S'abonner par :
 rss
 email

le-mondeDans un intéressant article du Monde des religions (comme bien souvent d’ailleurs), on trouve une ouverture de Michel Onfray sur la poésie spirituelle japonaise « les haikus ». Et c’est excellent. Néanmoins, dans cet article par ailleurs intéressant, élevé, et effectivement spirituel, Michel Onfray ne peut s’empêcher de crier sa haine et son mépris pour la religion et les croyants :

D’abord, précisons que je trouve sidérant que la religion s’arroge le monopole de la spiritualité et que les croyants transforment les athées en pourceaux d’Épicure juste capables de grogner et de fouir le sol avec leurs groins ! Une spiritualité athée est possible ! Elle n’a pas besoin des fanfreluches bigotes et il me paraît qu’elle est plus juste et plus vraie, plus adéquate avec ce qui est, qu’une spiritualité qui croit qu’elle est la seule quand elle se manifeste, par exemple, par la prière qu’on fait à Dieu pour qu’il guérisse une maladie ou exauce un vœu ! Ou qu’en faisant une prière, on efface le péché d’un adultère et qu’ainsi on met son âme en conformité avec les conditions de possibilité d’une entrée au Paradis ! On me permettra de croire que la spiritualité athée est plus sérieuse… Les athées ont le droit de penser la question de la mort, du sens de la vie, de la contemplation, de la transcendance dans et par l’immanence, de la vie bonne, de l’existence éthique, sans le secours d’une béquille religieuse. Le haïku montre que l’exercice spirituel nécessaire à son écriture n’a pas besoin du Dieu monothéiste. Travailler l’élargissement de sa présence au monde – ce qui s’avère inséparable de la pratique du haïku – manifeste une spiritualité non religieuse qui prouve qu’il faut briser le monopole de la spiritualité confisquée par les croyants.

Michel Onfray : « Je trouve sidérant que la religion s’arroge le monopole de la spiritualité »Propos recueillis par Henri de Monvallier – Le Monde des Religions, publié le 01/10/2015

Ce monsieur Onfray est philosophe, vraiment. Il est intelligent. Il sait très bien que « les croyants », est un concept dangereux. Il y en a de toute sorte. Certes, il y a sans doute des fous furieux parmi « les croyants » pour penser que les athées sont tout « juste capables de grogner et de fouir le sol avec leurs groins ». Mais comme dans tout groupe, les fanatiques intégristes ne sont qu’une minorité, une petite minorité. C’est très nocif de réduire l’ensemble des croyants à cette minorité d’intégristes, c’est cruel pour les personnes injustement injuriées, et c’est nocif pour la société car cela remplace les liens par des injures, de l’incompréhension et de la haine. Michel Onfray invite les athées à se sentir injuriés par les croyants, alors que par ce propos, c’est Michel Onfray qui injurie et même qui calomnie les autres.

Franchement, ce n’est absolument pas vrai que « les croyants » pensent que les athées sont des bêtes. Le croyant a une majorité de personnes dans sa famille, ses amis et ses collègues qui ne sont pas croyants, et ce croyant sait très bien que ces personnes athées qu’il aime et respecte ne sont pas des bêtes, et que nous pouvons ensemble philosopher et parler ensemble de ce qui est juste, beau, bon, spirituel. Et le croyant sait que lui aussi, comme le cochon, doit fouiller le sol avec son groin pour se nourrir, car nous partageons ensemble la même condition humaine. La Bible, dès sa première page, nous rappelle que nous sommes créés comme au 6e jour, avec tous les autres animaux.

Et je ne sais pas d’où sort cette idée de Michel Onfray que « la religion s’arroge le monopole de la spiritualité » ? Je n’en ai pas la moindre idée. Depuis des millénaires, il y a de tels ponts entre philosophie, théologie, poésie, musique, architecture…

Par contre, quel mépris dans la bouche de ce monsieur Onfray, traitant de « fanfreluches bigotes » la religion. Quelle malhonnêteté intellectuelle d’avancer que la prière se résume à chercher ses propres petits avantages. C’est vrai qu’il peut y avoir parfois de la superstition dans nos prières, mais d’abord ce n’est pas le cas général, ce n’est certainement pas l’essentiel, ce n’est pas le tout de la prière du croyant. Et le croyant n’a pas non plus le monopole de l’égocentrisme ou de la superstition, il y quelues athées qui ne pensent qu’à leur petit confort avant toute chose, il y a des athées qui sont superstitieux, tout autant que des croyants, par exemple avec l’astrologie qui n’a rien de religieux, au contraire.

