S'abonner par :
 rss
 email

point d'interrogation - http://www.flickr.com/photos/50451886@N00/3534516458 Found on flickrcc.net

Question d’un visiteur :

Bonjour,

Quand est-il du mortalisme pour les églises réformées ?

Et surtout, je reconnais la parole du Christ mais ne l’associe comme étant Dieu. Je crois au trois : au Père, au Fils et à l’Esprit Saint mais pas à la trinité.

J’ai l’impression que la résurrection des morts est minimisée (ou fait office d’allégorie) par le calvinisme (et donc par les églises réformées française), qu’en pensez-vous ?
Je ne suis pas convaincu de l’immortalité de l’âme, l’église réformée l’est-elle ?

Ps : Ne croyez pas que je suis témoin de Jéhovah (qui me font de la peine), je respecte tous les points de vue et ne crois pas « détenir la vérité ».

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Monsieur

Bravo de vous poser des questions, c’est comme cela que l’on avance.

Dans notre église, nous sommes plutôt dans une éthique de la responsabilité, c’est à dire que c’est à chacun de se décider en conscience, devant Dieu, de ce qu’il pense être le plus juste de faire pour lui à un moment donné. C’est même une éthique de la créativité, invitant à chacun non seulement de chercher ce qui est juste mais d’aller au delà, en cherchant quelle est sa vocation personnelle, ce qu’il pense pouvoir apporter au monde. Cela est donc à mille lieues du moralisme.

Dans notre église, il est facultatif d’exprimer sa foi de façon trinitaire, c’est bien entendu autorisé, mais personnellement, je ne le fais pas.

Oui, vous avez raison, la question de la vie future est plutôt minimisée dans la Bible, même dans le Nouveau Testament, pour privilégier la qualité de vie présente, par la foi. Mais la résurrection a une place, nous en parlons, et c’est principalement pour nous ouvrir à une force de résurrection pour aujourd’hui, venant de Dieu, et nous ouvrant à une nouvelle dimension de l’existence. Ce n’est pas seulement une allégorie, cette résurrection là, ce fait d’êtr emis debout, d’être éveillé par quelque chose qui nous dépasse.
Mais c’est vrai que la résurrection de Jésus est souvent comprise comme une expérience de foi des disciples plus que comme une réanimation temporaire de l’homme Jésus, avec sa barbe et ses sandales.

Et donc, oui, il y a environ 1/3 des protestants qui ne sont pas persuadés du tout qu’il y ait une vie après la mort, et cela ne les empêche pas du tout d’être des paroissiens fidèles, des chrétiens engagés.

Avec mes amitiés fraternelles

Marc

pasteur Gaspard de Coligny

Plusieurs centaines d’autres questions & réponses sur le site

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

4 Réponses à “Question sur les dogmes les plus essentiels ? Ou les plus discutables : trinité et vie éternelle ?”

  1. Michel Jas dit :

    Croire au Père, croire au Fils et au St Esprit (« croire aux trois ») est la façon qu’avaient les Ariens de refuser la Trinité (le « Dieu trine » comme certains disent est un monstre à trois têtes, une aberration de l’Eglise ancienne qui a piqué cette formulation ésotérique aux gnostiques valentiniens qui aimaient les éons, les doubles, les triples, les mystères ajoutés aux mystères )…
    Pour ce qui est de l’au-delà, je pense qu’il est important de maintenir cette ouverture (nous ne dépendons pas que du visible et du temporel).. Beaucoup de ceux qui me disent ne pas croire « à la vie éternelle » ou à la « résurrection » m’expliquent refuser une visualisation naïve de l’au delà en ajoutant « c’est comme pour Dieu, je crois bien qu’il y a quelque chose ! « 

  2. Pascaline dit :

    Bonjour
    Je suis d’accord avec vous , la trinité créée devenue le dieu de nous les chrétiens est ridicule , ils savent bien que le Dieu de Jésus de Nazareth est YHWY le seul vrais Dieu qu’il faut adorer , glorifier rendre grace c’est tout . Que Jésus est notre sauveur par ce qu’il nous apprit l’existance de son Dieu qiu est notre Dieu et de son Père qui est notre Père ,car avec Jesus Christ nous allons vers le chemin de l’éternité.
    Merci seigneur Jésus.

