S'abonner par :
 rss
 email

une rue avec une ligne blanche sinueuse - http://www.flickr.com/photos/50778972@N08/7679242054 Found on flickrcc.net

Question d’un visiteur :

Bonjour, Je suis nouvelle chrétienne de croyance catholique donc j’ai un tas de questions à vous poser, dans la mesure ou vous pourrez y répondre.

  • Comment savoir si la personne avec qui l’on est est la bonne, celle que Dieu nous a réservé ?
  • Comment faire la différence entre une simple attirance, un amour passager et le véritable amour ?
  • Comment trouver ce véritable amour dans un monde dominé par le sexe sans engagement, dans un monde où les relations sexuelles sans lendemain représentent la norme ?
  • Est-ce que mentir est un péché ? Si oui, faut-il s’éloigner des menteurs ?
  • Étant croyante dans une famille athée, comment faire pour maintenir la relation que j’ai avec Dieu avec des gens qui ne cessent de me dissuadé de son existence ?
  • Comment savoir ce que Dieu veut de moi ? Comment savoir si les chemins que je prends, les choix que je fais sont de sa volonté et font partis de ses plans ?

Je vous remercie pour les réponses que vous me donnerez et du temps que vous m’accorderez pour répondre.

Amicalement,

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Bravo de vous poser des questions, de chercher, sentez vous libre de construire vos propres réponses, par votre intelligence et par la prière, et de continuer à vous poser sans cesse de nouvelles questions…

-Comment savoir si la personne avec qui l’on est est la bonne, celle que Dieu nous a réservé ?
-Comment faire la différence entre une simple attirance, un amour passager et le véritable amour ?

Il faut bien réfléchir, et prier aussi. Réfléchir en se demandant qu’est-ce qui nous plait vraiment dans cette personne ? Si c’est être avec cette personne : c’est un peu léger (même si c’est bien quand même !). Si c’est le plaisir de rendre cette personne heureuse : c’est plutôt bon signe. Si on lui trouve mil qualités tout en connaissant ses défauts, et acceptant même qu’éventuellement elle ne progressera jamais, mais en ayant toujours à cœur de l’aider à avancer… alors c’est bon !

-Comment trouver ce véritable amour dans un monde dominé par le sexe sans engagement, dans un monde où les relations sexuelles sans lendemain représentent la norme ?

Rien ne vous oblige d’être dans la norme. D’abord. Et heureusement. La foi aide à sortir de cette tendance que nous avons à nous fondre dans le groupe, se sachant aimé par Dieu, se découvrant digne d’avoir sa propre opinion, sa propre personnalité, sa propre créativité… Je ne sais pas si c’est vraiment la norme aujourd’hui de vivre ainsi des relations sans lendemain. Il y a (encore) une quantité de personnes qui espèrent construire un vrai couple. Que certains désirent vivre des relations sexuelles sans lendemain, tant que c’est entre adultes conscient de cela et consentants, c’est leur choix et personne n’a à les juger. Mais cela dit, je ne pense pas que cela soit bon de vivre comme cela, que l’être humain s’épanouit dans une vision plus constructive de sa vie. Il est possible de témoigner de votre façon de vivre

-Est-ce que mentir est un péché ? Si oui, faut-il s’éloigner des menteurs ?

Oui, vous avez raison, le mensonge n’est jamais une bonne chose. Et donc dans un sens c’est un péché.
Mais parfois il arrive qu’une mauvaise chose soit la moins mauvaise de solutions. Nous pouvons imaginer bien des des situations tragiques où le mensonge serait la moins mauvaise des solutions possibles. C’est là qu’il faut distinguer entre le péché (la rupture avec Dieu) et les péchés (les mauvais actes). Car il y a des cas où notre conscience et notre foi nous imposent de commettre une transgression. C’est un peu dangereux de le dire mais c’est vrai, il existe de bons mensonges qui sont utiles pour faire vivre. Ce serait le cas par exemple, si c’est pour protéger une victime de ses bourreaux plutôt que d’avouer où elle est cachée dans l’appartement… bien entendu, ces cas sont rares mais ils existent. Et c’est pourquoi il est utile de vivre en apprenant à analyser la réalité, à réfléchir par soi-même, en relation à Dieu, et à prendre une décision personnelle créatrice. Car les cas difficiles sont rarement prévus, et souvent, ce qui fait la juste décision ne tient à pas grand chose.