Michel Onfray accuse ainsi « les croyants » de s’arroger le monopole de la spiritualité. Après cette calomnie, Michel Onfray affirme tranquillement que la spiritualité athée est plus sérieuse, plus juste et plus vraie que la spiritualité croyante. En faisant cela c’est lui, Michel Onfray, qui s’arroge un monopole. Il y a de la spiritualité sérieuse, juste et vraie partout, et comparer, dire que celle-ci serait plus juste que celle-là est un ferment de haine. C’est chercher à déliter le lien social. Alors que cette recherche d’une authentique spiritualité de la part d’un athée pourrait être, oh combien, une magnifique occasion de mieux se comprendre en vérité.

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

19 Réponses à “Je trouve sidérant que Michel Onfray aie tant de haine et de mépris pour les croyants”

  1. Patrick Pique dit :

    Bonjour Monsieur le Pasteur,
    en effet, Michel Onfray, si intelligent, surprend depuis toujours pour sa haine des religions et en particulier des monothéismes. A mon humble avis, cette haine lui permet de croire qu’il parvient à cacher son immense souffrance intérieure. Mais elle n’en est que plus visible.
    Bien à vous.
    Patrick

  2. Jean Rastignac dit :

    C’est bien mal connaître les religions,que d’affirmer qu’elles s’arrogent toutes le monopole de la spiritualité.D’autre part,dans l’absolue, les religions sont forcément nées d’une spiritualité athée au départ.
    Comme quoi on peut-être philosophe, et avoir en soi une certaine forme d’intolérance.
    Un manque de spiritualité peut-être?

  3. Alain dit :

    Lire à ce sujet ce formidable article :
    http://www.philo5.com/Cogitations/070530AtheismeOuTheophobie.htm
    Où l’on démontre que la laïcité ou l' »athéisme » poussé à l’extrême devient un intégrisme comme un autre.
    Amicalement

  4. nathan andiran dit :

    « Athéisme, marque d’une force d’esprit mais jusqu’à un certain point seulement ». Blaise Pascal.
    Après, que Michel Onfray puisse penser pouvoir trouver du religieux en dehors des religions, ne me parait que bénéfique. Les religieux peuvent aussi.
    « La dernière démarche de la raison est de reconnaitre qu’une infinité de choses la dépasse ». Blaise Pascal
    C’est sans doute là le réel problème de beaucoup d’humains (et même de certains « religieux »).

  5. Jean Louis dit :

    Mr Michel Onfray, j’ai lu un certain nombre de vos ouvrages dont votre « traité d’athéologie » et plus récemment « Cosmos ». Vous m’apparaissiez jusqu’à ce jour avoir une approche, dans vos écrits, valorisante de l’athéisme , enrichissante pour la philosophie et la forme de spiritualité que vous défendez. Pourquoi prenez vous ce tournant « intégriste » et primaire? Vous devriez comme par le passé mettre votre intelligence, comme tout bon philosophe, au service du « sens de la vie ».

  6. Jean-Philippe dit :

    ARRETONS simplement d’accorder à un individu narcissique une quelconque autorité dans le domaine des croyances. Par sa nature de narcissique il ne croit qu’en lui même ! Il ne souhaite que se faire entendre et ça marche ! Il s’enfonce, une fois encore, dans le miroir de son image, cette icône pâle dans laquelle il va se noyer, il fait cela seul et nous n’y changerons rien.
    Restons dans le discernement, dans le questionnement et les doutes!
    Souffrons de nos questions et de la teneur de celles-ci pour nous construire!
    Ne cherchons pas à défendre notre Foi et libérons nous des discours creux!
    Ne nous livrons pas à des discours pour défendre nos croyances mais aux actes auxquels elle appelle.
    Nos croyances se structurent sur la réalité de nos communautés, se manifeste par les symboles que la Parole véhicule et la communion de l’Esprit qui nous uni.

  7. Parfois, la neutralité est une complicité passive ? Une indifférence au sort de celui qui, se portant mal, projette du mal ? Et une indifférence au sort de ceux qu’il contamine par son venin ?

