S'abonner par :
 rss
 email

Gaspard de Coligny le 10/8/2014

prédication du pasteur Gaspard de Coligny
pour le dimanche 10 août 2014

Ce texte est étrange et fantastique, avec des effets spéciaux de lumière, de fumée, de parole divine, et d’apparitions. Une lecture littérale est difficile, voire dangereuse car la réunion au sommet de Jésus, Moïse et Élie donne alors à penser que les morts pourraient revenir se promener sur terre, ce qui me semble être une idée fausse et nocive.

Que s’est-il donc passé ? Trois hommes, Pierre, Jacques et Jean, ont vécu avec Jésus une expérience dont ils disent en conclusion qu’ils ont mis du temps pour arriver à en parler mais qui est un sommet dans leur existence, un moment fondateur pour eux. De quoi s’agit-il ? Qu’ont vécu ces trois hommes, Pierre Jacques et Jean ? Leur expérience est de l’ordre de la vue, nous dit le texte. Il s’ouvre sur cette annonce de Jésus :

Je vous le dis en vérité, (quand Jésus
 commence comme ça, c’est qu’il ne rigole plus,
mais qu’il veut poser un point essentiel)…
Je vous le dis en vérité quelques-uns
de ceux qui sont ici ne mourront pas
qu’ils n’aient vu le royaume de Dieu.

Le verbe voir qui est utilisé ici (eidw), pourrait être traduit par concevoir, avoir un aperçu de ce que c’est que le Royaume de Dieu. À la fin de cet épisode, le texte nous dit que ce dont les disciples mettront du temps à arriver à parler c’est de ce qu’ils ont « vu », du verbe oraw, voir de ses yeux, voir physiquement. Ce qu’ils ont reçu est de l’ordre d’une expérience qui ne ressemble à rien de ce qu’ils ont vécu avant. C’est pour cela qu’ils ont du mal à en parler ? Cela aurait été plus facile si ce qu’ils avaient découvert était une leçon que Jésus aurait transmise en privé à quelques disciples d’élite.

Nous avons la même difficulté que ces disciples à parler de ce que nous avons dans le cœur. Par exemple si nous avons le sentiment d’être aimé et gardé par « quelque chose ». Par exemple si nous avons envie de prier pour demander de l’aide à Dieu. Par exemple si nous avons l’impression que Dieu nous donne une vocation, ou qu’il nous a libéré de quelque chose… C’est parfois difficile d’en parler même avec nos proches, par pudeur, par peur de paraître bizarre, peur de s’exposer.

Pour la dimension rationnelle de la foi, même si cela reste très personnel, c’est encore assez facile d’en parler, et de discuter de nos convictions théologiques, de nos valeurs, de nos priorités, de l’idéal qui nous anime. Ça va. Mais pour la partie spirituelle de la foi, c’est bien plus difficile.

Pour raconter ce qu’ils ont vécu ce jour-là avec Jésus, Pierre jacques et Jean ont finalement trouvé le courage et les mots pour en parler sous forme d’un tissus d’allusions bibliques. C’est aussi comme cela que Marie arrivera à rendre compte de sa foi à Élisabeth dans son Magnificat (Lu 1:46).

… suite du texte ici

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

3 Réponses à “Prédication : Là haut sur la montagne, l’aube du 8e jour ( Luc 9:27-36 – transfiguration)”

  1. Weber-Lefeuve dit :

    En lisant cette prédication sur la Transfiguration, cela m’a fait penser à un événement « transfiguré » de mon passé : Revenir à L. Les Bains après tant d’années… tout à coup voir les choses exactement en l’état… les mêmes petits napperons sur les tables de nuit de l’hôtel, choisis par ma mère dont j’ai reconnu le style, si soigneusement ravaudés par celles que j’ai connues pour lutter contre le temps… les mêmes meubles… etc.. rien n’a changé et tout baigne tout à coup comme par miracle dans la joie pure de l’éternité. Je me retrouve à cet instant du passé… C’est en quelque sorte une transfiguration : les choses sont passées avec ma vie du temporel à l’éternel ; cet instant est devenu subitement éternité de ma vie et joie . (De même l’épisode de « la petite madeleine » de Proust).
    Cette prédication m’a permis de comprendre un peu ce qui s’est passé pour les disciples de Jésus à cet instant. Ils sont passés eux aussi dans un moment d’éternité où les frontières entre passé et présent, mort et vie sont abolies. Le temps est aboli. La Révélation, vision intuitive, a confirmé leur foi dans la durée.

  2. Merci Marike !
    & amitiés

  3. Un internaute dit :

    Bonjour,
    le titre de votre prédication m’interroge: Comment peut-il y avoir un 8ème jour alors que selon moi, le 7ème n’est pas terminée (pas de « il y eut un soir, il y eu un matin: 7ème jour » dans le texte) ?
    Cordialement,
    Un visiteur.

Laisser un commentaire