S'abonner par :
 rss
 email

Valérie Nicolet-Anderson à l'Oratoire

prédication par la professeur Valérie Nicolet-Anderson
pour le dimanche 21 septembre 2014

Les chapitres 8-10 jouent un rôle un peu particulier dans l’évangile de Marc. Ils marquent la transition entre l’activité de Jésus en Gaulée et son arrivée triomphale à Jérusalem au début du chapitre 11. Ces chapitres sont encadrés par deux guérisons d’aveugle. D’abord, Jésus guérit un aveugle en deux temps. On a là le récit très graphique d’un miracle où Jésus, comme les guérisseurs de l’époque, utilise sa salive pour enduire les yeux de l’aveugle. Celui-ci voit d’abord un peu trouble: les hommes ressemblent à des arbres. C’est seulement à la deuxième application des mains de Jésus que l’aveugle est véritablement guéri. On a déjà là un indice d’un thème récurrent de ces chapitres: quand il s’agit de Jésus, il vaut mieux s’y prendre à deux fois avant de penser qu’on voit correctement, ou qu’on a compris. À la fin du chapitre 10, on trouve une autre guérison d’aveugle, celle de Bartimée, une guérison qui, nous le verrons, joue un rôle paradigmatique dans l’évangile de Marc.

Ces deux guérisons servent de cadre à des épisodes qui se passent « sur le chemin ». Sur le chemin vers Jérusalem bien sûr, mais aussi, et peut-être de manière plus importante, sur le chemin pour comprendre qui est Jésus et ce que ça implique d’être un disciple de Jésus. Au centre de cette section, en effet, et un peu avant le passage qui nous préoccupe ici, on trouve un épisode qui est souvent caractérisé de pivot dans le récit de Marc: le récit de la transfiguration, sur la montagne. Jésus, Pierre, Jacques et Jean sont montés sur une haute montagne. Devant les yeux ébaubis des disciples, Jésus devient d’une blancheur resplendissante. Il est rejoint par Moïse et Elle, et Pierre en particulier souhaiterait demeurer là éternellement, baignant dans la gloire de son messie transformé. Il n’en est pas ainsi, et b gloire est de courte durée. Redescendu de la montagne, Jésus et son cercle intime retrouvent les autres disciples, et l’auteur de Marc nous transmet le récit que nous venons d’entendre, qui met cri scène, à côté du miracle de Jésus, et peut-être de manière plus importante, l’échec des disciples à chasser le démon. Donc, pour reprendre: deux guérisons d’aveugle qui encadrent notre récit. La première fonctionne comme un avertissement. Quand il s’agit de Jésus, il faut être d’accord de s’y reprendre à plusieurs fois. Nous reviendrons sur le rôle de la deuxième à la fin de notre parcours. Au milieu, une expérience mystique, une transformation surprenante, mal comprise par les proches de Jésus, et qui est suivie pas un échec des disciples. En gardant ce contexte à l’esprit, je vous propose de revenir au texte sur lequel je m’appuie aujourd’hui.
… suite du texte ici

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

4 Réponses à “Prédication : L’efficacité de la prière (Marc 9:14-25)”

  1. jemima dit :

    bien

  2. Ahouchi dit :

    bonjour je veux des prieres de vie

  3. Est-ce que vous trouveriez des choses ici ? https://oratoiredulouvre.fr/prier.php

  4. Decem Debreux dit :

    je suis très satisfaire de ce message. Je te souhaite courage dans le travail. Que Dieu te benisse.

Laisser un commentaire