S'abonner par :
 rss
 email

Le jardin du monastèreQuestion d’un visiteur :

Bonjour Monsieur,

Mon cheminement spirituel m’amène peu à peu à envisager l’idée de faire une retraite ou du moins à en éprouver l’envie.  Peut être pourriez vous me conseiller à ce sujet ?

Je vous remercie beaucoup pour vos interventions de cet été sur le thème de la prière et pour vos prédications que j’ai pu suivre de temps à autre quand un accès à internet me le permettait. C’est pour moi une belle source d’inspiration qui accompagne mon cheminement. Je vous écoute en confiance car votre approche me parle et c’est pour cette raison aussi que je vous demande conseil au sujet d’un ou des lieux où il me serait possible  de faire une retraite spirituelle.

Cela fait un an que j’ai eu la joie de découvrir l’Oratoire et c’est une vraie paix en moi même de savoir que je peux me tourner vers ce lieu pour enrichir et développer ma foi. Alors une nouvelle fois MERCI pour tout!

Je vous souhaite belle rentrée et bonne inspiration pour tous vos projets.

Réponse d’un pasteur :

Un grand grand merci pour les encouragements que vous m’envoyez ! C’est précieux…

Bravo de vouloir prendre un temps de retraite, c’est une bonne idée. D’expérience, cela apporte beaucoup :

  • en grande partie par le fait qu’en faisant place dans son agenda et dans son budget dans l’espérance d’améliorer la place de Dieu en nous et notre relation à lui,
  • mais aussi par l’apport du témoignage de foi des personnes accueillantes. Même si personnellement, je choisis toujours des retraites où il n’y a pas d’accompagnement des personnes retraitantes. En effet, je préfère laisser toute place à l’action de Dieu, en ligne directe.

Personnellement, je suis fan des abbayes trappistes. C’est du genre assez austère à cause du silence. C’est catholique, bien entendu, mais sauf la messe du matin que j’évite, je participe à tous les autres offices, et pour le reste, je lis la Bible et je me promène beaucoup dans la nature. Je n’ai pas visité toutes les abbayes (surtout que je ne vais que chez des moines, pas chez des moniales), mais j’aime beaucoup Tamié, Citeaux et Aiguebelle qui offrent toutes de belles possibilités de promenades aussi. Sur le site de Tamié, on peut écouter un peu l’ambiance des offices  http://www.abbaye-tamie.com/l_accueil/halte-spirituelle/retraite_spirituelle_tamie/vue .

Si vous préférez plus protestant et plus féminin, et moins austère, il y a des communautés de sœurs qui accueillent pour des retraites

Avec mes amitiés fraternelles

 

pasteur Gaspard de Coligny

PS. Nous avons fait un dossier dans le bulletin de l’Oratoire l’an dernier concernant ce sujet : Se retirer pour aller de l’avant

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

5 Réponses à “Question : j’aimerais m’organiser un temps de retraite spirituelle, auriez-vous des conseils ?”

  1. Eric dit :

    L’abbaye d’En Calcat où je suis allé l’année derniere… connu pour ses chants gregoriens en francais !
    Un vrai petit paradis. J’y suis allé l’année dernière et ca m’a fait beaucoup de bien. De plus ils sont très ouverts et très accueillants. Vraiment très reposant.

  2. Merci, Eric. Comme quoi je ne suis pas le seul protestant de l’Oratoire à fréquenter les Abbayes… En Calcat est filel de l’abbaye de la Pierre qui Vire, qui est une abbaye bien accueillante aussi.

  3. Sandrine dit :

    Si vous êtes en région parisienne ou si vos pas vous y mènent, vous pouvez vus rendre au centre spirituel Manrèse. C’est un centre jésuite qui offre des retraites de toutes durées.

  4. Nicolas Bernhardt dit :

    En écoutant une émission sur le livre de la soeur de Bernard Henry Levy, qui s’est convertie au catholicisme, j’ai été assez impressionné par la radicalité de sa foi. Elle a une façon très punk-gothique d’approcher le Christ, qui en révulserait plus d’un, mais j’aime bien sa façon, féminine, poétique et rebelle d’aborder sa foi, bien qu’elle puisse paraître parfois singer les grandes saintes. Je ne connais pas son fort intérieur, mais je préfère la folie géniale d’une Brigitte Fontaine au rationalisme pédant des grands doctes. Sensible, donc à son ressenti très « esthétique », j’ai suivi son « conseil » d’aller aux vêpres ou autres Heures de l’Eglise Saint Gervais derrière l’Hôtel de Ville. J’ai été très sensible à cette île de recueillement au sein du chaos de Babylone-Paris. Les moines et les soeurs chantent en français mais il semble qu’ils accordent les traditions byzantines et occidentales. C’est vraiment très beau. Arches gothiques et icônes, toges blanches, liturgie assez proche des images célestes qui me viennent en lisant l’apocalypse. Le calme du lieu et les visages doux des nones et des moines contrastent violemment avec le bruit, les vitrines clinquantes et la brutalité des gens « qui ont des trucs à faire » de la ville. Pour le parisien que je suis, c’est très rassurant de savoir que ça existe et de se dire qu’on peu y aller, comme ça, pour faire ses louanges, prier ou juste méditer. La lutte intérieure que j’éprouve, du fait de la discipline questionnante du libéralisme protestant trouve là un point de paix et de renfort. Je peux me faire botter le derrière pour aller de l’avant à l’oratoire, qui me rappelle toujours que rien n’est acquis, qu’il faut que je me bouge, et aller me recueillir et voir mon penchant mystique s’épanouir dans ce joli lieu qu’est cette église. On peut sortir par l’autre porte, qui mène à une des plus belles vues sur les ponts parisiens, et sentir le vent souffler sur son front, l’esprit en paix et les yeux portés au lointain. Finalement Paris est une ville sublime, qui sait bien cacher ses trésors…

  5. Excellent !
    Grand merci.
    & amitiés
    Marc

Laisser un commentaire