S'abonner par :
 rss
 email
icône de la trinité de Roublev

icône de la trinité de Roublev

Question d’un visiteur :

Bonsoir,
je faisais une recherche sur les unitariens et j’ai lu votre commentaire sur internet concernant ce mouvement: mon principal problème avec ces gens est qu’ils ne croient pas que Jésus est à la fois 100% Dieu et 100% homme, ce qui est hautement nécessaire dans les 2 cas. Ôter la divinité à Jésus c’est:

  1. le faire menteur : moi et le Père sommes un.
  2. détruire la révélation de la trinité par l’Esprit -Saint dans la Parole.
  3. c’est déjà pas mal, vous en conviendrez… ( à moins que dieu soit un pèpère débonnaire gentillet) à moins que le mot hérésies ne soit plus valable au 21e siècle, mais seulement à l’époque de Paul (qui les dénonçait… il me semble)

Je suis très étonné de l’extrême légèreté dont est traité un sujet si vital que celui de la divinité de Jésus (wouaa…!) que tout cela est bien triste, et que ce mot est bien lui aussi léger face au danger pourtant évident d’ôter à Dieu Sa gloire, mais après tout, Esaïe avait vu le problème: « Qui a reconnu le bras de l’Éternel? » Es 53.1b 

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Vous savez, il est toujours délicat de mépriser les autres, surtout pour des questions d’opinions, et encore plus pour des questions d’opinions religieuses, et infiniment plus pour des questions de doctrine à l’intérieur même de la foi chrétienne ! Si l’on reprend vos points :

1 – Comment comprendre ce « Moi et le Père nous sommes un » de Jésus alors qu’il dit aussi dans le même passage « Mon Père est plus grand que moi » (Jean 14 : 28) ? Il est possible d’accentuer sur un côté ou sur l’autre, mais certainement pas de dire comme vous le faites qu’une personne qui n’exprime pas sa foi de façon trinitaire « fait du Christ un menteur ». C’est vraiment plus complexe que cela, et c’est bien une question d’interprétation. Quelques paragraphes après, le Christ prie le Père « afin qu’ils soient un comme nous sommes un », pourtant nous ne sommes pas Dieu, mais sommes appelés, effectivement à être unis avec Dieu comme Jésus avec son Père.

2 – C’est très délicat d’affirmer comme ça que la doctrine de la trinité est « révélée » par l’Esprit. Peut-être, mais comment en être aussi certain ? En tout cas si cette doctrine de la trinité était aussi essentielle, aussi « vitale », pourquoi est-ce que le Christ ne n’a pas révélée, ou en tout cas pas plus clairement ? Au contraire, le terme même de trinité est inconnu des 10 premières générations de chrétiens !

Donc, à mon avis, il faut se calmer sur le sujet, et que ceux qui expriment leur foi de façon trinitaire le fassent sans injurier ceux qui témoignent du salut en Christ sans ce développement doctrinal. Et que ceux qui préfèrent une expression de leur foi chrétienne sans faire appel à ce développement théologique puisse le faire sans injurier ceux qui expriment leur foi de façon trinitaire.

3 – La notion d’hérésie est surtout apparue pour des raisons politique quand l’empereur Constantin a voulu unifier son empire en unifiant la doctrine. Il a convoqué, en tant qu’empereur, des conciles dits « œcuméniques » qui ont sonné l’apparition de l’intolérance et de la persécution au sein même de la foi chrétienne, alors que dans ce corps du Christ, il avait régné jusqu’alors une liberté et une diversité que l’on voit exister du vivant même de Jésus entre les apôtres et leurs personnalités différentes, puis entre Pierre, Paul, Jacques et Jean, les colonnes de l’église (pour soutenir le toit, il faut que des colonnes soient distinctes mais solidaires).Cette diversité et ce pluralisme était alors considéré comme une chance, comme étant la vitalité même du corps du Christ à travers la multitude de ses membres (Romains 12, 1 Corinthiens 12). Suite à ces conciles du IVe siècle, un courant tout juste majoritaire a choisi d’adopter la trinité comme dogme non seulement possible mais obligatoire pour les chrétiens (en 325 et 381). En conséquence, peu de temps après pour la première fois, des chrétiens sont torturés et décapités par l’église pour des questions de foi (Priscillien et quelques uns de ses amis, en 385, à Trèves). Je ne suis vraiment pas certain que ce soit le Saint-Esprit qui ait présidé à la naissance de cette façon de vivre la foi chrétienne, dans la contrainte. Christ n’était absolument pas de cette sensibilité là.

