S'abonner par :
 rss
 email

Image: 'praying for time' http://www.flickr.com/photos/36613169@N00/529710929

Question d’un visiteur :

Bonjour Monsieur Pernot,

Je me permet de vous envoyer ce message car j’ai beaucoup de questionnements personnels sur ma foi et j’aurai besoin de réponses venant d’un homme comme vous…

Tout d’abord, je me présente, j’ai 22 ans, et je viens d’une famille athée. J’ai, depuis que je m’en souvienne, toujours cru en Dieu. Très jeune, je posé des questions à ma mère sur Dieu. Celle ci n’ayant aucune croyance et connaissance en la religion m’a inscrite au catéchisme. Ce cours ne m’a pas plu, je ne me retrouvé pas dans les paroles et dans les instructions que l’on me demandé de suivre… Je me suis donc procuré une Bible et ai commencé à la lire de mon côté. Au lycée, en classe de seconde, j’ai appris en histoire l’existence du protestantisme et son dogme, et je m’y suis tout de suite intéressée. J’ai aussi rencontrée ma meilleure amie, qui se trouvait dans une situation exactement similaire à la mienne, c’est à dire lisant la Bible dans son coin, et perdue face à l’Eglise Catholique qui ne lui correspondait pas. Nous avons donc pris un rendez vous avec un pasteur à Montpellier pour se renseigner. Nous y sommes allé tous les mercredi pendant plusieurs mois et nous avons enfin trouvées notre voie. Je lisais la Bible tous les soirs, et je priai.

Un jour, je n’ai plus réussi à le faire, j’ai été emportée dans un cercle vicieux de culpabilité.

Je n’arrive plus à prié car je me sens coupable d’avoir était si peu assidue dans mes lectures et mes prières. Je me sens mauvaise spirituellement et j’ai honte. Quand j’essaye de me remettre à la prière, je me sens comme une enfant qui a peur de se faire grondée, et je n’ose pas confier mes peines et problèmes du quotidien au Seigneur dans l’espoir qu’il m’aide car j’ai l’impression de ne pas le mériter.

Je rêve de pouvoir avoir une vie spirituelle nourrie, riche… D’avoir une faim insatiable de me rapprocher de Dieu, mais je n’ose plus me lancer et je ne sais pas pourquoi je suis ainsi bloquée. Je vie avec mon compagnon qui est athée depuis 4 ans et nous ne somme pas marié, j’ai aussi peur que cela m’enfonce dans le péché… J’ai aussi, une fois renié Dieu devant une personne de mon âge ayant vu l’application de la Bible sur mon portable. Elle m’a demandé d’un ton très moqueur si j’étais « sérieuse d’avoir ça sur mon téléphone » (pour le citer). J’ai répondu que s’était juste pour me documenter sur la religion, j’avais trop peur de son jugement. Ce reniement, je le ressent comme une trahison envers Dieu et je n’arrive pas à me le pardonner, je me sens encore plus faible.

Si je viens vers vous aujourd’hui, c’est que j’ai besoin de cette lumière que procure la foi et la religion, et je sais surtout que je ne suis pas une âme perdue loin de la. Que Dieu ne nous laisse jamais tomber et qu’il attend mon retour vers lui avec impatience et que je suis déjà pardonnée… J’ai seulement l’impression d’être minable face à tant de bonté divine, et que jamais je n’arriverai à en être à la hauteur…

J’aimerai avoir votre avis sur ma situation, ainsi que vos conseils que j’estimerai énormément… Je vous remercie d’avance pour la lecture de mon histoire, en espérant ne pas vous causer de dérangement,

Avec toute mon admiration,

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Franchement, je suis hyper touché par votre sincérité, votre humilité, et votre foi, aussi. Je suis persuadé que Dieu vous trouve adorable. Mais vous savez très bien, aussi bien que moi, que ce n’est pas Dieu qui vous en veut pour quoi que ce soit, c’est juste vous qui ne vous pardonnez pas. C’est souvent le pardon le plus difficile à atteindre. L’apôtre Jean a une phrase pour ça : « Si notre coeur nous condamne, Dieu est plus grand que notre coeur, et il connaît toutes choses. » (1 Jean 3:20). Et il peut vous aider. Mais il ne faut pas être aussi sévère avec vous mêmes. On fait ce que l’on peut, et comme tout le monde, il y a des hauts et des bas.

Le mieux est de se fixer des objectifs réalistes, par exemple aller au culte une fois par mois, étudier un peu la bible une fois par semaine, et prier au moins une seconde par jour. Et ensuite ajuster en plus ou en moins. Peut-être de temps en temps s’offrir une occasion de se booster un peu grâce à un livre, une formation, une retraite…

Vous avez la motivation, c’est génial. C’est l’essentiel car finalement, c’est ça qui est visé, cet appétit pour le meilleur, pour la source. La religion n’est qu’une salle de musculation pour chercher à être comme cela, mais encore à affiner, approfondir cette démarche.

