S'abonner par :
 rss
 email

Expo sur le protestantisme à LoudunC’est vrai que le métro parisien ne va pas encore à Loudun, mais si par hasard vos pas vous portent dans le coin, le Musée du Poitou protestant (oui, il y a depuis toujours plein de protestants dans le Poitou) a créé une exposition qui me semble bien intéressante et qui est à voir dans le Musée Renaudot à Loudun.

Les protestants et les couleurs ?

Dans la mémoire collective, lorsqu’on aborde les couleurs et les protestants, le noir ou l’absence de couleurs sont des idées répandues.

  • Peut-être est-ce la robe universitaire des pasteurs à la place de l’aube blanche et de l’étole chamarée du prêtre ?
  • Peut-être la simplicité de notre culte et de nos temples. Simplicité voulue, afin de renvoyer la personne à Dieu lui-même, au-delà du visible.
  • Peut-être est-ce la mémoire du vêtement noir porté uniquement par les protestants du XVème au XIXème siècles, et qui rendait si reconnaissables les protestants venus dans Paris à l’occasion du mariage d’Henri de Navarre en 1572 ?

Pourtant, de grands artistes tels que Jean Clouet, Bernard Palissy, Rembrandt, Dürer (bon, c’est vrai que lui était plutôt dans le noir & blanc), ou encore Vincent Van Gogh étaient protestants.

L’exposition aborde les thèmes suivants : Les principes vestimentaires pour les réformateurs ; Le noir : couleur protestante ? Quelle est la couleur du cheval d’Henri IV ? Les protestants en Pays de cocagne : le commerce du pastel. Des couleurs dans les temples ? Le protestantisme dans les arts. La peinture et les protestants.

Ce musée de Loudun est dans l’hôtel particulier du philanthrope Théophraste Renaudot (1586-1653), qui fut à la fois médecin, journaliste et philanthrope, fondateur de la presse française, et de nombreuses institutions comme le Monts de Piété (Crédit Municipal), les Petites Annonces, l’Assistance Publique et l’Agence pour l’emploi. Il a été protestant jusqu’en 1631 où il devient catholicisme vraisemblablement lorsque Richelieu lui fit accorder en 1631 le privilège pour l’établissement de la Gazette de France. Il meurt à Paris en 1653.

 

Information trouvée grâce à Parpaillot.ch

 

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

Laisser un commentaire