  3. visiteur dit :

    J’ai beaucoup de mal à saisir le concept de Trinité.
    Non, en fait je n’y comprends rien.
    Trois personnes mais une seule en réalité, l’une engendrée par l’autre, la troisième qui « procède » des deux autres (ou de la première uniquement chez les orthodoxes, si je ne me trompe pas).
    Bref, je suis perdu et j’ai bien besoin de votre aide.

    Je peux imaginer trois aspect d’un même être, trois êtres d’une même essence mais ce n’est pas ce que l’on retrouve dans la confession d’Augsbourg, par exemple :

    « Nos Églises enseignent en parfaite unanimité la doctrine proclamée par le Concile de Nicée : à savoir qu’il y a un seul Être divin, qui est appelé et qui est réellement Dieu.
    Pourtant, il y a en lui trois Personnes, également puissantes et éternelles : Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit ; tous les trois un seul Être divin, éternel, indivisible, infini, tout-puissant, infiniment sage et bon, créateur et conservateur de toutes choses visibles et invisibles.
    Par le terme de Personne, nous ne désignons pas une partie ni une qualité inhérente à un être, mais ce qui subsiste par lui-même.
    C’est ainsi que les Pères de l’Église ont entendu ce terme.
    Nous rejetons donc toutes les hérésies contraires à cet article : nous condamnons les Manichéens qui ont statué deux dieux, un bon et un mauvais, les Valentiniens, les Ariens, les Eunomiens, les Mahométans et autres.
    Nous condamnons aussi les Samosaténiens, anciens et modernes, qui n’admettent qu’une seule Personne, et qui, en usant de sophismes impies et subtils, prétendent que le Verbe et le Saint-Esprit ne sont pas des personnes distinctes, mais que le « Verbe » signifie parole ou une voix, et que le « Saint-Esprit » ne serait autre chose qu’un mouvement produit dans les créatures. »

    J’ai conscience que ce n’est qu’une vision plutôt tardive car adoptée lors du conseil de Nicée, existant avant comme simple courant parmi les autres mais j’ai besoin de comprendre ce principe pour avancer sur mon chemin de Foi.

    Merci d’avance pour votre réponse que je sais pertinente et claire.
    Merci également pour l’excellent travail que vous faites ici (entre autre) et qui m’aide grandement, moi qui n’ai pas l’occasion de venir à l’oratoire.

    Avec toute mon amitié fraternelle,

  4. C’est à mon avis normal de se sentir débordé par le concept de trinité, et c’est même vraiment un bon signe, car c’est un concept très technique et mal maîtrisé c’est un concept plutôt problématique, voire nocif.

    Cela dit, nul n’est obligé de s’attarder sur cette question non plus, cela doit rester une option possible, pour ceux que cela intéresse, mais certainement pas une obligation. En effet, une dizaine de génération de premiers chrétiens n’étaient pas trinitaires. Cela relativise l’importance et la nécessité de cette forme d’expression de foi. Mais il est vrai que 90% de chrétiens dans le monde confondent foi chrétienne et foi trinitaire font qu’il est utile de se pencher sur cette notion, au moins par respect pour les autres.

    Vous suivez une bonne piste en recherchant à la source, ce que les premiers théologiens et les premiers conciles en ont dit, eux qui ont élaboré ce concept. Car à l’origine c’était une pensée raffinée, dialectique. Le problème est principalement dans la manière dont le chrétien de base s’est approprié le concept aujourd’hui. A l’origine la 2e personne de la trinité était la Parole éternelle de Dieu, aujourd’hui, bien des chrétiens pensent que la 2e personne de la trinité est Jésus. L’idée même aurait absolument horrifié, je pense, les théologiens et les conciles ayant développé le concept au IIIe et IVe siècle, et ils auraient explosé en anathèmes, condamnations et excommunications pour hérésie.

    Peut-être que vous trouverez des pistes de réflexion de ce côté là :
    un petit article que j’ai écrit pour le petit dico de théologie :

    Ces articles d’André Gounelle :

    Cet enregistrement de notre récente soirée de théologie, avec James Woody et moi-même :

    Bravo de vous poser des questions, c’est bien l’essentiel, car cela donne place au Dieu vivant, au delà de tout ce que l’on peut en penser et en dire…

Laisser un commentaire