S'abonner par :
 rss
 email

Marcel Manoël le 29 mai 2016

prédication du pasteur Marcel Manoël
pour le dimanche 29 mai 2016

« Tu me rétablis, tu me rends à la vie.
Mon amertume s’est changée en paix »

Le rétablissement : un mot que nous employons souvent de manière banale quand nous souhaitons à quelqu’un « un bon rétablissement »,… mais un mot qui peut aussi porter tout un programme de vie !

Je l’ai redécouvert à l’occasion d’un congrès de psychiatrie organisé par la Fondation John-Bost pour travailler ce concept de « rétablissement« , traduction de l’anglais « recovery« , qui se répand dans le champ du soin des personnes souffrant de handicaps psychiques ou mentaux. Il est né et s’est développé à la fin du 20ième siècle aux Etats-Unis au sein de groupes de personnes atteintes de schizophrénie qui, lassées d’attendre une guérison improbable, se sont révoltées contre la situation de dépendance qui leur était ainsi faite (leur slogan a été : Nothing about us without us !) en réclamant qu’on les aide à développer leurs capacités à être acteurs de leur existence et à s’intégrer le mieux possible dans la vie sociale.

Une personne qui a vécu ce cheminement témoigne : « C’est une attitude, une façon d’aborder la journée et les difficultés qu’on y rencontre. Cela signifie que je sais que j’ai certaines limites et qu’il y a des choses que je ne peux pas faire. Mais plutôt que de laisser ces limites être une occasion de désespoir, une raison de laisser tomber, j’ai appris qu’en sachant ce que je ne peux pas faire, je m’ouvre aussi aux possibilités liées à toutes les choses que je peux faire« .

Et le chercheur américain William Anthony définit le rétablissement comme « un processus profondément personnel et singulier de transformation de ses attitudes, de ses valeurs, de ses sentiments, de ses buts, de ses compétences et de ses rôles. C’est une façon de vivre une vie satisfaisante, prometteuse et utile, en dépit des limites causées par la maladie. Le rétablissement implique l’élaboration d’un nouveau sens et d’un nouveau but à sa vie en même temps que l’on dépasse les effets catastrophiques de la maladie mentale. ».

Le rétablissement se différentie ainsi de la guérison par le fait que ce n’est pas une tentative de retour en arrière, avant le temps de la maladie ou du handicap, mais la possibilité d’une sorte de « retour en avant », vers une nouvelle page de vie qui peut s’ouvrir, une page différente, mais où l’on peut retrouver une satisfaction, un plaisir, un sens et même un bonheur de vivre.
… suite du texte ici


(début de la prédication à 09:20)

film : Soo-Hyun Pernot

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

Laisser un commentaire