja

Je suis tout à fait en phase avec ce que vous dites. Je suis en particulier bien d’accord avec vous sur cette histoire de « péché originel » qui aurait infecté l’humanité et qui se transmettrait depuis, et qui aurait été payé, remboursé par le sacrifice du Christ sur la croix. Cela n’a pas de sens, comment Dieu garderait rancune contre un péché de gourmandise et de rébellion contre lui, alors que Dieu est amour et pardon. Le propre même de la « grâce » est d’être gratuite, sans prix à payer. Et comment penser qu’il serait juste que les générations suivantes payent pour la fautes de leurs lointains ancêtres ? Comment penser qu’il serait juste qu’un innocent, Jésus, paye la note pour les autres et satisfaire qui, Dieu lui-même et sa justice implacable ? Ce serait un terrible modèle de justice.

A mon avis, cette théorie a été tout juste développée pour tenir les fidèles dans la crainte d’un Dieu terrible. Rien de tel que la carotte et le bâton pour faire avancer un âne (paraît-il), il semble que certains ont appliqué cette méthode pour remplir leur église. Je ne pense pas que ce soit une idée géniale. Car cela donen une mauvaise image de Dieu et fausse la relation qu’il veut établir avec nous en Christ, une relation de confiance selon laquelle nous n’avons absolument rien à craindre de lui mais une abondance de vie.

Ce récit le « la chute », avec Adam et Eve, le fruit défendu et le serpent qui parle, cette histoire est essentielle. Cette histoire ne parle pas du passé, mais elle parle du présent de chacun de nous, de ce péché non pas originel mais fondamental qui consiste à se prendre soi-même pour Dieu et finalement prendre son propre plaisir de l’instant comme critère du bien et du mal. Ce n’est pas que cela fâche Dieu (il ne garde pas de rancune) mais c’est un problème pour se développer, pour évoluer, pour être dans une juste relation avec les autres, avec Dieu, avec notre propre vie et avec ce monde. Mais nous sommes tirés de là, quand nous n’étions que quelques cellules se développant et se multipliant nous étions ainsi car les cellules ne pensent qu’à se nourrir du milieu ambiant pour profiter, c’est normal. Nous connaissons une évolution extraordinaire qui se poursuit tout au long de notre vie, comme vous le dites, en particulier dans le domaine spirituel. La question n’est donc pas d’atteindre un jour « la vie abondante » à 100%, mais de travailler et de recevoir cette évolution qui rend notre vie plus abondante, en terme de qualité de mouvement, de vie et d’être. Cela prend toute une vie, je pense que cette évolution se poursuit encore, autrement, au delà de la mort. Mais ceci est une autre question, dont il est inutile de nous préoccuper maintenant. Pour aujourd’hui, la question est celle de discerner et de vivre de cette « abondance » qui est déjà en nous et dans ce monde. Et pour cela, l’apport du Christ a été vraiment essentiel, il nous ouvre à cette dynamique et à sa source, en Dieu.

Et donc oui, cette vie n’est pas une punition, elle est faite pour être une bénédiction. Et elle l’est souvent.

Amitiés fraternelles

pasteur Gaspard de Coligny

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

Une Réponse à “Question : le péché originel et la vie en abondance ?”

  1. Ludivine dit :

    Bonjour ,
    Vous écrivez dans votre réponse : « Cette histoire ne parle pas du passé, mais elle parle du présent de chacun de nous, de ce péché non pas originel mais fondamental qui consiste à se prendre soi-même pour Dieu et finalement prendre son propre plaisir de l’instant comme critère du bien et du mal. »
    Je pense voir ce que vous voulez dire. Mais tout de même ceci m’interpelle. Peut-être n’ai-je après tout pas bien saisi.
    Il me semble, que l’établissement une fois pour toutes une liste de ce qui est bien et mal, liste élaborée par d’autres que moi qui sauraient mieux que moi ce qui me convient, convient à ma vie amoureuse, amicale, sociale, professionnelle est franchement problématique. Cette liste me rendrait dépendant-e, soumis-e. Elle m’enlèverai mon autonomie, ma liberté de pensée et surtout ma capacité à savoir moi-même ce qui est juste. Car tout de même l’être humain n’est pas un loup pour l’homme. Je crois que l’être humain est profondément bon, juste, à la recherche du meilleur de lui-même et d’offrir ce meilleur à ses frères et sœurs humains. Une personne qui va bien, qui se sent bien dans sa vie, dans sa peau ne cherche pas à faire mal aux autres ou à elle-même.
    Bien sûr, nous ne sommes pas parfaits. L’humain est aussi fait d’ombre, de potentiel de faire le mal. Et l’ombre en question est absolument nécessaire. Car sans elle pas de croissance, pas d’amélioration de notre personne et peut-être même pas de foi en Dieu et même de Dieu car à quoi bon si je ne suis déjà que perfection.
    Bref, quels sont les critères selon vous pour établir le « bien » et le « mal » ?
    Merci,
    Ludivine

Laisser un commentaire