S'abonner par :
 rss
 email

deux filles bavardent - http://www.flickr.com/photos/14309045@N04/2887764927 Found on flickrcc.netQuestion d’un visiteur :

Bonjour et merci pour votre site, je le parcours toujours avec plaisir.
Je suis protestante et je suis emmené à parler de ma foi à des amis non croyants, ou alors musulman ou bouddhiste. J’ai souvent l’impression que dire ce que je crois, comme par exemple que Christ est le fils de Dieu et qu’il est ressuscité, ou alors parler de ma relation à Dieu, revient à rejeter les convictions des personnes d’autres religions. Pourtant je pense que Dieu a pu intervenir dans l’histoire humaine à travers d’autres personnages que ceux mentionnés dans la bible. Mais ma foi est très importante pour moi, et peut- être que je mets un peu trop de conviction quand j’en parle. Est ce que parler de sa foi revient à faire preuve d’intolérance ? Merci d’avance pour vos réponse.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Je pense que parler de sa foi peut effectivement être ressenti parfois comme de l’intolérance. Mais pas nécessairement.
Tout dépend :

1) de comment c’est fait.

Si cela ressemble à une leçon : pratiquer ceci, croire cela… cela a bien des chances de passer effectivement pour un « système », et si c’est présenté comme LA Vérité avec un grand V, cela peut légitimement être perçu comme totalitaire.

Cela ne devrait pas être le cas, par contre, avec un témoignage comme « Hier dimanche, je suis allé au culte, et cela m’a fait un bien fou, ça m’a calmé, ça m’a enrichie, et puis il y avait une sorte de repas de paroisse après, je m’y suis invitée et c’était sympa, et j’ai mangé un poulet à l’orange délicieux, faudra que je leur demande la recette ». C’est alors un témoignage personnel, assumant une subjectivité de la vérité de ce dont on parle.

C’est comme si quelqu’un dit qu’il a été ravi de faire du parapente dans l’Aveyron pendant ses vacances, ce témoignage a des chances d’être ressenti comme un partage amical, pas comme une intolérance parce qu’il n’implique pas que tout le monde, à commencer par son interlocuteur, devrait faire comme lui à chacune de ses vacances pour le reste de son existence !

Même si pour nous, la foi est plus profonde que loisir avec de belles sensations, notre témoignage peut néanmoins s’exprimer à ce niveau, par respect, effectivement. Et l’on peut y mettre lors une passion, une conviction importante sans que ce soit doive normalement être reçu comme intolérant (après, cela peut aussi être le problème de notre interlocuteur, trop sensible sur la question, surtout s’il a été blessé par de l’intolérance avant…).

2) Tout dépend aussi quel sentiment anime réellement le croyant quand il témoigne.

Car cela se sentira de toute façon, plus ou moins inconsciemment selon la finesse de l’auditeur, mais cela se sentira. Même un animal ou un bébé sent l’attitude mentale de celui qui s’approche (la peur, la colère, l’amitié…).

Donc, la question est de savoir si nous pensons sincèrement qu’une personne peut être quelqu’un de bien et sauvée par Dieu même si elle n’est pas de notre religion, même si elle n’a pas ce que nous pensons être la bonne croyance, ni la bonne vie ?

Si nous pensons que la personne que nous avons en face de nous et qui n’est pas croyante, ou musulmane, ou bouddhiste… est rejetée par Dieu, en l’état, alors cette pensée de notre cœur va se sentir et donner un parfum assez nauséabond même à nos paroles les plus mielleuses.

Mais si nous voyons la foi comme une réponse à la grâce de Dieu, c’est à dire un amour dénué de tout chantage (comme tout véritable amour, en fait), notre foi, notre religion, nos convictions ne changent rien à l’amour de Dieu pour nous. La foi est libre, elle est une option personnelle en réponse à l’amour inconditionnel de Dieu. Dans ces conditions, si une personne que nous rencontrons n’est pas croyante, elle n’a pas moins de valeur à nos yeux, il y a juste le fait que nous ne pourrons pas si facilement discuter de théologie, bien sûr, ni de nos fois respectives, ce que nous pouvons regretter, mais qui n’est pas capital dans notre façon de considérer l’autre. Et cela même si notre foi est capitale pour nous-mêmes.

Et donc, merci pour cette question. Vous manifestez là un véritable respect des autres, de ne pas les blesser, d’abord, mais aussi de pouvoir leur offrir ce qui compte profondément pour vous.

Avec mes amitiés fraternelles

pasteur Gaspard de Coligny

Plusieurs centaines d’autres questions & réponses sur le site

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

2 Réponses à “Question : Est ce que témoigner de sa foi revient à faire preuve d’intolérance ?”

  1. stephane pahon dit :

    Bonjour Marc,
    je me permets de laisser un extrait du livre :
    « le protestantisme libéral »
    Pierre-Jean Ruff. Edition : Theolib.2005. p. :87-

    Le respect des autres, c’est aussi l’adhésion au pluralisme. Diversités des sensibilités,
    des tendances, des points de vue. Une vraie fratrie n’est pas un groupe où tous se ressemblent
    et ont les mêmes réactions ! La vraie fratrie est une cellule où la connivence, fille de l’amour,
    prend le pas sur les différences.

    Je conseil cet ouvrage facile d’abord.
    stéphane pahon

    Merci Marc pour votre travail. Amitiés et encore bonne années.
    Et ne nous laissons pas imptessionner par ceux qui veulent nous
    faire taire comme on a pu le voir dans les tueries du début de l’année.
    Apprenons à aimer. Résistons et restons nous même.
    Toujours avec bienveillance, abordons l’autre, car il a tout à nous
    apprendre.

    stéphane Pahon

  2. Benoît LEGENDRE dit :

    Je crois sincèrement que nous sommes tous appelés, nous les chrétiens, comme nous l’a demandé le Christ (« Allez enseigner les nations ») à témoigner ! A commencer par notre propre nation… Mais effectivement, tout dépend de la façon dont nous le faisons. Je crois aussi que cela ne dérange que ceux qui rêvent de nous voir prier (ou lire la Bible) tout seul, dans notre coin, à l’abri des regards et des oreilles. C’est bien mal nous connaître ! Témoigner de notre Foi, c’est pour moi rendre service à l’Humanité et rendre service à nos frères, tous nos frères d’où qu’ils viennent ! N’ayons pas peur ! Par la douceur, avec un sourire, en sachant écouter l’autre … Lorsque j’ai l’occasion de témoigner (je suis catholique) j’essaie toujours de donner le maximum de « liberté de choix » à mon interlocuteur(trice) dans ce je dis, et c’est pas évident ! Mais par dessus tout, je crois aussi que la meilleure façon de témoigner, c’est encore par nos actes…

Laisser un commentaire