S'abonner par :
 rss
 email

http://www.flickr.com/photos/64607715@N05/25506644254 Found on flickrcc.net

Question d’un visiteur :

Bonjour pasteur(s) (car je ne sait pas si ce message sera lu par un ou des pasteurs, en tout cas j’espère vraiment qu’il sera lu..)

Malgré mon jeune âge, j’ai toujours aimé Dieu et énormément été attachée à sa parole. Cependant cela fait un moment que j’ai tourné le dos à Dieu je ne sait pas trop pourquoi.. Ces temps ci je me questionne beaucoup à propos de la religion. Et voici les 3 questions qui reviennent souvent:

– 1ère question: LE CHRISTIANISME EST-IL VRAIMENT UNE RELIGION?

Déjà il existe 35544 types de chrétiens, ce que je ne trouve pas cohérent. D’autant plus que les pratiques du christianisme varient en fonctions des différentes « branches » : certains se voilent, d’autres ne mangent pas de porc, d’autres prient avec de l’eau, du sel, des bougies, d’autres prient en langue, d’autre ne croient pas au Saint Esprit. Nos discours sont si différents les uns des autres et pourtant nous prétendons tous être « chrétiens ». Cela discrédite la religion.

Pour certains Jésus est Dieu, pour d’autre il est le Messie, pour d’autre encore le fils de Dieu(pour moi il est fils de Dieu en esprit, sacrifice que Dieu a fait pour nous, la Parole faites chair et le chemin vers le salut.).

De plus, la pratique du christianisme varie aussi en fonction des origines et cultures des croyants: les chrétiens Congolais ne pratiquent pas de la même manière que les chrétiens Polonais, Ivoiriens ou de l’Orient. Ce que je trouve insensé, car à mon avis la religion est ce qui devrait nous unifier et pas le contraire.
Par exemple dans une mosquée, il peut y avoir des musulmans arabes, occidentaux, asiatiques et un imam Indien, mais tous tiendront le même discours de leur religion, prieront ensemble et surtout de la même manière.
Alors que dans une église avec un pasteur congolais par exemple, à 90% les gens qui fréquenteront l’église seront congolais également.
Or, l’église devrait nous rassembler à un endroit en temps que chrétiens SEULEMENT.

En analysant tout cela, je me dit que peut être, le christianisme n’est pas une religio? D’autant plus que Jésus qui est sensé être notre modèle n’a pas apporté de religion mais un MESSAGE, une PAROLE.. Peut être on devrait pratiquer la parole, obéir et servir Dieu sans qu’apparaisse le mot Chrétien?
Un mot qui pour moi à perdue toute sa valeur aujourd’hui.

– 2ème question:EST IL VRAIMENT LEGITIME LE FAIT QUE JE SOIT CHRETIENNE EN TANT QU’AFICRAINE?

On dit souvent, et moi j’y crois qu’on ne nait pas Chrétiens mais qu’on le devient. Je crois être devenue chrétienne, avoir accepté Jésus à un moment de ma vie.

Mais peut être que j’ai été prédisposée à devenir Chrétienne? En effet, on sais que les seules raisons pour lesquelles mes ancêtres ont connus Jésus et le Christianisme sont l’Esclavage et la Colonisation. Puisque le Christianisme n’était pas connu de l’Afrique avant. Cela veut que si il n’y avait pas eu de colonisation et donc que les missionnaires n’avaient pas évangélisés et parfois même forcés les peuples africains à se convertir au christianisme je ne serai pas née dans un milieu chrétien? Et peut être même que j’en aurai jamais entendu parlé?

-3ème question: EST CE QUE LES ECRITS MENTENT OU BIEN C’EST LES HOMMES QUI LES INTERPRETONS MAL?

La Bible, est remplit de promesses dont nous hommes sont très attachés. Et ça fait très mal de se rendre compte que parfois on on vit tout le contraire.

Romains 8:28 par exemple nous dit « toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu ». Et pourtant dans ce monde ceux qui aiment Dieu sont ceux qui souffrent le plus. Et ceux pour qui toutes choses concourent sont les païens et les gens mauvais.
Moi je crois en la Bible, et je pense pas que Dieu est un menteur! Donc le problème viens surement de NOUS Hommes. Peut être que les promesses de Dieu dans la Bible concernent la vie de l’Homme qui aime Dieu au Paradis et pas pas sur Terre. Peut être que les « bonnes choses » c’est pas ce qu’on croit. Dans ce cas c’est quoi? La Santé? Et pourtant beaucoup de gens qui aiment Dieu meurent de maladies.. Je suis confuse..

