S'abonner par :
 rss
 email

Gaspard de Coligny le 3 mai 2015

prédication du pasteur Gaspard de Coligny
pour le dimanche 3 mai 2015

Nous avons ici une page des plus difficiles de l’Evangile. Comment est-ce que Jésus ose nous dire de ne pas résister au méchant ? Quel sens cela peut-il avoir, ou non ? Cette question est essentielle car Jésus pose ici les bases de l’éthique et de la théologie chrétienne, les deux étant ici complètement liés, Jésus nous invitant à agir à l’image de Dieu lui-même (5:45).

« Vous avez appris qu’il a été dit: œil pour œil,
dent pour dent. Mais moi, je vous dis… »

Est-ce que c’est une façon pour Jésus de se poser comme un nouveau Moïse meilleur que le précédent, ou comme un prophète rectifiant une Loi de Moïse trafiquée ? Pas du tout. La Bible a toujours été interprétée, depuis toujours, elle est faite pour cela, et il est impossible de faire autrement.

À la base de la réflexion de Jésus, nous voyons une écoute des paroles de la Bible hébraïque. Jésus en fait une lecture créatrice, appelant à une interprétation de ces Écritures. Et nous sommes appelés à le suivre, chacun et chacune de nous dans cet effort d’interprétation et de débats classique dans le judaïsme depuis toujours.

Tous les rabbis, sauf peut être quelques rares fous furieux, disent qu’il n’a jamais été question de crever l’œil de celui qui a éborgné quelqu’un. D’ailleurs, dans le livre du Lévitique, avant même de nous dire ce fameux « œil pour œil, dent pour dent » (Lévitique 19:17-18), Moïse nous dit :

« Tu ne haïras pas ton frère dans ton cœur,
tu auras soin de reprendre ton prochain,
mais tu ne te chargeras pas d’un péché à cause de lui.
Tu ne te vengeras pas, et tu ne garderas pas de rancune contre les enfants de ton peuple.
Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
Je suis l’Eternel. » (Lévitique 19:17-18)

Ce passage repris par Jésus interdit de faire une lecture « à la lettre » de ce que l’on appelle la Loi du Talion qui est donnée un peu plus loin dans le même livre : « fracture pour fracture, œil pour œil, dent pour dent, il lui sera faite la même blessure qu’il a faite à son prochain. » (Lévitique 24:20; Ex 21:24; De 19:21).

La Bible est ainsi faites de passages qui se répondent, qui se nuancent mutuellement, qui appellent à une interprétation personnelle. D’ailleurs, Dieu ne parle pas comme parle un homme, et donc la Bible elle-même est une interprétation de l’expérience spirituelle, philosophique et morale du peuple hébreu puis de la communauté chrétienne. Au cœur même de la foi d’Israël, il y a ce commandement donné à chaque fidèle : d’écouter soi-même ce que l’Éternel Dieu nous mettra dans le cœur. (Deut. 6:4 ; Marc 12:29)
… suite du texte ici

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

Laisser un commentaire