  8. casenave dit :

    Mr ONFRAY ne serait donc pas un libéral ? Qui peut croire que le monopole de la spiritualité est confisque par les croyants!!!Ne serait ce pas au final l’aveu d’un manque?

  9. benoit dit :

    Je n’appréciais pas Michel Onfray sans doute effrayée par tant de narcissisme.
    Grâce à toutes vos interventions, je sais maintenant pourquoi. Il survole souvent les auteurs qu’il cite, mais le fait qu’il affirme que les religions revendiquent le monopole de la spiritualité me laisse perplexe quant à son honnêteté.
    Nul n’est à l’abri des discours creux, mais ceux ci trouve un public, Onfray le prouve..
    C’est cela qui m interroge.
    Il reste de la place pour un autre discours, plus fondateur peut être. Onfray donne une idée pour faire passer ce discours, mais d une certaine manière, je me demande si cette démarche serait bien…protestante.?

  10. marc ROBERT dit :

    Peut-être faudrait-il se poser la question : pourquoi Michel ONFRAY semble-t-il faire une telle fixation sur les croyants chrétiens et stigmatise-t-il ainsi leur religion et leur foi ? la réponse est peut-être dans ce que Michel ONFRAY lui même a indiqué, son enfance malheureuse dans un orphelinat catholique tenu par des religieux, où il aurait subi des sévices (cf COSMOS). Alors l’excès de ses propos et son acharnement à combattre ce qu’il appelle le christianisme ne sont-il pas la manifestation d’une profonde blessure toujours active et donc d’une grande souffrance ? N’avons nous pas aussi à nous interroger sur notre responsabilité de témoins de l’Evangile ? L’institution chrétienne, et le dieu sauvage,ou le dieu pervers, faux dieux que nous donnons à croire, ne sont-ils pas justement critiquables ? j’éprouve très souvent le sentiment que le dieu et la foi récusés par Michel ONFRAY , comme beaucoup d’autres avec moins de talent, n’ont rien de commun avec le Dieu de JESUS et la foi reçue, manifestation de sa grâce. Michel ONFRAY ne serait-il pas au fond un véritable chercheur de Dieu, blessé, écorché, révolté mais sincère ?

  11. Tietie007 dit :

    Pas très nietzschéens tout se ressentiment envers les chrétiens.

  12. Mbala dit :

    C’est normal parce qu’il ignore l’amour de Dieu pour lui. Si seulement nous pouvons le lui montrer en l’aimant.

  13. Timothée dit :

    Bjr, comme le montre M. Robert , et aussi Mbala, il ne faut pas confondre l’Amour et la religion! D’ailleurs , il y a bien deux mots différents pour les désigner ; un athée peut être aimant, un religieux peut être pervers ! M Onfray fustige sans doute, à travers son discpurs , les religieux déformés qu’il a fréquentés ds son enfance ! Et on ne peut pas lui reprocher de douter de la religion , après y avoir vécu de telles expériences !
    Amicalement .

  14. emdeclerm dit :

    devant personnellement beaucoup de larmes que j’ai versées à des chrétiens, je peux encore plus comprendre sa réaction après les sévices qu’il a dû subir qui sont cent fois pires sans doute. Je comprends que la perspective de partager le paradis avec des gens qui nous ont fait souffrir et penser que Dieu va leur pardonner parce qu’ils se seront seulement donné la peine de quelques larmes et génuflexions avant de mourir ne réjouissent personne. Mais être croyant veut dire croire en Dieu et savoir que Dieu nous aime. Dieu est juste, à mon avis il connaît tout ce qui est caché en nous mieux que nous-mêmes, il sait rendre justice. Ce n’est pas un papy gâteau ni un dictateur féroce qui peut tout excuser pourvu qu’on lui allume des cierges. Je pense que Dieu est au-dessus de nous, les hommes sont bien incapables de rendre compte de son amour infini, bloqués que nous sommes dans nos considérations humaines et matérielles. Mais je peux comprendre qu’on bloque sévèrement sur la religion quand ceux qui la représentent le mieux se permettent des choses abominables. Dieu connaît les blessures des victimes de sévices heureusement.

  15. Timothée dit :

    Amen !