Mais nous ne sommes pas à l’usine, chacun son rythme, notre patron est franchement bienveillant, et ce n’est même pas un patron, c’est plutôt un formateur, un médecin, un ami, une tendre maman…

De même pour votre situation matrimoniale, Dieu regarde au cœur, manifestement vous avez un vrai projet avec cet homme, de construire un couple, une famille. Ensuite, c’est vrai que c’est bien de place ce projet dans un engagement pris dans la société, et aussi devant ses proches, mais Dieu, lui, voir le cœur, pas le coup de tampon dans un registre !

Amitiés

pasteur

Plusieurs centaines d’autres questions & réponses sur le site

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

3 Réponses à “Question : Je me sens coupable d’avoir négligé ma foi… du coup je n’ose plus aller vers Dieu”

  1. Alphée dit :

    Bonjour !

    Avoir des hauts et des bas dans sa pratique religieuse est arrivé à chacun de nous. Comme pour tout dans la vie, il s’agit de trouver le juste équilibre. Si on y va trop fort, on va vite abandonner. Et puis, il y a des moment où, même avec une pratique équilibrée, on finira par penser à autre chose. Un peu comme un enfant qui aurait fait du sport pendant des années et qui laisserait tout tomber d’un seul coup, à l’adolescence.

    Je crois que ces moments de passage à vide sont aussi sains, même si notre côté religieux peut s’en inquiéter. Ils permettent de s’interroger sur ses croyances et sa pratique et d’y revenir ensuite plus fort, plus assuré !

    Ces passages de doute et parfois d’abandon arrivent même dans la Bible. Il suffit de regarder Pierre : c’est quelqu’un d’important dans le Nouveau Testament, on y parle beaucoup de lui, Jésus lui donne une certaine place. Pourtant, il est loin d’être parfait ! Il cherche à bien faire et malgré tout, il lui arrive de se tromper, d’abandonner, de baisser les bras, même lorsqu’il était averti de cela. Finalement, il est comme nous, très humain : on chercher à suivre Dieu du mieux possible mais il nous arrive de nous perdre !
    J’aime beaucoup le passage du reniement de Pierre (Luc 22:31-62). Pierre est prévenu par Jésus qu’il va le renier. Il assure à Jésus qu’il le suivra en prison et jusqu’à la mort ! Et quelques heures après, il le renie tout de même… C’est une épreuve terrible qu’il traverse ! Pourtant, il se relèvera et parviendra à être un grand disciple ! En cela, il est aidé par Dieu. Même s’il a renié Jésus, Jésus ne l’abandonne pas : dans ce passage, Jésus se retourne et regarde Pierre ! J’y vois un regard d’amour, de compassion, d’espérance et d’invitation à se relever !

    Pour le dire en quelques mots, vous pouvez abandonner Dieu mais Dieu ne vous abandonnera jamais. Même si l’on s’éloigne de lui, il nous tend les bras et nous pardonne nos erreurs. S’il était le comptable de nos erreurs, personne ne serait à la hauteur. Mais il a choisi, en donnant à chacun de nous son amour inconditionnel, de nous aider à nous relever quand nous tombons et retombons sur notre chemin de foi ! Et cela est formidable ! Il n’y a alors plus qu’à se lancer et à avancer, sans crainte !

    Bonne route ! 🙂

  2. Philip24 dit :

    Amis Chercheurs Sincères de Vérité

    Bien sûr, il est tentant de dire qu’avec Dieu, on fait comme on veut, Il est un bon patron, un ami … On avance vers Lui, on recule, on prie ou pas, on fait comme on veut.
    Oui, bien sûr. Certains vont le dire …

    Ces paroles sont rassurantes, MAIS elles ne rassurent pas. Et le malaise persiste, le doute subsiste, et avec le doute la culpabilité et son cortège de de désagréments, la paralysie, l’immobilisme, la chute et la rechute … dans les abîmes.

    Il paraît que le Seigneur aurait dit « Je vomis les tièdes » (Apocalypse 3:16).

    Une chose est sûre, Il n’a pas dit « Faites ce que vous voulez ».

    Revenons au point de départ :

    Quel est le but de l’existence ?
    Retrouver notre unité éternelle dans l’immense coeur d’Amour de notre Divin Seigneur.

    Comment fait-on ?
    Par le respect des principes moraux édictés par toutes les Religions, par la purification, par le service et par la recherche constante de Dieu.

    Qu’est ce que la purification ?
    Le nettoyage des écuries d’Augias, c’est à dire débarrasser l’inconscient de ses mauvais penchants. Pour ce faire, le fouet de l’âme le plus redoutable est le chapelet.
    Eh oui, la prière inonde notre conscience et notre inconscient de Lumière dans le sens de notre heureuse transformation.

    En résumé
    Soit vous fa

  3. Philip24 dit :

    (suite) … une certaine impétuosité a interrompu mon explication.

    Soit vous faites comme bon vous semble puisqu’on vous dit le Patron est compréhensif ;
    Soit vous secouez un peu la volonté en combattant l’inertie, la paresse intérieure et la recherche du repos.

    Dans le premier cas, vous aurez l’occasion de rencontrer Le Patron un jour ou l’autre et vous saurez qu’il fallait choisir le second.

    Il faudra un jour que je vous parle des 3 rappels de Dieu aux âmes hésitantes qui roulent sans regarder où elles vont au volant de leur bolide de chair sur l’autoroute de la Vie.

    Soyons unis en Dieu
    Philip24

Laisser un commentaire