Délibérément, l’église de l’Oratoire n’est pas « unitarienne » car les personnes ayant une expression trinitaire d leur foi y ont toute leur place, l’église ne l’Oratoire n’est pas non plus « trinitaire » car les personnes qui n’expriment pas leur foi ainsi sont tout autant les bienvenues. Ce qui nous unit est une personne (Jésus, reconnu comme Christ) et c’est une démarche de foi libre et respectueuse de celle des autres. L’Eglise Réformée en 1938 avait scellé son union autour précisément dans cette ouverture laissant libre l’adhésion ou non à la doctrine de la trinité. Les choses sont en train de changer, plus ou moins subrepticement, dans l’Eglise Protestante Unie de France, avec une tentative de mettre la trinité dans la constitution de nos églises (voir les importantes réserves d’André Gounelle vis à vis des statuts de l’Eglise Protestante Unie de France).

Il me semble qu’il est temps de revenir à l’humilité doctrinale, à l’importance essentielle mise dans la foi en Christ, le cœur qui se tourne avec lui vers l’amour du Père, et non aux aux anathèmes jetés à la face des uns et des autres, aux tentatives de restreindre l’église aux limites étroites de dogmes décrétés par des conciles. C’est cette intolérance qui déchire le corps du Christ, c’est cela qui est bien triste, ce n’est pas la diversité des membres qui est le reflet de la richesse, de la grandeur et de la beauté de ce corps dont le Christ est la tête.

Amitiés fraternelles

pasteur Gaspard de Coligny

Plusieurs centaines d’autres questions & réponses sur le site

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

16 Réponses à “Question : unitariens, trinitaires, hérétiques… et la foi dans tout ça ?”

  1. Zeghni dit :

    Bonjour Gaspard,

    Je ne puis que souscrire à vos sages propos.
    Chrétien non trinitaire, j’admire la construction
    intellectuelle de la trinité sans pour autant y souscrire.
    Je suis heureux de partager la cène avec mes sœurs
    et frères en christ trinitaires ou non.

  2. Ah que ça fait du bien !

  3. stephane pahon dit :

    Bonjour Marc,
    A propos de la libre adhésion ou non à la doctrine de la trinité dans l’Eglise Réformée de France était et est une vrai richesse.
    Il y a quelques temps le texte d’André Gounelle m’avait interpellé !
    Que les choses soient en train de changer, plus ou moins subrepticement, dans l’Eglise Protestante Unie de France, avec une tentative de mettre la trinité dans la constitution de nos églises m’inquiète.
    Je pense que c’est une régression qui à long terme porte un grave préjudice à nos libertés de croire ce que l’on veut …
    Je ne suis pas protestant pour suivre les directives dogmatiques d’un pape ou d’une institution légaliste !
    Ma foi se veut libre.
    Que d’autres Eglises croient en la trinité ne me gêne pas. Mais que mon Eglise me l’impose : Non.
    Je suis protestant libéral mais je fais partie de l’Eglise Protestante Unie et j’aimerais que notre voix se fasse entendre. N’en déplaise à cet internaute.
    Si ne pas croire au dogme de la trinité c’est être hérétique alors je suis un hérétique et le revandique avec joie.
    Au nom du Christ, de l’amour et de la liberté…
    Et ce ne sont pas les uns ou les autres même muni des meilleurs intentions, qui vont pouvoir me confisquer mes croyances …
    Bien fraternellement : stéphane pahon.

  4. Ne nous inquiétons pas trop quand même. Même si l’Eglise Protestante Unie de France se dotait d’une confession de foi trinitaire, ce qui serait une marque de rétrécissement de son ouverture, cela ne nous empêcherait pas de penser et d’avoir foi librement. Manquerait plus que ça. Cela n’a donc que fort peu d’importance.