Un menteur, c’est autre chose, c’est une personne qui est frappée d’une maladie du comportement, et c’est effectivement pénible. Faut-il s’en éloigner, peut-être, si c’est nécessaire : si cela nous est trop pénible, si c’est entre des amis ou entre des conjoints et que ce problème fait qu’une relation n’est alors plus possible… Mais sinon il faut bien que le menteur aussi puisse avoir des relations avec d’autres personnes, malgré sa maladie.

-Étant croyante dans une famille athée, comment faire pour maintenir la relation que j’ai avec Dieu avec des gens qui ne cessent de me dissuader de son existence ?

Ce n’est pas trop sympa d’attaquer les croyances des autres, mais ce n’est pas votre faute si votre famille est ainsi. Peut-être que vous pouvez leur demander de respecter vos opinions, en montrant aussi vous-mêmes que vous respectez le fait qu’ils soient athées. Ensuite, ne vous laissez pas impressionner. Il y a des millions de personnes d’une intelligence et d’une culture exceptionnelles qui sont croyantes et pratiquantes, donc on peut penser ce que l’on veut de la foi, mais cela n’a pas de sens de dire que ce serait nul d’être croyant. Il y a des imbécile partout, chez les athées et chez les croyants. Il y a des gens merveilleux et des criminels partout, chez les athées et chez les croyants. La question c’est de se mettre en situation de s’améliorer. Nous le faisons par la foi. D’autres le font par d’autres courants de pensée. Tant que cela fait vivre, apprend le respect de l’autre (justement), encourage au service de tous… c’est bien.

La question de l’existence de Dieu est une mauvaise question, de toute façon. Il faudrait savoir en quel Dieu ces gens ne croient pas, il y a bien des chances que nous n’y croyons pas non plus. Et par définition, Dieu est ce que l’on place au dessus de tout le reste. J’espère pour eux que vos proches ont bien quelque chose comme un idéal qu’ils placent au dessus du reste, par exemple la famille (mauvais exemple peut-être dans ce cas), ou la paix et l’amour (peut-être que c’est un mauvais exemple aussi), ou la musique, l’argent, ou soi-même…. alors, leur dieu est la famille, l’amour, la musique ou l’argent, ou eux-même…

Personnellement, le dieu dont témoigne l’Evangile du Christ me semble digne d’inspirer une vie, d’inspirer ma vie. Si d’autres personnes ont une autre inspiration c’est bien.

-Comment savoir ce que Dieu veut de moi ? Comment savoir si les chemins que je prends, les choix que je fais sont de sa volonté et font partis de ses plans ?

On fait ce que l’on peut. L’essentiel c’est de se donner les moyens de choisir, et donc d’y mettre son cœur, de regarder la réalité, le monde, les autres, la situation, soi-même. De placer cela devant Dieu en pensant à ce qu’il est, et de laisser cette inspiration nous faire évoluer. On peut discuter avec des personnes que l’on aime, mais en se laissant la liberté de décider soi-même quand cela est possible… Et puis il faut décider. Et de faire confiance à Dieu pour nous pardonner et pour nous accompagner, pour nous aider à rectifier ce qui ne va pas… Car bien sûr, que nous ne sommes pas parfaits, mais au moins en prenant comme vous le faites la question de notre cheminement personnel, et en le faisant dans la sincérité et la confiance à Dieu, on a une chance de progresser.

Avec mes amitiés
& tous mes vœux de bénédiction de Dieu

pasteur Gaspard de Coligny

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

4 Réponses à “Question : Comment savoir si les chemins que je prends sont bons ?”

  1. Carla dit :

    Bonjour,

    Je viens de découvrir votre site et je suis contente de pouvoir vous lire à travers de ces questions très pertinentes. Très intéressant.