Ceci est mon avis, que je me suis fait avec mon intelligence et ma réflexion humaine. Mais je sais que les choses de Dieu on y réfléchit avec la sagesse et le Saint Esprit. Voilà pourquoi je viens vers vous, vous qui êtes plus expérimenté que moi dans ce domaine. Peut être que vous pourrez m’éclairer..

Merci de votre attention..
Bénédictions sur vous, Amen.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

1) personnellement, cette liberté d’expression de la foi me semble merveilleuse dans le christianisme. Et loin d’être un problème, loin d’être un signe d’erreur, c’est au contraire indispensable.
Si l’on récolte des témoignages sur une même personne, les enfants auront des témoignages différents, les collègues, les employés, les supérieurs, les voisins… auront des témoignages différents, et c’est normal car une personne est un être complexe. Dieu est encore infiniment plus complexe. Il est normal qu’il y ait une variété de prières, de cultes et de théologies.

Autre exemple : certains aiment jouer au foot, d’autre au rugby, un troisième aime jouer du violon. Qui a raison et qui a tort ? Cette variété même est la conséquence de la richesse de l’humanité, des différentes personnalités. Il en est de même pour la variété des religions.

Ce qui rassemble les chrétiens, c’est une personne, Jésus. Cela n’appelle pas directement à l’obéissance, mais plutôt à l’inspiration.

2) Même si mon pire ennemi m’avait par erreur ou par manipulation transmis l’Evangile du Christ, il serait malgré lui mon bienfaiteur et ce serait lui faire trop d’honneur de sacrifier ma relation à Dieu pour me venger de ce méchant ! Il convient donc de garder son libre arbitre. Soit il vous semble que l’Evangile du Christ est bien et vous en vivez, soit vous pensez que c’est nul ou que c’est néfaste et vous le jetez.

Par contre, il convient à chacun de s’approprier l’Evangile. La Parole de Dieu s’incarne en Christ, de même la Parole de Dieu donnée en Christ est faite pour s’incarner dans notre vie, dans notre personnalité, dans notre culture. Cela ne veut pas dire avoir un esprit de compromission par rapport au cœur de l’Evangile. Mais que sur cette base là une façon d’être chrétien qui n’est pas nécessairement celle des autres soit développée. L’occident ne s’est pas gêné, développant des dogmes comme la trinité, bâtissant des théories sur le rachat de nos péchés par le sacrifice sanglant du Christ, développant une liturgie, des sacrements, l’église… Rien n’impose de garder tout cela et sur l’extraordinaire cœur de l’Evangile du Christ, mille autres façon de le vivre et de le faire rayonner peuvent être inventées.

3) A mon avis, la Bible ne peut pas vraiment être lue ainsi. Ces livres ne sont pas écrits par Dieu avec son doigt, mais ce sont des témoignages de personnes vivant une foi profonde, dans leur temps, dans des circonstances données. Il convient donc de les interpréter. Comme le dit l’apôtre Paul, « la lettre tue, et c’est l’Esprit qui fait vivre ». Il convient de lire ces textes selon l’Esprit, dans la prière, afin que nous cherchions à l’occasion de notre propre lecture être éclairé par Dieu.

Bien souvent, il convient de lire la Bible comme un recueil de bonnes questions à se poser, et non comme un recueil de solutions toutes prêtes.

En ce qui concerne ce passage « toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu », Paul n’est pas un idiot ou un illuminé et il sait bien que du point de vue humain, il y a des salauds florissants et des justes à qui il arrive catastrophe sur catastrophe. D’abord, en tant que chrétien, nous avons l’exemple de Jésus, qui était (c’est le moins qu’on puisse dire), plutôt juste, fidèle et serviable, et cela ne lui porte pas tellement chance. On peut dire que finalement il s’en sort pas mal et donc que ce principe est respecté, mais on a fait énormément de mal aux gens avec cette façon de voir qui encourage à bien souffrir dans le monde, à y voir même parfois la main de Dieu, pour gagner en échange son paradis. C’est une théorie bien peu digne de l’Evangile. La vie, la vie bonne et belle que Dieu veut pour chacun est d’abord la vie ici-bas, une vie la plus vivante et vraie possible. Dieu ne veut pas les catastrophes ni pour ceux qui aiment Dieu ni pour ses ennemis (nous précise Jésus en Matthieu 5:45)

Un mal qui nous arrive n’est jamais voulu par Dieu, mais il a une inventivité telle que même d’un mal il peut tirer un bien (comme dans l’histoire de Joseph, Genèse 50:20). Par exemple, je connais des gens qui sont devenus extraordinairement plus humain après avoir traversé un cancer. Cela ne justifie pas le cancer mais que même une sale maladie peut être l’occasion d’approfondir sa vie, grâce à Dieu. C’est à mon avis dans ce sens que « toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu »

Mais on a trop imaginé que Dieu était tout puissant, que tout était dans sa main la santé comme la maladie, la vie comme la mort… ce qui n’est pas un point de vue tellement biblique mais plutôt coranique. Dans la Bible, Dieu est puissant mais toutes choses ne lui sont pas (encore) soumises, et il continue à travailler à la genèse d’un monde meilleur.

