S'abonner par :
 rss
 email

couple marchant sur une route - Image: 'I'd give you every beat of my heart" http://www.flickr.com/photos/46245173@N04/6378980987

Question d’un visiteur :

Bonjour Monsieur le pasteur j’ai une petite question, si vous pouvez me donner réponse. On est un couple chrétien et on voudrait savoir : on a envi, ma femme et moi, depuis longtemps de réaliser un fantasme dans l’amour avec un autre couple, je voudrais savoir si ce n’est pas de l’adultère ? Merci de me donner une réponse positive ou négative merci pour tout.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir,

Je vais essayer de vous donner une réponse aussi claire que possible, positive ou négative. Mais normalement, il m’est difficile de donner une réponse simplement positive ou négative à une question de morale, car nous avons un principe, dans le Christianisme, et particulièrement dans le christianisme protestant progressiste, c’est de de laisser chacune et chacun être responsable de sa propre vie dans sa conscience, éclairée par Dieu.

Donc chacun fait ce qu’il veut, ce qu’il peut. Et la vie n’est pas toujours simple. Par exemple, il arrive des circonstances où ne pas dire la vérité est la conduite qui optimise le bien et minimise le mal. Alors que dans le cas général c’est très facile de dire que la vérité vaut mieux que le mensonge.

Mais il faut appeler un chat un chat. Ne pas dire la vérité est un mensonge, et c’est donc bien un mensonge qui a alors été commis.

Et s’il faut appeler un chat un chat, oui, l’échangisme est certainement de l’adultère. Un adultère certes un peu moins grave quand c’est avec le consentement de son conjoint et de toutes les autres personnes mêlées à l’affaire. Mais quand même, c’est un adultère car cela rompt l’engagement à la fidélité à vie à son conjoint. La question du consentement est délicate, ce n’est jamais du tout oui et tout non, il y a des degrés dans le consentement et dans le refus, parfois c’est 80% de oui et il reste un petit 20% coincé au fond de la gorge et du cœur pour longtemps, pour toujours. Parfois c’est 20% de oui qui s’expriment dans une personne, par sa bouche et sa tête pour faire plaisir à l’autre, pour chercher à le « garder », alors que 80% de fibre de fidélité et d’attachement total crient leur révolte au fond de son amour. Parfois c’est 50% d’hormones de bonobo qui crient en nous : c’est génial on fonce, et 50% d’alliance et d’amour qui freinent et qui crient en nous : mais où va s’arrêter cette escalade, ou cette plongée ?

Une fois que l’on a bien identifié ce que l’on envisage, avec franchise vis à vis de soi-même, d’abord. Par exemple en reconnaissant devant soi-même, et devant Dieu : oui c’est un mensonge que je suis en train d’envisager, ou, dans votre cas, oui, c’est un peu un adultère qui me fait fantasmer. C’est en tout cas pas bon de se raconter à moi-même de fausses excuses du genre : ce n’est pas vraiment un mensonge car c’est ce que j’ai dit est un peu quand même la vérité, et je n’ai rien dit de faux je l’ai juste laissé se tromper… ou : ce n’est pas tout à fait de l’adultère que j’envisage car c’est moins grave que si c’était pire…

Ensuite, la question est de savoir quand nous pouvons, voire parfois quand nous devons transgresser les commandements fondamentaux ? C’est parfois la moisn mauvaise solution pour un intérêt supérieur, pour un plus grand bien. C’est évident dans le principe, mieux vaut un petit mensonge qu’un mort, par exemple. Mais c’est souvent moins facile à déterminer dans un cas concret, car nous ne savons pas parfaitement les conséquences de nos actes. Mais bon, c’est ça l’enjeu des questions que chacune et chacun doit se poser concernant les différents registres de notre existence personnelle et de l’existence des autres personnes concernées par notre décision. C’est ce que dit l’apôtre Paul dans ce conseil génial : « tout est permis mais tout n’est pas utile, mais tout ne construit pas » (1Corinthiens 6:12)