  5. stephane pahon dit :

    Bon.
    Cest vrai, gardons notre sang froid..
    Et oui bien entendu :
    Partager la sainte Cène avec nos frères et soeurs quelque soit leur croyance…
    Et comme vous dites : »manquerait plus que ça… » .
    Stéphane

  6. Visiteur dit :

    Bonjour,

    je vois que le sujet est brûlant, et je pense qu’il l’est (il n’y, pour moi, qu’un seul Christ, et Il est tel qu’il est, même si cela ne nous convient pas, pour des raisons philosophique ou politique ou autre, non?).

    Mais loin de moi de jeter l’anathème, au contraire! Puisque je m’appuie non sur un avis personnel mais, me semble t’il sur les Ecritures, qui comme tout Protestant le sais, fais autorité en la matière (non?): seul l’Ecriture explique l’Ecriture, effectivement si nous ne sommes pas sur la même ligne il sera difficile de discuter de point de doctrine s’appuyant sur ces Ecritures, et non sur une interprétation libre : se soumettre aux Ecritures plutôt que de les soumettre à notre raison parait, quand même! beaucoup plus sage et fiable, et ce pour une simple raison…
    Si votre raison vous dis ce que vous devez croire, hors Ecriture s’entend, j’insiste, hors Ecritures, alors il est impossible de croire les Ecritures, je dis bien impossible : qui peut croire qu’un homme peut marcher sur l’eau, transformer l’eau en vin, ressusciter des morts, ordonner à une tempête de se calmer… c’est impossible pour la seule raison naturelle humaine. Seule une raison soumise aux Ecritures, par la foi donc! peut accepter cela.

    Sinon, que se passe t’il? c’est simple… on change les choses : Jésus n’a pas marché sur l’eau, c’est juste symbolique. Il n’a pas transformer l’eau en vin, c’est symbolique… Jésus devient un symbole, un mythe et tous ses miracles deviennent sujet à interprétation libre selon les desiderata de chacun : tout n’est que symbole, car cela au moins est acceptable par la seule raison naturelle non soumise aux Ecritures. On perd l’intérêt considérable pour la foi de se soumettre aux Ecritures, et de baser sa raison sur celle-ci. « Par la foi, nous savons que le monde a été fait par la parole de Dieu » dit l’Ecriture en Hébreux 11, mais la raison naturelle dit: par la science seule (donc la raison naturelle seule) nous pensons savoir comment le monde a été fait… Quelle différence de foi! Serions nous d’accord sur ce point?

  7. Bonjour

    Non, le sujet n’est pas brûlant pour nous, puisque chacun est reconnu libre d’avoir sa propre opinion sur la question. Ce n’est devenu brûlant et mortel que quand la politique et l’intolérance se sont glissées dans l’église…

    Bien sûr que tous les protestants se basent sur l’écriture, mais l’interprétation de l’écriture est en partie subjective. La preuve c’est que certains en tirent la trinité (alors que ce n’est certainement pas littéralement écrit, et comme je vous l’indiquais, discutable et discuté depuis les débuts de ce développement théologique, au IIe et IIIe siècles)

    Pour l’interprétation symbolique de l’écriture, toute le monde le fait en partie. par exemple pour Jésus comme lumière du monde. Tous les chrétiens sont d’accord pour dire que c’est vrai au sens spirituel et non au sens physique, matériel. Ce n’est pas pour autant que nous pensons que Jésus n’aurait pas existé et que tout n’est que symbole. Il est possible d’avoir une pensée plus nuancée que cela ! ! ! Et quand des athées ou des juifs non messianiques nous disent que la prophétie d’Esaïe 11 montre bien que Jésus n’est pas le Christ puisque les lions et les loups ne sont pas devenus végétariens, nous leur répondons que ce passage est bien entendu à lire au sens spirituel et qu’en Jésus, le Royaume s’est approché et s’approche encore. Et quand Jésus nous dit que ceux qui ont la foi « saisiront des serpents et s’ils boivent quelque poison mortel, il ne leur feront pas de mal », ou bien personne n’a la foi, ou bien il faut lire ces passages au sens spirituel et non matériel…

