S'abonner par :
 rss
 email

lumière dans une église

Question d’un visiteur :

Bonjour.

Aujourd’hui, j’ai quitté la ville de Bordeaux qui me semblait trop agitée bien que plaisante a vivre pour rejoindre une campagne.
J’ai un mode de vie paisible et ma carrière professionnelle a prit la tournure que je souhaitais.

Néanmoins, une lutte personnelle subsiste : la question de la Foi. Au milieu des arbres, en promenade, je suis comme atteint par des élans de Foi, des experiences spirituelles très fortes mais je me retrouve comme face à un mur quand je veux mettre des mots dessus ou remercier pour tout ces bienfaits.

Je me retrouve « coincés » par des arguments intellectuels qui me proposent de choisir telle ou telle religion, tel ou tel dogmes. Je suis pourtant proche du message des Evangiles. Comment m’orienter vers une religion particulières sans être dirigé par l’intellect qui n’est que pensée et donc très limité, inférieur aux expériences intimes que je vis? Comment ne pas douter des écritures sachant qu’elles ne peuvent être lus que comme  » des mots » quand on est éduqué sans religion.

Comment être serein avec Dieu sans douter des écrits et des dogmes ?

Réponse d’un pasteur :

Bonjour
Cette question est intéressante. la réponse est moins facile. Car en même temps, la religion est une chose tout à fait secondaire par rapport à la foi. La religion est comme faire de l’exercice par rapport à la forme et à la santé. Qu’importe l’exercice que l’on choisit, l’important est que cela nous corresponde.
Voir cet article, peut-être : http://blog.oratoiredulouvre.fr/2015/04/choisir-sa-religion-et-son-rapport-avec-sa-religion ?

Vous avez la foi et elle est assez en forme, c’est génial. Il est certainement bon, comme vous le cherchez, de l’entretenir. Pour cela, vous avez raison, il est bon d’avoir, en plus, un peu de religion aussi bien individuellement (lecture, prière), que collectivement (culte, débats, lectures). Pour cela, il est bon de choisir une paroisse, ne serait-ce que pour pouvoir se déplacer pour y aller (ce qui prépare à un déplacement intérieur), sentir que nous ne sommes pas seul dans cette recherche, et grappiller à l’occasion d’un culte ou d’une messe une idée, une intuition, une lumière, un sourire, une seconde de louange ou de repentance… Mais que surtout ce temps collectif ne devienne pas pour vous le sommet de la foi, mais simplement au service de ce sommet qui doit être et rester votre cœur à cœur avec Dieu, et votre libre réflexion (sinon, c’est que l’église que vous fréquentez est pour vous une source d’aliénation, prenez alors du recul).

Il est bon aussi d’investir cette foi vivante dans de bonnes choses. C’est comme pour une entreprise qui aurait un bon bilan, une année, il serait une bonne idée d’investir une partie de ce cash dans de la recherche, du développement, de l’investissement. Il est bon d’investir votre foi dans un peu de théologie, un peu de service dans l’église ou en dehors.

J’espère bien que vous doutez des écrits et des dogmes ! Notre sécurité est en Dieu, dans son amour, dans cette source ultime, immense, transcendante de la vie que Dieu est. Les écrits et les dogmes sont des témoignages. Ils sont relatifs, ils sont datés dans le temps, ils sont subjectifs (comme tout témoignage, et c’est indispensable à leur sincérité). Ils sont donc à respecter comme on respecte l’œuvre d’art faite par un artiste, on respecte sa sincérité sans pour autant nécessairement trouver cela à notre goût.

Mais si un jour vous ne vous ne vous posiez plus de question, où vous ne seriez plus prêt à remettre en cause ce que l’on enseigne dans votre église, ce jour là serait triste, cela voudrait dire que vous seriez en train d’adorer plus une image que le Dieu vivant. Or, il a tant et tant à vous surprendre.

Alors comment avancer ? Partir de ce qui est l’essentiel. Vous avez découvert les évangiles, C’est une très trèèèès bonne base ! Et c’est une base qui n’enferme pas, qui suscite plein de questions avec ces paroles provocantes et troublantes de Jésus, avec la diversité de ces 4 témoignages sur l’homme Jésus, ses gestes, ses paroles. A partir de là, sentez vous libre d’interpréter, de vosu questionner, de penser et de prier, de vous sentir appelé aussi à un service pour ceux que vous aurez à cœur.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

pasteur Marc Pernot

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

3 Réponses à “Question : Comment être serein avec Dieu sans douter des écrits et des dogmes ?”

  1. emdeclerm dit :

    J’ai une question : qui sont les justes soi-disant sauvés dans la Bible ? et les méchants ? d’après la Bible, est-ce que ce sont uniquement les gens qui ont rejeté Dieu ou ceux qui ont fait souffrir les autres ?

  2. emdeclerm dit :

    merci beaucoup … on parle néanmoins de deux résurrections dans la Bible : en premier lieu, le jugement individuel ressuscite les croyants, et en deuxième lieu, bien plus tard, Jésus revient dans sa parousie pour ressusciter non plus les croyants mais les justes qui comme le dit la prédication, ont été capables d’abreuver celui qui avait soif… dans cette prédication, je ne vois pas une différence temporelle entre ces deux résurrections et d’ailleurs, même les méchants ne sont pas jetés aux peines. Une interprétation qui ne convient pas bcp à l’Eglise catholique, par souci de pousser à la conversion sans doute… à la limite, le souci de la conversion est légitime… mais je ne vois pas très bien en quoi prêcher un Dieu qui jette au feu certains hommes et en garde d’autres pourraient faire plus de conversions, puisque ceux qui demeurent indifférents ou incrédules n’ont pas peur de ces menaces de châtiment éternel… c’est bien plus souvent un appel très fort de Dieu, et une très grande envie d’y répondre qui pousse à demander le baptême, pas la menace de la mort… d’ailleurs, quand on parle de la parousie du Christ, j’y trouve bcp d’incohérences : comment certains incroyants peuvent-ils être jugés pour l’éternité comme c’est dit, si finalement ils sont ressuscités ensuite ? la peine n’est jms éternelle pour les justes… merci pour ce texte, il aide à la réflexion…

Laisser un commentaire