Ce serait à vous d’essayer de l’appliquer à votre intéressante question, mais je veux bien me prêter à l’exercice :

Le plaisir du corps est une bonne chose, le piment de nouveauté dans la vie d’un couple aussi. Donc tout n’est pas mauvais dans votre plan partouze. Mais sur ce plan du plaisir du corps, le mieux n’est pas nécessairement dans toujours plus d’expériences, toujours plus en quantité, toujours plus en variété, en largeur. Ce n’est pas la seule dimension de cheminement possible dans ce domaine du plaisir. Il y a un cheminement possible dans le sens de la profondeur (sans allusion graveleuse), et dans le sens du romantisme, dans le sens de la tendresse, de l’attention à l’autre… suffit de chercher pour trouver, suffit d’aimer, de regarder, de penser à l’autre, de sentir pour trouver.

Pour ce qui est de la relation, est-ce que vraiment cette expérience édifie l’attachement et l’alliance qui existe entre deux conjoints ? Qu’en la pimentant un peu de la sorte ça va réveiller vos relations ? A vrai dire, j’ai de gros doutes. Car le sexe n’est pas, n’est vraiment pas une activité comme peut l’être de faire du tennis ensemble. Qu’on le veuille ou non, il se joue dans le sexe quelque chose qui touche à des fibres très profondes d’attachements, quelque chose de mystérieux et qui est sans doute enraciné dans notre culture mais aussi dans nos instincts de parents que nous avons en commun avec les pingouins, par exemple ? Alors pour pimenter son couple, il y a d’autres façons sympas et moins risquées : le tennis ? le parapente, c’est plus dangereux mais ça pimente bien…

Pour l’instant, je ne réponds que sur le plan rationnel de ce qui est bon psychologiquement pour votre couple, pour son édification et l’édification mutuelle des deux conjoints. Et sur ce plan, je répondrais personnellement que votre idée est un fantasme assez courant, et bien que cela reste à l’état de fantasme et ce sera très bien comme ça. Par ce que personnellement c’est autre chose que je choisis de vivre. Mais vous pouvez évaluer les choses différemment, c’est à vous de voir pour vous-mêmes.

Ensuite, en homme de foi :

  • je dirais que la prière est d’un grand secours pour choisir quand c’est difficile de choisir, pour être éclairé, pour trouver des solutions que nous n’avions pas imaginées et qui sont géniales…
  • Ensuite, je vous dirais que Dieu est une grande force et que pour tenir bon ce que l’on a choisi, au lieu de se laisser aller à faire ce que l’on n’a pas choisi, Dieu est vraiment d’un très très grand secours sur ce plan aussi. C’est quelque chose que l’on peut travailler avec lui, en lui confiant notre besoin de force pour la journée du lendemain, nos décisions difficile à prendre, et de repousser toujours à plus tard les mauvaises décisions.
  • Enfin, je vous dirais que Dieu est une force aussi, quand on a mal choisi pour nous aider à en prendre conscience en cherchant comment rectifier le tir et réparer les dégâts si c’est encore possible, et arriver ensuite à nous sentir pardonné.
  • Dieu est d’un secours formidable quand nous avons dû choisir quelque chose de tragique, comprenant une part de mort, pour nous sentir pardonné encore…

Et en théologien, je vous dirais que la fidélité à ses alliances, à ses attachements, est une notion fondamentale. Il peut arriver qu’un divorce soit la moins pire des solutions, et qu’il faille alors rompre une alliance. Mais qu’on ne tord pas un attachement, une alliance. On ne trompe pas son conjoint même si c’est juste un peu. On fait tout pour édifier sa fidélité à cette alliance fondamentale qu’est le couple on la rompt mais on ne fait pas de compromis là dessus.