    Alors pourquoi faudrait-il lire cette affirmation que Jésus est la lumière du monde au sens figuré et non matériel, et pourquoi serait-il interdit de comprendre l’épisode où Jésus marche sur l’eau comme matériel ? C’est juste une option personnelle, c’est parfois une tradition imposée par une église (quand cette église adopte une posture étroite, bridant l’interprétation personnelle de ses membres). Mais de toute façon, peu importe, même si Jésus a marché sur l’eau au sens matériel du terme, il ne l’a pas fait pour rien, mais comme un signe du salut que Dieu nous donne en Christ, donc dans tous les cas, et tous ensemble, ceux qui pensent que Jésus l’a fait matériellement et ceux qui ne le pensent pas, et ceux qui acceptent de ne pas le savoir, tous nous pouvons chercher ensemble dans ce texte la Bonne Nouvelle du Royaume manifestée en Christ.

    Amitiés

  8. Weber-Lefeuve dit :

    Regardons vers les pays anglo-saxons : ils ont de la chance ! Le grand nombre, la diversité des protestants a fait fructifier et approfondir la réflexion ; ils sont nombreux et peuvent fonder des églises qui leur corresponde ; ainsi il y a beaucoup d’églises unitariennes en Angleterre… et aussi beaucoup de largeur d’esprit, de compréhension et de tolérance envers le pluralisme, envers l’autre.
    C’est pourquoi nous devons en France, comme vous l’avez justement remarqué, être tolérants et « partager le gâteau », si je peux m’exprimer ainsi ! Pour moi, je suis unitarienne de l’EPU et j’aimerais que les églises en général ne soient pas frileuses face à cette conception ; c’est ainsi qu’elles conserveront l’unité. Dans les épîtres de St Paul (I Corinthiens 11, 23 à 29) la Cène – le récit le plus ancien – est rappelée avec 3 fois « en mémoire de moi » : ceci est commun à tous les christianismes, unitarien compris.

  9. Personnellement, s’il y avait trois églises intéressantes et sympa près de chez moi, l’une unitarienne, l’autre trinitaire, et la troisième rassemblant des personnes de théologie trinitaire et de théologie non-trinitaire… je choisirais la troisième. Ça me semble plus intéressant, plus riche, plus libérant pour la réflexion de chacun, plus humble face à la grandeur de Dieu qui est de toute façon bien au delà de ce que l’on peut en dire.

  10. stephane pahon dit :

    J’aime bien cette idée de choisir la « troisième » eglise :
    Celle où communie toutes les tendances dans le respect
    et le pluralisme.
    Imaginons : et si Dieu était bouddhiste …
    On serait bien embêté avec nos liturgies…
    Trève de plaisanterie. Je pense qu’il ne faut pas mettre nos
    cathéchismes et nos credos, nos certitudes et nos …ismes
    Avant l’Evangile.
    … …
    Fraternellement
    stephane Pahon

  11. lys dit :

    Je ne crois pas en un dieu en 3 personnes, ça me perturbe , et quand je pose des questions on me répond que c est un mystère et qu il faut y croire tout simplement. Enfin c est bien déstabilisant, stressant je dois dire car jésus lui même dit qu il doit partir pour que le consolateur vienne, et on me dit c est jésus lui même qui vient s installer en nous à notre demande, donc c est lui le st esprit et d autres disent que c est mahomet ou mohamed…

  12. Bonjour

    Rien ni personne ne vous oblige à croire en la Trinité, c’est un développement théologique tardif. Et ceux qui critiquent votre foi feraient mieux d’être plus respectueux de la foi des autres. C’est aussi le problème de cette histoire inventée par quelques théologiens musulmans qui dit que Jésus aurait annoncé Mohamed. D’abord ce n’est pas sérieux comme interprétation, mais surtout, c’est malveillant. Et encore une fois, à cause de ce genre de discours, l’Islam passe pour agressif vis à vis de la foi des autres, cherchant à pousser les chrétiens à apostasier leur religion. Alors que l’Islam peut être une religion de paix.

