S'abonner par :
 rss
 email

Gaspard de Coligny

prédication du pasteur Gaspard de Coligny
pour le dimanche 29 novembre 2015

Le temps de l’Avent nous encourage à plus et mieux attendre quelque chose dans notre existence en attendant la venue du Christ.

Ce n’est pas facile de bien attendre. Il y a plusieurs raisons à cela :

  1. Il peut d’abord arriver plein de choses que nous n’avions pas prévues et nous craignons être déçu. Par exemple, il arrive que des parents soient tout à fait désarçonnés par l’enfant qu’ils ont rêvé d’avoir ou qu’ils ont adoptés, au point de regretter qu’il n’existe pas de service après vente où l’on pourrait rendre l’enfant s’il ne nous plait finalement pas… C’est la même chose pour bien de nos attentes.
  2. Nous craignons d’être comme la girouette, et de ne plus désirer demain ce que nous espérons aujourd’hui de toute notre âme. C’est la crainte de bien des fiancés, ils sont souvent ensemble depuis 5 ou 10 ans quand ils pensent à se marier, j’ai l’impression que ce qu’ils redoutent le plus, ce n’est pas tant de ne plus être aimé ou qu’il arrive un accident, mais c’est qu’il arrive un jour où eux-mêmes n’aimeraient plus cette personne avec qui ils s’engagent aujourd’hui.
  3. Enfin, nous avons souvent un peu honte de ce que nous désirons en réalité. Qu’est-ce que j’attendais en réalité pour me mettre en colère de telle situation ? Qu’est-ce que j’attends en réalité quand j’espère tellement trouver un conjoint ? Pourquoi est-ce que j’ai envie d’acheter cela, qu’est-ce que j’attends en réalité de cet investissement ? Est-ce que j’ai vraiment envie d’un enfant, pourquoi, et qu’est-ce que j’attends de cette nouvelle situation ???

Il est donc difficile d’attendre quelque chose de la vie et de bien attendre. Nos pires souffrances sont peut-être celles auxquelles on s’attend, celles que l’on craint :

  • Manque d’avoir ce qui est indispensable, ou ce qui nous semble indispensable pour vivre.
  • Manque d’être, manque de nous sentir être une personne digne, intéressante, utile, aimée
  • Manque de pérennité de notre être, avec cette volonté de laisser sa trace…

Face à ces soifs profondes et ces peurs de manquer, notre attente peut être souffrante, et cela se manifeste par de la fièvre comme la violence, ou se manifeste par cette sorte d’évanouissement qu’est le désespoir.

Qu’attendre et comment attendre ?

C’est à ce vrai travail que nous invite cette période d’attente de Noël qu’est l’Avent. Se regarder en vérité dans le miroir de l’Évangile, avec l’aide de Dieu, et travailler sur ce que l’on attend vraiment.

… suite du texte ici

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

Une Réponse à “Prédication pour l’Avent : Comme attendre la vague et jouer avec elle (Hébreux 10:39-11:10)”

  1. Françoise dit :

    Merci de cette belle prédication,,,Et du positif de l’attente,,,,

Laisser un commentaire