Un théologien polythéiste répondrai peut-être autrement, mais en tant que chrétien, nous sommes plutôt sur un modèle d’alliance de fidélité exclusive. Et à vrai dire ça me convient très bien, intellectuellement, spirituellement, et sur le plan de la vie de tous les jours. Mais on peut choisir de vivre autrement, c’est vrai que Dieu est amour et que ce n’est pas parce que l’on vit comme n’importe comment qu’il va nous considérer comme si nous étions n’importe quoi. Son pardon est là, plus fort que tout, et ce qu’il cherche, c’est juste de nous donner de vivre, et de vivre vraiment.

Amitiés fraternelles
& mes vœux de bénédiction pour vous deux, dans tous les cas.

pasteur Gaspard de Coligny

Des centaines d’autres questions & réponses sur le site

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

15 Réponses à “Question : ma femme et moi sommes chrétiens, on a envie d’essayer l’échangisme, c’est de l’adultère ?”

  1. J.-L. Centuri dit :

    Pour moi qui, comme vous, suis chrétien et même un protestant engagé… pas de problème : tout ce qui se vit entre un homme et une femme consentant, et qui plus est d’accord, est acceptable ! L’adultère c’est pour moi uniquement lorsqu’il y a trahison charnelle du conjoint ou de la conjointe, hors de son consentement !

  2. Vous avez le droit de penser ça.

  3. marc ROBERT dit :

    il est un peu vain de dresser son petit drapeau chrétien et même protestant engagé pour légitimer des positions très personnelles, ce qui ne fait pas avancer le débat … au fond ne convient-il pas de s’interroger sur les motivations ? recherche égoïste du plaisir charnel ou don de soi et recherche du plaisir de l’autre…pas de jugement moralisateur sur ces questions, bien sûr, mais est-il honnête de déplacer les bornes pour faire entrer ses propres transgressions dans des limites modifiées selon son bon (?) plaisir ?

  4. perrey francois dit :

    L’échangisme est un acte adultére , et dire que cela ne regarde que vous et faite de votre mieux n’est pas dans la bible . Toujours se reporter à Dieu . Dieu a donné a l’homme une femme et seulement une seule. Quand on se mari à l’église ,c’est un saint sacrement qui vient de Dieu, c’est auprés de Dieu et de celui a qui vous donné votre parole de l’aimer pour le meilleur et pour le pire,pas avec d’autre. En tant que chrétien c’est une grave erreur de consentir de tels actes et c’est a Dieu que vous vous remettrez de vos actes . Amen

  5. J.-L. Centuri dit :

    M. Perrey, pour les protestants il n’y a pas de sacrement du mariage dans l’Eglise, et donc rien qui ne soit lié sur la terre et dans les cieux, comme le pense nos frères catholiques.
    Pour ce qui touche à la sexualité d’un couple légitime, je considère que tout ce qui peut aider ledit couple à tenir bon et à ne pas se déliter dans le temps, est juste et bon : le libertinage, comme d’autres pratiques. J’ai ainsi connu un couple de chrétien que des pratiques SM soft avaient sauver de l’explosion.
    Il n’y a donc pas de mal à se faire plaisir en couple, si cela permet de consolider celui-ci !

  6. Je ne suis pas certain que l’on puisse dire que « la fin justifie les moyens ». A mon avis il est plus sage, plus sain, de rechercher de bons moyens pour aller vers une bonne fin. En l’occurrence, je pense sincèrement que l’on peut trouver de meilleurs moyens que des pratiques acceptant de légitimer la souffrance (de soi-même et de l’autre). Vraiment.

    Ensuite, si les protestants ne considèrent pas le mariage comme sacrement c’est parce que nous avons une définition plus restrictive de la notion (non biblique) du sacrement, pas à cause d’une conception différente du mariage. D’ailleurs, normalement, dans la liturgie protestante nous disons ce verset de l’Evangile « Vous n’êtes plus deux, mais un. Que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni » (Marc 10:9).

