S'abonner par :
 rss
 email

James Woody le 20 mars 2016

prédication du pasteur Gaspard de Coligny
pour le dimanche 20 mars 2016

Dans cette page de l’Évangile, nous voyons Jésus changer le niveau de son action.

Avant, il se contentait de former quelques disciples et d’agir au gré de l’occasion qui se présente, voyant quelque chose, ou interrogé par quelqu’un, il apporte simplement une réponse qui se transforme en une prédication, un geste, une parabole.

Mais après quelques années, ça n’avance plus tellement. On voit au chapitre 10 de ce même Évangile selon Luc qu’il y a peut-être seulement 70 disciples, en plus du cercle de ses 12 plus proches. Le livre des Actes de apôtres 1:15 nous parle de 120 disciples de Jésus après sa mort. Ses amis pharisiens restent cramponnés à leurs habitudes ancestrales. Il n’est pas reconnu non plus par l’institution, elle aime rarement ceux qui sortent du lot, ses chefs y voient comme une menace à leur parcelle de pouvoir.

Que faire ? Jésus décide de changer de braquet. Il risque le tout pour le tout. Et il aura effectivement le tout pour le tout. Finie l’action modeste, artisanale, familiale. Il analyse la situation. Une belle occasion se présente à l’occasion de la fête de Pâque qui rassemble à Jérusalem des croyants engagés venant des 4 coins de l’Empire. Ils ont soif de Dieu puisqu’ils viennent. Comme nous ce matin, ils ont fait un voyage pour venir, peut-être sont-ils prêts aussi à cheminer dans leur manière de vivre et d’espérer ?

Jésus lance l’opération « rameaux ».

Ce sera un échec. Et Jésus en pleure. Encore une fois, ses disciples comprennent de travers, les pharisiens rejettent sa façon de voir, et les autorités ne se sont même pas déplacées.

Jésus est seul. Tout seul. Mais ce n’est pas sur lui-même qu’il pleure mais sur ce monde qu’il n’arrive pas à toucher, sur cette carapace qui blinde l’humanité, qui l’enserre, l’étouffe, et fait passer les gens à côté de la vie.

Mais au lieu d’en vouloir à tout le monde, au lieu d’abandonner son projet, Jésus pleure sur la ville et ce qu’il exprime semble ne laisser aucun espoir : « tu n’as pas connu le temps où tu as été visitée ! ». C’est bien tard, c’est trop tard ? Mais déjà le mot suivant montre Jésus poursuivre, il entre au cœur de la ville dans le Temple. D’où lui est venue cette force pour rebondir, pour tenter un autre geste, une autre façon de les toucher au cœur et leur faire connaître la Paix ?
… suite du texte ici


(début de la prédication à 09:20)

film : Soo-Hyun Pernot

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

Laisser un commentaire