  16. emdeclerm dit :

    ceci dit je ne sais pas trop ce que vous en pensez mais personnellement j’ai bcp de mal à comprendre l’articulation biblique entre jugement particulier et jugement dernier. La foi nous sauve et nous justifie en tant que chrétiens; mais au jugement dernier on dit : « venez, les bénis de mon père, ce que vous avez fait au plus petit d’entre les votres, c’est à moi que vous l’avez fait. » Là on dépasse la justification par la foi puisqu’il est censé y avoir eu des œuvres aussi. On disait justement que les chrétiens et les autres membres de religion pouvaient être des gens exécrables au même titre que les athées, je connais des chrétiens très charitables et d’autres qui ne donneraient même pas un verre d’eau à un pauvre assoiffé. Cependant je ne comprends pas pourquoi Dieu ressusciterait des gens non charitables parce qu’ils ont la foi pour les faire mourir après au jugement dernier parce qu’ils n’ont pas été charitables. Je sais qu’ici à l’Oratoire on propose l’interprétation que Dieu sépare le bon et le mauvais en chacun de nous. Quelqu’un en pense-t-il autre chose ? personnellement c’est un mystère qui plus que les autres me laisse perplexe. La grande famille humaine se distingue souvent par son cœur, sa capacité à aimer cela unit bcp de monde autour du même but bien plus souvent que la foi qui elle peut rassembler ou au contraire désunir. Qu’en pensez-vous ?

  17. Timothée dit :

    De mon point de vue , et d’après ce que j’en tire de mes lectures du Livre , la foi de nos pensées , ie l’adhésion de nos pensées aux enseignements du Christ , doit aussi s’accompagner d’oeuvres , ms ds la limite de nos possibilités matérielles , psychiques, émotionnelles . Concrètement, si on va à l’église ts les dimanches , et qu’après on « enfonce » en le jugeant , en le dénigrant ou pire en se moquant de lui , celui qui a de grosses difficultés ds la vie (qu’elles soient matérielles ou spirituelles , ou psychiques , etc … ), au lieu de l’aider , matériellement et psychologiquement , sans le juger , ms plutôt en priant pour lui, pour que sa situation s’améliore sur ts les plans, on est complètement  » à côté de la plaque « ! Christ sur terre , était pauvre , sans biens, sans attrait physique (voir Esaïe 53 ) , sans relations puissantes ds le monde , etc … et pourtant Il était et Il est détenteur du plus gd des pouvoirs : l’Amour . Donc , oui, et c’est un corollaire , ns les chrétiens , qui savont cela , parce que ns avons lu la Bible , ns seront jugés plus sévèrement que ceux qui ne savaient pas : cf la parole du Christ à la croix : « Pardonne leur Père , car ils ne savent pas ! »

  18. Timothée dit :

    Les deux images sont acceptables à mon avis : Christ sépare « le blé de l’ivraie , les brebis des boucs , etc … », en ns et ds le monde des « humains » ; peut-être après tt qu’il existe (Dieu le sait ) ou a existé des personnes hyper -narcissiques, hyper-égoïstes , centrées uniquement sur elles-mêmes et leurs besoins, insensibles à la souffrance d’autrui , et qui ont traversé leur vie comme des « robots insensibles « , cumulant les biens, satisfaisant leurs désirs, préoccupées uniquement de profiter de leur plaisir, sans se poser de questions sur ce qui se passait autour d’elles ! Attitude qui n’est pas sans rappeler celle de l' »ange déchu »!

  19. emdeclerm dit :

    A vrai dire l’idée d’un jugement manichéen m’apparaît bien naïf… les gentils ressuscitent pour la vie éternelle, les méchants pour la mort éternelle … un peu basique je trouve… si on considère que les chrétiens ne prennent pas part à la seconde mort, et sont justifiés par la foi, quel non chrétien charitable a des chances d’être sauvé au deuxième jugement ? aucun… donc ce jugement ne servirait à rien… alors à quoi sert de récompenser ceux qui ont fait le bien au plus petit d’entre eux à ce moment-là s’ils sont condamnés avant ? en effet, je cale sur ces références-là… d’autant que le monde comprend des gens sans foi, très pieux ou de peu de foi mais dans toutes ces catégories, il y a des gens charitables et d’autres pas … des chrétiens bons, des chrétiens odieux, idem pour les autres … je pencherais plus pour la deuxième interprétation : libérés de notre enveloppe charnelle, je crois qu’il ne restera de nous que notre cœur … et on ne verra vraiment bien alors que ce qui était invisible jusque là… donc là nous verrons …

Laisser un commentaire