Avec mes amitiés

pasteur Gaspard de Coligny

Plusieurs centaines d’autres questions & réponses sur le site

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

6 Réponses à “Question : Le christianisme en Afrique : un cadeau de la colonisation ?”

  1. Jean Rastignac dit :

    Malheureusement, comme pour beaucoup d’autres religions ou doctrines, la religion chrétienne a été, a un moment de son histoire, un outil de d’uniformisation et de colonisation, mais c’est la nature humaine qui l’a voulu ainsi.J’aimerais simplement rappelé que de 33 à 312 après Jésus Christ cette religion n’a pas été une colonisation, mais une évangélisation, et un choix exercé par le libre arbitre de milliers d’hommes et de femmes au péril de leurs vies.Qu’après cette date, c’est au péril de leurs vies aussi, que les missionnaires ont continué d’accomplir l’évangélisation, même si bien souvent ils ont pu être l’objet de manipulations politiques sans scrupules.

  2. HaMashiah dit :

    Jean 11:47-53 : ce passage nous raconte le déroulement d’une des réunions du sanhedrin afin de décider du sort de jesus. Verset 49: l’un d’eux, Caiphe, qui était souverain sacrificateur cette année-la, leur dit: vous n’y entendez rien; 50: vous ne réfléchissez pas qu’il est dans votre intérêt qu’un seul homme meure pour le peuple, et que la nation entière ne périsse pas. Enfin le verset qui m’intéresse le plus, verset 51: or il ne dit pas cela de lui même; mais étant souverain sacrificateur cette année la, il prophétisa que jesus mourir pour la nation.
    Très souvent j’ai été confronté à ce problème lorsque j’exposais l’evangile à certaines personnes :  » tu sais mon ami ton évangile que tu prêches, c’est une affaire de blancs. Et d’ailleurs ce message a servi aussi comme moyen pour nous coloniser » rétorquent-ils pour donner dos à jesus christ. En effet c’est ce passage cité plus haut que j’utilise comme moyen de défense. Je leur dis que certainement le colonisateur comme caiphe voulait atteindre un objectif personnel mais sans rendre compte, jesus christ par son esprit faisait aussi appel à ceux qui lui appartiennent en Afrique.

  3. Benoît Legendre dit :

    Bien d’accord avec le Pasteur pour la richesse et la diversité des nations différentes dans le christianisme ! Une « unicité rigide » est pour moi un mauvais signe…
    Quand à être Africain ou pas, je crois sincèrement que le Christ s’en fiche royalement ! Pour lui, tout homme (ou femme), quelle que soit son origine, est digne d’entendre sa parole et d’être sauvé. Les différences culturelles sont secondaires, et ne devraient pas être un obstacle ! Mais hélas, la nature humaine (et l’Histoire) a bien souvent décidé autrement…

    Alors je comprends fort bien que pour un Africain, le christianisme soit lié à la colonisation. Mais quand on connaît l’Histoire, il faut se souvenir que l’Afrique du Nord a été chrétienne pendant plusieurs siècles avant l’arrivée le l’Islam…

    Je crois aussi que si le Christ était né dans une nation africaine, eh bien nous serions chrétiens avec des messes africaines, avec danses, musique et chants africains ! Quand je dis ça à certains de mes amis (plutôt tradi), ils font une de ces têtes ! Je m’amuse beaucoup !

  4. Oui, ce serait sympa. Mais en fait, je ne suis pas certain car nos cultes ont quelque chose de la cérémonie de la synagogue du temps de Jésus mais on ne sonne pas du shoffar, nous n’avons pas de chant en hébreu ou araméen. Nos musiques & chants ont d’autres inspirations, pas tellement orientales. Mais je connais des paroisses protestantes à Paris et en région parisienne dans lesquelles l’ambiance est assez africaine.

  5. Sam dit :

    Ben monsieur pasteur gaspard le shofar c pas tout les dimanche c seulement durant rosh ha shana jusqu’au yom kippur et on fait chant et priere k’en hebreu
    SHANA TOVA a tout le monde

  6. Max dit :

    Pourquoi le terme » pas encore  » soumises?

Laisser un commentaire