S'abonner par :
 rss
 email

deux chats - http://www.flickr.com/photos/77654185@N07/8717898620 Found on flickrcc.netQuestion d’un visiteur :

Bjour, je suis une jeune femme de quarante ans et après une relation catastrophique avec le père de mon fils, j’ai enfin rencontré un homme gentil et attentionné. Je suis catholique ms pas pratiquante car ma foi se penche plus vers le protestantisme. La mère de mon compagnon est dans une église évangélique (que je ne nommerai pas) et même si lui ne l’est pas vraiment, il est de plus en plus influencé par les enseignements de ce que je considère de plus en plus comme une secte. Pas moyen de les critiquer sans qu’il se mette à les défendre bec et ongle. Il critique volontiers les autres religions mais faut pas toucher à ceux là. Je me sens menacée car il désapprouve mon arbre de Noël. Que faire?

Réponse d’un pasteur :

Bonjour
Ma pauvre, la vie n’est pas facile, avec du positif et du négatif, de l’amour et de l’intolérance, du bien et du mal mélangé.
Que faire pour décider ? Bien entendu, c’est impossible à dire par un autre que vous-mêmes, car tout dépend du poids qu’aura pour vous tel « plus » et tel « moins » dans la situation. Mais il y a des choses qui sont éliminatoires, à mon avis. C’est la maltraitance. Il y a les coups qui ne doivent pas être acceptés dans un couple. Il peut y avoir aussi le manque de respect pour ce que l’on est profondément. La foi est un des ces points.

Car le couple couple est basé sur le respect de l’autre, au minimum. Et même sur le service de l’autre pour le rendre plus encore plus en forme, et donc plus et mieux lui-même.

Ce serait génial qu’un mari de foi « évangélique », par exemple, encourage et aide sa femme à approfondir sa foi « catholique », qu’il l’encourage à aller à la messe de temps en temps, ou à devenir « protestante » si c’est cela qui lui correspond mieux, mais pas la force à devenir « évangélique » si cela ne lui correspond pas.

Mais au moins, au minimum, il faut du respect.
Il vous faudrait donc, à mon avis, tirer les choses au clair sur le fonctionnement de votre couple.

Est-ce que ce monsieur pense que votre foi, votre manière de vivre est correcte et acceptable aux yeux de Dieu ?

  • Si la réponse est quelque chose comme « non, certainement pas » : alors ça risque de devenir très très dur. Ce n’est même pas la peine d’entrer dans la discussion, dans les efforts de conciliation, car quand la racine du respect de l’autre est pourrie, on peu faire un peu semblant quelque temps au début, on peut essayer de mentir, de dissimuler sa pensée… mais ça ne peut que tourner mal.
  • Si la réponse est « peut-être, c’est possible, Dieu seul le sait » : alors il est possible de travailler sur une façon de vivre ensemble, de respecter la foi de l’autre, en général, en additionnant les pratiques plutôt qu’en supprimant des éléments d’une des deux pratiques. Par exemple, on peut fêter le Yom Kippour et Noël dans une famille juive + Chrétienne, l’Aïd et Pâques dans une famille musulmane+chrétienne, on peut circoncire et baptiser un garçon, on faire ni l’un ni l’autre… avec des chrétiens de deux confessions différentes, c’est en réalité souvent pas plus facile, car tout dépend du rapport que l’on a avec sa propre façon d’être religieux, son église, sa théologie, sa conception du Christ, du salut, du jugement de Dieu, de la morale…
  • Si l’a réponse est « oui, certainement » : alors c’est génial, car en plus d’avoir le témoignage de ses parents, l’enfant aura un témoignage d’ouverture et de respect.

Mais peut-être qu’un des deux problèmes est que vous-mêmes ne pratiquez pas du tout, votre foi est alors comme un terrain en friche. Cela ne facilite pas les choses. Peut-être pourriez-vous prendre un peu de temps pour creuser, chercher ce que vous croyez, et si vous n’aimez pas aller dans une église, vous pouvez travailler cela chez vous tranquillement (même si c’est un peu plus difficile) : lire la Bible, prier, suivre des prédications ou des réflexions théologiques dans des livres ou sur internet…

En tout cas bonne route, avec la bénédiction de Dieu sur vous.

pasteur Gaspard de Coligny

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

Une Réponse à “Question : mon compagnon est attentionné, mais sa foi devient de plus en plus intolérante”

  1. Marie-Alicia dit :

    Bonjour.
    Un questionnement important pour cette dame et les réponses très bien posées du Pasteur M. Pernot.
    J’aurais ajouté : faire attention à la culpabilisation dont cette personne pourrait être l’objet > se protéger par rapport à cela. Qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire