S'abonner par :
 rss
 email

statue de Gaspard de Coligny

Question d’un visiteur :

Bonjour,
Il y a une statue de l’Amiral de Coligny devant l’église protestante du Louvres dans Paris. Une plaque commémorative indique que l’amiral de Coligny est une victime de la Saint Barthélemy.

Il faudrait réécrire cette plaque car c’est plutôt pour un motif de sécurité politique parfaitement disjoint de la religion qu’a été assassiné l’amiral de Coligny. Il faut disjoindre les hommes de guerre des enfants innocents pour purifier la mémoire et protéger la France d’aujourd’hui contre ses nouveaux agresseurs.

En effet :

  1. la saint barthélémy est arrivée pour des motifs de sécurité politique et non pour des motifs religieux.
  2. cela signifie que Rome et les évêques avaient réussi le tour de force de maintenir la paix avant ce déclencheur politique
  3. quand l’amiral de Coligny était dans le Languedoc, il pillait des villages catholiques : combien d’enfants, de femmes et de vieillards tués ? Il avait accumulé contre une colère contre lui dans les ciux. L’amiral de Coligny était d’abord un homme de guerre qu’il ne faut surtout pas confondre avec les enfants protestants tués dans les Cévennes. Les protestants pourraient proposer la pose de plaques commémoratives dans les villages catholiques détruits par l’amiral de Coligny, vu de l’extérieur dans les médias, c’est à dire par les non croyants qui verront la télévision, ces scènes publiques ramèneront la confiance au Christ.

J’ai trouvé un article qui montre une sévérité chez Luther. Le nom du magazine publiant cet article est effacé pour analyser seulement les faits historiques et les détacher des passions. Si les études historiques officielles des luthériens rejoignent cet article ci-joint, il faudrait imaginer des actions de redressement des mémoires collectives. Par exemple, il semble que des paysans allemands ont été massacrés avec l’autorisation de Luther : les Luthériens français peuvent proposer des actions de restauration, de redressement des mémoires, en Allemagne avec les milieux ruraux : pas vis à vis de la religion d’appartenance des paysans tués mais vis à vis de la Nation meurtrie, du Lander meurtri, du village meurtri.

Que mettre dans ces actions de restauration, de redressement des mémoires ? C’est là que les pasteurs doivent intervenir quand les historiens auront rendu leurs rapports.

Bien à vous,

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Monsieur

Vous avez en partie raison, bien entendu.

Toute personne un petit peu avertie en histoire, qu’elle soit protestante ou non, sait très bien que :

  • les affaires politiques et religieuses sont extrêmement mêlées dans les questions de politique, et particulièrement aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Néanmoins, rien que le te deum que fit chanter le pape de l’époque pour se réjouir à l’annonce de ce massacre montre que la raison religieuse n’est pas absente même si elle n’est pas la seule ni peut-être la principale.
  • Gaspard de Coligny était un homme de guerre, pas excellent d’ailleurs, et certainement pas un saint, néanmoins c’était aussi un homme de foi sincère et engagé.
  • Martin Luther a une responsabilité réelle dans la guerre des paysans et ses massacres, et qu’il était un fieffé antisémite, surtout à la fin de sa vie, néanmoins il a été à l’origine d’un grand mouvement rendant l’Evangile du Christ aux hommes et aux femmes.
  • Jean Calvin n’était pas un apôtre de la tolérance, et qu’il a permis, voire suscité le bûcher de Servet… mais qu’il a milité pour mettre la religion au service de la personne humaine et non plus les humains au service de l’Eglise…

Et donc malgré les erreurs et parfois les horreurs qu’ils ont pu commettre, des Luther, Calvin, Coligny, et bien d’autres hommes et femmes de toute religions et confessions, convictions… ont apporté des choses positives à l’humanité, et qu’il est bon de s’en souvenir.

Je me le disais encore hier en passant par la station Franklin Roosevelt, non loin d’une statue de Churchill, ces deux hommes pourraient, devraient être considérés comme auteurs de crimes contre l’humanité pour les bombardements de centaines de milliers de civils à Dresde en Hambourg. Nul historien ne l’ignore non plus mais faut-il pour autant oublier ce qu’ils ont apporté dans la lutte contre le nazisme ?

Comme quoi, même en matière d’histoire, il faut de la lucidité, du bon sens, de la mesure et de la bienveillance.

Bien cordialement

pasteur Gaspard de Coligny

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

Une Réponse à “Question : réécrire l’histoire de l’Amiral de Coligny, de Luther ?”

  1. ltrobat dit :

    C’est curieux, la question (assez polémique) du visiteur rejoint les réflexions exprimées dans un article d’Histoire et Civilisations de ce mois où l’auteur explique que, contrairement à ce qu’enseigne l’historiographie depuis bien longtemps, en ce qui concerne le massacre de la saint-Barthélémy les torts seraient partagés. En gros, les protestants auraient un tout petit peu cherché ce qui leur est arrivé.
    Au-delà des événements qui s’y sont déroulés, le massacre de la saint-Barthélémy est un symbole de la violence qui a accompagné les persécutions antiprotestantes en France. Les symboles ont la vie dure et peut-être qu’ils dérangent certains.
    Même si on n’en est plus à l’antiprotestantisme rabique qui existait encore à la fin du XIXème siècle (voir « Une haine oubliée » de Jean Baubérot) je sais qu’il y a dans les franges les plus radicales du catholicisme traditionaliste (ou même très conservateur) des personnes exprimant des préjugés très négatifs vis à vis du protestantisme.
    Il peut être tentant pour certains d’entre eux de vouloir relativiser la vision historiographique de ces événements et la charge émotionnelle qu’ils véhicule (la sympathie qu’on éprouve instinctivement pour les victimes d’une tragédie historique).

Laisser un commentaire