    Vous avez raison, au chapitres 14 et suivants de l’Evangile selon Saint-Jean, Jésus annonce qu’il enverra un « consolateur » (« parakletos », en grec), ce qui correspond à une promesse bien connue car contenue dans plusieurs livres de la Bible, dans le premier testament. Par exemple dans le livre du prophète Joël « Alors, je répandrai mon Esprit sur toute personne; Vos fils et vos filles prophétiseront, Vos vieillards auront des songes, Et vos jeunes gens des visions. Même sur les serviteurs et sur les servantes, Dans ces jours-là, je répandrai mon Esprit. » (Joël 2:28-29). Ce message de Jésus est donc clair, il s’agit de faire que chaque personne puisse être en ligne directe avec Dieu, soit un ou une prophète. Alors bien entendu, cela ne plait pas forcément aux religieux qui veulent tenir bien en main la population. Pensez donc, si tout le monde se met à réfléchir ! Mais c’est bien le projet de Dieu, selon la Bible, de faire de chaque personne un être debout mais aussi solidaire avec les autres.

    Vous pouvez donc tranquillement penser ce que vous pensez par l’étude et par la prière, en confiance en Dieu qui est amour et pardon. C’est cet élan de confiance en Dieu qui permet d’avoir le cœur sincère et de laisser Dieu nous apporter ce qu’il cherche à nous apporter pour nous aider à avancer.

  13. lys dit :

    Donc le consolateur n est pas une personne? Mais alors qui jesus dit envoyer après son départ? Et de rajouter qu il est préférable qu il parte pour qu il vienne, alors c est bien quelqu’un? On dirait en tout cas.. et jésus est il vraiment monter au ciel comme le dise les disciples? Mais c est l espace temps tout ça, il n y pas de maison, enfin un lieu. Et s il n est pas monté, il était où, et il a quand même fini par mourir? Olala c est compliqué. ?

  14. Bonjour
    Le consolateur n’est pas une personne comme vous et moi, c’est bien plus que cela, c’est une personne en vous et moi. C’est vous et moi changés par Dieu lui-même en nous, avec nous et pour nous. Et cela change tout.

    « Le ciel » dans le texte de la Bible n’est pas un lieu, mais une façon d’être. C’est comme quand on dit « notre Père qui est aux cieux », cela nbe veut pas dire que Dieu serait assis sur un nuage comme dans les représentations du moyen-âge, ni qu’il est entre Uranus et Pluton ! Mais qu’ile st dans une autre réalité, supérieure. Et c’est à cette réalité que nous pouvons nous ouvrir par l’Esprit.

    Alors oui, on peut se poser des questions sur ce qu’est advenu du corps physiques de Jésus. Mais ce que nous disent les Evangile, c’est que le tombeau est vide, en résumé : que ce n’est plus ce corps qui compte maintenant, que le salut en Christ est d’une autre dimension, il passe par l’Esprit, par notre foi, notre confiance qui espèreDieu et qui s’ouvre à lui, il est dans notre mémoire des paroles et de la vie du Christ…

  15. Pascaline dit :

    Bonsoir à tous

    Cela ne vaut pas la peine de discuter sur le Dieu trinitaire des chrétiens , mais si vous voulez mettre votre confiance au Dieu d’Israël YHWH Lui ne veut pas se mélanger avec d’autres dieux. Alors par repect de son Saint Nom , il faut éviter d’adorer le Dieu trinitaire , c’est simple. Qu’à l’heure de notre mort chacun sera avec son Dieu . Ne l’oubliez pas nous que sommes libres maintenant , vive la démocratie .
    Merci Seigneur Jesus Christ qui nous a apporter la foi et la connaissance de ton Dieu d’Israël YHWH , et grace à toi Seigneur Jesus nous aurons le vie éternelle en suivant tes enseignements et les lois de ton Dieu , surtout ne pas adorer d’autres dieux devant sa face .
    Amen.

  16. C’est un peu curieux :

    • 1) en même temps vous désapprouvez ceux qui adorent Dieu sous forme trinitaire, considérant qu’ils mélangent avec d’autres dieux (ce qui n’a rien à voir avec la trinité, mais on peut faire d’autres reproches à cette doctrine).
    • 2) et pourtant vous priez Jésus, un homme, comme s’il était Dieu ?

Laisser un commentaire