    J’aurais une question. Je suis coincé avec un verset de la Bible. Je viens d’être en couple avec un homme et nous avons eu des relations sexuelles. Pour lui, il n’y a rien sur les relations hors mariage. Pour moi, je réalise que si j’aime cette personne et que je veux bâtir en relation à long terme, je pense que cette intimité peut être partagée. Par contre, mon souci est qu’est-ce que la Bible veut dire par 1 Cor. 7:9: » Mais s’ils ne savent pas garder la continence, qu’ils se marient, car il vaut mieux se marier que de bruler »?

  2. emdeclerm dit :

    Je pense que St-Paul parle surtout de l’idéal du célibat. Il dit que le célibat est la meilleure façon d’adorer Dieu mais que si un chrétien ne se sent pas capable d’être célibataire, il vaut mieux se marier. Ce n’est pas un jugement, mais il considère que le célibat doit avoir du sens et si pour un chrétien ça n’en a pas, qu’il a envie de se marier parce qu’il aime quelqu’un, il faut le faire. Les relations sexuelles dans la fidélité et l’engagement sont bien sûr conseillées, mais il ne parle pas de ça parce que même si ça devait exister, le cas ne porte pas là-dessus. L’encouragement à se marier est un idéal auquel tout chrétien est appelé mais à l’époque le mariage sacré était aussi une façon d’éviter un désengagement et des enfants hors-mariage. C’était aussi un acte sacré, mais pour les raisons des grossesses possibles, vivre une sexualité hors mariage n’était pas possible. C’est comme ça que je le vois en tout cas. Mais dans ce cas de figure je pense qu’il invite chacun à discerner sa vocation : célibat ou mariage.

  3. Jessica dit :

    Bonsoir,
    Voila ma situation mon copain ma trompé et ça ma blesser beaucoup, apres cette tromperie je me suis plus senti la meme personne, et je ne faisais plus confiance aux hommes, Donc je me disais que si je le trompé moi aussi peut etre que je me sentirai bien, et je le trompé 2fois mais quand je regardé la realité en face ça ne ma pas fais du bien du tout, je me suis senti plus mal encore de l’avoir trompé meme si lui il a fait, Je sentais se que je fesait c’etait pas bien, quelque chose en moi pas fait sentir que C’etait pas bien, et je demander a Dieu de me pardonner,et je me disais que Dieu vas me punir, qu’il ne vas pas me pardonné, je ne voulais pas en arriver jusqu’a la mais c’est arriver et je le regrette beaucoup aujourd’hui, et je suis toujours avec mon copain meme s’il ma trompé je ne l’ai pas quitté, et c’est apres l’avoir trompé 2fois que je realisé que c’est lui que j’aime et celui que je envi de me mariee et fondé une famille..

    Ma question et comment savoir si Dieu ma pardonner mes peché, et ma donner une nouvelle chance de refaire ma vie avec mon copain..???

  4. emdeclerm dit :

    Je pense que Dieu nous pardonne dès lors qu’on regrette. Vous vous sentez punie du geste que vous avez fait de tromper votre compagnon, lui aussi vous a blessée au départ… la question n’est pas de savoir si Dieu pardonne, il le fait dès lors qu’on manifeste du regret, il ne va pas vous punir éternellement non plus, vs vs sentez déjà assez mal de ce qui vous est arrivé; la question est surtout de comprendre ce qui vous est arrivé à tous les deux et essayer de reconstruire les morceaux. Communiquez entre vous, parlez et essayez de comprendre ensemble ce qui vous a conduit à en arriver là. S’il y a eu tromperie, la question c’est pourquoi ? pas assez de confiance, pas assez d’amour ou alors un moment d’égarement, de faiblesse ? pour oublier et éviter que cela ressorte dans quelques années sous forme de vieilles rancoeurs, il faut déjà comprendre pourquoi on en est arrivé là et ensuite voir si on est capable de recoller les morceaux, de tout oublier et de reconstruire. Communiquez avec votre compagnon. Vous êtes blessée qu’il vous ait trompée, dites-le lui, et ne vous construisez pas une image de votre côté. C’est en parlant, en exprimant ce qu’on ressent qu’on peut ou non réussir à surmonter et à prendre des décisions. Dieu vous laisse libre et il sait à mon humble avis, ce qui est bon pour vous. j’espère vous avoir apporté un éclairage, même si je pense que vous attendiez peut-être la réponse d’un pasteur. Bon courage à vous !

Laisser un commentaire