  7. AMOND dit :

    Au fur et à mésur que le retour de Jésus approche, l’humanité s’égare de plus en plus. A ceux qui voulaient peut-etre se venter du divorce, Jésus avait dit que c’est à cause de la dureté de leur coeur que Moise leur avait autorisé de divorcer d’avec l eur femme. Oui c’était bien à cause de leur incredulité. Chacun a peut-etre ses définitions des choses de cette vie que ce soit péché ou non. Je vous invite à lire et méditer (Romains 12v1-2 ) qui exhorte le chrétien à offrir son corps à DIEU comme un sacrifice vivant, saint,agréable à Dieu, et c’est l’expreesion d’un vrai culte. Il est aussi de ne pas se confolrmer au monde actuel mais de plutot faire preuve de discernement pour savoir quelle est la volonté de Dieu. La Bible dit en plus dans ( 1Corinthiens 2v15-16), que l’homme spirituel a la capacité de juger de tout, et l’homme spirituel a la pensée de Dieu. Vos pensées sont-elles de Dieu? Vos projets glorifient-ils Dieu? Vos désirs confirment-ils la Bible dans ses récommandations?

  8. Carlito dit :

    Bonsoir,
    Nous aussi croyants et nés de nouveau. Et nous pratiquons le libertinage en couple.
    Si vous voulez en parler avec nous vous êtes les bienvenus.
    C & N

  9. hannah dit :

    Bonjour , pour moi c’est de l’adultère ,c’est donner son corps a un autre même d’un commun accord ,vous et votre femme vous désirez une autre personne ,c’est du sexe vous me direz on y met pas son coeur mais le désir vient de là.
    Je ne comprends pas pourquoi si vous vous aimez vouloir vous donner a un autre couple .Beaucoup de couples se sont séparés après cette expérience et leur amour suite a ce désir de sexe en a bave
    Prenez le temps d’en parler avant de vous lancer dans cette expérience qui pourrait très mal se terminer

  10. patrice dit :

    Bonsoir, il y a une tendance à s’appartenir l’un à l’autre et à être jaloux.Ce sentiment naturel est très sein.Il montre qu’un être aimé ne l’est que parce qu’il est exclusif à l’autre, il a donné son intimité et partager érotisme et sentiment (différent du sexe sans amour ). Pour moi, le fantasme est un formidable pied de nez à la morale! Il ne faut pas hésiter à utiliser toute idée ou projection mentale pouvant apporter du piment puisqu’après l’acte d’amour et la jouissance lorsque la conscience reprend le dessus sur la libido, il ne lui reste qu’un mirage, qu’une idée non réalisée à laquelle elle ne peut pas s’accrocher.Passer à l’acte , c’est laisser des terribles dégâts irrémédiables sur le couple qui n’en ne sera plus un.Il faut se rappeler que si l’on croit en dieu, on croit aussi au démon.Il sait donner des envies qui après avoir été réalisées ne laissent qu’amertume et destruction.Il faut protéger l’être aimé à tout prix, passer le cap des difficultés et des tentations en restant fidèle.Chaque victoire sur la tentation m’a toujours procuré à postériori , une grande joie.Malheureusement je ne compte pas les péchés et les pièges tendus par le démon dans lesquels je tombe régulièrement , tan sa perfidie est grande……..

  11. Michel dit :

    Merci pour cette question et pour cette réflexion, autant éloignée de la complaisance que du scandale. Le désir et le plaisir sexuels causent bien des tracas aux humains. Sûrement il serait plus simple à l’occasion de n’y faire que la bête, mais impossible de se dépouiller tout à fait de la part angélique. Et quand on voudrait y faire l’ange, on ne peut entièrement renier son animalité. Sans cette ambivalence minimale, il me semblerait selon le cas insignifiant ou incongru de voir dans l’alliance de Dieu à l’humain , le modèle de l’alliance de la femme et de l’homme.
    Alors, la part de l’ange peut-elle recevoir dans l’échangisme la place épanouie de la conscience en paix ? Difficile de répondre pour soi-même, alors pour les autres… Pourtant je tendrais à penser que oui … théoriquement. Mais pratiquement ? C’est là que surgit la difficulté, comme toujours quand il s’agit de considérer la ‘vraie vie’. En tout cas, un principe conducteur s’impose, sans transaction possible : n’instrumentaliser ni son conjoint, ni chacun de ses éventuels partenaires sexuels, ni son propre corps. Si en conscience on ne se sent pas capable de passer cette épreuve extrêmement exigeante, ou même encore de l’aborder, s’abstenir. S’abstenir non par renoncement et en frustration, mais en affirmation de courage et de responsabilité.

  12. thierry dit :

    bonjour.
    Je viens de lire les différentes réponses. Et je suis resté surpris par certaines , on vie dans un monde ou dire ceci ou cela, en conformité a la parole devient tout un art , la peur de vexé de peiner ou le politiquement correcte sa n’a pas lieu d’être par mis les chrétiens …

    Bien sur il n’est pas question de blesser d’humilier mais plutôt de reprendre avec douceur sans jugement . Quant est ce que les chrétiens ont ils perdue le courage d’appeler un chat un chat. Quant est ce que nous arrêterons la langue de bois, la conformité au monde; n’est il pas écrit que nous ne sommes pas de ce monde, même si nous y vivons.
    Croire que pratiquer l’échangisme avec l’accord ou pas ce n’est pas commettre l’adultère c’est ce tromper soi même. C’est un péché; il suffit d’un regard, de convoiter, pour l’avoir déjà commis.
    Notre devoir est d’être trouvé conforme a la parole de Dieu saint et irréprochable lors de son avènement, ou de notre départ, est ce que nous ne péchons plus… Bien sûr que non .
    Dieu est assez grand pour nous pardonnez nos fautes si nous lui confessons.

    Et les discours qui tiennent ces propos , la Bible a été écrites il y a 2000 ans elle n’a plus lieu d’être ainsi, elle doit évoluer. C’est ce tromper de nouveau.
    Il est écrit quiconque ajouteras ou enlèveras une lettre de ce livre subiras la justice de Dieu.
    Mais parole sont peut être direct et peuvent paraître dur mais mon seul désir est la parole de Dieu pas celle qui nous convient qui nous satisfait. Et je dis tout cela par amour. ( ( ( (Ephésiens 2:3)

  13. Laurent dit :

    Bonjour Thierry je suis d’accord avec vous, mais vous avouerez que parfois la bible n’est pas très claire sur certains points. D’aucuns diront même sur tous, facilitant ainsi les sujets d’interprétation…

    Sur l’adultère je pense qu’il y a peu matière à interprétation : je pense qu’à partir du moment où on regarde quelqu’un d’autre que son conjoint en souhaitant lui faire l’amour, on commet le péché. Mais quid si on s’imagine lui faire l’amour sans pour autant avoir l’intention de passer à l’acte (par fidélité justement) ? Ou quid si on est célibataire et si on ignore qu’elle ne l’est pas ?

    Il peut y avoir d’autres questions à décliner.

    Fraternellement vôtre et bonne rentrée à toutes et à tous.

  14. emdeclerm dit :

    perso je trouve que le dogme est plus sujet à interprétation que la morale. Mais force est de constater que la morale chrétienne sur la fidélité fait bcp d’adeptes (à part dans le cadre de l’Islam avec la polygamie). Mais la fidélité n’est pas décriée, c’est même du bon sens à mon goût. L’amour n’est pas convoitise. De là à se demander jusqu’à quel degré on est infidèle à mon avis ce n’est pas vraiment intéressant. On peut apprécier la beauté d’une femme, d’un homme, sans penser à mal. Mais de là à être infidèle … ce que je pense c’est qu’on est pas fidèle par principe, on est fidèle par amour.

Laisser un commentaire